HELLIN - SEBBAG architectes associés

  • • Date de livraison : 1996
    • Ville : Rennes
    • Département : 35
    • Maitre d'ouvrage : Rectorat de Rennes pour le Ministère de l'Education Nationale
    • Coût : 2,59 M€ TTC
    • SHON : 2700 m²


    NOTE D'INTENTION

    A- CONTEXTE:
    Le contexte, très fort, a complètement modelé cet édifice.
    Le bâtiment existant, d’une part: constitué d’un bel édifice en U, au milieu d’une grande enceinte fermée,Il est symétrique, avec un hall centré et traversant , et un accès principal par la rue de Saint-Malo.
    Le terrain proposé pour cette extension, d’autre part: parcelle située à l’arrière, côté cour, elle est desservie par une voie secondaire bordée de petites maisons .
    Pour retrouver cette petite échelle ,nous avons volontairement redécoupé l’extension en épis, perpendiculaires à la rue.
    A gauche: nous avons choisi de prolonger l’aile existante par un épi de la même largeur, alignant les nouveaux planchers avec les anciens, et l’acrotère avec la gouttière de la toiture.
    Au centre, nous prolongeons la géométrie très forte de l’ancienne Ecole Normale ,en plaçant dans l’axe du hall existant et de la cour un espace complètement transparent, encadré à l’arrière par 2 épis opaques.
    A droite, par contre, le tracé de la parcelle nous containt à diminuer fortement la hauteur.
    Ces dispositions se lisent par un dégradé des hauteurs d’ouest en est.

    Ainsi l’axe de symétrie du bâtiment existant devient la ligne de composition de notre figure: 3 épis, masses pleines habillées de panneaux de béton poli blanc , alternent avec deux transparences; 2 objets libres viennent perturber cette grille: l’oblique de l’amphithéâtre qui “pointe” son nez vers la rue, la courbe de la cafétéria , en contrepoint sur la cour.

    LE SQUARE:
    L’aile centrale del’édifice est donc implantée en retrait d’environ 25 m par rapport à la rue, au-delà de 2 lignes de magnifiques magnolias que nous conservons, en souvenir des anciennes cours d’école. En démolissant le grand mur qui les cachait aux riverains, nous créons un véritable square public, ouvert à la ville , un appel attractif pour l’IUFM et son centre multi-média, en opposition avec le mur d’enceinte en pierres , sur le reste de la parcelle, parfaitement opaque.

    Cette figure en “peigne”, très perméable, même si on ne la traverse pas physiquement en tout point, donne une image d’ouverture visuelle sur la ville et le monde extérieur, en analogie avec la nouvelle pédagogie de l’I.U.F.M.

    B- PROGRAMME DU CENTRE MULTI-MEDIA
    Chaque unité du programme est représentée par une entité formelle reconnaissable.
    LE HALL: carrefour des 3 accès (200 m2)
    Situé entre les 2 premiers épis, le hall est un volume transparent, auquel on peut accéder par 3 directions:
    -la rue Pierre LEGRAND , en longeant la colonnade du premier épi
    -la cour , à l’opposé, depuis le bâtiment existant
    -le parking, depuis la faille vitrée verticale qui articule ancienne et nouvelle aile.
    L’ENSEIGNEMENT GENERAL: position latérale (677 m2)
    Les salles de cours sont principalement groupées aux niveaux 1 et 2 du premier épi, orientées nord-ouest, et distribuées par une circulation sud-est. Sous cet épi sur pilotis, se glisse l’amphithéâtre de 240 places, , qui s’enfonce dans le sol, avec un accès indépendant possible depuis la rue.

    L’INFORMATIQUE & L’AUDIO-VISUEL: (362 m2)
    Ces 2 unités sont situées au niveau +1, dans le 2ème épi . Elles sont desservies par une circulation centrale éclairée par des lanterneaux, dont une partie est vitrée sur le vide du CDI.

