HELLIN - SEBBAG architectes associés

  • • Date de livraison : Etude en cours
    • Ville : Rue du professeur Henri Serres et rue Auguste Broussonnet à Montpellier (34)
    • Maitre d'ouvrage :
    Etat - ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche
    Rectorat de l’Académie de Montpellier
    • Architecte associé "patrimoine" : Corrado de Guili Morghen
    • Coût (estimé) : 8.52 m€ HT (valeur Fev. 2009) / SHON : 4 687 m²
    • Programme :
    Maison des Sciences de l’Homme et département d’archéologie pour l’Université Montpellier 3
    Amphithéâtre, salles séminaires, Presses universitaires, espaces de travail à partager par des chercheurs en sciences humaines et en archéologie.
    • Technique et matériaux :
    - restauration des façades en pierre apparentes
    - création d’un jardin d’hiver : structure métalliques et ventelles mobiles en verre
    -fenêtres ouvrant à la française à petits bois et double vitrage


    RECONVERSION DE L’AILE DES INCURABLES
    La deuxième tranche verra sur le même site la reconversion de l’aile des Incurables en Maison des Sciences de l’Homme et en département d’archéologie.
    Le bâtiment accueillera sur deux niveaux (R+1 et R+2) les espaces de travail des chercheurs et permettra l’organisation de colloques internationaux. Ces colloques nécessitent la création à RDC de salles de séminaires mais surtout d’un amphithéâtre, ce qui paraissait presqu’impossible dans ce bâtiment du XVIIIème siècle aux dimensions et à la structure porteuse si peu adaptées. La grande hauteur sous voûte (5,3m) permet cependant de « glisser » des gradins pour 100 personnes dans l’aile centrale large de 10,50m.
    Néanmoins, l’amphithéâtre occupant toute la largeur de cette aile à proximité immédiate du hall d’entrée, il n’est pas possible de réaliser une circulation intérieure pour desservir les autres locaux.
    D’où l’idée d’apposer à la façade sur cour une galerie couverte et close. Cette galerie est traitée comme un jardin d’hiver avec ses lames mobiles en verre qui permettent une ventilation totale l’été et favorisent au contraire l’effet de serre l’hiver. Mais elle ne permet pas seulement de circuler à l’abri du vent et de la pluie, elle devient également le lieu central de convivialité et d’échange de l’établissement.
    A la différence de l’Hôpital général , le bâtiment des incurables est un bâtiment « noble » réalisé en pierre de taille et pourvus de nombreux éléments décoratifs tels que médaillons , bandeaux et corniches ouvragées dont la réfection sera primordiale. C’est dans le souci du respect de ce bâti que la petite extension de 200 m2 du jardin d’hiver a été conçue : transparence, légèreté de la structure en acier et mobilité des lames de verre pour voir la façade réhabilitée.

  • • Date de livraison : Etude en cours
    • Ville : Rue du professeur Henri Serres et rue Auguste Broussonnet à Montpellier (34)
    • Maitre d'ouvrage :
    Etat - ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche
    Rectorat de l’Académie de Montpellier
    • Architecte associé "patrimoine" : Corrado de Guili Morghen
    • Coût (estimé) : 8.52 m€ HT (valeur Fev. 2009) / SHON : 4 687 m²
    • Programme :
    Maison des Sciences de l’Homme et département d’archéologie pour l’Université Montpellier 3
    Amphithéâtre, salles séminaires, Presses universitaires, espaces de travail à partager par des chercheurs en sciences humaines et en archéologie.
    • Technique et matériaux :
    - restauration des façades en pierre apparentes
    - création d’un jardin d’hiver : structure métalliques et ventelles mobiles en verre
    -fenêtres ouvrant à la française à petits bois et double vitrage


