stefan haag - architecte dplg

  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.
  • • Date de livraison : 2012
    • Ville : Chamonix
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : Privé
    • SHON : 898 m²
    • Nature de la mission : mission globale - Réhabilitation et rénovation du Refuge Albert 1er

    1. Présentation du refuge

    Le refuge de l’Albert 1er est situé dans le secteur nord-est du Massif du Mont-Blanc - commune de Chamonix - à une altitude de 2712m, le long du glacier du Tour. Il est accessible par le haut de la vallée de Chamonix et est visible à partir du village du Tour dans un environnement de haute montagne

    Le refuge se situe au sommet d’une moraine glacière bien dessinée, bordant la rive droite du glacier du Tour. Sur l’arête de cette moraine serpente le sentier d’accès au bâtiment, qui se tient à l’altitude limite des neiges éternelles en été.

    Il se compose de deux corps de bâtiment, l’ancien refuge qui fait office de refuge d’hiver et le bâtiment principal qui accueille les randonneurs durant les mois d’ouverture du refuge.

    2. Objectifs de la réhabilitation et de la rénovation

    - Remise à niveau en terme de bâtiments et de leur impact sur le site
    - Mise en conformité des normes de sécurité
    - Mise en conformité des normes d’hygiène
    - Maintien de la capacité d’environ 150 couchettes pour le public dont 19 couchettes dans le refuge d’hiver et 8 places dédiées au personnel en été
    - Surface utile : globale 670m², dont 570m² réservés aux usagers et 100m² au gardien et ses aides

    3. Présentation du projet architectural

    Le refuge de l’Albert 1er étant une destination accessible à tout type de randonneurs, le bâtiment doit être l’exemple de ce qui existe en matière de production architecturale, et de techniques de mise en œuvre respectueuses de l’environnement et de son site d’accueil.
    La proposition faite pour rénover et réaménager l’Albert 1er porte sur la modification du principe de fonctionnement même du refuge et sur une hiérarchisation complète des espaces qui composent le bâtiment. Ces modifications importantes recomposent le volume du refuge et l’expression du bâtiment.

    Le schéma directif de l’aménagement et sa fonctionnalité :
    - Réorganisation par groupement des fonctions par étage « d’activités », ce qui simplifie l’usage des lieux en réduisant les allers-retours entre les différents niveaux du refuge.
    - Le positionnement du refuge sur le rocher et les eaux de ruissellement nécessitent la modification des pièces situées en amont et souligne l’importance du traitement des eaux pluviales et eaux de fonte des neiges.
    - La question de l’amélioration des espaces sanitaires, de la mise aux normes et agrandissement de l’espace de la cuisine, ainsi qu’une valorisation de l’espace privatif du guide et des aides sont d’une première importance.
    - Le nombre d’usagers durant les beaux jours nous conforte dans la nécessité de garantir une capacité d’accueil au moins identique à l’existant. La cuisine est également de taille insuffisante, ce qui limite sa mise aux normes sanitaires et d’hygiène. La salle commune est devenue inadaptée par rapport à la fréquentation actuelle, obligeant à faire de 1 à 3 services.
    - Compte tenu de la définition du programme, le projet propose l’ajout d’un étage supplémentaire au-dessus de la toiture existante de manière à donner une caractéristique propre à chacun des espaces. La proposition faite quant à la surélévation d’un niveau complémentaire offre des caractéristiques économiques appréciables puisqu’elle évite des interventions lourdes sur le bâtiment même et sur son environnement proche.
    - Le choix porté sur une construction légère en bois permet, outre les qualités écologiques du matériau, une minimisation des rotations d’hélicoptère ou encore une rapidité de mise en œuvre favorables au maintien d’une activité d’accueil du refuge.
    - Cet aménagement de volume est pensé sur le système d’une enveloppe qui vient se poser sur la toiture existante et qui reprend l’aspect abrupt des montagnes environnantes, cela permet également de récupérer les eaux de pluie en toiture et de les réutiliser en eau sanitaire lors des périodes de manque d’eau au refuge.
    - Cette enveloppe est traitée en aspect foncé mat (zinc prépatiné en pose joint debout), avec des bandeaux de fenêtres sur tout le pourtour du bâtiment afin d’offrir des points de vue différents sur le paysage alentours dans chacune des pièces par une lecture horizontale.
    • Ce traitement contemporain de la façade offre un dialogue subtil entre le bâtiment existant fait de béton et de pierres du site et cette couverture en zinc prépatiné.