Maison L.

  • Neuf
    Neuf
    Située dans le quartier de l’Aiguelongue à Montpellier, la construction prend place sur un terrain étroit en pente dont l’accès se fait en amont par la rue et qui s’ouvre sur un espace boisé classé en contrebas, orienté au Nord-Est. Le premier objectif a été de ne pas perturber la pente naturelle du terrain. Ainsi, ce dernier est remblayé côté rue, au Sud-Ouest, pour créer une plateforme destinée au stationnement. Afin de coller au plus près du dénivelé du terrain et de créer une construction en contact avec l'extérieur, la maison s’étire en longueur dans la pente pour dégager plusieurs plateaux en rez-de-chaussée : Un plateau haut où se situent la cuisine et le cellier, un plateau bas où se trouvent le salon et la salle à manger. Ainsi, la maison en contrebas échappe aux regards depuis la rue. La réflexion a également consisté à offrir une vue sur l’espace boisé au Nord-Est, tout en favorisant une orientation Sud des pièces de vie. Depuis l’aire de stationnement, un escalier guide le visiteur dans une faille traversante qui mène jusqu’au séjour, et offre une perspective visuelle depuis l’entrée jusqu’à l’espace boisé. L’accès à l’étage reprend le même principe de faille. Celle-ci se « soulève » pour offrir une vue sur l’espace boisé depuis le palier d’étage, et créer au rez-de-chaussée une ouverture latérale atypique de forme triangulaire qui apporte de la lumière. Entre le corps de bâtiment principal et l’aire de stationnement, s’insère un volume de service. Il permet d’intimiser l’habitation principale par rapport à la rue et regroupe un local vélos, le vestiaire, le sanitaire, l’escalier d’entrée et l’escalier d’accès au sous-sol. Une vêture en pierres sèches devait permettre d’intégrer plus encore la construction dans l’environnement typique de murets en pierre de ce quartier « champêtre » de Montpellier. Elle sera finalement réalisée en béton banché selon le souhait des maîtres d’ouvrage. Entre ce « bloc » et l’habitation, une seconde faille vitrée constitue l’entrée de la maison, et dessert également les espaces extérieurs. C’est une maison à la fois introvertie et baignée de lumière, qui offre à ses occupants intimité et vue majestueuse.
    34000 Montpellier
    France métropolitaine
    2014
    34 - Hérault
  • Neuf
    Neuf
    Située dans le quartier de l’Aiguelongue à Montpellier, la construction prend place sur un terrain étroit en pente dont l’accès se fait en amont par la rue et qui s’ouvre sur un espace boisé classé en contrebas, orienté au Nord-Est. Le premier objectif a été de ne pas perturber la pente naturelle du terrain. Ainsi, ce dernier est remblayé côté rue, au Sud-Ouest, pour créer une plateforme destinée au stationnement. Afin de coller au plus près du dénivelé du terrain et de créer une construction en contact avec l'extérieur, la maison s’étire en longueur dans la pente pour dégager plusieurs plateaux en rez-de-chaussée : Un plateau haut où se situent la cuisine et le cellier, un plateau bas où se trouvent le salon et la salle à manger. Ainsi, la maison en contrebas échappe aux regards depuis la rue. La réflexion a également consisté à offrir une vue sur l’espace boisé au Nord-Est, tout en favorisant une orientation Sud des pièces de vie. Depuis l’aire de stationnement, un escalier guide le visiteur dans une faille traversante qui mène jusqu’au séjour, et offre une perspective visuelle depuis l’entrée jusqu’à l’espace boisé. L’accès à l’étage reprend le même principe de faille. Celle-ci se « soulève » pour offrir une vue sur l’espace boisé depuis le palier d’étage, et créer au rez-de-chaussée une ouverture latérale atypique de forme triangulaire qui apporte de la lumière. Entre le corps de bâtiment principal et l’aire de stationnement, s’insère un volume de service. Il permet d’intimiser l’habitation principale par rapport à la rue et regroupe un local vélos, le vestiaire, le sanitaire, l’escalier d’entrée et l’escalier d’accès au sous-sol. Une vêture en pierres sèches devait permettre d’intégrer plus encore la construction dans l’environnement typique de murets en pierre de ce quartier « champêtre » de Montpellier. Elle sera finalement réalisée en béton banché selon le souhait des maîtres d’ouvrage. Entre ce « bloc » et l’habitation, une seconde faille vitrée constitue l’entrée de la maison, et dessert également les espaces extérieurs. C’est une maison à la fois introvertie et baignée de lumière, qui offre à ses occupants intimité et vue majestueuse.
