GERMAIN JEAN-JACQUES ARCHITECTE

  • Rénovation et rénovation thermique 
    2008
    (44 - Loire-Atlantique)
    6,rue Baboneau
    44100 NANTES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PARTICULIER
    Le bâtiment actuel est une ancienne ferme composée d’une partie habitation, et d’écuries, soues et autres pièces annexes.
    Par souci de conserver au maximum l’authenticité du bâtiment d’origine, aucun nouveau volume n’a été créé. Au contraire, pour retrouver le volume d’origine de la maison, certains appentis ont été démolis ; afin d’obtenir une surface habitable suffisante, les greniers existants ont été aménagés.
    Façade Nord, une partie de l’appentis a été démoli afin de faire bénéficier la pièce de vie d’une vue sur la campagne environnante. Les trois châssis vitrés ont été créés dans trois ouvertures anciennes dont deux étaient condamnées.
    Façade Ouest, l’appentis, qui était en ruines, a été entièrement rasé afin de laisser apparaître le four en pierres existant. Celui-ci sera restauré et fonctionnera à nouveau. Façade Sud, toutes les portes actuelles ont été remplacées par des portes vitrées, et une ouverture réouverte. À l’étage, des fenêtres ont été créées dans les lucarnes. Façade Est, les annexes sont conservées en l’état, à l’exception des toitures qui ont été refaites.
    La volonté du maître d’ouvrage était d’utiliser principalement des matériaux naturels : dallage composé de billes d’argile, isolation du toit en chanvre, (le chanvre avait été réservé chez un agriculteur l’année précédente), enduits intérieurs en chaux et chanvre, tomettes récupérées puis reposées, menuiseries intérieures et extérieures en chêne, chauffage par géothermie, récupération des eaux de pluie… Seules certaines parties du doublage et la toiture ont été réalisées en plaques de plâtre.
    La charpente exceptionnelle de la maison est entièrement visible, y compris les chevrons, grâce à la création d’une sur-toiture qui a entraîné la surélévation de l’arase des murs en pierre de 25 cm environ, afin d’absorber l’épaisseur du chanvre et de conserver le coyau. Cette charpente est mise en valeur par la création d’une trémie dans le plancher ancien, afin de visualiser celle-ci depuis le rez-de-chaussée. C’est par cette trémie que l’on accède à un étage éclairé au Nord et au Sud par des velux intégrés dans l’épaisseur de la toiture.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2008
    (44 - Loire-Atlantique)
    6,rue Baboneau
    44100 NANTES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PARTICULIER
    Le bâtiment actuel est une ancienne ferme composée d’une partie habitation, et d’écuries, soues et autres pièces annexes.
    Par souci de conserver au maximum l’authenticité du bâtiment d’origine, aucun nouveau volume n’a été créé. Au contraire, pour retrouver le volume d’origine de la maison, certains appentis ont été démolis ; afin d’obtenir une surface habitable suffisante, les greniers existants ont été aménagés.
    Façade Nord, une partie de l’appentis a été démoli afin de faire bénéficier la pièce de vie d’une vue sur la campagne environnante. Les trois châssis vitrés ont été créés dans trois ouvertures anciennes dont deux étaient condamnées.
    Façade Ouest, l’appentis, qui était en ruines, a été entièrement rasé afin de laisser apparaître le four en pierres existant. Celui-ci sera restauré et fonctionnera à nouveau. Façade Sud, toutes les portes actuelles ont été remplacées par des portes vitrées, et une ouverture réouverte. À l’étage, des fenêtres ont été créées dans les lucarnes. Façade Est, les annexes sont conservées en l’état, à l’exception des toitures qui ont été refaites.
    La volonté du maître d’ouvrage était d’utiliser principalement des matériaux naturels : dallage composé de billes d’argile, isolation du toit en chanvre, (le chanvre avait été réservé chez un agriculteur l’année précédente), enduits intérieurs en chaux et chanvre, tomettes récupérées puis reposées, menuiseries intérieures et extérieures en chêne, chauffage par géothermie, récupération des eaux de pluie… Seules certaines parties du doublage et la toiture ont été réalisées en plaques de plâtre.
    La charpente exceptionnelle de la maison est entièrement visible, y compris les chevrons, grâce à la création d’une sur-toiture qui a entraîné la surélévation de l’arase des murs en pierre de 25 cm environ, afin d’absorber l’épaisseur du chanvre et de conserver le coyau. Cette charpente est mise en valeur par la création d’une trémie dans le plancher ancien, afin de visualiser celle-ci depuis le rez-de-chaussée. C’est par cette trémie que l’on accède à un étage éclairé au Nord et au Sud par des velux intégrés dans l’épaisseur de la toiture.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2008
    (44 - Loire-Atlantique)
    6,rue Baboneau
    44100 NANTES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PARTICULIER
    Le bâtiment actuel est une ancienne ferme composée d’une partie habitation, et d’écuries, soues et autres pièces annexes.
    Par souci de conserver au maximum l’authenticité du bâtiment d’origine, aucun nouveau volume n’a été créé. Au contraire, pour retrouver le volume d’origine de la maison, certains appentis ont été démolis ; afin d’obtenir une surface habitable suffisante, les greniers existants ont été aménagés.
    Façade Nord, une partie de l’appentis a été démoli afin de faire bénéficier la pièce de vie d’une vue sur la campagne environnante. Les trois châssis vitrés ont été créés dans trois ouvertures anciennes dont deux étaient condamnées.
    Façade Ouest, l’appentis, qui était en ruines, a été entièrement rasé afin de laisser apparaître le four en pierres existant. Celui-ci sera restauré et fonctionnera à nouveau. Façade Sud, toutes les portes actuelles ont été remplacées par des portes vitrées, et une ouverture réouverte. À l’étage, des fenêtres ont été créées dans les lucarnes. Façade Est, les annexes sont conservées en l’état, à l’exception des toitures qui ont été refaites.
    La volonté du maître d’ouvrage était d’utiliser principalement des matériaux naturels : dallage composé de billes d’argile, isolation du toit en chanvre, (le chanvre avait été réservé chez un agriculteur l’année précédente), enduits intérieurs en chaux et chanvre, tomettes récupérées puis reposées, menuiseries intérieures et extérieures en chêne, chauffage par géothermie, récupération des eaux de pluie… Seules certaines parties du doublage et la toiture ont été réalisées en plaques de plâtre.
    La charpente exceptionnelle de la maison est entièrement visible, y compris les chevrons, grâce à la création d’une sur-toiture qui a entraîné la surélévation de l’arase des murs en pierre de 25 cm environ, afin d’absorber l’épaisseur du chanvre et de conserver le coyau. Cette charpente est mise en valeur par la création d’une trémie dans le plancher ancien, afin de visualiser celle-ci depuis le rez-de-chaussée. C’est par cette trémie que l’on accède à un étage éclairé au Nord et au Sud par des velux intégrés dans l’épaisseur de la toiture.