tapii'Oca

  • Concours Décembre 2011
    Architecte associée
    Architecte mandataire: SARL TEILLARD-THOMAS-COUFFY
    Maitre d'ouvrage: Communauté de communes du Luy du Béarn
    Images: Mathieu BLANC



    MAISON DE LA MUSIQUE DU LUY DE BEARN
    La problématique du maître d’ouvrage est, à la fois de construire une maison de la musique dans le respect du programme fonctionnel et technique et d’apporter sur le site un équipement qui parachève la restructuration engagée du site.

    Un bâtiment qui renforce la cohérence du site.
    Une implantation à l' Ouest du terrain permet la perception d’une placette qui conduit naturellement aux accès de la maison de la musique puis de la salle polyvalente par un parvis perpendiculaire à l’allée LANOT. Cette placette reçoit volontairement un traitement paysagé, et non pas purement minéral qui ne s’impose pas eut égard à la nature peu urbaine du site.

    La maison de la musique est adossée à un talus végétalisé qui sépare la zone de parking à l’Ouest, et qui permet une lecture paysagère du site depuis les immeubles voisins, rehaussée par la toiture végétalisée du bâtiment.

    Le parking, accessible depuis la voie principale, permet la dépose minute sécurisée et le stationnement d’une vingtaine de véhicules. Une zone de livraison pour l’ensemble est prévue le long de la nouvelle voie. Elle dessert directement une cour de service ainsi à l’abri des regards

    Un bâtiment simple, léger et sensible en réponse à un environnement boisé.

    Le traitement paysagé envisagé par la commune a pour but de lier l’ensemble des équipements par la création structurante d’une allée plantée et par le renforcement de la coulée verte composée de grands chênes.

    Pour répondre à cette démarche paysagère, nous proposons une architecture de légèreté, sensible, lumineuse, où le bois et les transparences sont mis en valeur sous une fine toiture ondulante, presque évanescente, en accord avec l’identité musicale du bâtiment. Seul le volume de la salle publique s’affirme lourdement, monolithe simplement percé de fentes lumineuses, comme autant de notes sur une partition.

    Une maison de la musique ouverte sur l’extérieur mais organisée vers l’intérieur.
    Nous avons voulu que le bâtiment soit largement «ouvert» sur l’extérieur parce qu’il participe à la vocation culturelle du site et qu’il doit être un phare, un appel pour les jeunes. Ainsi, pourra-t-on entrevoir la vie intérieure au travers d’un couloir vitré derrière une foret de potelets bois «rythmés» et qui recevra un plafond ondulant, traduisant la légèreté de la toiture.
    A l’inverse,un tel programme nécessite un «calme» évident, à l’abri de l’animation du site.
    Ce couloir dessert donc l’ensemble du programme vers l’intérieur, autour d’un patio qui apporte le calme, la lumière, et « agrandit » le hall d’accueil.
    Cet accueil, cette transparence c'est bien la « vitrine » de la maison. Les différents éléments du programme s’organisent ensuite autour du patio 


    Une construction compacte,favorable au traitement phonique et environnemental de l’équipement
    Les différents pôles du programme sont construits comme autant de boites à l’intérieur de la structure « légère » extérieure

    Le couloir extérieur est une structure légère, indépendante du reste de la structure et largement vitré. Il assure ainsi, par son ensoleillement direct, une fonction d’inertie bioclimatique qui confèrera à ce couloir, volontairement non chauffé puisque espace de transition, une température de base suffisante.

    Les salles intérieures sont toutes conçues en construction phoniques indépendantes pour répondre aux impératifs d’usage du programme. Les murs adoptent des formes non rectangulaires, favorables à l’acoustique, ainsi que certains traitements de surface.

    Le patio intérieur permet la récupération de toutes les eaux de pluie des toitures, l’ensoleillement maîtrisé des salles de cour, et l’ouverture naturelle possible des fenêtres des salles sans risque des nuisances phoniques extérieures.

