THOMAS HUS ARCHITECTE

  • Thomas Hus Architecte - Keur Baratza - Bayonne
    Espace d'entrée
    Neuf 
    2013
    (64 - Pyrénées-Atlantiques)
    4, chemin de Fortune
    64100 Bayonne
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le projet est né d’une conversation anodine. Au milieu de sujets divers, le client m’explique qu’il possède une maison dans le quartier d’Arrouset à Bayonne Nord. Celle-ci possède un terrain arboré qu’il souhaiterait valoriser.
    Il n’y avait pas initialement de programme, pas d’idées arrêtées, si ce n’est l’intime conviction de vouloir habiter ce lieu.
    L’exploration programmatique sera longue, multipliant les scénarii, les configurations, réinterrogeant maintes fois le juste équilibre entre la densité des constructions et l’esprit du lieu. La conception débute dans un échange entre l’architecte et le client, une réflexion sur ses pratiques, ses habitudes de vies, ses attentes spatiales. Bref, comment envisage-t-il de vivre sa maison?
    La concrétisation de cette analyse s’est formalisée dans la combinaison d’une maison en L et d’un pavillon d’amis, associé, mais indépendant.
    Deux préoccupations majeures ont influencé l’implantation des constructions : la conservation des arbres remarquables du site autour desquels il fallait construire, et la volonté d’une intimité malgré la multiplicité de logements largement ouverts sur le même terrain.
    Les logements sont alors fragmentés en volumes simples, pour une meilleure intégration au site et à sa végétation, disposés et orientés de manière à préserver les jardins privés des espaces communs de desserte. L’accès aux logements se fait depuis les façades Nord et Est, relativement fermées pour l’isolation thermique et préserver des regards. Les façades Sud et Ouest, quant à elles largement vitrées, bordent les jardins.
    Des panneaux coulissants à claire-voie, ou des auvents, permettent de préserver les vitrages du soleil, et ainsi éviter la surchauffe du logement en été, tout en bénéficiant d’un apport passif en hiver.
    Les baies coulissantes, comme les panneaux à claire-voie, sur jardin rendent l’espace évolutif. Les limites des logements varient suivant les configurations. Complètement fermé, nuancé ou complètement ouvert, l’intérieur se confond avec l’extérieur, le jardin s’invitant dans le séjour.
    Au-delà d’une volonté d’écriture architecturale contemporaine, qui pourrait par ailleurs s’exprimer de différentes façons, il s’agit, au travers de la simplicité volumétrique mise en œuvre dans ce projet, de répondre aux préoccupations économiques du client. Des formes simples et des dimensions raisonnables permettent de contenir les coûts de construction. Cette démarche a pour principale ambition de concentrer le budget de l’opération sur la qualité spatiale des logements. Les volumes et la lumière sont privilégiés au travers d’espaces de vie généreux et de larges surfaces vitrées.
  • Thomas Hus Architecte - Keur Baratza - Bayonne
    Façade Est
    Neuf 
    2013
    (64 - Pyrénées-Atlantiques)
    4, chemin de Fortune
    64100 Bayonne
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le projet est né d’une conversation anodine. Au milieu de sujets divers, le client m’explique qu’il possède une maison dans le quartier d’Arrouset à Bayonne Nord. Celle-ci possède un terrain arboré qu’il souhaiterait valoriser.
    Il n’y avait pas initialement de programme, pas d’idées arrêtées, si ce n’est l’intime conviction de vouloir habiter ce lieu.
    L’exploration programmatique sera longue, multipliant les scénarii, les configurations, réinterrogeant maintes fois le juste équilibre entre la densité des constructions et l’esprit du lieu. La conception débute dans un échange entre l’architecte et le client, une réflexion sur ses pratiques, ses habitudes de vies, ses attentes spatiales. Bref, comment envisage-t-il de vivre sa maison?
    La concrétisation de cette analyse s’est formalisée dans la combinaison d’une maison en L et d’un pavillon d’amis, associé, mais indépendant.
    Deux préoccupations majeures ont influencé l’implantation des constructions : la conservation des arbres remarquables du site autour desquels il fallait construire, et la volonté d’une intimité malgré la multiplicité de logements largement ouverts sur le même terrain.
    Les logements sont alors fragmentés en volumes simples, pour une meilleure intégration au site et à sa végétation, disposés et orientés de manière à préserver les jardins privés des espaces communs de desserte. L’accès aux logements se fait depuis les façades Nord et Est, relativement fermées pour l’isolation thermique et préserver des regards. Les façades Sud et Ouest, quant à elles largement vitrées, bordent les jardins.
