globule rouge

  • Vue de la rue
    Vue de la rue
    Habitat 
    2003
    (973 - Guyane)
    97300 Cayenne
    Guyane française
    Architecte(s) associé(s) :
    ARA
    Maître d’ouvrage :
    S.I.GUY
    Dans cette opération de logements, pour le compte de la SIGUY, l'interrogation principale était la singularité de l'habiter guyanais.
    Il s'agissait d'offrir des espaces de qualité pour le fonctionnement d'une famille guyanaise, tout en restant dans les normes étroites du logement social.

    Un large toit très simple protège ces logements aérés et ouverts, qui exploitent le type de la maison double, en bon équilibre entre économie et qualité de l'habiter.
    Conçu comme une extension de la cité Cabassou, le lotissement Calimbé est volontairement proche du langage formel de celle-ci. Chaque plot, à deux étages, est constitué de F3/F4 jumelés. Sa dissymétrie permet d'identifier clairement chaque logement.

    Le rez-de-chaussée s'organise en salon traversant, caractérisé par un vide sur l'escalier, les grandes baies et une bonne ventilation naturelle. Une grande cuisine semi-ouverte se trouve près du jardin, pour pouvoir profiter du dehors pour faire la cuisine à la façon locale.
    Les parties jour / nuit sont clairement séparées. Un escalier droit mène à l'étage, où l'accès aux chambres s'organise en mezzanine large pour permettre le jeux des enfants. Les chambres claires sont ventilées par les larges fenêtres en façade et des impostes à ventelles au-dessus des portes.

    À l'extérieur, les façades lisses sur 2 étages dissuadent les rajouts de tôles souvent entrepris par les habitants du logement social.

    Au niveau de son plan masse, le lotissement cherche à se connecter à la cité Cabassou, en continuant les voies existantes de celle-ci. Aussi, six commerces se trouvent au rez-de-chaussée de trois plots plus hauts, et marquent l'entrée de notre lotissement, mais aussi celui de Cabassou.

    Avec l'aménagement du Canal Leblond voisin, ce petit lotissement a pu devenir un raccord urbain entre les cités voisines Bonhomme et Cabassou, jadis séparées par leur urbanisme en cul-de-sac et l'incision du canal dans le territoire.
  • Façades arrières
    Façades arrières
    Habitat 
    2003
    (973 - Guyane)
    97300 Cayenne
    Guyane française
    Architecte(s) associé(s) :
    ARA
    Maître d’ouvrage :
    S.I.GUY
    Dans cette opération de logements, pour le compte de la SIGUY, l'interrogation principale était la singularité de l'habiter guyanais.
    Il s'agissait d'offrir des espaces de qualité pour le fonctionnement d'une famille guyanaise, tout en restant dans les normes étroites du logement social.

    Un large toit très simple protège ces logements aérés et ouverts, qui exploitent le type de la maison double, en bon équilibre entre économie et qualité de l'habiter.
    Conçu comme une extension de la cité Cabassou, le lotissement Calimbé est volontairement proche du langage formel de celle-ci. Chaque plot, à deux étages, est constitué de F3/F4 jumelés. Sa dissymétrie permet d'identifier clairement chaque logement.

    Le rez-de-chaussée s'organise en salon traversant, caractérisé par un vide sur l'escalier, les grandes baies et une bonne ventilation naturelle. Une grande cuisine semi-ouverte se trouve près du jardin, pour pouvoir profiter du dehors pour faire la cuisine à la façon locale.
    Les parties jour / nuit sont clairement séparées. Un escalier droit mène à l'étage, où l'accès aux chambres s'organise en mezzanine large pour permettre le jeux des enfants. Les chambres claires sont ventilées par les larges fenêtres en façade et des impostes à ventelles au-dessus des portes.

    À l'extérieur, les façades lisses sur 2 étages dissuadent les rajouts de tôles souvent entrepris par les habitants du logement social.