    RECONVERSION DE L’AILE DES INCURABLES
    La deuxième tranche verra sur le même site la reconversion de l’aile des Incurables en Maison des Sciences de l’Homme et en département d’archéologie.
    Le bâtiment accueillera sur deux niveaux (R+1 et R+2) les espaces de travail des chercheurs et permettra l’organisation de colloques internationaux. Ces colloques nécessitent la création à RDC de salles de séminaires mais surtout d’un amphithéâtre, ce qui paraissait presqu’impossible dans ce bâtiment du XVIIIème siècle aux dimensions et à la structure porteuse si peu adaptées. La grande hauteur sous voûte (5,3m) permet cependant de « glisser » des gradins pour 100 personnes dans l’aile centrale large de 10,50m.
    Néanmoins, l’amphithéâtre occupant toute la largeur de cette aile à proximité immédiate du hall d’entrée, il n’est pas possible de réaliser une circulation intérieure pour desservir les autres locaux.
    D’où l’idée d’apposer à la façade sur cour une galerie couverte et close. Cette galerie est traitée comme un jardin d’hiver avec ses lames mobiles en verre qui permettent une ventilation totale l’été et favorisent au contraire l’effet de serre l’hiver. Mais elle ne permet pas seulement de circuler à l’abri du vent et de la pluie, elle devient également le lieu central de convivialité et d’échange de l’établissement.
    A la différence de l’Hôpital général , le bâtiment des incurables est un bâtiment « noble » réalisé en pierre de taille et pourvus de nombreux éléments décoratifs tels que médaillons , bandeaux et corniches ouvragées dont la réfection sera primordiale. C’est dans le souci du respect de ce bâti que la petite extension de 200 m2 du jardin d’hiver a été conçue : transparence, légèreté de la structure en acier et mobilité des lames de verre pour voir la façade réhabilitée.

  • • Date de livraison : Etude en cours
    • Ville : Rue du professeur Henri Serres et rue Auguste Broussonnet à Montpellier (34)
    • Maitre d'ouvrage :
    Etat - ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche
    Rectorat de l’Académie de Montpellier
    • Architecte associé "patrimoine" : Corrado de Guili Morghen
    • Coût (estimé) : 8.52 m€ HT (valeur Fev. 2009) / SHON : 4 687 m²
    • Programme :
    Maison des Sciences de l’Homme et département d’archéologie pour l’Université Montpellier 3
    Amphithéâtre, salles séminaires, Presses universitaires, espaces de travail à partager par des chercheurs en sciences humaines et en archéologie.
    • Technique et matériaux :
    - restauration des façades en pierre apparentes
    - création d’un jardin d’hiver : structure métalliques et ventelles mobiles en verre
    -fenêtres ouvrant à la française à petits bois et double vitrage


    RECONVERSION DE L’AILE DES INCURABLES
    La deuxième tranche verra sur le même site la reconversion de l’aile des Incurables en Maison des Sciences de l’Homme et en département d’archéologie.
    Le bâtiment accueillera sur deux niveaux (R+1 et R+2) les espaces de travail des chercheurs et permettra l’organisation de colloques internationaux. Ces colloques nécessitent la création à RDC de salles de séminaires mais surtout d’un amphithéâtre, ce qui paraissait presqu’impossible dans ce bâtiment du XVIIIème siècle aux dimensions et à la structure porteuse si peu adaptées. La grande hauteur sous voûte (5,3m) permet cependant de « glisser » des gradins pour 100 personnes dans l’aile centrale large de 10,50m.
    Néanmoins, l’amphithéâtre occupant toute la largeur de cette aile à proximité immédiate du hall d’entrée, il n’est pas possible de réaliser une circulation intérieure pour desservir les autres locaux.
    D’où l’idée d’apposer à la façade sur cour une galerie couverte et close. Cette galerie est traitée comme un jardin d’hiver avec ses lames mobiles en verre qui permettent une ventilation totale l’été et favorisent au contraire l’effet de serre l’hiver. Mais elle ne permet pas seulement de circuler à l’abri du vent et de la pluie, elle devient également le lieu central de convivialité et d’échange de l’établissement.
    A la différence de l’Hôpital général , le bâtiment des incurables est un bâtiment « noble » réalisé en pierre de taille et pourvus de nombreux éléments décoratifs tels que médaillons , bandeaux et corniches ouvragées dont la réfection sera primordiale. C’est dans le souci du respect de ce bâti que la petite extension de 200 m2 du jardin d’hiver a été conçue : transparence, légèreté de la structure en acier et mobilité des lames de verre pour voir la façade réhabilitée.