    La salle des prestations publiques, de par sa forme en « conque » et sa nature massive, répond naturellement aux objectifs phoniques demandés. Un espace de rangement, facile et vaste, se situe derrière la scène, accessible directement depuis l’extérieur et la cour de service, très fonctionnelle.
  • Concours Décembre 2011
    Architecte associée
    Architecte mandataire: SARL TEILLARD-THOMAS-COUFFY
    Maitre d'ouvrage: Communauté de communes du Luy du Béarn
    Images: Mathieu BLANC



    MAISON DE LA MUSIQUE DU LUY DE BEARN
    La problématique du maître d’ouvrage est, à la fois de construire une maison de la musique dans le respect du programme fonctionnel et technique et d’apporter sur le site un équipement qui parachève la restructuration engagée du site.

    Un bâtiment qui renforce la cohérence du site.
    Une implantation à l' Ouest du terrain permet la perception d’une placette qui conduit naturellement aux accès de la maison de la musique puis de la salle polyvalente par un parvis perpendiculaire à l’allée LANOT. Cette placette reçoit volontairement un traitement paysagé, et non pas purement minéral qui ne s’impose pas eut égard à la nature peu urbaine du site.

    La maison de la musique est adossée à un talus végétalisé qui sépare la zone de parking à l’Ouest, et qui permet une lecture paysagère du site depuis les immeubles voisins, rehaussée par la toiture végétalisée du bâtiment.

    Le parking, accessible depuis la voie principale, permet la dépose minute sécurisée et le stationnement d’une vingtaine de véhicules. Une zone de livraison pour l’ensemble est prévue le long de la nouvelle voie. Elle dessert directement une cour de service ainsi à l’abri des regards

    Un bâtiment simple, léger et sensible en réponse à un environnement boisé.

    Le traitement paysagé envisagé par la commune a pour but de lier l’ensemble des équipements par la création structurante d’une allée plantée et par le renforcement de la coulée verte composée de grands chênes.

    Pour répondre à cette démarche paysagère, nous proposons une architecture de légèreté, sensible, lumineuse, où le bois et les transparences sont mis en valeur sous une fine toiture ondulante, presque évanescente, en accord avec l’identité musicale du bâtiment. Seul le volume de la salle publique s’affirme lourdement, monolithe simplement percé de fentes lumineuses, comme autant de notes sur une partition.

    Une maison de la musique ouverte sur l’extérieur mais organisée vers l’intérieur.
    Nous avons voulu que le bâtiment soit largement «ouvert» sur l’extérieur parce qu’il participe à la vocation culturelle du site et qu’il doit être un phare, un appel pour les jeunes. Ainsi, pourra-t-on entrevoir la vie intérieure au travers d’un couloir vitré derrière une foret de potelets bois «rythmés» et qui recevra un plafond ondulant, traduisant la légèreté de la toiture.
    A l’inverse,un tel programme nécessite un «calme» évident, à l’abri de l’animation du site.
    Ce couloir dessert donc l’ensemble du programme vers l’intérieur, autour d’un patio qui apporte le calme, la lumière, et « agrandit » le hall d’accueil.
    Cet accueil, cette transparence c'est bien la « vitrine » de la maison. Les différents éléments du programme s’organisent ensuite autour du patio 


    Une construction compacte,favorable au traitement phonique et environnemental de l’équipement
    Les différents pôles du programme sont construits comme autant de boites à l’intérieur de la structure « légère » extérieure

    Le couloir extérieur est une structure légère, indépendante du reste de la structure et largement vitré. Il assure ainsi, par son ensoleillement direct, une fonction d’inertie bioclimatique qui confèrera à ce couloir, volontairement non chauffé puisque espace de transition, une température de base suffisante.

    Les salles intérieures sont toutes conçues en construction phoniques indépendantes pour répondre aux impératifs d’usage du programme. Les murs adoptent des formes non rectangulaires, favorables à l’acoustique, ainsi que certains traitements de surface.

    Le patio intérieur permet la récupération de toutes les eaux de pluie des toitures, l’ensoleillement maîtrisé des salles de cour, et l’ouverture naturelle possible des fenêtres des salles sans risque des nuisances phoniques extérieures.