    LE CDI:axé sur la cour, c’est le coeur du projet (648 m2)
    Côté rue , les 2 petits épis, opaques et symétriques, sont , à rez-de-chaussée, les “silos “à livres, percé de “meurtrières” , les briques de verre 30 x 30, pour protéger les volumes de la lumière du sud.
    L’entre-deux , axé et complètement vitré, est la salle de lecture.
    Un grand vide central, dans l’axe du hall existant, découpe le volume du CDI, et apporte la lumière zénithale douce et contrôlée de 12 lanternaux coniques.
    Il met aussi en relation la salle de lecture du bas avec sa mezzanine, propice au travail individuel , plus calme:organisée en angle, elle s’ouvre sur une large terrasse, le 3ème épi, qui devient un véritable salon de lecture extérieur.

    LA CAFETERIA
    Volume très bas, la cafetéria se déploie sur la cour en 2 quarts-de-cercle inégaux,l’un vitré comme un jardin d’hiver: le café; l’autre plein et intime: le fumoir.
    Le meuble bar est l’apport artistique dans le cadre du 1%.


    C- PEDAGOGIE ET ARCHITECTURE
    La pédagogie cadrée de l’Ecole Normale du 19e siècle fait place à celle de l’IUFM, ouvert à des étudiants non captifs.
    De même, aux volumes de l’ancienne bâtisse, élégants mais massifs, éclairés par des fenêtres identiques quelles que soit leur fonction , nous répondons par une architecture découpée, dynamique et attentive, où la lumière est chaque fois différente:
    Baie vitrée pour la salle de lecture, fenêtre en longeur pour les classes, bandeau vitré filant horizontal pour décoller un toit, ou vertical pour articuler 2 volumes, meurtrières carrées pour les rayonnages de livres, lanterneaux circulaires en toiture pour diffuser la lumière dans l’espace en double hauteur du C.D.I.

    Pleine de politesses envers contexte et passé, cette extension est cependant, de par son vocabulaire architectural, clairement de son temps.


  • • Date de livraison : 1996
    • Ville : Rennes
    • Département : 35
    • Maitre d'ouvrage : Rectorat de Rennes pour le Ministère de l'Education Nationale
    • Coût : 2,59 M€ TTC
    • SHON : 2700 m²


    NOTE D'INTENTION

    A- CONTEXTE:
    Le contexte, très fort, a complètement modelé cet édifice.
    Le bâtiment existant, d’une part: constitué d’un bel édifice en U, au milieu d’une grande enceinte fermée,Il est symétrique, avec un hall centré et traversant , et un accès principal par la rue de Saint-Malo.
    Le terrain proposé pour cette extension, d’autre part: parcelle située à l’arrière, côté cour, elle est desservie par une voie secondaire bordée de petites maisons .
    Pour retrouver cette petite échelle ,nous avons volontairement redécoupé l’extension en épis, perpendiculaires à la rue.
    A gauche: nous avons choisi de prolonger l’aile existante par un épi de la même largeur, alignant les nouveaux planchers avec les anciens, et l’acrotère avec la gouttière de la toiture.
    Au centre, nous prolongeons la géométrie très forte de l’ancienne Ecole Normale ,en plaçant dans l’axe du hall existant et de la cour un espace complètement transparent, encadré à l’arrière par 2 épis opaques.
    A droite, par contre, le tracé de la parcelle nous containt à diminuer fortement la hauteur.
    Ces dispositions se lisent par un dégradé des hauteurs d’ouest en est.

    Ainsi l’axe de symétrie du bâtiment existant devient la ligne de composition de notre figure: 3 épis, masses pleines habillées de panneaux de béton poli blanc , alternent avec deux transparences; 2 objets libres viennent perturber cette grille: l’oblique de l’amphithéâtre qui “pointe” son nez vers la rue, la courbe de la cafétéria , en contrepoint sur la cour.

