THIBAULT MACHU ARCHITECTURE

  • Thibault Machu Architecture _ Concours BIM 2016
    Thibault Machu Architecture _ Concours BIM 2016
    Neuf 
    Sans
    (93 - Seine-Saint-Denis)
    Rue de Paris
    93000 Bobigny
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Polantis
    Le Concours BIM 2016 a pour objectif de faire la promotion de la méthode de travail qu'est le BIM. Le projet, sur le thème d'un programme de pépinière/incubateur d'entreprises à Bobigny, fait donc l'objet d'une maquette numérique BIM.

    Situé entre la rue de Paris et le canal de l’Ourcq, le site est une enclave, sclérosé par les axes de circulations massives qui le cernent, mais qui pour autant, bénéficie d’un cadre enviable, en s’ouvrant sur un appendice dégagé au sein de la ville: le canal de l’Ourcq.
    Le projet urbain s’articule autour de cette respiration, tournant le dos aux axes routiers et ferroviaires par la mise en place d’un front bâti de grande hauteur qui protège le coeur du site des éléments néfastes tels que le bruit, la pollution, les mouvements intempestifs, etc... et permettant ainsi un aménagement doux et végétalisé, du type bois habité, orienté sur le canal.
    Alors que le poumon du site sera essentiellement organisé en logements (collectifs et semi-collectifs), la ceinture du projet sera composé de deux équipements: la pépinière, ainsi qu’un parking silo (adossé aux voies ferrées), reliés entre eux par une bande de bâtiment d’habitation faisant front à la rue de Paris. Des perméabilités visuelles entre la voie et le canal seront établies afin d’assouplir la redondance du bâti et d’inviter à le traverser pour profiter des espaces végétalisés et de l’attractivité du canal.
    Localisée en proue du site, à un emplacement crucial puisqu’implanté entre la rue de Paris, au carrefour avec l’avenue Jean Jaurès, et le canal de l’Ourcq, la pépinière se veut un élément important dans la mise en place des enjeux du site. Le bâtiment se construit donc sur un soclerecouvrant pratiquement la totalité de la parcelle, et sur lequel vient s’adosser, en limite du carrefour Paris/Jaurès, un élément haut, scindé en deux parties distinctes et créant ainsi une percée visuelle importante entre le carrefour et le canal. Chacune des parties répond ainsi au programme en accueillant une entité de celui-ci: les surfaces propres dans la partie basse, les surfaces privatives dans la partie haute, les surfaces communes dans le socle, qui fait également la jonction entre toute les entités programmatiques... sans oublier le parcking en sous-sol! Le bâtiment entier se tourne vers le canal, notamment grâce à la cours intérieure et aux activités annexes tel que le restaurant et la salle de sport, ouverts sur les quais.
    Le langage architectonique reprend ce même thème, puisqu’une peau de cuivre brossé, matériaux riche et éclatant, vient envelopper et protéger le bâti des voiries, alors qu’il est presque à nu et plus fragile en coeur d’ilôt, avec la mise en oeuvre d’un bardage bois ajouré sur les façades et de toitures végétalisées. La symbolique de l’écrin qui couve ses précieuses pousses se joint à celle de la cîme du bâti, qui hiérarchise les entreprises entre-elles, les plus expérimentées étant installés au sommet du bâtiment... le socle se devant d’être une base commune.
  • Thibault Machu Architecture _ Concours BIM 2016
    Thibault Machu Architecture _ Concours BIM 2016
    Neuf 
    Sans
    (93 - Seine-Saint-Denis)
    Rue de Paris
    93000 Bobigny
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Polantis
    Le Concours BIM 2016 a pour objectif de faire la promotion de la méthode de travail qu'est le BIM. Le projet, sur le thème d'un programme de pépinière/incubateur d'entreprises à Bobigny, fait donc l'objet d'une maquette numérique BIM.

    Situé entre la rue de Paris et le canal de l’Ourcq, le site est une enclave, sclérosé par les axes de circulations massives qui le cernent, mais qui pour autant, bénéficie d’un cadre enviable, en s’ouvrant sur un appendice dégagé au sein de la ville: le canal de l’Ourcq.
    Le projet urbain s’articule autour de cette respiration, tournant le dos aux axes routiers et ferroviaires par la mise en place d’un front bâti de grande hauteur qui protège le coeur du site des éléments néfastes tels que le bruit, la pollution, les mouvements intempestifs, etc... et permettant ainsi un aménagement doux et végétalisé, du type bois habité, orienté sur le canal.
    Alors que le poumon du site sera essentiellement organisé en logements (collectifs et semi-collectifs), la ceinture du projet sera composé de deux équipements: la pépinière, ainsi qu’un parking silo (adossé aux voies ferrées), reliés entre eux par une bande de bâtiment d’habitation faisant front à la rue de Paris. Des perméabilités visuelles entre la voie et le canal seront établies afin d’assouplir la redondance du bâti et d’inviter à le traverser pour profiter des espaces végétalisés et de l’attractivité du canal.
    Localisée en proue du site, à un emplacement crucial puisqu’implanté entre la rue de Paris, au carrefour avec l’avenue Jean Jaurès, et le canal de l’Ourcq, la pépinière se veut un élément important dans la mise en place des enjeux du site. Le bâtiment se construit donc sur un soclerecouvrant pratiquement la totalité de la parcelle, et sur lequel vient s’adosser, en limite du carrefour Paris/Jaurès, un élément haut, scindé en deux parties distinctes et créant ainsi une percée visuelle importante entre le carrefour et le canal. Chacune des parties répond ainsi au programme en accueillant une entité de celui-ci: les surfaces propres dans la partie basse, les surfaces privatives dans la partie haute, les surfaces communes dans le socle, qui fait également la jonction entre toute les entités programmatiques... sans oublier le parcking en sous-sol! Le bâtiment entier se tourne vers le canal, notamment grâce à la cours intérieure et aux activités annexes tel que le restaurant et la salle de sport, ouverts sur les quais.
    Le langage architectonique reprend ce même thème, puisqu’une peau de cuivre brossé, matériaux riche et éclatant, vient envelopper et protéger le bâti des voiries, alors qu’il est presque à nu et plus fragile en coeur d’ilôt, avec la mise en oeuvre d’un bardage bois ajouré sur les façades et de toitures végétalisées. La symbolique de l’écrin qui couve ses précieuses pousses se joint à celle de la cîme du bâti, qui hiérarchise les entreprises entre-elles, les plus expérimentées étant installés au sommet du bâtiment... le socle se devant d’être une base commune.