Laure Samama

  • • Date de livraison :2010
    • Ville :Maisons-Laffitte
    • Département :
    • Maitre d'ouvrage : Mairie de Maisons-Laffitte
    • Architectes associés :
    • Coût : 1525000 euros HT
    • SHON : 766 m²
    • Nature de la mission : Loi MOP

    // Le parti architectural
    Le choix de préserver l’intégrité de la maison en plaçant l’extension à côté d’elle et d’implanter trois petites maisons avec accès sur une aire de jeu extérieurs pour chaque unité d’accueil décide la maîtrise d’ouvrage à choisir l’équipe de maîtrise d’oeuvre Laure Samama, architecte.

    La maison retrouve ses qualités originelles grâce à une réhabilitation soignée. Le bâtiment est adapté discrètement à son nouvel usage : Respect de la RT2005, réglementation incendie entre l’ERP et les logements, installation d’un monte-personne pour l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Un large espace paysagé est préservé.

    Construire en extension:
    Le bâtiment du fond (halte-garderie et atrium) vient s’accrocher à une première extension construite il y a une trentaine d’années à l’arrière de la maison. Il fait ainsi «disparaître» visuellement cette extension disgracieuse, tout en articulant ancien et récent. L’entrée s’y fait naturellement, au bout d’une vaste allée, lieu de rencontres et de courses de tricycles.
    La section des petits et celle des grands se glissent latéralement. La volumétrie de chaque section permet de faire varier les espaces et les lumières suivant les fonctions.
    Dans l’existant, on trouve les logements de fonction, qui bénéficient chacun de salon d’angle et des quatres orientations.

    Une architecture épurée:
    Les murs maçonnés structurent le terrain et gèrent le face-à-face avec la construction existante en reprenant le même vocabulaire architectural.
    Les espaces de vie des enfants sont protégés de la circulation piétonne par ces murs épais, percés de fenêtres étroites, suffisamment basses pour permettre aux enfants de regarder dehors.
    Un muret se déroule pour cacher les stationnements.

    Les façades bois, largement vitrées, donnent une illusion de continuité entre intérieur et extérieur. Elles s’ouvrent sur les jardins privatifs des sections.
  • • Date de livraison :2010
    • Ville :Maisons-Laffitte
    • Département :
    • Maitre d'ouvrage : Mairie de Maisons-Laffitte
    • Architectes associés :
    • Coût : 1525000 euros HT
    • SHON : 766 m²
    • Nature de la mission : Loi MOP

    // Le parti architectural
    Le choix de préserver l’intégrité de la maison en plaçant l’extension à côté d’elle et d’implanter trois petites maisons avec accès sur une aire de jeu extérieurs pour chaque unité d’accueil décide la maîtrise d’ouvrage à choisir l’équipe de maîtrise d’oeuvre Laure Samama, architecte.

    La maison retrouve ses qualités originelles grâce à une réhabilitation soignée. Le bâtiment est adapté discrètement à son nouvel usage : Respect de la RT2005, réglementation incendie entre l’ERP et les logements, installation d’un monte-personne pour l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Un large espace paysagé est préservé.

    Construire en extension:
    Le bâtiment du fond (halte-garderie et atrium) vient s’accrocher à une première extension construite il y a une trentaine d’années à l’arrière de la maison. Il fait ainsi «disparaître» visuellement cette extension disgracieuse, tout en articulant ancien et récent. L’entrée s’y fait naturellement, au bout d’une vaste allée, lieu de rencontres et de courses de tricycles.
    La section des petits et celle des grands se glissent latéralement. La volumétrie de chaque section permet de faire varier les espaces et les lumières suivant les fonctions.
    Dans l’existant, on trouve les logements de fonction, qui bénéficient chacun de salon d’angle et des quatres orientations.

    Une architecture épurée:
    Les murs maçonnés structurent le terrain et gèrent le face-à-face avec la construction existante en reprenant le même vocabulaire architectural.
    Les espaces de vie des enfants sont protégés de la circulation piétonne par ces murs épais, percés de fenêtres étroites, suffisamment basses pour permettre aux enfants de regarder dehors.
    Un muret se déroule pour cacher les stationnements.

