stefan haag - architecte dplg

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.

  • • Date de livraison : 2009
    • Ville : Sallanches
    • Département : Haute-Savoie
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés : Nathalie Puissant
    • SHON : 1680m²
    • Nature de la mission : mission complète - construction d'un collectif de 21 appartements + commerces

    Le terrain est situé rue du Mont-Joly, au centre de la ville de Sallanches.

    Description du paysage et de l’environnement :

    a) Caractéristiques du bâti existant : des bâtiments existent actuellement sur la parcelle, initialement destinés au commerce et à l’artisanat, ils sont aujourd’hui dénués d’usage et laissés à l’abandon, à l’exception de la plus importante maison où deux personnes résident encore. Celle-ci, placée en retrait de la rue, forme une rupture avec le bâti traditionnel du centre ville fortement caractérisé par sa trame orthogonale, ses îlots, l’alignement des constructions en bordure de voie publique, la présence de commerces au rez-de-chaussée et la régularité du rythme des ouvertures en façade. Les constructions mitoyennes, s’élevant de part et d’autre de la parcelle concernée, respectent le tracé et son exigence d’alignement. Elles s’élèvent à des hauteurs différentes, l’une présentant un R+1+combles, la seconde un R+3+combles. Cet alignement des façades et cette disparité au niveau des hauteurs se vérifient dans toute la rue ainsi que dans les rues adjacentes.

    b) Topographie du site et du terrain : le terrain présente une légère déclivité, le point le plus haut étant situé à l’angle sud ouest de la parcelle. Malgré le contexte urbain, le terrain offre des vues dégagées sur les massifs environnants : à l’ouest les « Quatre Têtes », et à l’est, compte tenu des typologies R+1+combles des bâtiments faisant face à la parcelle, le « Mont blanc » et les « Aiguilles de Warens ».

    c) Caractéristiques de la végétation existante : la parcelle et l’ensemble de l’îlot sont marqués par la présence de végétation en leur centre, il s’agit d’un élément spécifique du tracé, opposant aspect urbain des façades sur rues et existence de jardins dans les cours.

    Justification de la façon dont le projet prend en compte le paysage et l’environnement existant :

    a) Prise en compte du bâti existant : les bâtiments existants sont détruits de manière à développer un nouveau bâtiment s’alignant en bordure de parcelle en adéquation avec le tracé orthogonal. Au rez-de-chaussée, le linéaire de façade est exclusivement dédié aux commerces, en conformité avec la mixité d’usage traditionnelle, seuls les accès au stationnement laissent entrevoir le coeur de la parcelle. Le nouveau bâtiment est composé de volumes simples, les loggias, en retrait à l’est et à l’ouest, associées aux ouvertures donnent un rythme régulier aux façades. Le bâtiment créé se développe en R+4+combles, ne dépassant toutefois pas la rive du bâtiment mitoyen au sud. L’aménagement des combles et l’utilisation de toute la profondeur autorisée favorisent le développement d’une certaine densité souhaitable dans ce contexte urbain. Cette densité est associée à de réelles qualités d’habitabilité du logement : stationnement intégrés en surface ou en sous-sol, loggias ou terrasse, apport de lumière naturelle, plantations, vues sur les massifs environnants depuis les niveaux supérieurs.

    b) Prise en compte du relief du terrain (talus, soutènement ...) : la pente est utilisée de manière à intégrer au mieux les stationnements en surface. Une plateforme, au même niveau que la rue du Mont-Joly, est créée en partie arrière du terrain pour éviter un vis-à-vis entre les parcelles voisines et les stationnements.

    c) Prise en compte de la végétation existante : au niveau du rez-de-chaussée une bande de végétation est ménagée en fond de parcelle, au r+1 les logements donnant à l’ouest sont liés à de petits espaces plantés. Ces éléments tendent à maintenir de la végétation à l’intérieur de l’îlot parallèlement à l’importante nécessité de stationnements.