Atelier florence gaudin

  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.
  • Neuf 
    Extension, surélévation 
    2016
    (78 - Yvelines)
    rue rosa luxembourg
    78800 HOUILLES
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    FLORENCE GAUDIN, architecte DPLG
    Étendre sans annihiler

    Cette extension d’une maison des années 30, typique de son époque, consiste en la juxtaposition d’un second volume indépendant, duplicata contemporain de l’existant. Ce parti pris répond à deux objectifs majeurs : d’une part préserver les proportions et les modénatures du pavillon existant ; et d’autre part, constituer deux entités fortes, respectivement ancrées dans leur époque, afin de générer l’entre-deux, thème récurrent du travail de l’agence. Cette distance entre l’existant et le projet s’opère sur différents plans : Conceptuellement, elle génère un entre-deux, l'«événement» du projet où se cristallise la « rencontre » des espaces, des usages, des époques etc. Sur le plan urbanistique, cette mise à distance permet de s’insérer dans le tissu contextuel : malgré la surface importante du programme, la volumétrie du projet respecte l’échelle bâtie du quartier. Enfin, techniquement, cet écart, physique cette fois, assure une indépendance structurelle des deux bâtiments, évitant reprise en sous-œuvre et tassement différentiel. Sous ce volume et entre les deux «bâtiments», se développe un espace vaste et libre qui accueille les pièces de vie commune, largement ouvertes et baignées par la lumière de l’Ouest. Une trémie équipée d’un filet d’habitation, permet de jouir de ce lieu de rencontre, entre deux époques, mais aussi entre les générations, puisqu’il connecte l’espace des enfants, situé dans la partie neuve, à celui des parents, situé dans la partie ancienne. Ces espaces « entre-deux » constituent le lieu privilégié de la rencontre attendue : le pavillon existant se prolonge à l’intérieur, créant un jeu d’inversion de la façade, toujours constituée de ses matériaux d’origine (pierres meulières, briques et enduit), mais devenant mur intérieur. Ce jeu de miroir intérieur-extérieur met en valeur l’histoire de la maison.