Guillaume de Monfreid architecte

  • • Date de livraison : 2005
    • Ville : Cherbourg
    • Département : 50
    • Maitre d'ouvrage : Centre hospitalier Louis Pasteur
    • Architectes associés : A. Boisroux (mandataire)
    • Coût : 1,08 M euros TTC
    • SHON : 450 m2
    • Nature de la mission : de base, loi MOP

    Le service de cobaltothérapie installé dans un blockhaus allemand indestructible mais remanié, datant de la Seconde Guerre mondiale est devenu obsolète. Cela oblige l'installation d'un accélérateur de particules pour une radiothérapie de pointe. La mise en place d'un tel équipement nécessite la construction d'un bunker spécifique fait de bétons épais (parois de 1,50m à 2m) et lourds (densité 2 à 3) dans une mise en œuvre précise. Le service de radiothérapie est donc complètement repensé pour un accueil et un traitement optimal des patients: cheminements, accès, etc qui a conduit à construire de nouvelles surfaces d'accueil permettant des entretiens privés.
    La réalisation de ce nouvel outil hospitalier passe par une image architecturale gommant les aspects rébarbatifs, brutaux et monstrueux du blockhaus existant, peu en rapport avec sa destination. Le parement en bardages de bois a été choisi pour sa souplesse (nouvelles formes) et ses qualités tant visuelles (couleur et texture) que spéculatives
    (matériau vivant suggérant la guérison, donc la vie!).
  • • Date de livraison : 2005
    • Ville : Cherbourg
    • Département : 50
    • Maitre d'ouvrage : Centre hospitalier Louis Pasteur
    • Architectes associés : A. Boisroux (mandataire)
    • Coût : 1,08 M euros TTC
    • SHON : 450 m2
    • Nature de la mission : de base, loi MOP

    Le service de cobaltothérapie installé dans un blockhaus allemand indestructible mais remanié, datant de la Seconde Guerre mondiale est devenu obsolète. Cela oblige l'installation d'un accélérateur de particules pour une radiothérapie de pointe. La mise en place d'un tel équipement nécessite la construction d'un bunker spécifique fait de bétons épais (parois de 1,50m à 2m) et lourds (densité 2 à 3) dans une mise en œuvre précise. Le service de radiothérapie est donc complètement repensé pour un accueil et un traitement optimal des patients: cheminements, accès, etc qui a conduit à construire de nouvelles surfaces d'accueil permettant des entretiens privés.
    La réalisation de ce nouvel outil hospitalier passe par une image architecturale gommant les aspects rébarbatifs, brutaux et monstrueux du blockhaus existant, peu en rapport avec sa destination. Le parement en bardages de bois a été choisi pour sa souplesse (nouvelles formes) et ses qualités tant visuelles (couleur et texture) que spéculatives
    (matériau vivant suggérant la guérison, donc la vie!).
  • • Date de livraison : 2005
    • Ville : Cherbourg
    • Département : 50
    • Maitre d'ouvrage : Centre hospitalier Louis Pasteur
    • Architectes associés : A. Boisroux (mandataire)
    • Coût : 1,08 M euros TTC
    • SHON : 450 m2
    • Nature de la mission : de base, loi MOP

    Le service de cobaltothérapie installé dans un blockhaus allemand indestructible mais remanié, datant de la Seconde Guerre mondiale est devenu obsolète. Cela oblige l'installation d'un accélérateur de particules pour une radiothérapie de pointe. La mise en place d'un tel équipement nécessite la construction d'un bunker spécifique fait de bétons épais (parois de 1,50m à 2m) et lourds (densité 2 à 3) dans une mise en œuvre précise. Le service de radiothérapie est donc complètement repensé pour un accueil et un traitement optimal des patients: cheminements, accès, etc qui a conduit à construire de nouvelles surfaces d'accueil permettant des entretiens privés.
    La réalisation de ce nouvel outil hospitalier passe par une image architecturale gommant les aspects rébarbatifs, brutaux et monstrueux du blockhaus existant, peu en rapport avec sa destination. Le parement en bardages de bois a été choisi pour sa souplesse (nouvelles formes) et ses qualités tant visuelles (couleur et texture) que spéculatives
    (matériau vivant suggérant la guérison, donc la vie!).
  • • Date de livraison : 2005
    • Ville : Cherbourg
    • Département : 50
    • Maitre d'ouvrage : Centre hospitalier Louis Pasteur
    • Architectes associés : A. Boisroux (mandataire)
    • Coût : 1,08 M euros TTC
    • SHON : 450 m2
    • Nature de la mission : de base, loi MOP

