MoMa architecture&design

  • Rénovation et rénovation thermique 
    Juin 2014
    (73 - Savoie)
    73450 VALLOIRE
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Particulier
    Après s’être approprié l’espace intérieur de sa demeure, réécrite par notre agence, la Maîtrise d’Ouvrage souhaite tisser une relation de continuité avec l’extérieur, le paysage immédiat du chalet.
    La posture première consiste à déplacer la rupture de niveaux des deux espaces. La surface intérieure se voit ainsi, augmentée et sa frontière sur l’extérieur, dissoute. Pour renforcer le parti, la géométrie choisie est la forme symbolisée par ses arrêtes, d’une maison à toiture deux pans.
    La structure épaissie, plus que ne l’impose la résistance mécanique, permet de dissimuler les enroulements des voilages de toiture.
    Le côté de la serrurerie opposé à la terrasse de base sera équipé d’une protection textile contre le vent. Un emmarchement simulé aléatoire, de monolithes de pierre en lévitation autorisera la circulation entre les espaces. La baie du salon, connectée à l’installation, filtrera le rayonnement solaire au moyen de brises soleil orientables mécaniquement. Le vantail sera de large ouverture, pivotant sur un axe en translation rectiligne afin de libérer encore, la percée.
    Résolument intemporelle de forme, la sculpture en greffe se matérialisera d’acier « corten » pour sa charpente, d’inox brossé pour ses gardes corps, de mélèze pour son plancher et de texture métallique pour ses voilages. La mise en lumière s’opèrera par un sous lignage de ruban de LED en dessous de la structure de la plateforme et d’une projection par faisceau à chaque liaison supérieure de pile. Ce dispositif signalera l’architecture sans pour autant éclairer les personnes mais en maintenant l’ensemble sous un filtre apaisant.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    Juin 2014
    (73 - Savoie)
    73450 VALLOIRE
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Particulier
    Après s’être approprié l’espace intérieur de sa demeure, réécrite par notre agence, la Maîtrise d’Ouvrage souhaite tisser une relation de continuité avec l’extérieur, le paysage immédiat du chalet.
    La posture première consiste à déplacer la rupture de niveaux des deux espaces. La surface intérieure se voit ainsi, augmentée et sa frontière sur l’extérieur, dissoute. Pour renforcer le parti, la géométrie choisie est la forme symbolisée par ses arrêtes, d’une maison à toiture deux pans.
    La structure épaissie, plus que ne l’impose la résistance mécanique, permet de dissimuler les enroulements des voilages de toiture.
    Le côté de la serrurerie opposé à la terrasse de base sera équipé d’une protection textile contre le vent. Un emmarchement simulé aléatoire, de monolithes de pierre en lévitation autorisera la circulation entre les espaces. La baie du salon, connectée à l’installation, filtrera le rayonnement solaire au moyen de brises soleil orientables mécaniquement. Le vantail sera de large ouverture, pivotant sur un axe en translation rectiligne afin de libérer encore, la percée.
    Résolument intemporelle de forme, la sculpture en greffe se matérialisera d’acier « corten » pour sa charpente, d’inox brossé pour ses gardes corps, de mélèze pour son plancher et de texture métallique pour ses voilages. La mise en lumière s’opèrera par un sous lignage de ruban de LED en dessous de la structure de la plateforme et d’une projection par faisceau à chaque liaison supérieure de pile. Ce dispositif signalera l’architecture sans pour autant éclairer les personnes mais en maintenant l’ensemble sous un filtre apaisant.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    Juin 2014
    (73 - Savoie)
    73450 VALLOIRE
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Particulier
    Après s’être approprié l’espace intérieur de sa demeure, réécrite par notre agence, la Maîtrise d’Ouvrage souhaite tisser une relation de continuité avec l’extérieur, le paysage immédiat du chalet.
    La posture première consiste à déplacer la rupture de niveaux des deux espaces. La surface intérieure se voit ainsi, augmentée et sa frontière sur l’extérieur, dissoute. Pour renforcer le parti, la géométrie choisie est la forme symbolisée par ses arrêtes, d’une maison à toiture deux pans.
    La structure épaissie, plus que ne l’impose la résistance mécanique, permet de dissimuler les enroulements des voilages de toiture.