  • • Date de livraison : Etude en cours
    • Ville : Rue du professeur Henri Serres et rue Auguste Broussonnet à Montpellier (34)
    • Maitre d'ouvrage :
    Etat - ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche
    Rectorat de l’Académie de Montpellier
    • Architecte associé "patrimoine" : Corrado de Guili Morghen
    • Coût (estimé) : 8.52 m€ HT (valeur Fev. 2009) / SHON : 4 687 m²
    • Programme :
    Maison des Sciences de l’Homme et département d’archéologie pour l’Université Montpellier 3
    Amphithéâtre, salles séminaires, Presses universitaires, espaces de travail à partager par des chercheurs en sciences humaines et en archéologie.
    • Technique et matériaux :
    - restauration des façades en pierre apparentes
    - création d’un jardin d’hiver : structure métalliques et ventelles mobiles en verre
    -fenêtres ouvrant à la française à petits bois et double vitrage


    RECONVERSION DE L’AILE DES INCURABLES
    La deuxième tranche verra sur le même site la reconversion de l’aile des Incurables en Maison des Sciences de l’Homme et en département d’archéologie.
    Le bâtiment accueillera sur deux niveaux (R+1 et R+2) les espaces de travail des chercheurs et permettra l’organisation de colloques internationaux. Ces colloques nécessitent la création à RDC de salles de séminaires mais surtout d’un amphithéâtre, ce qui paraissait presqu’impossible dans ce bâtiment du XVIIIème siècle aux dimensions et à la structure porteuse si peu adaptées. La grande hauteur sous voûte (5,3m) permet cependant de « glisser » des gradins pour 100 personnes dans l’aile centrale large de 10,50m.
    Néanmoins, l’amphithéâtre occupant toute la largeur de cette aile à proximité immédiate du hall d’entrée, il n’est pas possible de réaliser une circulation intérieure pour desservir les autres locaux.
    D’où l’idée d’apposer à la façade sur cour une galerie couverte et close. Cette galerie est traitée comme un jardin d’hiver avec ses lames mobiles en verre qui permettent une ventilation totale l’été et favorisent au contraire l’effet de serre l’hiver. Mais elle ne permet pas seulement de circuler à l’abri du vent et de la pluie, elle devient également le lieu central de convivialité et d’échange de l’établissement.
    A la différence de l’Hôpital général , le bâtiment des incurables est un bâtiment « noble » réalisé en pierre de taille et pourvus de nombreux éléments décoratifs tels que médaillons , bandeaux et corniches ouvragées dont la réfection sera primordiale. C’est dans le souci du respect de ce bâti que la petite extension de 200 m2 du jardin d’hiver a été conçue : transparence, légèreté de la structure en acier et mobilité des lames de verre pour voir la façade réhabilitée.

  • • Date de livraison : Etude en cours
    • Ville : Rue du professeur Henri Serres et rue Auguste Broussonnet à Montpellier (34)
    • Maitre d'ouvrage :
    Etat - ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche
    Rectorat de l’Académie de Montpellier
    • Architecte associé "patrimoine" : Corrado de Guili Morghen
    • Coût (estimé) : 8.52 m€ HT (valeur Fev. 2009) / SHON : 4 687 m²
    • Programme :
    Maison des Sciences de l’Homme et département d’archéologie pour l’Université Montpellier 3
    Amphithéâtre, salles séminaires, Presses universitaires, espaces de travail à partager par des chercheurs en sciences humaines et en archéologie.
    • Technique et matériaux :
    - restauration des façades en pierre apparentes
    - création d’un jardin d’hiver : structure métalliques et ventelles mobiles en verre
    -fenêtres ouvrant à la française à petits bois et double vitrage