    La salle des prestations publiques, de par sa forme en « conque » et sa nature massive, répond naturellement aux objectifs phoniques demandés. Un espace de rangement, facile et vaste, se situe derrière la scène, accessible directement depuis l’extérieur et la cour de service, très fonctionnelle.
  • Concours Décembre 2011
    Architecte associée
    Architecte mandataire: SARL TEILLARD-THOMAS-COUFFY
    Maitre d'ouvrage: Communauté de communes du Luy du Béarn
    Images: Mathieu BLANC



    MAISON DE LA MUSIQUE DU LUY DE BEARN
    La problématique du maître d’ouvrage est, à la fois de construire une maison de la musique dans le respect du programme fonctionnel et technique et d’apporter sur le site un équipement qui parachève la restructuration engagée du site.

    Un bâtiment qui renforce la cohérence du site.
    Une implantation à l' Ouest du terrain permet la perception d’une placette qui conduit naturellement aux accès de la maison de la musique puis de la salle polyvalente par un parvis perpendiculaire à l’allée LANOT. Cette placette reçoit volontairement un traitement paysagé, et non pas purement minéral qui ne s’impose pas eut égard à la nature peu urbaine du site.

    La maison de la musique est adossée à un talus végétalisé qui sépare la zone de parking à l’Ouest, et qui permet une lecture paysagère du site depuis les immeubles voisins, rehaussée par la toiture végétalisée du bâtiment.

    Le parking, accessible depuis la voie principale, permet la dépose minute sécurisée et le stationnement d’une vingtaine de véhicules. Une zone de livraison pour l’ensemble est prévue le long de la nouvelle voie. Elle dessert directement une cour de service ainsi à l’abri des regards

    Un bâtiment simple, léger et sensible en réponse à un environnement boisé.

    Le traitement paysagé envisagé par la commune a pour but de lier l’ensemble des équipements par la création structurante d’une allée plantée et par le renforcement de la coulée verte composée de grands chênes.

    Pour répondre à cette démarche paysagère, nous proposons une architecture de légèreté, sensible, lumineuse, où le bois et les transparences sont mis en valeur sous une fine toiture ondulante, presque évanescente, en accord avec l’identité musicale du bâtiment. Seul le volume de la salle publique s’affirme lourdement, monolithe simplement percé de fentes lumineuses, comme autant de notes sur une partition.

    Une maison de la musique ouverte sur l’extérieur mais organisée vers l’intérieur.
    Nous avons voulu que le bâtiment soit largement «ouvert» sur l’extérieur parce qu’il participe à la vocation culturelle du site et qu’il doit être un phare, un appel pour les jeunes. Ainsi, pourra-t-on entrevoir la vie intérieure au travers d’un couloir vitré derrière une foret de potelets bois «rythmés» et qui recevra un plafond ondulant, traduisant la légèreté de la toiture.
    A l’inverse,un tel programme nécessite un «calme» évident, à l’abri de l’animation du site.
    Ce couloir dessert donc l’ensemble du programme vers l’intérieur, autour d’un patio qui apporte le calme, la lumière, et « agrandit » le hall d’accueil.
    Cet accueil, cette transparence c'est bien la « vitrine » de la maison. Les différents éléments du programme s’organisent ensuite autour du patio 


    Une construction compacte,favorable au traitement phonique et environnemental de l’équipement
    Les différents pôles du programme sont construits comme autant de boites à l’intérieur de la structure « légère » extérieure

    Le couloir extérieur est une structure légère, indépendante du reste de la structure et largement vitré. Il assure ainsi, par son ensoleillement direct, une fonction d’inertie bioclimatique qui confèrera à ce couloir, volontairement non chauffé puisque espace de transition, une température de base suffisante.

    Les salles intérieures sont toutes conçues en construction phoniques indépendantes pour répondre aux impératifs d’usage du programme. Les murs adoptent des formes non rectangulaires, favorables à l’acoustique, ainsi que certains traitements de surface.

    Le patio intérieur permet la récupération de toutes les eaux de pluie des toitures, l’ensoleillement maîtrisé des salles de cour, et l’ouverture naturelle possible des fenêtres des salles sans risque des nuisances phoniques extérieures.

