MNM architectes

  • vue de la pièce de vie vers le jardin d'hiver
    vue de la pièce de vie vers le jardin d'hiver
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • le jardin d'hiver, une pièce supplémentaire qui sert toute l'année
    le jardin d'hiver, une pièce supplémentaire qui sert toute l'année
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • volumes et mobilier intégré
    volumes et mobilier intégré
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • matières brutes et luminosité
    matières brutes et luminosité
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • les ouvertures sont comme des tableaux sur le jardin
    les ouvertures sont comme des tableaux sur le jardin
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • un mur de rangements intégrés traverse l'ensemble de la maison et sépare espaces de vie des espaces techniques
    un mur de rangements intégrés traverse l'ensemble de la maison et sépare espaces de vie des espaces techniques
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • la salle d'eau toute en ciment
    la salle d'eau toute en ciment
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • la forme singulière du toit se donne à voir dans les chambres de l'étage
    la forme singulière du toit se donne à voir dans les chambres de l'étage
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • blanc, contreplaqué et béton se retrouvent partout dans la maison
    blanc, contreplaqué et béton se retrouvent partout dans la maison
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • vue depuis la rue
    vue depuis la rue
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • vue d'hiver, depuis le jardin; en été, la maison disparaît dans les arbres, comme une cabane
    vue d'hiver, depuis le jardin; en été, la maison disparaît dans les arbres, comme une cabane
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • la façade côté jardin et l'environnement urbain
    la façade côté jardin et l'environnement urbain
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • un espace appropriable sous la maison
    un espace appropriable sous la maison
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • le mur de rangements dans le jardin d'hiver
    le mur de rangements dans le jardin d'hiver
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • le mur de rangements traverse la maison de part en part
    le mur de rangements traverse la maison de part en part
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • la nuit, la maison crée un signal sur la rue
    la nuit, la maison crée un signal sur la rue
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • vue de nuit
    vue de nuit
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau
  • un
    un "jardin d'été" sous la maison
    Neuf 
    2017
    (35 - Ille-et-Vilaine)
    rennes
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    privé
    Cette maison neuve de centre-ville, se trouve en zone inondable et périmètre bâtiments de France. Le terrain est très naturel et arboré, avec un air de campagne à la ville. Parti est pris d'implanter les pièces habitables bien plus haut que ce qu'imposent les règles de prévention des risques d'inondation en créant un socle transparent (pilotis, murs claustras) qui abrite espaces de stationnement et annexes, et sur lequel vient se poser une boite habitée dont la forme est travaillée suivant les besoins de volumes intérieurs. Cette forme permet en outre de générer un volume de construction le plus bas possible au plus proche des maisons voisines. L’accès aux espaces habitables se fait sous la construction, via un escalier métallique menant à un jardin d’hiver, placé à l’extrémité sud de la maison et créant un seuil. Toutes les pièces principales de la maison sont tournées vers le jardin, les arbres et le canal, donnant l’impression de vivre au plus près de la nature, comme perché dans un nid. Elles sont séparées d’une bande technique (salles d’eau, buanderie, coins couchage), placée côté ouest de la maison, par une « colonne vertébrale » placée dans l’axe des pilotis centraux, traversant la maison depuis le jardin d’hiver jusqu’au pignon nord et mise en forme par des rangements toute hauteur en contreplaqué accueillant cuisine, bibliothèque, espace de lecture et de contemplation… Le volume haut de la maison est majoritairement habillé d’ardoise naturelle, en couverture comme en façade, contrastant avec la transparence du socle pilotis/ murs claustras. L’ardoise présente un aspect changeant suivant les conditions climatiques, l’ensoleillement, l’humidité et s’intègre facilement dans le quartier et dans un environnement végétal : ainsi, depuis les berges du canal, la maison n’est presque pas visible, même en période hivernale. Le jardin d’hiver est couvert en ardoise naturelle et ses façades sont habillées de carreaux de verre opalescent mis en œuvre comme de l’ardoise. Cet espace translucide crée un signal côté rue, notamment la nuit, et apporte en journée une forte luminosité dans les pièces à vivre de la maison. La maison répond aux normes de la réglementation thermique RT2012 et chauffe exclusivement à l'aide d'un poêle à bois.
    Cette maison a reçu le Grand Prix du Jury des Maisons d'Architectures À Vivre 2017!!
    photos Stéphane Chalmeau