    RECONVERSION DE L’AILE DES INCURABLES
    La deuxième tranche verra sur le même site la reconversion de l’aile des Incurables en Maison des Sciences de l’Homme et en département d’archéologie.
    Le bâtiment accueillera sur deux niveaux (R+1 et R+2) les espaces de travail des chercheurs et permettra l’organisation de colloques internationaux. Ces colloques nécessitent la création à RDC de salles de séminaires mais surtout d’un amphithéâtre, ce qui paraissait presqu’impossible dans ce bâtiment du XVIIIème siècle aux dimensions et à la structure porteuse si peu adaptées. La grande hauteur sous voûte (5,3m) permet cependant de « glisser » des gradins pour 100 personnes dans l’aile centrale large de 10,50m.
    Néanmoins, l’amphithéâtre occupant toute la largeur de cette aile à proximité immédiate du hall d’entrée, il n’est pas possible de réaliser une circulation intérieure pour desservir les autres locaux.
    D’où l’idée d’apposer à la façade sur cour une galerie couverte et close. Cette galerie est traitée comme un jardin d’hiver avec ses lames mobiles en verre qui permettent une ventilation totale l’été et favorisent au contraire l’effet de serre l’hiver. Mais elle ne permet pas seulement de circuler à l’abri du vent et de la pluie, elle devient également le lieu central de convivialité et d’échange de l’établissement.
    A la différence de l’Hôpital général , le bâtiment des incurables est un bâtiment « noble » réalisé en pierre de taille et pourvus de nombreux éléments décoratifs tels que médaillons , bandeaux et corniches ouvragées dont la réfection sera primordiale. C’est dans le souci du respect de ce bâti que la petite extension de 200 m2 du jardin d’hiver a été conçue : transparence, légèreté de la structure en acier et mobilité des lames de verre pour voir la façade réhabilitée.

  • • Date de livraison : Etude en cours
    • Ville : Rue du professeur Henri Serres et rue Auguste Broussonnet à Montpellier (34)
    • Maitre d'ouvrage :
    Etat - ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche
    Rectorat de l’Académie de Montpellier
    • Architecte associé "patrimoine" : Corrado de Guili Morghen
    • Coût (estimé) : 8.52 m€ HT (valeur Fev. 2009) / SHON : 4 687 m²
    • Programme :
    Maison des Sciences de l’Homme et département d’archéologie pour l’Université Montpellier 3
    Amphithéâtre, salles séminaires, Presses universitaires, espaces de travail à partager par des chercheurs en sciences humaines et en archéologie.
    • Technique et matériaux :
    - restauration des façades en pierre apparentes
    - création d’un jardin d’hiver : structure métalliques et ventelles mobiles en verre
    -fenêtres ouvrant à la française à petits bois et double vitrage


    RECONVERSION DE L’AILE DES INCURABLES
    La deuxième tranche verra sur le même site la reconversion de l’aile des Incurables en Maison des Sciences de l’Homme et en département d’archéologie.
    Le bâtiment accueillera sur deux niveaux (R+1 et R+2) les espaces de travail des chercheurs et permettra l’organisation de colloques internationaux. Ces colloques nécessitent la création à RDC de salles de séminaires mais surtout d’un amphithéâtre, ce qui paraissait presqu’impossible dans ce bâtiment du XVIIIème siècle aux dimensions et à la structure porteuse si peu adaptées. La grande hauteur sous voûte (5,3m) permet cependant de « glisser » des gradins pour 100 personnes dans l’aile centrale large de 10,50m.
    Néanmoins, l’amphithéâtre occupant toute la largeur de cette aile à proximité immédiate du hall d’entrée, il n’est pas possible de réaliser une circulation intérieure pour desservir les autres locaux.
    D’où l’idée d’apposer à la façade sur cour une galerie couverte et close. Cette galerie est traitée comme un jardin d’hiver avec ses lames mobiles en verre qui permettent une ventilation totale l’été et favorisent au contraire l’effet de serre l’hiver. Mais elle ne permet pas seulement de circuler à l’abri du vent et de la pluie, elle devient également le lieu central de convivialité et d’échange de l’établissement.
    A la différence de l’Hôpital général , le bâtiment des incurables est un bâtiment « noble » réalisé en pierre de taille et pourvus de nombreux éléments décoratifs tels que médaillons , bandeaux et corniches ouvragées dont la réfection sera primordiale. C’est dans le souci du respect de ce bâti que la petite extension de 200 m2 du jardin d’hiver a été conçue : transparence, légèreté de la structure en acier et mobilité des lames de verre pour voir la façade réhabilitée.

