Florian Golay

  • Neuf 
    2006
    (38 - Isère)
    502 chemin de collonges
    38510 Sermérieu
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Au pied d’un point culminant de la commune, juste en dessous du chemin de crête qui surplombe la côte des vignes, la maison est installée dans une parcelle en forte pente offrant de larges vues sur les balmes dauphinoises. Les corps de ferme qui composent le hameau sont implantés perpendiculairement aux courbes de niveaux, projetant leur longs faîtages vers le panorama. L’organisation de la maison s’inspire de leur configuration singulière. Elle s’appuie sur deux murs de soutènement qui dessinent des paliers, des replats permettant de créer malgré la pente les espaces d’agrément attendus : un verger sur la terrasse haute, la piscine sur la partie basse. Depuis l’entrée qui distribue deux chambres indépendantes au niveau bas, la circulation intérieure est assurée par deux demi-volées d’escalier, dont le palier de repos s’élargit en un espace intermédiaire évolutif, un bureau désormais devenu petit salon / chambre d’appoint. A l’étage, un appartement profite de la vue et de prolongements de plain pied vers l’extérieur, un large balcon au sud et un demi-patio, véritable « pièce » d’extérieure à l’ouest. La maison a été pensée pour profiter des apports solaires passifs, en même temps que pour être protégée des surchauffes estivales. La structure porteuse est constituée d’un socle en béton formant le soutènement sur lequel vient s’appuyer une ossature bois. La couverture végétalisée du bureau, le bardage et les menuiseries extérieures en mélèze, la chaudière automatique à granulés de bois lui assurent un haut niveau de confort et un faible impact environnemental.

    * Prix de la meilleure réalisation au concours des lauriers de la construction bois au salon du bois de Grenoble en 2007.
  • Neuf 
    2006
    (38 - Isère)
    502 chemin de collonges
    38510 Sermérieu
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Au pied d’un point culminant de la commune, juste en dessous du chemin de crête qui surplombe la côte des vignes, la maison est installée dans une parcelle en forte pente offrant de larges vues sur les balmes dauphinoises. Les corps de ferme qui composent le hameau sont implantés perpendiculairement aux courbes de niveaux, projetant leur longs faîtages vers le panorama. L’organisation de la maison s’inspire de leur configuration singulière. Elle s’appuie sur deux murs de soutènement qui dessinent des paliers, des replats permettant de créer malgré la pente les espaces d’agrément attendus : un verger sur la terrasse haute, la piscine sur la partie basse. Depuis l’entrée qui distribue deux chambres indépendantes au niveau bas, la circulation intérieure est assurée par deux demi-volées d’escalier, dont le palier de repos s’élargit en un espace intermédiaire évolutif, un bureau désormais devenu petit salon / chambre d’appoint. A l’étage, un appartement profite de la vue et de prolongements de plain pied vers l’extérieur, un large balcon au sud et un demi-patio, véritable « pièce » d’extérieure à l’ouest. La maison a été pensée pour profiter des apports solaires passifs, en même temps que pour être protégée des surchauffes estivales. La structure porteuse est constituée d’un socle en béton formant le soutènement sur lequel vient s’appuyer une ossature bois. La couverture végétalisée du bureau, le bardage et les menuiseries extérieures en mélèze, la chaudière automatique à granulés de bois lui assurent un haut niveau de confort et un faible impact environnemental.

    * Prix de la meilleure réalisation au concours des lauriers de la construction bois au salon du bois de Grenoble en 2007.
  • Neuf 
    2006
    (38 - Isère)
    502 chemin de collonges
    38510 Sermérieu
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Au pied d’un point culminant de la commune, juste en dessous du chemin de crête qui surplombe la côte des vignes, la maison est installée dans une parcelle en forte pente offrant de larges vues sur les balmes dauphinoises. Les corps de ferme qui composent le hameau sont implantés perpendiculairement aux courbes de niveaux, projetant leur longs faîtages vers le panorama. L’organisation de la maison s’inspire de leur configuration singulière. Elle s’appuie sur deux murs de soutènement qui dessinent des paliers, des replats permettant de créer malgré la pente les espaces d’agrément attendus : un verger sur la terrasse haute, la piscine sur la partie basse. Depuis l’entrée qui distribue deux chambres indépendantes au niveau bas, la circulation intérieure est assurée par deux demi-volées d’escalier, dont le palier de repos s’élargit en un espace intermédiaire évolutif, un bureau désormais devenu petit salon / chambre d’appoint. A l’étage, un appartement profite de la vue et de prolongements de plain pied vers l’extérieur, un large balcon au sud et un demi-patio, véritable « pièce » d’extérieure à l’ouest. La maison a été pensée pour profiter des apports solaires passifs, en même temps que pour être protégée des surchauffes estivales. La structure porteuse est constituée d’un socle en béton formant le soutènement sur lequel vient s’appuyer une ossature bois. La couverture végétalisée du bureau, le bardage et les menuiseries extérieures en mélèze, la chaudière automatique à granulés de bois lui assurent un haut niveau de confort et un faible impact environnemental.

    * Prix de la meilleure réalisation au concours des lauriers de la construction bois au salon du bois de Grenoble en 2007.
  • Neuf 
    2006
    (38 - Isère)
    502 chemin de collonges
    38510 Sermérieu
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Au pied d’un point culminant de la commune, juste en dessous du chemin de crête qui surplombe la côte des vignes, la maison est installée dans une parcelle en forte pente offrant de larges vues sur les balmes dauphinoises. Les corps de ferme qui composent le hameau sont implantés perpendiculairement aux courbes de niveaux, projetant leur longs faîtages vers le panorama. L’organisation de la maison s’inspire de leur configuration singulière. Elle s’appuie sur deux murs de soutènement qui dessinent des paliers, des replats permettant de créer malgré la pente les espaces d’agrément attendus : un verger sur la terrasse haute, la piscine sur la partie basse. Depuis l’entrée qui distribue deux chambres indépendantes au niveau bas, la circulation intérieure est assurée par deux demi-volées d’escalier, dont le palier de repos s’élargit en un espace intermédiaire évolutif, un bureau désormais devenu petit salon / chambre d’appoint. A l’étage, un appartement profite de la vue et de prolongements de plain pied vers l’extérieur, un large balcon au sud et un demi-patio, véritable « pièce » d’extérieure à l’ouest. La maison a été pensée pour profiter des apports solaires passifs, en même temps que pour être protégée des surchauffes estivales. La structure porteuse est constituée d’un socle en béton formant le soutènement sur lequel vient s’appuyer une ossature bois. La couverture végétalisée du bureau, le bardage et les menuiseries extérieures en mélèze, la chaudière automatique à granulés de bois lui assurent un haut niveau de confort et un faible impact environnemental.

    * Prix de la meilleure réalisation au concours des lauriers de la construction bois au salon du bois de Grenoble en 2007.