    Le service de cobaltothérapie installé dans un blockhaus allemand indestructible mais remanié, datant de la Seconde Guerre mondiale est devenu obsolète. Cela oblige l'installation d'un accélérateur de particules pour une radiothérapie de pointe. La mise en place d'un tel équipement nécessite la construction d'un bunker spécifique fait de bétons épais (parois de 1,50m à 2m) et lourds (densité 2 à 3) dans une mise en œuvre précise. Le service de radiothérapie est donc complètement repensé pour un accueil et un traitement optimal des patients: cheminements, accès, etc qui a conduit à construire de nouvelles surfaces d'accueil permettant des entretiens privés.
    La réalisation de ce nouvel outil hospitalier passe par une image architecturale gommant les aspects rébarbatifs, brutaux et monstrueux du blockhaus existant, peu en rapport avec sa destination. Le parement en bardages de bois a été choisi pour sa souplesse (nouvelles formes) et ses qualités tant visuelles (couleur et texture) que spéculatives
    (matériau vivant suggérant la guérison, donc la vie!).
  • • Date de livraison : 2005
    • Ville : Cherbourg
    • Département : 50
    • Maitre d'ouvrage : Centre hospitalier Louis Pasteur
    • Architectes associés : A. Boisroux (mandataire)
    • Coût : 1,08 M euros TTC
    • SHON : 450 m2
    • Nature de la mission : de base, loi MOP

    Le service de cobaltothérapie installé dans un blockhaus allemand indestructible mais remanié, datant de la Seconde Guerre mondiale est devenu obsolète. Cela oblige l'installation d'un accélérateur de particules pour une radiothérapie de pointe. La mise en place d'un tel équipement nécessite la construction d'un bunker spécifique fait de bétons épais (parois de 1,50m à 2m) et lourds (densité 2 à 3) dans une mise en œuvre précise. Le service de radiothérapie est donc complètement repensé pour un accueil et un traitement optimal des patients: cheminements, accès, etc qui a conduit à construire de nouvelles surfaces d'accueil permettant des entretiens privés.
    La réalisation de ce nouvel outil hospitalier passe par une image architecturale gommant les aspects rébarbatifs, brutaux et monstrueux du blockhaus existant, peu en rapport avec sa destination. Le parement en bardages de bois a été choisi pour sa souplesse (nouvelles formes) et ses qualités tant visuelles (couleur et texture) que spéculatives
    (matériau vivant suggérant la guérison, donc la vie!).
  • • Date de livraison : 2005
    • Ville : Cherbourg
    • Département : 50
    • Maitre d'ouvrage : Centre hospitalier Louis Pasteur
    • Architectes associés : A. Boisroux (mandataire)
    • Coût : 1,08 M euros TTC
    • SHON : 450 m2
    • Nature de la mission : de base, loi MOP

    Le service de cobaltothérapie installé dans un blockhaus allemand indestructible mais remanié, datant de la Seconde Guerre mondiale est devenu obsolète. Cela oblige l'installation d'un accélérateur de particules pour une radiothérapie de pointe. La mise en place d'un tel équipement nécessite la construction d'un bunker spécifique fait de bétons épais (parois de 1,50m à 2m) et lourds (densité 2 à 3) dans une mise en œuvre précise. Le service de radiothérapie est donc complètement repensé pour un accueil et un traitement optimal des patients: cheminements, accès, etc qui a conduit à construire de nouvelles surfaces d'accueil permettant des entretiens privés.
    La réalisation de ce nouvel outil hospitalier passe par une image architecturale gommant les aspects rébarbatifs, brutaux et monstrueux du blockhaus existant, peu en rapport avec sa destination. Le parement en bardages de bois a été choisi pour sa souplesse (nouvelles formes) et ses qualités tant visuelles (couleur et texture) que spéculatives
    (matériau vivant suggérant la guérison, donc la vie!).