    Des panneaux coulissants à claire-voie, ou des auvents, permettent de préserver les vitrages du soleil, et ainsi éviter la surchauffe du logement en été, tout en bénéficiant d’un apport passif en hiver.
    Les baies coulissantes, comme les panneaux à claire-voie, sur jardin rendent l’espace évolutif. Les limites des logements varient suivant les configurations. Complètement fermé, nuancé ou complètement ouvert, l’intérieur se confond avec l’extérieur, le jardin s’invitant dans le séjour.
    Au-delà d’une volonté d’écriture architecturale contemporaine, qui pourrait par ailleurs s’exprimer de différentes façons, il s’agit, au travers de la simplicité volumétrique mise en œuvre dans ce projet, de répondre aux préoccupations économiques du client. Des formes simples et des dimensions raisonnables permettent de contenir les coûts de construction. Cette démarche a pour principale ambition de concentrer le budget de l’opération sur la qualité spatiale des logements. Les volumes et la lumière sont privilégiés au travers d’espaces de vie généreux et de larges surfaces vitrées.
  • Thomas Hus Architecte - Keur Baratza - Bayonne
    Terrasse
    Neuf 
    2013
    (64 - Pyrénées-Atlantiques)
    4, chemin de Fortune
    64100 Bayonne
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le projet est né d’une conversation anodine. Au milieu de sujets divers, le client m’explique qu’il possède une maison dans le quartier d’Arrouset à Bayonne Nord. Celle-ci possède un terrain arboré qu’il souhaiterait valoriser.
    Il n’y avait pas initialement de programme, pas d’idées arrêtées, si ce n’est l’intime conviction de vouloir habiter ce lieu.
    L’exploration programmatique sera longue, multipliant les scénarii, les configurations, réinterrogeant maintes fois le juste équilibre entre la densité des constructions et l’esprit du lieu. La conception débute dans un échange entre l’architecte et le client, une réflexion sur ses pratiques, ses habitudes de vies, ses attentes spatiales. Bref, comment envisage-t-il de vivre sa maison?
    La concrétisation de cette analyse s’est formalisée dans la combinaison d’une maison en L et d’un pavillon d’amis, associé, mais indépendant.
    Deux préoccupations majeures ont influencé l’implantation des constructions : la conservation des arbres remarquables du site autour desquels il fallait construire, et la volonté d’une intimité malgré la multiplicité de logements largement ouverts sur le même terrain.
    Les logements sont alors fragmentés en volumes simples, pour une meilleure intégration au site et à sa végétation, disposés et orientés de manière à préserver les jardins privés des espaces communs de desserte. L’accès aux logements se fait depuis les façades Nord et Est, relativement fermées pour l’isolation thermique et préserver des regards. Les façades Sud et Ouest, quant à elles largement vitrées, bordent les jardins.
    Des panneaux coulissants à claire-voie, ou des auvents, permettent de préserver les vitrages du soleil, et ainsi éviter la surchauffe du logement en été, tout en bénéficiant d’un apport passif en hiver.
    Les baies coulissantes, comme les panneaux à claire-voie, sur jardin rendent l’espace évolutif. Les limites des logements varient suivant les configurations. Complètement fermé, nuancé ou complètement ouvert, l’intérieur se confond avec l’extérieur, le jardin s’invitant dans le séjour.
    Au-delà d’une volonté d’écriture architecturale contemporaine, qui pourrait par ailleurs s’exprimer de différentes façons, il s’agit, au travers de la simplicité volumétrique mise en œuvre dans ce projet, de répondre aux préoccupations économiques du client. Des formes simples et des dimensions raisonnables permettent de contenir les coûts de construction. Cette démarche a pour principale ambition de concentrer le budget de l’opération sur la qualité spatiale des logements. Les volumes et la lumière sont privilégiés au travers d’espaces de vie généreux et de larges surfaces vitrées.
  • Thomas Hus Architecte - Keur Baratza - Bayonne
    Confusion du séjour et de la terrasse
    Neuf 
    2013
    (64 - Pyrénées-Atlantiques)
    4, chemin de Fortune
    64100 Bayonne
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le projet est né d’une conversation anodine. Au milieu de sujets divers, le client m’explique qu’il possède une maison dans le quartier d’Arrouset à Bayonne Nord. Celle-ci possède un terrain arboré qu’il souhaiterait valoriser.
    Il n’y avait pas initialement de programme, pas d’idées arrêtées, si ce n’est l’intime conviction de vouloir habiter ce lieu.
    L’exploration programmatique sera longue, multipliant les scénarii, les configurations, réinterrogeant maintes fois le juste équilibre entre la densité des constructions et l’esprit du lieu. La conception débute dans un échange entre l’architecte et le client, une réflexion sur ses pratiques, ses habitudes de vies, ses attentes spatiales. Bref, comment envisage-t-il de vivre sa maison?