    La salle des prestations publiques, de par sa forme en « conque » et sa nature massive, répond naturellement aux objectifs phoniques demandés. Un espace de rangement, facile et vaste, se situe derrière la scène, accessible directement depuis l’extérieur et la cour de service, très fonctionnelle.
  • Concours Décembre 2011
    Architecte associée
    Architecte mandataire: SARL TEILLARD-THOMAS-COUFFY
    Maitre d'ouvrage: Communauté de communes du Luy du Béarn
    Images: Mathieu BLANC



    MAISON DE LA MUSIQUE DU LUY DE BEARN
    La problématique du maître d’ouvrage est, à la fois de construire une maison de la musique dans le respect du programme fonctionnel et technique et d’apporter sur le site un équipement qui parachève la restructuration engagée du site.

    Un bâtiment qui renforce la cohérence du site.
    Une implantation à l' Ouest du terrain permet la perception d’une placette qui conduit naturellement aux accès de la maison de la musique puis de la salle polyvalente par un parvis perpendiculaire à l’allée LANOT. Cette placette reçoit volontairement un traitement paysagé, et non pas purement minéral qui ne s’impose pas eut égard à la nature peu urbaine du site.

    La maison de la musique est adossée à un talus végétalisé qui sépare la zone de parking à l’Ouest, et qui permet une lecture paysagère du site depuis les immeubles voisins, rehaussée par la toiture végétalisée du bâtiment.

    Le parking, accessible depuis la voie principale, permet la dépose minute sécurisée et le stationnement d’une vingtaine de véhicules. Une zone de livraison pour l’ensemble est prévue le long de la nouvelle voie. Elle dessert directement une cour de service ainsi à l’abri des regards

    Un bâtiment simple, léger et sensible en réponse à un environnement boisé.

    Le traitement paysagé envisagé par la commune a pour but de lier l’ensemble des équipements par la création structurante d’une allée plantée et par le renforcement de la coulée verte composée de grands chênes.

    Pour répondre à cette démarche paysagère, nous proposons une architecture de légèreté, sensible, lumineuse, où le bois et les transparences sont mis en valeur sous une fine toiture ondulante, presque évanescente, en accord avec l’identité musicale du bâtiment. Seul le volume de la salle publique s’affirme lourdement, monolithe simplement percé de fentes lumineuses, comme autant de notes sur une partition.

    Une maison de la musique ouverte sur l’extérieur mais organisée vers l’intérieur.
    Nous avons voulu que le bâtiment soit largement «ouvert» sur l’extérieur parce qu’il participe à la vocation culturelle du site et qu’il doit être un phare, un appel pour les jeunes. Ainsi, pourra-t-on entrevoir la vie intérieure au travers d’un couloir vitré derrière une foret de potelets bois «rythmés» et qui recevra un plafond ondulant, traduisant la légèreté de la toiture.
    A l’inverse,un tel programme nécessite un «calme» évident, à l’abri de l’animation du site.
    Ce couloir dessert donc l’ensemble du programme vers l’intérieur, autour d’un patio qui apporte le calme, la lumière, et « agrandit » le hall d’accueil.
    Cet accueil, cette transparence c'est bien la « vitrine » de la maison. Les différents éléments du programme s’organisent ensuite autour du patio 


    Une construction compacte,favorable au traitement phonique et environnemental de l’équipement
    Les différents pôles du programme sont construits comme autant de boites à l’intérieur de la structure « légère » extérieure

    Le couloir extérieur est une structure légère, indépendante du reste de la structure et largement vitré. Il assure ainsi, par son ensoleillement direct, une fonction d’inertie bioclimatique qui confèrera à ce couloir, volontairement non chauffé puisque espace de transition, une température de base suffisante.

    Les salles intérieures sont toutes conçues en construction phoniques indépendantes pour répondre aux impératifs d’usage du programme. Les murs adoptent des formes non rectangulaires, favorables à l’acoustique, ainsi que certains traitements de surface.

    Le patio intérieur permet la récupération de toutes les eaux de pluie des toitures, l’ensoleillement maîtrisé des salles de cour, et l’ouverture naturelle possible des fenêtres des salles sans risque des nuisances phoniques extérieures.