    Au niveau de son plan masse, le lotissement cherche à se connecter à la cité Cabassou, en continuant les voies existantes de celle-ci. Aussi, six commerces se trouvent au rez-de-chaussée de trois plots plus hauts, et marquent l'entrée de notre lotissement, mais aussi celui de Cabassou.

    Avec l'aménagement du Canal Leblond voisin, ce petit lotissement a pu devenir un raccord urbain entre les cités voisines Bonhomme et Cabassou, jadis séparées par leur urbanisme en cul-de-sac et l'incision du canal dans le territoire.
  • Après la pluie
    Après la pluie
    Habitat 
    2003
    (973 - Guyane)
    97300 Cayenne
    Guyane française
    Architecte(s) associé(s) :
    ARA
    Maître d’ouvrage :
    S.I.GUY
    Dans cette opération de logements, pour le compte de la SIGUY, l'interrogation principale était la singularité de l'habiter guyanais.
    Il s'agissait d'offrir des espaces de qualité pour le fonctionnement d'une famille guyanaise, tout en restant dans les normes étroites du logement social.

    Un large toit très simple protège ces logements aérés et ouverts, qui exploitent le type de la maison double, en bon équilibre entre économie et qualité de l'habiter.
    Conçu comme une extension de la cité Cabassou, le lotissement Calimbé est volontairement proche du langage formel de celle-ci. Chaque plot, à deux étages, est constitué de F3/F4 jumelés. Sa dissymétrie permet d'identifier clairement chaque logement.

    Le rez-de-chaussée s'organise en salon traversant, caractérisé par un vide sur l'escalier, les grandes baies et une bonne ventilation naturelle. Une grande cuisine semi-ouverte se trouve près du jardin, pour pouvoir profiter du dehors pour faire la cuisine à la façon locale.
    Les parties jour / nuit sont clairement séparées. Un escalier droit mène à l'étage, où l'accès aux chambres s'organise en mezzanine large pour permettre le jeux des enfants. Les chambres claires sont ventilées par les larges fenêtres en façade et des impostes à ventelles au-dessus des portes.

    À l'extérieur, les façades lisses sur 2 étages dissuadent les rajouts de tôles souvent entrepris par les habitants du logement social.

    Au niveau de son plan masse, le lotissement cherche à se connecter à la cité Cabassou, en continuant les voies existantes de celle-ci. Aussi, six commerces se trouvent au rez-de-chaussée de trois plots plus hauts, et marquent l'entrée de notre lotissement, mais aussi celui de Cabassou.

    Avec l'aménagement du Canal Leblond voisin, ce petit lotissement a pu devenir un raccord urbain entre les cités voisines Bonhomme et Cabassou, jadis séparées par leur urbanisme en cul-de-sac et l'incision du canal dans le territoire.
  • Commerces et espaces
    Commerces et espaces
    Habitat 
    2003
    (973 - Guyane)
    97300 Cayenne
    Guyane française
    Architecte(s) associé(s) :
    ARA
    Maître d’ouvrage :
    S.I.GUY
    Dans cette opération de logements, pour le compte de la SIGUY, l'interrogation principale était la singularité de l'habiter guyanais.
    Il s'agissait d'offrir des espaces de qualité pour le fonctionnement d'une famille guyanaise, tout en restant dans les normes étroites du logement social.

    Un large toit très simple protège ces logements aérés et ouverts, qui exploitent le type de la maison double, en bon équilibre entre économie et qualité de l'habiter.
    Conçu comme une extension de la cité Cabassou, le lotissement Calimbé est volontairement proche du langage formel de celle-ci. Chaque plot, à deux étages, est constitué de F3/F4 jumelés. Sa dissymétrie permet d'identifier clairement chaque logement.

    Le rez-de-chaussée s'organise en salon traversant, caractérisé par un vide sur l'escalier, les grandes baies et une bonne ventilation naturelle. Une grande cuisine semi-ouverte se trouve près du jardin, pour pouvoir profiter du dehors pour faire la cuisine à la façon locale.
    Les parties jour / nuit sont clairement séparées. Un escalier droit mène à l'étage, où l'accès aux chambres s'organise en mezzanine large pour permettre le jeux des enfants. Les chambres claires sont ventilées par les larges fenêtres en façade et des impostes à ventelles au-dessus des portes.