  • • Date de livraison : Etude en cours
    • Ville : Rue du professeur Henri Serres et rue Auguste Broussonnet à Montpellier (34)
    • Maitre d'ouvrage :
    Etat - ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche
    Rectorat de l’Académie de Montpellier
    • Architecte associé "patrimoine" : Corrado de Guili Morghen
    • Coût (estimé) : 8.52 m€ HT (valeur Fev. 2009) / SHON : 4 687 m²
    • Programme :
    Maison des Sciences de l’Homme et département d’archéologie pour l’Université Montpellier 3
    Amphithéâtre, salles séminaires, Presses universitaires, espaces de travail à partager par des chercheurs en sciences humaines et en archéologie.
    • Technique et matériaux :
    - restauration des façades en pierre apparentes
    - création d’un jardin d’hiver : structure métalliques et ventelles mobiles en verre
    -fenêtres ouvrant à la française à petits bois et double vitrage


    RECONVERSION DE L’AILE DES INCURABLES
    La deuxième tranche verra sur le même site la reconversion de l’aile des Incurables en Maison des Sciences de l’Homme et en département d’archéologie.
    Le bâtiment accueillera sur deux niveaux (R+1 et R+2) les espaces de travail des chercheurs et permettra l’organisation de colloques internationaux. Ces colloques nécessitent la création à RDC de salles de séminaires mais surtout d’un amphithéâtre, ce qui paraissait presqu’impossible dans ce bâtiment du XVIIIème siècle aux dimensions et à la structure porteuse si peu adaptées. La grande hauteur sous voûte (5,3m) permet cependant de « glisser » des gradins pour 100 personnes dans l’aile centrale large de 10,50m.
    Néanmoins, l’amphithéâtre occupant toute la largeur de cette aile à proximité immédiate du hall d’entrée, il n’est pas possible de réaliser une circulation intérieure pour desservir les autres locaux.
    D’où l’idée d’apposer à la façade sur cour une galerie couverte et close. Cette galerie est traitée comme un jardin d’hiver avec ses lames mobiles en verre qui permettent une ventilation totale l’été et favorisent au contraire l’effet de serre l’hiver. Mais elle ne permet pas seulement de circuler à l’abri du vent et de la pluie, elle devient également le lieu central de convivialité et d’échange de l’établissement.
    A la différence de l’Hôpital général , le bâtiment des incurables est un bâtiment « noble » réalisé en pierre de taille et pourvus de nombreux éléments décoratifs tels que médaillons , bandeaux et corniches ouvragées dont la réfection sera primordiale. C’est dans le souci du respect de ce bâti que la petite extension de 200 m2 du jardin d’hiver a été conçue : transparence, légèreté de la structure en acier et mobilité des lames de verre pour voir la façade réhabilitée.

  • • Date de livraison : Etude en cours
    • Ville : Rue du professeur Henri Serres et rue Auguste Broussonnet à Montpellier (34)
    • Maitre d'ouvrage :
    Etat - ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche
    Rectorat de l’Académie de Montpellier
    • Architecte associé "patrimoine" : Corrado de Guili Morghen
    • Coût (estimé) : 8.52 m€ HT (valeur Fev. 2009) / SHON : 4 687 m²
    • Programme :
    Maison des Sciences de l’Homme et département d’archéologie pour l’Université Montpellier 3
    Amphithéâtre, salles séminaires, Presses universitaires, espaces de travail à partager par des chercheurs en sciences humaines et en archéologie.
    • Technique et matériaux :
    - restauration des façades en pierre apparentes
    - création d’un jardin d’hiver : structure métalliques et ventelles mobiles en verre
    -fenêtres ouvrant à la française à petits bois et double vitrage


