Philippe Capelier / BLUE TANGO ARCHITECTURES

  • Habitat 
    2007
    (34 - Hérault)
    ZAC des Cayrets, Rue Louis Vallière
    34300 AGDE
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FDI Promotion
    Ces deux immeubles sont situés dans une nouvelle zac, complètement anarchique, un non-sens urbanistique, qui impose, qui plus est, des toitures en tuiles.
    Notre projet tend à reconstituer une cohérence qui manque au quartier.
    Les deux bâtiments sont implantés selon un angle que l’on retrouve plus loin dans le paysage urbain ; la cour intérieure, avec un bassin, des jardinières de bambous, un patio qui descend au parking, est le cœur de cette résidence.
    Les immeubles sont constitués d’une base de cubes, avec des étages ceints d’une coursive et surmontés d’une toiture à quatre pentes, largement débordante ; une référence lointaine au château japonais.
    Les logements sont tous prolongés par un espace extérieur à vivre : un jardinet ou une terrasse pour ceux du rez-de-chaussée, un large balcon périphérique pour ceux des étages ; nous nous battons toujours pour obtenir cette pièce à vivre sur l’extérieur, tant appréciée sous nos climats, dans un contexte économique où les logements sont toujours plus petits.
    Les circulation communes, lieux possibles de rencontre et d’échange, sont toujours pour nous des lieux de réflexion : couloirs, avec des élargissements, naturellement éclairées, escaliers dessinés comme des fenêtres intérieures, passerelles et balcons sur les entrées principales.
  • Habitat 
    2007
    (34 - Hérault)
    ZAC des Cayrets, Rue Louis Vallière
    34300 AGDE
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FDI Promotion
    Ces deux immeubles sont situés dans une nouvelle zac, complètement anarchique, un non-sens urbanistique, qui impose, qui plus est, des toitures en tuiles.
    Notre projet tend à reconstituer une cohérence qui manque au quartier.
    Les deux bâtiments sont implantés selon un angle que l’on retrouve plus loin dans le paysage urbain ; la cour intérieure, avec un bassin, des jardinières de bambous, un patio qui descend au parking, est le cœur de cette résidence.
    Les immeubles sont constitués d’une base de cubes, avec des étages ceints d’une coursive et surmontés d’une toiture à quatre pentes, largement débordante ; une référence lointaine au château japonais.
    Les logements sont tous prolongés par un espace extérieur à vivre : un jardinet ou une terrasse pour ceux du rez-de-chaussée, un large balcon périphérique pour ceux des étages ; nous nous battons toujours pour obtenir cette pièce à vivre sur l’extérieur, tant appréciée sous nos climats, dans un contexte économique où les logements sont toujours plus petits.
    Les circulation communes, lieux possibles de rencontre et d’échange, sont toujours pour nous des lieux de réflexion : couloirs, avec des élargissements, naturellement éclairées, escaliers dessinés comme des fenêtres intérieures, passerelles et balcons sur les entrées principales.