    À l'extérieur, les façades lisses sur 2 étages dissuadent les rajouts de tôles souvent entrepris par les habitants du logement social.

    Au niveau de son plan masse, le lotissement cherche à se connecter à la cité Cabassou, en continuant les voies existantes de celle-ci. Aussi, six commerces se trouvent au rez-de-chaussée de trois plots plus hauts, et marquent l'entrée de notre lotissement, mais aussi celui de Cabassou.

    Avec l'aménagement du Canal Leblond voisin, ce petit lotissement a pu devenir un raccord urbain entre les cités voisines Bonhomme et Cabassou, jadis séparées par leur urbanisme en cul-de-sac et l'incision du canal dans le territoire.
  • Une famille
    Une famille
    Habitat 
    2003
    (973 - Guyane)
    97300 Cayenne
    Guyane française
    Architecte(s) associé(s) :
    ARA
    Maître d’ouvrage :
    S.I.GUY
    Dans cette opération de logements, pour le compte de la SIGUY, l'interrogation principale était la singularité de l'habiter guyanais.
    Il s'agissait d'offrir des espaces de qualité pour le fonctionnement d'une famille guyanaise, tout en restant dans les normes étroites du logement social.

    Un large toit très simple protège ces logements aérés et ouverts, qui exploitent le type de la maison double, en bon équilibre entre économie et qualité de l'habiter.
    Conçu comme une extension de la cité Cabassou, le lotissement Calimbé est volontairement proche du langage formel de celle-ci. Chaque plot, à deux étages, est constitué de F3/F4 jumelés. Sa dissymétrie permet d'identifier clairement chaque logement.

    Le rez-de-chaussée s'organise en salon traversant, caractérisé par un vide sur l'escalier, les grandes baies et une bonne ventilation naturelle. Une grande cuisine semi-ouverte se trouve près du jardin, pour pouvoir profiter du dehors pour faire la cuisine à la façon locale.
    Les parties jour / nuit sont clairement séparées. Un escalier droit mène à l'étage, où l'accès aux chambres s'organise en mezzanine large pour permettre le jeux des enfants. Les chambres claires sont ventilées par les larges fenêtres en façade et des impostes à ventelles au-dessus des portes.

    À l'extérieur, les façades lisses sur 2 étages dissuadent les rajouts de tôles souvent entrepris par les habitants du logement social.

    Au niveau de son plan masse, le lotissement cherche à se connecter à la cité Cabassou, en continuant les voies existantes de celle-ci. Aussi, six commerces se trouvent au rez-de-chaussée de trois plots plus hauts, et marquent l'entrée de notre lotissement, mais aussi celui de Cabassou.

    Avec l'aménagement du Canal Leblond voisin, ce petit lotissement a pu devenir un raccord urbain entre les cités voisines Bonhomme et Cabassou, jadis séparées par leur urbanisme en cul-de-sac et l'incision du canal dans le territoire.
  • Couleurs 2014
    Couleurs 2014
    Habitat 
    2003
    (973 - Guyane)
    97300 Cayenne
    Guyane française
    Architecte(s) associé(s) :
    ARA
    Maître d’ouvrage :
    S.I.GUY
    Dans cette opération de logements, pour le compte de la SIGUY, l'interrogation principale était la singularité de l'habiter guyanais.
    Il s'agissait d'offrir des espaces de qualité pour le fonctionnement d'une famille guyanaise, tout en restant dans les normes étroites du logement social.

    Un large toit très simple protège ces logements aérés et ouverts, qui exploitent le type de la maison double, en bon équilibre entre économie et qualité de l'habiter.
    Conçu comme une extension de la cité Cabassou, le lotissement Calimbé est volontairement proche du langage formel de celle-ci. Chaque plot, à deux étages, est constitué de F3/F4 jumelés. Sa dissymétrie permet d'identifier clairement chaque logement.