    Le côté de la serrurerie opposé à la terrasse de base sera équipé d’une protection textile contre le vent. Un emmarchement simulé aléatoire, de monolithes de pierre en lévitation autorisera la circulation entre les espaces. La baie du salon, connectée à l’installation, filtrera le rayonnement solaire au moyen de brises soleil orientables mécaniquement. Le vantail sera de large ouverture, pivotant sur un axe en translation rectiligne afin de libérer encore, la percée.
    Résolument intemporelle de forme, la sculpture en greffe se matérialisera d’acier « corten » pour sa charpente, d’inox brossé pour ses gardes corps, de mélèze pour son plancher et de texture métallique pour ses voilages. La mise en lumière s’opèrera par un sous lignage de ruban de LED en dessous de la structure de la plateforme et d’une projection par faisceau à chaque liaison supérieure de pile. Ce dispositif signalera l’architecture sans pour autant éclairer les personnes mais en maintenant l’ensemble sous un filtre apaisant.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    Juin 2014
    (73 - Savoie)
    73450 VALLOIRE
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Particulier
    Après s’être approprié l’espace intérieur de sa demeure, réécrite par notre agence, la Maîtrise d’Ouvrage souhaite tisser une relation de continuité avec l’extérieur, le paysage immédiat du chalet.
    La posture première consiste à déplacer la rupture de niveaux des deux espaces. La surface intérieure se voit ainsi, augmentée et sa frontière sur l’extérieur, dissoute. Pour renforcer le parti, la géométrie choisie est la forme symbolisée par ses arrêtes, d’une maison à toiture deux pans.
    La structure épaissie, plus que ne l’impose la résistance mécanique, permet de dissimuler les enroulements des voilages de toiture.
    Le côté de la serrurerie opposé à la terrasse de base sera équipé d’une protection textile contre le vent. Un emmarchement simulé aléatoire, de monolithes de pierre en lévitation autorisera la circulation entre les espaces. La baie du salon, connectée à l’installation, filtrera le rayonnement solaire au moyen de brises soleil orientables mécaniquement. Le vantail sera de large ouverture, pivotant sur un axe en translation rectiligne afin de libérer encore, la percée.
    Résolument intemporelle de forme, la sculpture en greffe se matérialisera d’acier « corten » pour sa charpente, d’inox brossé pour ses gardes corps, de mélèze pour son plancher et de texture métallique pour ses voilages. La mise en lumière s’opèrera par un sous lignage de ruban de LED en dessous de la structure de la plateforme et d’une projection par faisceau à chaque liaison supérieure de pile. Ce dispositif signalera l’architecture sans pour autant éclairer les personnes mais en maintenant l’ensemble sous un filtre apaisant.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    Juin 2014
    (73 - Savoie)
    73450 VALLOIRE
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Particulier
    Après s’être approprié l’espace intérieur de sa demeure, réécrite par notre agence, la Maîtrise d’Ouvrage souhaite tisser une relation de continuité avec l’extérieur, le paysage immédiat du chalet.
    La posture première consiste à déplacer la rupture de niveaux des deux espaces. La surface intérieure se voit ainsi, augmentée et sa frontière sur l’extérieur, dissoute. Pour renforcer le parti, la géométrie choisie est la forme symbolisée par ses arrêtes, d’une maison à toiture deux pans.
    La structure épaissie, plus que ne l’impose la résistance mécanique, permet de dissimuler les enroulements des voilages de toiture.
    Le côté de la serrurerie opposé à la terrasse de base sera équipé d’une protection textile contre le vent. Un emmarchement simulé aléatoire, de monolithes de pierre en lévitation autorisera la circulation entre les espaces. La baie du salon, connectée à l’installation, filtrera le rayonnement solaire au moyen de brises soleil orientables mécaniquement. Le vantail sera de large ouverture, pivotant sur un axe en translation rectiligne afin de libérer encore, la percée.
    Résolument intemporelle de forme, la sculpture en greffe se matérialisera d’acier « corten » pour sa charpente, d’inox brossé pour ses gardes corps, de mélèze pour son plancher et de texture métallique pour ses voilages. La mise en lumière s’opèrera par un sous lignage de ruban de LED en dessous de la structure de la plateforme et d’une projection par faisceau à chaque liaison supérieure de pile. Ce dispositif signalera l’architecture sans pour autant éclairer les personnes mais en maintenant l’ensemble sous un filtre apaisant.