    La concrétisation de cette analyse s’est formalisée dans la combinaison d’une maison en L et d’un pavillon d’amis, associé, mais indépendant.
    Deux préoccupations majeures ont influencé l’implantation des constructions : la conservation des arbres remarquables du site autour desquels il fallait construire, et la volonté d’une intimité malgré la multiplicité de logements largement ouverts sur le même terrain.
    Les logements sont alors fragmentés en volumes simples, pour une meilleure intégration au site et à sa végétation, disposés et orientés de manière à préserver les jardins privés des espaces communs de desserte. L’accès aux logements se fait depuis les façades Nord et Est, relativement fermées pour l’isolation thermique et préserver des regards. Les façades Sud et Ouest, quant à elles largement vitrées, bordent les jardins.
    Des panneaux coulissants à claire-voie, ou des auvents, permettent de préserver les vitrages du soleil, et ainsi éviter la surchauffe du logement en été, tout en bénéficiant d’un apport passif en hiver.
    Les baies coulissantes, comme les panneaux à claire-voie, sur jardin rendent l’espace évolutif. Les limites des logements varient suivant les configurations. Complètement fermé, nuancé ou complètement ouvert, l’intérieur se confond avec l’extérieur, le jardin s’invitant dans le séjour.
    Au-delà d’une volonté d’écriture architecturale contemporaine, qui pourrait par ailleurs s’exprimer de différentes façons, il s’agit, au travers de la simplicité volumétrique mise en œuvre dans ce projet, de répondre aux préoccupations économiques du client. Des formes simples et des dimensions raisonnables permettent de contenir les coûts de construction. Cette démarche a pour principale ambition de concentrer le budget de l’opération sur la qualité spatiale des logements. Les volumes et la lumière sont privilégiés au travers d’espaces de vie généreux et de larges surfaces vitrées.
  • Thomas Hus Architecte - Keur Baratza - Bayonne
    Aménagements menuisés
    Neuf 
    2013
    (64 - Pyrénées-Atlantiques)
    4, chemin de Fortune
    64100 Bayonne
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le projet est né d’une conversation anodine. Au milieu de sujets divers, le client m’explique qu’il possède une maison dans le quartier d’Arrouset à Bayonne Nord. Celle-ci possède un terrain arboré qu’il souhaiterait valoriser.
    Il n’y avait pas initialement de programme, pas d’idées arrêtées, si ce n’est l’intime conviction de vouloir habiter ce lieu.
    L’exploration programmatique sera longue, multipliant les scénarii, les configurations, réinterrogeant maintes fois le juste équilibre entre la densité des constructions et l’esprit du lieu. La conception débute dans un échange entre l’architecte et le client, une réflexion sur ses pratiques, ses habitudes de vies, ses attentes spatiales. Bref, comment envisage-t-il de vivre sa maison?
    La concrétisation de cette analyse s’est formalisée dans la combinaison d’une maison en L et d’un pavillon d’amis, associé, mais indépendant.
    Deux préoccupations majeures ont influencé l’implantation des constructions : la conservation des arbres remarquables du site autour desquels il fallait construire, et la volonté d’une intimité malgré la multiplicité de logements largement ouverts sur le même terrain.
    Les logements sont alors fragmentés en volumes simples, pour une meilleure intégration au site et à sa végétation, disposés et orientés de manière à préserver les jardins privés des espaces communs de desserte. L’accès aux logements se fait depuis les façades Nord et Est, relativement fermées pour l’isolation thermique et préserver des regards. Les façades Sud et Ouest, quant à elles largement vitrées, bordent les jardins.
    Des panneaux coulissants à claire-voie, ou des auvents, permettent de préserver les vitrages du soleil, et ainsi éviter la surchauffe du logement en été, tout en bénéficiant d’un apport passif en hiver.
    Les baies coulissantes, comme les panneaux à claire-voie, sur jardin rendent l’espace évolutif. Les limites des logements varient suivant les configurations. Complètement fermé, nuancé ou complètement ouvert, l’intérieur se confond avec l’extérieur, le jardin s’invitant dans le séjour.
    Au-delà d’une volonté d’écriture architecturale contemporaine, qui pourrait par ailleurs s’exprimer de différentes façons, il s’agit, au travers de la simplicité volumétrique mise en œuvre dans ce projet, de répondre aux préoccupations économiques du client. Des formes simples et des dimensions raisonnables permettent de contenir les coûts de construction. Cette démarche a pour principale ambition de concentrer le budget de l’opération sur la qualité spatiale des logements. Les volumes et la lumière sont privilégiés au travers d’espaces de vie généreux et de larges surfaces vitrées.