    Le rez-de-chaussée s'organise en salon traversant, caractérisé par un vide sur l'escalier, les grandes baies et une bonne ventilation naturelle. Une grande cuisine semi-ouverte se trouve près du jardin, pour pouvoir profiter du dehors pour faire la cuisine à la façon locale.
    Les parties jour / nuit sont clairement séparées. Un escalier droit mène à l'étage, où l'accès aux chambres s'organise en mezzanine large pour permettre le jeux des enfants. Les chambres claires sont ventilées par les larges fenêtres en façade et des impostes à ventelles au-dessus des portes.

    À l'extérieur, les façades lisses sur 2 étages dissuadent les rajouts de tôles souvent entrepris par les habitants du logement social.

    Au niveau de son plan masse, le lotissement cherche à se connecter à la cité Cabassou, en continuant les voies existantes de celle-ci. Aussi, six commerces se trouvent au rez-de-chaussée de trois plots plus hauts, et marquent l'entrée de notre lotissement, mais aussi celui de Cabassou.

    Avec l'aménagement du Canal Leblond voisin, ce petit lotissement a pu devenir un raccord urbain entre les cités voisines Bonhomme et Cabassou, jadis séparées par leur urbanisme en cul-de-sac et l'incision du canal dans le territoire.
  • Plan masse
    Plan masse
    Habitat 
    2003
    (973 - Guyane)
    97300 Cayenne
    Guyane française
    Architecte(s) associé(s) :
    ARA
    Maître d’ouvrage :
    S.I.GUY
    Dans cette opération de logements, pour le compte de la SIGUY, l'interrogation principale était la singularité de l'habiter guyanais.
    Il s'agissait d'offrir des espaces de qualité pour le fonctionnement d'une famille guyanaise, tout en restant dans les normes étroites du logement social.

    Un large toit très simple protège ces logements aérés et ouverts, qui exploitent le type de la maison double, en bon équilibre entre économie et qualité de l'habiter.
    Conçu comme une extension de la cité Cabassou, le lotissement Calimbé est volontairement proche du langage formel de celle-ci. Chaque plot, à deux étages, est constitué de F3/F4 jumelés. Sa dissymétrie permet d'identifier clairement chaque logement.

    Le rez-de-chaussée s'organise en salon traversant, caractérisé par un vide sur l'escalier, les grandes baies et une bonne ventilation naturelle. Une grande cuisine semi-ouverte se trouve près du jardin, pour pouvoir profiter du dehors pour faire la cuisine à la façon locale.
    Les parties jour / nuit sont clairement séparées. Un escalier droit mène à l'étage, où l'accès aux chambres s'organise en mezzanine large pour permettre le jeux des enfants. Les chambres claires sont ventilées par les larges fenêtres en façade et des impostes à ventelles au-dessus des portes.

    À l'extérieur, les façades lisses sur 2 étages dissuadent les rajouts de tôles souvent entrepris par les habitants du logement social.

    Au niveau de son plan masse, le lotissement cherche à se connecter à la cité Cabassou, en continuant les voies existantes de celle-ci. Aussi, six commerces se trouvent au rez-de-chaussée de trois plots plus hauts, et marquent l'entrée de notre lotissement, mais aussi celui de Cabassou.

    Avec l'aménagement du Canal Leblond voisin, ce petit lotissement a pu devenir un raccord urbain entre les cités voisines Bonhomme et Cabassou, jadis séparées par leur urbanisme en cul-de-sac et l'incision du canal dans le territoire.
  • Coupe paysagère
    Coupe paysagère
    Habitat 
    2003
    (973 - Guyane)
    97300 Cayenne
    Guyane française
    Architecte(s) associé(s) :
    ARA
    Maître d’ouvrage :
    S.I.GUY
    Dans cette opération de logements, pour le compte de la SIGUY, l'interrogation principale était la singularité de l'habiter guyanais.
    Il s'agissait d'offrir des espaces de qualité pour le fonctionnement d'une famille guyanaise, tout en restant dans les normes étroites du logement social.