    La salle des prestations publiques, de par sa forme en « conque » et sa nature massive, répond naturellement aux objectifs phoniques demandés. Un espace de rangement, facile et vaste, se situe derrière la scène, accessible directement depuis l’extérieur et la cour de service, très fonctionnelle.
  • Concours Décembre 2011
    Architecte associée
    Architecte mandataire: SARL TEILLARD-THOMAS-COUFFY
    Maitre d'ouvrage: Communauté de communes du Luy du Béarn
    Images: Mathieu BLANC



    MAISON DE LA MUSIQUE DU LUY DE BEARN
    La problématique du maître d’ouvrage est, à la fois de construire une maison de la musique dans le respect du programme fonctionnel et technique et d’apporter sur le site un équipement qui parachève la restructuration engagée du site.

    Un bâtiment qui renforce la cohérence du site.
    Une implantation à l' Ouest du terrain permet la perception d’une placette qui conduit naturellement aux accès de la maison de la musique puis de la salle polyvalente par un parvis perpendiculaire à l’allée LANOT. Cette placette reçoit volontairement un traitement paysagé, et non pas purement minéral qui ne s’impose pas eut égard à la nature peu urbaine du site.

    La maison de la musique est adossée à un talus végétalisé qui sépare la zone de parking à l’Ouest, et qui permet une lecture paysagère du site depuis les immeubles voisins, rehaussée par la toiture végétalisée du bâtiment.

    Le parking, accessible depuis la voie principale, permet la dépose minute sécurisée et le stationnement d’une vingtaine de véhicules. Une zone de livraison pour l’ensemble est prévue le long de la nouvelle voie. Elle dessert directement une cour de service ainsi à l’abri des regards

    Un bâtiment simple, léger et sensible en réponse à un environnement boisé.

    Le traitement paysagé envisagé par la commune a pour but de lier l’ensemble des équipements par la création structurante d’une allée plantée et par le renforcement de la coulée verte composée de grands chênes.

    Pour répondre à cette démarche paysagère, nous proposons une architecture de légèreté, sensible, lumineuse, où le bois et les transparences sont mis en valeur sous une fine toiture ondulante, presque évanescente, en accord avec l’identité musicale du bâtiment. Seul le volume de la salle publique s’affirme lourdement, monolithe simplement percé de fentes lumineuses, comme autant de notes sur une partition.

    Une maison de la musique ouverte sur l’extérieur mais organisée vers l’intérieur.
    Nous avons voulu que le bâtiment soit largement «ouvert» sur l’extérieur parce qu’il participe à la vocation culturelle du site et qu’il doit être un phare, un appel pour les jeunes. Ainsi, pourra-t-on entrevoir la vie intérieure au travers d’un couloir vitré derrière une foret de potelets bois «rythmés» et qui recevra un plafond ondulant, traduisant la légèreté de la toiture.
    A l’inverse,un tel programme nécessite un «calme» évident, à l’abri de l’animation du site.
    Ce couloir dessert donc l’ensemble du programme vers l’intérieur, autour d’un patio qui apporte le calme, la lumière, et « agrandit » le hall d’accueil.
    Cet accueil, cette transparence c'est bien la « vitrine » de la maison. Les différents éléments du programme s’organisent ensuite autour du patio 


    Une construction compacte,favorable au traitement phonique et environnemental de l’équipement
    Les différents pôles du programme sont construits comme autant de boites à l’intérieur de la structure « légère » extérieure

    Le couloir extérieur est une structure légère, indépendante du reste de la structure et largement vitré. Il assure ainsi, par son ensoleillement direct, une fonction d’inertie bioclimatique qui confèrera à ce couloir, volontairement non chauffé puisque espace de transition, une température de base suffisante.

    Les salles intérieures sont toutes conçues en construction phoniques indépendantes pour répondre aux impératifs d’usage du programme. Les murs adoptent des formes non rectangulaires, favorables à l’acoustique, ainsi que certains traitements de surface.

    Le patio intérieur permet la récupération de toutes les eaux de pluie des toitures, l’ensoleillement maîtrisé des salles de cour, et l’ouverture naturelle possible des fenêtres des salles sans risque des nuisances phoniques extérieures.