    RECONVERSION DE L’AILE DES INCURABLES
    La deuxième tranche verra sur le même site la reconversion de l’aile des Incurables en Maison des Sciences de l’Homme et en département d’archéologie.
    Le bâtiment accueillera sur deux niveaux (R+1 et R+2) les espaces de travail des chercheurs et permettra l’organisation de colloques internationaux. Ces colloques nécessitent la création à RDC de salles de séminaires mais surtout d’un amphithéâtre, ce qui paraissait presqu’impossible dans ce bâtiment du XVIIIème siècle aux dimensions et à la structure porteuse si peu adaptées. La grande hauteur sous voûte (5,3m) permet cependant de « glisser » des gradins pour 100 personnes dans l’aile centrale large de 10,50m.
    Néanmoins, l’amphithéâtre occupant toute la largeur de cette aile à proximité immédiate du hall d’entrée, il n’est pas possible de réaliser une circulation intérieure pour desservir les autres locaux.
    D’où l’idée d’apposer à la façade sur cour une galerie couverte et close. Cette galerie est traitée comme un jardin d’hiver avec ses lames mobiles en verre qui permettent une ventilation totale l’été et favorisent au contraire l’effet de serre l’hiver. Mais elle ne permet pas seulement de circuler à l’abri du vent et de la pluie, elle devient également le lieu central de convivialité et d’échange de l’établissement.
    A la différence de l’Hôpital général , le bâtiment des incurables est un bâtiment « noble » réalisé en pierre de taille et pourvus de nombreux éléments décoratifs tels que médaillons , bandeaux et corniches ouvragées dont la réfection sera primordiale. C’est dans le souci du respect de ce bâti que la petite extension de 200 m2 du jardin d’hiver a été conçue : transparence, légèreté de la structure en acier et mobilité des lames de verre pour voir la façade réhabilitée.

  • • Date de livraison : Etude en cours
    • Ville : Rue du professeur Henri Serres et rue Auguste Broussonnet à Montpellier (34)
    • Maitre d'ouvrage :
    Etat - ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche
    Rectorat de l’Académie de Montpellier
    • Architecte associé "patrimoine" : Corrado de Guili Morghen
    • Coût (estimé) : 8.52 m€ HT (valeur Fev. 2009) / SHON : 4 687 m²
    • Programme :
    Maison des Sciences de l’Homme et département d’archéologie pour l’Université Montpellier 3
    Amphithéâtre, salles séminaires, Presses universitaires, espaces de travail à partager par des chercheurs en sciences humaines et en archéologie.
    • Technique et matériaux :
    - restauration des façades en pierre apparentes
    - création d’un jardin d’hiver : structure métalliques et ventelles mobiles en verre
    -fenêtres ouvrant à la française à petits bois et double vitrage


    RECONVERSION DE L’AILE DES INCURABLES
    La deuxième tranche verra sur le même site la reconversion de l’aile des Incurables en Maison des Sciences de l’Homme et en département d’archéologie.
    Le bâtiment accueillera sur deux niveaux (R+1 et R+2) les espaces de travail des chercheurs et permettra l’organisation de colloques internationaux. Ces colloques nécessitent la création à RDC de salles de séminaires mais surtout d’un amphithéâtre, ce qui paraissait presqu’impossible dans ce bâtiment du XVIIIème siècle aux dimensions et à la structure porteuse si peu adaptées. La grande hauteur sous voûte (5,3m) permet cependant de « glisser » des gradins pour 100 personnes dans l’aile centrale large de 10,50m.
    Néanmoins, l’amphithéâtre occupant toute la largeur de cette aile à proximité immédiate du hall d’entrée, il n’est pas possible de réaliser une circulation intérieure pour desservir les autres locaux.
    D’où l’idée d’apposer à la façade sur cour une galerie couverte et close. Cette galerie est traitée comme un jardin d’hiver avec ses lames mobiles en verre qui permettent une ventilation totale l’été et favorisent au contraire l’effet de serre l’hiver. Mais elle ne permet pas seulement de circuler à l’abri du vent et de la pluie, elle devient également le lieu central de convivialité et d’échange de l’établissement.
    A la différence de l’Hôpital général , le bâtiment des incurables est un bâtiment « noble » réalisé en pierre de taille et pourvus de nombreux éléments décoratifs tels que médaillons , bandeaux et corniches ouvragées dont la réfection sera primordiale. C’est dans le souci du respect de ce bâti que la petite extension de 200 m2 du jardin d’hiver a été conçue : transparence, légèreté de la structure en acier et mobilité des lames de verre pour voir la façade réhabilitée.