    Un large toit très simple protège ces logements aérés et ouverts, qui exploitent le type de la maison double, en bon équilibre entre économie et qualité de l'habiter.
    Conçu comme une extension de la cité Cabassou, le lotissement Calimbé est volontairement proche du langage formel de celle-ci. Chaque plot, à deux étages, est constitué de F3/F4 jumelés. Sa dissymétrie permet d'identifier clairement chaque logement.

    Le rez-de-chaussée s'organise en salon traversant, caractérisé par un vide sur l'escalier, les grandes baies et une bonne ventilation naturelle. Une grande cuisine semi-ouverte se trouve près du jardin, pour pouvoir profiter du dehors pour faire la cuisine à la façon locale.
    Les parties jour / nuit sont clairement séparées. Un escalier droit mène à l'étage, où l'accès aux chambres s'organise en mezzanine large pour permettre le jeux des enfants. Les chambres claires sont ventilées par les larges fenêtres en façade et des impostes à ventelles au-dessus des portes.

    À l'extérieur, les façades lisses sur 2 étages dissuadent les rajouts de tôles souvent entrepris par les habitants du logement social.

    Au niveau de son plan masse, le lotissement cherche à se connecter à la cité Cabassou, en continuant les voies existantes de celle-ci. Aussi, six commerces se trouvent au rez-de-chaussée de trois plots plus hauts, et marquent l'entrée de notre lotissement, mais aussi celui de Cabassou.

    Avec l'aménagement du Canal Leblond voisin, ce petit lotissement a pu devenir un raccord urbain entre les cités voisines Bonhomme et Cabassou, jadis séparées par leur urbanisme en cul-de-sac et l'incision du canal dans le territoire.
  • Plan cellules
    Plan cellules
    Habitat 
    2003
    (973 - Guyane)
    97300 Cayenne
    Guyane française
    Architecte(s) associé(s) :
    ARA
    Maître d’ouvrage :
    S.I.GUY
    Dans cette opération de logements, pour le compte de la SIGUY, l'interrogation principale était la singularité de l'habiter guyanais.
    Il s'agissait d'offrir des espaces de qualité pour le fonctionnement d'une famille guyanaise, tout en restant dans les normes étroites du logement social.

    Un large toit très simple protège ces logements aérés et ouverts, qui exploitent le type de la maison double, en bon équilibre entre économie et qualité de l'habiter.
    Conçu comme une extension de la cité Cabassou, le lotissement Calimbé est volontairement proche du langage formel de celle-ci. Chaque plot, à deux étages, est constitué de F3/F4 jumelés. Sa dissymétrie permet d'identifier clairement chaque logement.

    Le rez-de-chaussée s'organise en salon traversant, caractérisé par un vide sur l'escalier, les grandes baies et une bonne ventilation naturelle. Une grande cuisine semi-ouverte se trouve près du jardin, pour pouvoir profiter du dehors pour faire la cuisine à la façon locale.
    Les parties jour / nuit sont clairement séparées. Un escalier droit mène à l'étage, où l'accès aux chambres s'organise en mezzanine large pour permettre le jeux des enfants. Les chambres claires sont ventilées par les larges fenêtres en façade et des impostes à ventelles au-dessus des portes.

    À l'extérieur, les façades lisses sur 2 étages dissuadent les rajouts de tôles souvent entrepris par les habitants du logement social.

    Au niveau de son plan masse, le lotissement cherche à se connecter à la cité Cabassou, en continuant les voies existantes de celle-ci. Aussi, six commerces se trouvent au rez-de-chaussée de trois plots plus hauts, et marquent l'entrée de notre lotissement, mais aussi celui de Cabassou.

    Avec l'aménagement du Canal Leblond voisin, ce petit lotissement a pu devenir un raccord urbain entre les cités voisines Bonhomme et Cabassou, jadis séparées par leur urbanisme en cul-de-sac et l'incision du canal dans le territoire.