    La salle des prestations publiques, de par sa forme en « conque » et sa nature massive, répond naturellement aux objectifs phoniques demandés. Un espace de rangement, facile et vaste, se situe derrière la scène, accessible directement depuis l’extérieur et la cour de service, très fonctionnelle.
  • Concours Décembre 2011
    Architecte associée
    Architecte mandataire: SARL TEILLARD-THOMAS-COUFFY
    Maitre d'ouvrage: Communauté de communes du Luy du Béarn
    Images: Mathieu BLANC



    MAISON DE LA MUSIQUE DU LUY DE BEARN
    La problématique du maître d’ouvrage est, à la fois de construire une maison de la musique dans le respect du programme fonctionnel et technique et d’apporter sur le site un équipement qui parachève la restructuration engagée du site.

    Un bâtiment qui renforce la cohérence du site.
    Une implantation à l' Ouest du terrain permet la perception d’une placette qui conduit naturellement aux accès de la maison de la musique puis de la salle polyvalente par un parvis perpendiculaire à l’allée LANOT. Cette placette reçoit volontairement un traitement paysagé, et non pas purement minéral qui ne s’impose pas eut égard à la nature peu urbaine du site.

    La maison de la musique est adossée à un talus végétalisé qui sépare la zone de parking à l’Ouest, et qui permet une lecture paysagère du site depuis les immeubles voisins, rehaussée par la toiture végétalisée du bâtiment.

    Le parking, accessible depuis la voie principale, permet la dépose minute sécurisée et le stationnement d’une vingtaine de véhicules. Une zone de livraison pour l’ensemble est prévue le long de la nouvelle voie. Elle dessert directement une cour de service ainsi à l’abri des regards

    Un bâtiment simple, léger et sensible en réponse à un environnement boisé.

    Le traitement paysagé envisagé par la commune a pour but de lier l’ensemble des équipements par la création structurante d’une allée plantée et par le renforcement de la coulée verte composée de grands chênes.

    Pour répondre à cette démarche paysagère, nous proposons une architecture de légèreté, sensible, lumineuse, où le bois et les transparences sont mis en valeur sous une fine toiture ondulante, presque évanescente, en accord avec l’identité musicale du bâtiment. Seul le volume de la salle publique s’affirme lourdement, monolithe simplement percé de fentes lumineuses, comme autant de notes sur une partition.

    Une maison de la musique ouverte sur l’extérieur mais organisée vers l’intérieur.
    Nous avons voulu que le bâtiment soit largement «ouvert» sur l’extérieur parce qu’il participe à la vocation culturelle du site et qu’il doit être un phare, un appel pour les jeunes. Ainsi, pourra-t-on entrevoir la vie intérieure au travers d’un couloir vitré derrière une foret de potelets bois «rythmés» et qui recevra un plafond ondulant, traduisant la légèreté de la toiture.
    A l’inverse,un tel programme nécessite un «calme» évident, à l’abri de l’animation du site.
    Ce couloir dessert donc l’ensemble du programme vers l’intérieur, autour d’un patio qui apporte le calme, la lumière, et « agrandit » le hall d’accueil.
    Cet accueil, cette transparence c'est bien la « vitrine » de la maison. Les différents éléments du programme s’organisent ensuite autour du patio 


    Une construction compacte,favorable au traitement phonique et environnemental de l’équipement
    Les différents pôles du programme sont construits comme autant de boites à l’intérieur de la structure « légère » extérieure

    Le couloir extérieur est une structure légère, indépendante du reste de la structure et largement vitré. Il assure ainsi, par son ensoleillement direct, une fonction d’inertie bioclimatique qui confèrera à ce couloir, volontairement non chauffé puisque espace de transition, une température de base suffisante.

    Les salles intérieures sont toutes conçues en construction phoniques indépendantes pour répondre aux impératifs d’usage du programme. Les murs adoptent des formes non rectangulaires, favorables à l’acoustique, ainsi que certains traitements de surface.

    Le patio intérieur permet la récupération de toutes les eaux de pluie des toitures, l’ensoleillement maîtrisé des salles de cour, et l’ouverture naturelle possible des fenêtres des salles sans risque des nuisances phoniques extérieures.

    La salle des prestations publiques, de par sa forme en « conque » et sa nature massive, répond naturellement aux objectifs phoniques demandés. Un espace de rangement, facile et vaste, se situe derrière la scène, accessible directement depuis l’extérieur et la cour de service, très fonctionnelle.