    LE SQUARE:
    L’aile centrale del’édifice est donc implantée en retrait d’environ 25 m par rapport à la rue, au-delà de 2 lignes de magnifiques magnolias que nous conservons, en souvenir des anciennes cours d’école. En démolissant le grand mur qui les cachait aux riverains, nous créons un véritable square public, ouvert à la ville , un appel attractif pour l’IUFM et son centre multi-média, en opposition avec le mur d’enceinte en pierres , sur le reste de la parcelle, parfaitement opaque.

    Cette figure en “peigne”, très perméable, même si on ne la traverse pas physiquement en tout point, donne une image d’ouverture visuelle sur la ville et le monde extérieur, en analogie avec la nouvelle pédagogie de l’I.U.F.M.

    B- PROGRAMME DU CENTRE MULTI-MEDIA
    Chaque unité du programme est représentée par une entité formelle reconnaissable.
    LE HALL: carrefour des 3 accès (200 m2)
    Situé entre les 2 premiers épis, le hall est un volume transparent, auquel on peut accéder par 3 directions:
    -la rue Pierre LEGRAND , en longeant la colonnade du premier épi
    -la cour , à l’opposé, depuis le bâtiment existant
    -le parking, depuis la faille vitrée verticale qui articule ancienne et nouvelle aile.
    L’ENSEIGNEMENT GENERAL: position latérale (677 m2)
    Les salles de cours sont principalement groupées aux niveaux 1 et 2 du premier épi, orientées nord-ouest, et distribuées par une circulation sud-est. Sous cet épi sur pilotis, se glisse l’amphithéâtre de 240 places, , qui s’enfonce dans le sol, avec un accès indépendant possible depuis la rue.

    L’INFORMATIQUE & L’AUDIO-VISUEL: (362 m2)
    Ces 2 unités sont situées au niveau +1, dans le 2ème épi . Elles sont desservies par une circulation centrale éclairée par des lanterneaux, dont une partie est vitrée sur le vide du CDI.

    LE CDI:axé sur la cour, c’est le coeur du projet (648 m2)
    Côté rue , les 2 petits épis, opaques et symétriques, sont , à rez-de-chaussée, les “silos “à livres, percé de “meurtrières” , les briques de verre 30 x 30, pour protéger les volumes de la lumière du sud.
    L’entre-deux , axé et complètement vitré, est la salle de lecture.
    Un grand vide central, dans l’axe du hall existant, découpe le volume du CDI, et apporte la lumière zénithale douce et contrôlée de 12 lanternaux coniques.
    Il met aussi en relation la salle de lecture du bas avec sa mezzanine, propice au travail individuel , plus calme:organisée en angle, elle s’ouvre sur une large terrasse, le 3ème épi, qui devient un véritable salon de lecture extérieur.

    LA CAFETERIA
    Volume très bas, la cafetéria se déploie sur la cour en 2 quarts-de-cercle inégaux,l’un vitré comme un jardin d’hiver: le café; l’autre plein et intime: le fumoir.
    Le meuble bar est l’apport artistique dans le cadre du 1%.


    C- PEDAGOGIE ET ARCHITECTURE
    La pédagogie cadrée de l’Ecole Normale du 19e siècle fait place à celle de l’IUFM, ouvert à des étudiants non captifs.
    De même, aux volumes de l’ancienne bâtisse, élégants mais massifs, éclairés par des fenêtres identiques quelles que soit leur fonction , nous répondons par une architecture découpée, dynamique et attentive, où la lumière est chaque fois différente:
    Baie vitrée pour la salle de lecture, fenêtre en longeur pour les classes, bandeau vitré filant horizontal pour décoller un toit, ou vertical pour articuler 2 volumes, meurtrières carrées pour les rayonnages de livres, lanterneaux circulaires en toiture pour diffuser la lumière dans l’espace en double hauteur du C.D.I.

    Pleine de politesses envers contexte et passé, cette extension est cependant, de par son vocabulaire architectural, clairement de son temps.