    34000 Montpellier
    France métropolitaine
    2014
    34 - Hérault
  • Neuf
    Neuf
    Située dans le quartier de l’Aiguelongue à Montpellier, la construction prend place sur un terrain étroit en pente dont l’accès se fait en amont par la rue et qui s’ouvre sur un espace boisé classé en contrebas, orienté au Nord-Est. Le premier objectif a été de ne pas perturber la pente naturelle du terrain. Ainsi, ce dernier est remblayé côté rue, au Sud-Ouest, pour créer une plateforme destinée au stationnement. Afin de coller au plus près du dénivelé du terrain et de créer une construction en contact avec l'extérieur, la maison s’étire en longueur dans la pente pour dégager plusieurs plateaux en rez-de-chaussée : Un plateau haut où se situent la cuisine et le cellier, un plateau bas où se trouvent le salon et la salle à manger. Ainsi, la maison en contrebas échappe aux regards depuis la rue. La réflexion a également consisté à offrir une vue sur l’espace boisé au Nord-Est, tout en favorisant une orientation Sud des pièces de vie. Depuis l’aire de stationnement, un escalier guide le visiteur dans une faille traversante qui mène jusqu’au séjour, et offre une perspective visuelle depuis l’entrée jusqu’à l’espace boisé. L’accès à l’étage reprend le même principe de faille. Celle-ci se « soulève » pour offrir une vue sur l’espace boisé depuis le palier d’étage, et créer au rez-de-chaussée une ouverture latérale atypique de forme triangulaire qui apporte de la lumière. Entre le corps de bâtiment principal et l’aire de stationnement, s’insère un volume de service. Il permet d’intimiser l’habitation principale par rapport à la rue et regroupe un local vélos, le vestiaire, le sanitaire, l’escalier d’entrée et l’escalier d’accès au sous-sol. Une vêture en pierres sèches devait permettre d’intégrer plus encore la construction dans l’environnement typique de murets en pierre de ce quartier « champêtre » de Montpellier. Elle sera finalement réalisée en béton banché selon le souhait des maîtres d’ouvrage. Entre ce « bloc » et l’habitation, une seconde faille vitrée constitue l’entrée de la maison, et dessert également les espaces extérieurs. C’est une maison à la fois introvertie et baignée de lumière, qui offre à ses occupants intimité et vue majestueuse.
