POSITIVARCHI

  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    janvier 2015
    (67 - Bas-Rhin)
    quartier de l'Orangerie
    67000 STRASBOURG
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    H&M
    Avec plus d'arbres que de bâtiments à l'horizon et une vue imprenable sur pratiquement 360º, ce projet jouit d'un emplacement exceptionnel au sein d'une petite copropriété dans un des meilleurs quartiers de Strasbourg. L'architecte à l'origine de l'immeuble avait voulu l'attique open plan dans l'esprit des années 70, mais les anciens propriétaires l'avaient cloisonné bloquant les perspectives. Il fallait un nouveau propriétaire audacieux et une architecte volontaire pour démultiplier le potentiel de ce duplex quarante ans plus tard. Grâce à une maquette BIM réalisée par l'architecte, les clients ont pu visualiser en rendu photo réaliste, les différentes options de décloisonnement. Il a fallut abattre et percer plusieurs murs pour faire profiter au mieux des vues et des apports solaires passif au Sud. Certaines baies ont été condamnées au Nord et du triple vitrage installé à l'Est, dans le respects des données bioclimatiques.

    Le concept était d'ouvrir largement à la lumière et à l'activité le niveau supérieur où l'on arrive par un ascenseur desservant le logement. Par contre le niveau inférieur devait être lové dans l'intimité, chaque pièce se déployant comme les doigts d'un gant doublé de fourrure. Le lien entre le haut lumineux et le bas cocooning, se fait par le parquet qui descend l'escalier et entre dans les chambres. L'escalier d'origine retravaillé, a été inséré dans de nouvelles parois épaisses, tout comme la chambre principale qui semble creusée dans un bloc. Chaque surface monolithique renferme un usage: tête de lit, dressing, rangements, qui permet d'utiliser les "murs" comme des meubles sans perturber l'espace. Cet espace intérieur répond au besoin de quiétude des propriétaires en contraste avec leur envie de vitalité à l'étage. La transformation radicale du duplex a nécessité une rénovation complètes des réseaux existants (eau, électricité, ventilation, chauffage) et le dévoiement d'une gaine pour dégager la vue à plus de 180º depuis la cuisine dont aucun meuble haut n'encombre l'espace. Côté technique il fallait réduire au minimum les ponts thermiques sans dénaturer l'existant. Côté équipement tout a été remplacé pour le plus performant et le plus économique en énergie (baies vitrées bois-aluminium, plinthes chauffantes, éclairage LED, brises soleil orientables ) tout en respectant les impératifs d'une rénovation en copropriété (préparation pour la nouvelle ventilation par exemple).
    D'un point de vue isolation, les matériaux biosourcés ont été privilégiés que ce soit par la copropriété (pour les combles perdus) ou par le client (isolation par l'intérieur laine de bois à l'étage inférieur pour ne pas toucher le calepinage de pierre en façade). Une ITE pour l'attique complète l'ensemble. Les revêtements ont également été sélectionnés pour leurs propriétés naturelles (bois, peinture à l'argile) et leur sobriété, en ajoutant parfois l'éclat d'une mosaïque de verre. Le nouveau duplex est méconnaissable : confortable par la fluidité de ces espaces, la qualité de ses finitions en souligne l'élégance.