  • • Date de livraison : 1996
    • Ville : Rennes
    • Département : 35
    • Maitre d'ouvrage : Rectorat de Rennes pour le Ministère de l'Education Nationale
    • Coût : 2,59 M€ TTC
    • SHON : 2700 m²


    NOTE D'INTENTION

    A- CONTEXTE:
    Le contexte, très fort, a complètement modelé cet édifice.
    Le bâtiment existant, d’une part: constitué d’un bel édifice en U, au milieu d’une grande enceinte fermée,Il est symétrique, avec un hall centré et traversant , et un accès principal par la rue de Saint-Malo.
    Le terrain proposé pour cette extension, d’autre part: parcelle située à l’arrière, côté cour, elle est desservie par une voie secondaire bordée de petites maisons .
    Pour retrouver cette petite échelle ,nous avons volontairement redécoupé l’extension en épis, perpendiculaires à la rue.
    A gauche: nous avons choisi de prolonger l’aile existante par un épi de la même largeur, alignant les nouveaux planchers avec les anciens, et l’acrotère avec la gouttière de la toiture.
    Au centre, nous prolongeons la géométrie très forte de l’ancienne Ecole Normale ,en plaçant dans l’axe du hall existant et de la cour un espace complètement transparent, encadré à l’arrière par 2 épis opaques.
    A droite, par contre, le tracé de la parcelle nous containt à diminuer fortement la hauteur.
    Ces dispositions se lisent par un dégradé des hauteurs d’ouest en est.

    Ainsi l’axe de symétrie du bâtiment existant devient la ligne de composition de notre figure: 3 épis, masses pleines habillées de panneaux de béton poli blanc , alternent avec deux transparences; 2 objets libres viennent perturber cette grille: l’oblique de l’amphithéâtre qui “pointe” son nez vers la rue, la courbe de la cafétéria , en contrepoint sur la cour.

    LE SQUARE:
    L’aile centrale del’édifice est donc implantée en retrait d’environ 25 m par rapport à la rue, au-delà de 2 lignes de magnifiques magnolias que nous conservons, en souvenir des anciennes cours d’école. En démolissant le grand mur qui les cachait aux riverains, nous créons un véritable square public, ouvert à la ville , un appel attractif pour l’IUFM et son centre multi-média, en opposition avec le mur d’enceinte en pierres , sur le reste de la parcelle, parfaitement opaque.

    Cette figure en “peigne”, très perméable, même si on ne la traverse pas physiquement en tout point, donne une image d’ouverture visuelle sur la ville et le monde extérieur, en analogie avec la nouvelle pédagogie de l’I.U.F.M.

    B- PROGRAMME DU CENTRE MULTI-MEDIA
    Chaque unité du programme est représentée par une entité formelle reconnaissable.
    LE HALL: carrefour des 3 accès (200 m2)
    Situé entre les 2 premiers épis, le hall est un volume transparent, auquel on peut accéder par 3 directions:
    -la rue Pierre LEGRAND , en longeant la colonnade du premier épi
    -la cour , à l’opposé, depuis le bâtiment existant
    -le parking, depuis la faille vitrée verticale qui articule ancienne et nouvelle aile.
    L’ENSEIGNEMENT GENERAL: position latérale (677 m2)
    Les salles de cours sont principalement groupées aux niveaux 1 et 2 du premier épi, orientées nord-ouest, et distribuées par une circulation sud-est. Sous cet épi sur pilotis, se glisse l’amphithéâtre de 240 places, , qui s’enfonce dans le sol, avec un accès indépendant possible depuis la rue.

    L’INFORMATIQUE & L’AUDIO-VISUEL: (362 m2)
    Ces 2 unités sont situées au niveau +1, dans le 2ème épi . Elles sont desservies par une circulation centrale éclairée par des lanterneaux, dont une partie est vitrée sur le vide du CDI.

