jeanluc fugier architecte

  • • Date de livraison :
    • Ville : Marseille
    • Département : 13
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés :
    • Coût :

    Le projet consiste à rénover une petite maison de ville avec jardin située en front urbain le long de l’emmarchement piéton de la montée de Notre Dame de la Garde. Cette façade urbaine est composée d’un ensemble remarquable de villas mitoyennes en balcon sur la ville.

    Cette identité villageoise en rupture d’échelle complète face à la puissance métropolitaine de la ville en contrebas constitue le point de départ du projet.
    Conserver cette façade urbaine avec son rythme et sa proportion de baies est à la fois une obligation règlementaire et une évidence.

    Partant de ce postulat, nous avons cherché à jouer sur le rapport entre conservation et transformation, persistance et rupture. Entre une façade sur rue conservée et une façade sur jardin libérée de tous références de composition, presque non dessinée.

    L’enjeu est de matérialiser la tension et les contradictions entre la règle urbaine et la liberté individuelle. La façade sur jardin est ainsi largement ouverte. C’est l’expression propre d’une singularité. Elle traduit l’organisation intérieure, l’envie de lumière et d’ouverture sur la vue exceptionnelle, le plaisir du jardin en ville.

    Par cette dialectique le projet cherche à répondre au mode de vie et aux aspirations du maitre d’ouvrage dans un équilibre entre introversion et extraversion.

    L’organisation du projet consiste à rassembler les pièces de vies en rez-de-chaussée, largement ouvert sur l’extérieur et la terrasse de plein pied. L’étage rassemble des chambres enfants avec mezzanine sous les rampants.
    Nous avons travaillé ici sur l’idée d’espace ouvert commun et continu (sans portes) obtenus par regroupement des espaces « mono-fonctionnels » (ou servants) dans des volumes meubles.

    La continuité du séjour sur la terrasse participe à l’idée d’ouverture de l’espace commun sur le jardin et la vue.
    L’étages est organiser autour l’un axe de circulation diagonale qui permet de faire entrée la vue panoramique dans la maison.
    La gestion de la lumière naturelle est un point important du projet gérée notamment pas une lumière zénithale sur la cuisine.

    Seule l’enveloppe extérieure est le plancher bas rez-de-chaussée ont été conservés. L’accès difficile à rendu ce chantier compliqué en espérant qu’il puisse aboutir dans les meilleurs conditions.

    • SHON :
    • Nature de la mission :
  • • Date de livraison :
    • Ville : Marseille
    • Département : 13
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés :
    • Coût :

    Le projet consiste à rénover une petite maison de ville avec jardin située en front urbain le long de l’emmarchement piéton de la montée de Notre Dame de la Garde. Cette façade urbaine est composée d’un ensemble remarquable de villas mitoyennes en balcon sur la ville.

    Cette identité villageoise en rupture d’échelle complète face à la puissance métropolitaine de la ville en contrebas constitue le point de départ du projet.
    Conserver cette façade urbaine avec son rythme et sa proportion de baies est à la fois une obligation règlementaire et une évidence.

    Partant de ce postulat, nous avons cherché à jouer sur le rapport entre conservation et transformation, persistance et rupture. Entre une façade sur rue conservée et une façade sur jardin libérée de tous références de composition, presque non dessinée.

    L’enjeu est de matérialiser la tension et les contradictions entre la règle urbaine et la liberté individuelle. La façade sur jardin est ainsi largement ouverte. C’est l’expression propre d’une singularité. Elle traduit l’organisation intérieure, l’envie de lumière et d’ouverture sur la vue exceptionnelle, le plaisir du jardin en ville.

    Par cette dialectique le projet cherche à répondre au mode de vie et aux aspirations du maitre d’ouvrage dans un équilibre entre introversion et extraversion.

    L’organisation du projet consiste à rassembler les pièces de vies en rez-de-chaussée, largement ouvert sur l’extérieur et la terrasse de plein pied. L’étage rassemble des chambres enfants avec mezzanine sous les rampants.
    Nous avons travaillé ici sur l’idée d’espace ouvert commun et continu (sans portes) obtenus par regroupement des espaces « mono-fonctionnels » (ou servants) dans des volumes meubles.

    La continuité du séjour sur la terrasse participe à l’idée d’ouverture de l’espace commun sur le jardin et la vue.
    L’étages est organiser autour l’un axe de circulation diagonale qui permet de faire entrée la vue panoramique dans la maison.
    La gestion de la lumière naturelle est un point important du projet gérée notamment pas une lumière zénithale sur la cuisine.

    Seule l’enveloppe extérieure est le plancher bas rez-de-chaussée ont été conservés. L’accès difficile à rendu ce chantier compliqué en espérant qu’il puisse aboutir dans les meilleurs conditions.