    Les façades bois, largement vitrées, donnent une illusion de continuité entre intérieur et extérieur. Elles s’ouvrent sur les jardins privatifs des sections.
  • • Date de livraison :2010
    • Ville :Maisons-Laffitte
    • Département :
    • Maitre d'ouvrage : Mairie de Maisons-Laffitte
    • Architectes associés :
    • Coût : 1525000 euros HT
    • SHON : 766 m²
    • Nature de la mission : Loi MOP

    // Le parti architectural
    Le choix de préserver l’intégrité de la maison en plaçant l’extension à côté d’elle et d’implanter trois petites maisons avec accès sur une aire de jeu extérieurs pour chaque unité d’accueil décide la maîtrise d’ouvrage à choisir l’équipe de maîtrise d’oeuvre Laure Samama, architecte.

    La maison retrouve ses qualités originelles grâce à une réhabilitation soignée. Le bâtiment est adapté discrètement à son nouvel usage : Respect de la RT2005, réglementation incendie entre l’ERP et les logements, installation d’un monte-personne pour l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Un large espace paysagé est préservé.

    Construire en extension:
    Le bâtiment du fond (halte-garderie et atrium) vient s’accrocher à une première extension construite il y a une trentaine d’années à l’arrière de la maison. Il fait ainsi «disparaître» visuellement cette extension disgracieuse, tout en articulant ancien et récent. L’entrée s’y fait naturellement, au bout d’une vaste allée, lieu de rencontres et de courses de tricycles.
    La section des petits et celle des grands se glissent latéralement. La volumétrie de chaque section permet de faire varier les espaces et les lumières suivant les fonctions.
    Dans l’existant, on trouve les logements de fonction, qui bénéficient chacun de salon d’angle et des quatres orientations.

    Une architecture épurée:
    Les murs maçonnés structurent le terrain et gèrent le face-à-face avec la construction existante en reprenant le même vocabulaire architectural.
    Les espaces de vie des enfants sont protégés de la circulation piétonne par ces murs épais, percés de fenêtres étroites, suffisamment basses pour permettre aux enfants de regarder dehors.
    Un muret se déroule pour cacher les stationnements.

    Les façades bois, largement vitrées, donnent une illusion de continuité entre intérieur et extérieur. Elles s’ouvrent sur les jardins privatifs des sections.
  • • Date de livraison :2010
    • Ville :Maisons-Laffitte
    • Département :
    • Maitre d'ouvrage : Mairie de Maisons-Laffitte
    • Architectes associés :
    • Coût : 1525000 euros HT
    • SHON : 766 m²
    • Nature de la mission : Loi MOP

    // Le parti architectural
    Le choix de préserver l’intégrité de la maison en plaçant l’extension à côté d’elle et d’implanter trois petites maisons avec accès sur une aire de jeu extérieurs pour chaque unité d’accueil décide la maîtrise d’ouvrage à choisir l’équipe de maîtrise d’oeuvre Laure Samama, architecte.

    La maison retrouve ses qualités originelles grâce à une réhabilitation soignée. Le bâtiment est adapté discrètement à son nouvel usage : Respect de la RT2005, réglementation incendie entre l’ERP et les logements, installation d’un monte-personne pour l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Un large espace paysagé est préservé.

    Construire en extension:
    Le bâtiment du fond (halte-garderie et atrium) vient s’accrocher à une première extension construite il y a une trentaine d’années à l’arrière de la maison. Il fait ainsi «disparaître» visuellement cette extension disgracieuse, tout en articulant ancien et récent. L’entrée s’y fait naturellement, au bout d’une vaste allée, lieu de rencontres et de courses de tricycles.
    La section des petits et celle des grands se glissent latéralement. La volumétrie de chaque section permet de faire varier les espaces et les lumières suivant les fonctions.
    Dans l’existant, on trouve les logements de fonction, qui bénéficient chacun de salon d’angle et des quatres orientations.

    Une architecture épurée:
    Les murs maçonnés structurent le terrain et gèrent le face-à-face avec la construction existante en reprenant le même vocabulaire architectural.
    Les espaces de vie des enfants sont protégés de la circulation piétonne par ces murs épais, percés de fenêtres étroites, suffisamment basses pour permettre aux enfants de regarder dehors.
    Un muret se déroule pour cacher les stationnements.

    Les façades bois, largement vitrées, donnent une illusion de continuité entre intérieur et extérieur. Elles s’ouvrent sur les jardins privatifs des sections.