    LE CDI:axé sur la cour, c’est le coeur du projet (648 m2)
    Côté rue , les 2 petits épis, opaques et symétriques, sont , à rez-de-chaussée, les “silos “à livres, percé de “meurtrières” , les briques de verre 30 x 30, pour protéger les volumes de la lumière du sud.
    L’entre-deux , axé et complètement vitré, est la salle de lecture.
    Un grand vide central, dans l’axe du hall existant, découpe le volume du CDI, et apporte la lumière zénithale douce et contrôlée de 12 lanternaux coniques.
    Il met aussi en relation la salle de lecture du bas avec sa mezzanine, propice au travail individuel , plus calme:organisée en angle, elle s’ouvre sur une large terrasse, le 3ème épi, qui devient un véritable salon de lecture extérieur.

    LA CAFETERIA
    Volume très bas, la cafetéria se déploie sur la cour en 2 quarts-de-cercle inégaux,l’un vitré comme un jardin d’hiver: le café; l’autre plein et intime: le fumoir.
    Le meuble bar est l’apport artistique dans le cadre du 1%.


    C- PEDAGOGIE ET ARCHITECTURE
    La pédagogie cadrée de l’Ecole Normale du 19e siècle fait place à celle de l’IUFM, ouvert à des étudiants non captifs.
    De même, aux volumes de l’ancienne bâtisse, élégants mais massifs, éclairés par des fenêtres identiques quelles que soit leur fonction , nous répondons par une architecture découpée, dynamique et attentive, où la lumière est chaque fois différente:
    Baie vitrée pour la salle de lecture, fenêtre en longeur pour les classes, bandeau vitré filant horizontal pour décoller un toit, ou vertical pour articuler 2 volumes, meurtrières carrées pour les rayonnages de livres, lanterneaux circulaires en toiture pour diffuser la lumière dans l’espace en double hauteur du C.D.I.

    Pleine de politesses envers contexte et passé, cette extension est cependant, de par son vocabulaire architectural, clairement de son temps.


  • • Date de livraison : 1996
    • Ville : Rennes
    • Département : 35
    • Maitre d'ouvrage : Rectorat de Rennes pour le Ministère de l'Education Nationale
    • Coût : 2,59 M€ TTC
    • SHON : 2700 m²


    NOTE D'INTENTION

    A- CONTEXTE:
    Le contexte, très fort, a complètement modelé cet édifice.
    Le bâtiment existant, d’une part: constitué d’un bel édifice en U, au milieu d’une grande enceinte fermée,Il est symétrique, avec un hall centré et traversant , et un accès principal par la rue de Saint-Malo.
    Le terrain proposé pour cette extension, d’autre part: parcelle située à l’arrière, côté cour, elle est desservie par une voie secondaire bordée de petites maisons .
    Pour retrouver cette petite échelle ,nous avons volontairement redécoupé l’extension en épis, perpendiculaires à la rue.
    A gauche: nous avons choisi de prolonger l’aile existante par un épi de la même largeur, alignant les nouveaux planchers avec les anciens, et l’acrotère avec la gouttière de la toiture.
    Au centre, nous prolongeons la géométrie très forte de l’ancienne Ecole Normale ,en plaçant dans l’axe du hall existant et de la cour un espace complètement transparent, encadré à l’arrière par 2 épis opaques.
    A droite, par contre, le tracé de la parcelle nous containt à diminuer fortement la hauteur.
    Ces dispositions se lisent par un dégradé des hauteurs d’ouest en est.

    Ainsi l’axe de symétrie du bâtiment existant devient la ligne de composition de notre figure: 3 épis, masses pleines habillées de panneaux de béton poli blanc , alternent avec deux transparences; 2 objets libres viennent perturber cette grille: l’oblique de l’amphithéâtre qui “pointe” son nez vers la rue, la courbe de la cafétéria , en contrepoint sur la cour.

