L'ATELIER MEURICE

  • établissement public 
    2012
    (93 - Seine-Saint-Denis)
    rue Paul Doumer
    93100 MONTREUIL-SOUS-BOIS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    P. Lépinay
    Maître d’ouvrage :
    VILLE DE MONTREUIL-SOUS-BOIS
    Ce projet consiste en la rénovation des façades de l’école élémentaire
    Henri-Wallon. Le programme prévoit le traitement de l’amiante,
    l’amélioration des performances thermiques et de confort d’été et le
    traitement de l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Le bâtiment
    date des années 60 : deux niveaux sur rez-de-chaussée, d’une longueur
    de 64 mètres et d’une épaisseur 18 mètres. Une volumétrie simple, tramée
    structurellement en un système poteaux-poutres béton et planchers
    hourdis. La trame détermine les façades.
    Pour des raisons thermiques et de délais (site occupé), le choix constructif
    des nouvelles façades performantes, s’est orienté vers une solution de
    panneaux préfabriqués bois, vitrage, montés sur site. La conception des
    nouvelles façades repose sur un système de panneaux préfabriqués sur la
    hauteur des deux niveaux supérieurs (hauteur 7,1 mètres), réalisée selon la
    trame existante d’ 1,75 mètres. Ces panneaux sont constitués de caissons à
    ossature bois recevant une isolation par laine de roche entre les montants
    et une finition extérieure en panneaux multiplis lasurés. Les châssis vitrés
    (bois massif lamellé-collé) sont montés à la structure en applique.
    Les performances des nouvelles façades sont les suivantes :
    Résistance thermique :
    Existant R = 0,28 / Projet R = 4,69
    Déperdition : U Paroi Existant 1,86 W/(m²K) / U Paroi Projet 0,213 W/(m²K)
    Le gain énergétique moyen par rapport à l’existant est de l’ordre de 90%.
  • établissement public 
    2012
    (93 - Seine-Saint-Denis)
    rue Paul Doumer
    93100 MONTREUIL-SOUS-BOIS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    P. Lépinay
    Maître d’ouvrage :
    VILLE DE MONTREUIL-SOUS-BOIS
    Ce projet consiste en la rénovation des façades de l’école élémentaire
    Henri-Wallon. Le programme prévoit le traitement de l’amiante,
    l’amélioration des performances thermiques et de confort d’été et le
    traitement de l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Le bâtiment
    date des années 60 : deux niveaux sur rez-de-chaussée, d’une longueur
    de 64 mètres et d’une épaisseur 18 mètres. Une volumétrie simple, tramée
    structurellement en un système poteaux-poutres béton et planchers
    hourdis. La trame détermine les façades.
    Pour des raisons thermiques et de délais (site occupé), le choix constructif
    des nouvelles façades performantes, s’est orienté vers une solution de
    panneaux préfabriqués bois, vitrage, montés sur site. La conception des
    nouvelles façades repose sur un système de panneaux préfabriqués sur la
    hauteur des deux niveaux supérieurs (hauteur 7,1 mètres), réalisée selon la
    trame existante d’ 1,75 mètres. Ces panneaux sont constitués de caissons à
    ossature bois recevant une isolation par laine de roche entre les montants
    et une finition extérieure en panneaux multiplis lasurés. Les châssis vitrés
    (bois massif lamellé-collé) sont montés à la structure en applique.
    Les performances des nouvelles façades sont les suivantes :
    Résistance thermique :
    Existant R = 0,28 / Projet R = 4,69
    Déperdition : U Paroi Existant 1,86 W/(m²K) / U Paroi Projet 0,213 W/(m²K)
    Le gain énergétique moyen par rapport à l’existant est de l’ordre de 90%.
  • établissement public 
    2012
    (93 - Seine-Saint-Denis)
    rue Paul Doumer
    93100 MONTREUIL-SOUS-BOIS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    P. Lépinay
    Maître d’ouvrage :
    VILLE DE MONTREUIL-SOUS-BOIS
    Ce projet consiste en la rénovation des façades de l’école élémentaire
    Henri-Wallon. Le programme prévoit le traitement de l’amiante,
    l’amélioration des performances thermiques et de confort d’été et le
    traitement de l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Le bâtiment
    date des années 60 : deux niveaux sur rez-de-chaussée, d’une longueur
    de 64 mètres et d’une épaisseur 18 mètres. Une volumétrie simple, tramée
    structurellement en un système poteaux-poutres béton et planchers
    hourdis. La trame détermine les façades.
    Pour des raisons thermiques et de délais (site occupé), le choix constructif
    des nouvelles façades performantes, s’est orienté vers une solution de
    panneaux préfabriqués bois, vitrage, montés sur site. La conception des
    nouvelles façades repose sur un système de panneaux préfabriqués sur la
    hauteur des deux niveaux supérieurs (hauteur 7,1 mètres), réalisée selon la
    trame existante d’ 1,75 mètres. Ces panneaux sont constitués de caissons à
    ossature bois recevant une isolation par laine de roche entre les montants
    et une finition extérieure en panneaux multiplis lasurés. Les châssis vitrés
    (bois massif lamellé-collé) sont montés à la structure en applique.
    Les performances des nouvelles façades sont les suivantes :
    Résistance thermique :
    Existant R = 0,28 / Projet R = 4,69
    Déperdition : U Paroi Existant 1,86 W/(m²K) / U Paroi Projet 0,213 W/(m²K)
    Le gain énergétique moyen par rapport à l’existant est de l’ordre de 90%.