    34000 Montpellier
    France métropolitaine
    2014
    34 - Hérault
  • Neuf
    Neuf
    Située dans le quartier de l’Aiguelongue à Montpellier, la construction prend place sur un terrain étroit en pente dont l’accès se fait en amont par la rue et qui s’ouvre sur un espace boisé classé en contrebas, orienté au Nord-Est. Le premier objectif a été de ne pas perturber la pente naturelle du terrain. Ainsi, ce dernier est remblayé côté rue, au Sud-Ouest, pour créer une plateforme destinée au stationnement. Afin de coller au plus près du dénivelé du terrain et de créer une construction en contact avec l'extérieur, la maison s’étire en longueur dans la pente pour dégager plusieurs plateaux en rez-de-chaussée : Un plateau haut où se situent la cuisine et le cellier, un plateau bas où se trouvent le salon et la salle à manger. Ainsi, la maison en contrebas échappe aux regards depuis la rue. La réflexion a également consisté à offrir une vue sur l’espace boisé au Nord-Est, tout en favorisant une orientation Sud des pièces de vie. Depuis l’aire de stationnement, un escalier guide le visiteur dans une faille traversante qui mène jusqu’au séjour, et offre une perspective visuelle depuis l’entrée jusqu’à l’espace boisé. L’accès à l’étage reprend le même principe de faille. Celle-ci se « soulève » pour offrir une vue sur l’espace boisé depuis le palier d’étage, et créer au rez-de-chaussée une ouverture latérale atypique de forme triangulaire qui apporte de la lumière. Entre le corps de bâtiment principal et l’aire de stationnement, s’insère un volume de service. Il permet d’intimiser l’habitation principale par rapport à la rue et regroupe un local vélos, le vestiaire, le sanitaire, l’escalier d’entrée et l’escalier d’accès au sous-sol. Une vêture en pierres sèches devait permettre d’intégrer plus encore la construction dans l’environnement typique de murets en pierre de ce quartier « champêtre » de Montpellier. Elle sera finalement réalisée en béton banché selon le souhait des maîtres d’ouvrage. Entre ce « bloc » et l’habitation, une seconde faille vitrée constitue l’entrée de la maison, et dessert également les espaces extérieurs. C’est une maison à la fois introvertie et baignée de lumière, qui offre à ses occupants intimité et vue majestueuse.
    34000 Montpellier
    France métropolitaine
    2014
    34 - Hérault
  • Neuf
    Neuf
    Située dans le quartier de l’Aiguelongue à Montpellier, la construction prend place sur un terrain étroit en pente dont l’accès se fait en amont par la rue et qui s’ouvre sur un espace boisé classé en contrebas, orienté au Nord-Est. Le premier objectif a été de ne pas perturber la pente naturelle du terrain. Ainsi, ce dernier est remblayé côté rue, au Sud-Ouest, pour créer une plateforme destinée au stationnement. Afin de coller au plus près du dénivelé du terrain et de créer une construction en contact avec l'extérieur, la maison s’étire en longueur dans la pente pour dégager plusieurs plateaux en rez-de-chaussée : Un plateau haut où se situent la cuisine et le cellier, un plateau bas où se trouvent le salon et la salle à manger. Ainsi, la maison en contrebas échappe aux regards depuis la rue. La réflexion a également consisté à offrir une vue sur l’espace boisé au Nord-Est, tout en favorisant une orientation Sud des pièces de vie. Depuis l’aire de stationnement, un escalier guide le visiteur dans une faille traversante qui mène jusqu’au séjour, et offre une perspective visuelle depuis l’entrée jusqu’à l’espace boisé. L’accès à l’étage reprend le même principe de faille. Celle-ci se « soulève » pour offrir une vue sur l’espace boisé depuis le palier d’étage, et créer au rez-de-chaussée une ouverture latérale atypique de forme triangulaire qui apporte de la lumière. Entre le corps de bâtiment principal et l’aire de stationnement, s’insère un volume de service. Il permet d’intimiser l’habitation principale par rapport à la rue et regroupe un local vélos, le vestiaire, le sanitaire, l’escalier d’entrée et l’escalier d’accès au sous-sol. Une vêture en pierres sèches devait permettre d’intégrer plus encore la construction dans l’environnement typique de murets en pierre de ce quartier « champêtre » de Montpellier. Elle sera finalement réalisée en béton banché selon le souhait des maîtres d’ouvrage. Entre ce « bloc » et l’habitation, une seconde faille vitrée constitue l’entrée de la maison, et dessert également les espaces extérieurs. C’est une maison à la fois introvertie et baignée de lumière, qui offre à ses occupants intimité et vue majestueuse.
    34000 Montpellier
    France métropolitaine
    2014
    34 - Hérault