    LE SQUARE:
    L’aile centrale del’édifice est donc implantée en retrait d’environ 25 m par rapport à la rue, au-delà de 2 lignes de magnifiques magnolias que nous conservons, en souvenir des anciennes cours d’école. En démolissant le grand mur qui les cachait aux riverains, nous créons un véritable square public, ouvert à la ville , un appel attractif pour l’IUFM et son centre multi-média, en opposition avec le mur d’enceinte en pierres , sur le reste de la parcelle, parfaitement opaque.

    Cette figure en “peigne”, très perméable, même si on ne la traverse pas physiquement en tout point, donne une image d’ouverture visuelle sur la ville et le monde extérieur, en analogie avec la nouvelle pédagogie de l’I.U.F.M.

    B- PROGRAMME DU CENTRE MULTI-MEDIA
    Chaque unité du programme est représentée par une entité formelle reconnaissable.
    LE HALL: carrefour des 3 accès (200 m2)
    Situé entre les 2 premiers épis, le hall est un volume transparent, auquel on peut accéder par 3 directions:
    -la rue Pierre LEGRAND , en longeant la colonnade du premier épi
    -la cour , à l’opposé, depuis le bâtiment existant
    -le parking, depuis la faille vitrée verticale qui articule ancienne et nouvelle aile.
    L’ENSEIGNEMENT GENERAL: position latérale (677 m2)
    Les salles de cours sont principalement groupées aux niveaux 1 et 2 du premier épi, orientées nord-ouest, et distribuées par une circulation sud-est. Sous cet épi sur pilotis, se glisse l’amphithéâtre de 240 places, , qui s’enfonce dans le sol, avec un accès indépendant possible depuis la rue.

    L’INFORMATIQUE & L’AUDIO-VISUEL: (362 m2)
    Ces 2 unités sont situées au niveau +1, dans le 2ème épi . Elles sont desservies par une circulation centrale éclairée par des lanterneaux, dont une partie est vitrée sur le vide du CDI.

    LE CDI:axé sur la cour, c’est le coeur du projet (648 m2)
    Côté rue , les 2 petits épis, opaques et symétriques, sont , à rez-de-chaussée, les “silos “à livres, percé de “meurtrières” , les briques de verre 30 x 30, pour protéger les volumes de la lumière du sud.
    L’entre-deux , axé et complètement vitré, est la salle de lecture.
    Un grand vide central, dans l’axe du hall existant, découpe le volume du CDI, et apporte la lumière zénithale douce et contrôlée de 12 lanternaux coniques.
    Il met aussi en relation la salle de lecture du bas avec sa mezzanine, propice au travail individuel , plus calme:organisée en angle, elle s’ouvre sur une large terrasse, le 3ème épi, qui devient un véritable salon de lecture extérieur.

    LA CAFETERIA
    Volume très bas, la cafetéria se déploie sur la cour en 2 quarts-de-cercle inégaux,l’un vitré comme un jardin d’hiver: le café; l’autre plein et intime: le fumoir.
    Le meuble bar est l’apport artistique dans le cadre du 1%.


    C- PEDAGOGIE ET ARCHITECTURE
    La pédagogie cadrée de l’Ecole Normale du 19e siècle fait place à celle de l’IUFM, ouvert à des étudiants non captifs.
    De même, aux volumes de l’ancienne bâtisse, élégants mais massifs, éclairés par des fenêtres identiques quelles que soit leur fonction , nous répondons par une architecture découpée, dynamique et attentive, où la lumière est chaque fois différente:
    Baie vitrée pour la salle de lecture, fenêtre en longeur pour les classes, bandeau vitré filant horizontal pour décoller un toit, ou vertical pour articuler 2 volumes, meurtrières carrées pour les rayonnages de livres, lanterneaux circulaires en toiture pour diffuser la lumière dans l’espace en double hauteur du C.D.I.

    Pleine de politesses envers contexte et passé, cette extension est cependant, de par son vocabulaire architectural, clairement de son temps.