    • SHON :
    • Nature de la mission :
  • • Date de livraison :
    • Ville : Marseille
    • Département : 13
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés :
    • Coût :

    Le projet consiste à rénover une petite maison de ville avec jardin située en front urbain le long de l’emmarchement piéton de la montée de Notre Dame de la Garde. Cette façade urbaine est composée d’un ensemble remarquable de villas mitoyennes en balcon sur la ville.

    Cette identité villageoise en rupture d’échelle complète face à la puissance métropolitaine de la ville en contrebas constitue le point de départ du projet.
    Conserver cette façade urbaine avec son rythme et sa proportion de baies est à la fois une obligation règlementaire et une évidence.

    Partant de ce postulat, nous avons cherché à jouer sur le rapport entre conservation et transformation, persistance et rupture. Entre une façade sur rue conservée et une façade sur jardin libérée de tous références de composition, presque non dessinée.

    L’enjeu est de matérialiser la tension et les contradictions entre la règle urbaine et la liberté individuelle. La façade sur jardin est ainsi largement ouverte. C’est l’expression propre d’une singularité. Elle traduit l’organisation intérieure, l’envie de lumière et d’ouverture sur la vue exceptionnelle, le plaisir du jardin en ville.

    Par cette dialectique le projet cherche à répondre au mode de vie et aux aspirations du maitre d’ouvrage dans un équilibre entre introversion et extraversion.

    L’organisation du projet consiste à rassembler les pièces de vies en rez-de-chaussée, largement ouvert sur l’extérieur et la terrasse de plein pied. L’étage rassemble des chambres enfants avec mezzanine sous les rampants.
    Nous avons travaillé ici sur l’idée d’espace ouvert commun et continu (sans portes) obtenus par regroupement des espaces « mono-fonctionnels » (ou servants) dans des volumes meubles.

    La continuité du séjour sur la terrasse participe à l’idée d’ouverture de l’espace commun sur le jardin et la vue.
    L’étages est organiser autour l’un axe de circulation diagonale qui permet de faire entrée la vue panoramique dans la maison.
    La gestion de la lumière naturelle est un point important du projet gérée notamment pas une lumière zénithale sur la cuisine.

    Seule l’enveloppe extérieure est le plancher bas rez-de-chaussée ont été conservés. L’accès difficile à rendu ce chantier compliqué en espérant qu’il puisse aboutir dans les meilleurs conditions.

    • SHON :
    • Nature de la mission :
  • • Date de livraison :
    • Ville : Marseille
    • Département : 13
    • Maitre d'ouvrage : privé
    • Architectes associés :
    • Coût :

    Le projet consiste à rénover une petite maison de ville avec jardin située en front urbain le long de l’emmarchement piéton de la montée de Notre Dame de la Garde. Cette façade urbaine est composée d’un ensemble remarquable de villas mitoyennes en balcon sur la ville.

    Cette identité villageoise en rupture d’échelle complète face à la puissance métropolitaine de la ville en contrebas constitue le point de départ du projet.
    Conserver cette façade urbaine avec son rythme et sa proportion de baies est à la fois une obligation règlementaire et une évidence.

    Partant de ce postulat, nous avons cherché à jouer sur le rapport entre conservation et transformation, persistance et rupture. Entre une façade sur rue conservée et une façade sur jardin libérée de tous références de composition, presque non dessinée.

    L’enjeu est de matérialiser la tension et les contradictions entre la règle urbaine et la liberté individuelle. La façade sur jardin est ainsi largement ouverte. C’est l’expression propre d’une singularité. Elle traduit l’organisation intérieure, l’envie de lumière et d’ouverture sur la vue exceptionnelle, le plaisir du jardin en ville.

    Par cette dialectique le projet cherche à répondre au mode de vie et aux aspirations du maitre d’ouvrage dans un équilibre entre introversion et extraversion.

    L’organisation du projet consiste à rassembler les pièces de vies en rez-de-chaussée, largement ouvert sur l’extérieur et la terrasse de plein pied. L’étage rassemble des chambres enfants avec mezzanine sous les rampants.
    Nous avons travaillé ici sur l’idée d’espace ouvert commun et continu (sans portes) obtenus par regroupement des espaces « mono-fonctionnels » (ou servants) dans des volumes meubles.

    La continuité du séjour sur la terrasse participe à l’idée d’ouverture de l’espace commun sur le jardin et la vue.
    L’étages est organiser autour l’un axe de circulation diagonale qui permet de faire entrée la vue panoramique dans la maison.
    La gestion de la lumière naturelle est un point important du projet gérée notamment pas une lumière zénithale sur la cuisine.

    Seule l’enveloppe extérieure est le plancher bas rez-de-chaussée ont été conservés. L’accès difficile à rendu ce chantier compliqué en espérant qu’il puisse aboutir dans les meilleurs conditions.

    • SHON :
    • Nature de la mission :