elua - Clément Miglierina

  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (33 - Gironde)
    32 rue de Rivière
    33000 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    A l’origine, une petite maison de pierre à Bordeaux construite en 1930.
    Modeste de part ses proportions et l’absence de modénature sur la façade, son emplacement en débord des maisons mitoyennes de la rue lui permet de mettre en valeur ses proportions réduites au 32 rue de Rivière. Le projet doit pouvoir intégrer dans la petite maison le studio d’architecture et de design elua®, un espace d’habitation pour un jeune couple et un extérieur végétalisé. Dessiner Mademoiselle, c’est imaginé un souffle d’air puissant dans l’existant, une respiration pour ouvrir l’espace, faire tomber les cloisons et multiplier les niveaux. Nous entrons par la seule pièce conservée de la maison, le couloir, étroit et sombre, intégralement habillé de noir. C’est un boyau oppressant qui dirige vers le studio ou l’habitation. Le rez-de-rue accueille le studio elua®, ouvert sur l’espace public, large et accessible, il prend la place du garage / atelier et permet d’ouvrir son volume sur la rue par une baie entièrement repliable. 30 tubes fluo éclairent graphiquement l’espace de travail. La cour sombre et humide et son escalier extérieur sont remplacés par une cuisine ultra-lumineuse, éclairée zenithalement par une verrière qui couvre l’ensemble de sa surface. Un nouvel escalier en béton nu est la colonne vertébrale de Mademoiselle, traversant le volume intérieur, nouvelle frontière entre espace de travail et espace d’habitation. Nous montons l’escalier et l’étage prend forme autour d’une façade intérieure, dessinée, tracée et découpée comme un empilement de formes simples, micro-architecture primitives de notre enfance, jeu de cubes XXL qui reflète la douceur de son rose dans un mur-miroir et découpe sa silhouette dans le bleu nuit de son arrière-plan. A l’intérieur, sont imaginés un dressing, une salle de bain et des toilettes, une chambre sous les toits, une chambre cabine à la japonaise , et beaucoup de rangements pour supprimer tout meuble dans l’aménagement intérieur. C’est à partir de cette façade volumétrique que le living-room se développe. Orienté, il prend toute la superficie du niveau de la maison. Il est traversant, reliant la rue de Rivière au cœur d’îlot et laisse apparaître le beau volume sous le profil conservé de la charpente. Un petit pont en bois au dessus du nouvel escalier permet d’accéder à la terrasse constituée d’un caillebotis métallique placé au dessus de la verrière de la cuisine. Un mur végétal vient la relier aux beaux jardins mitoyens et permet de dessiner un arrière-plan dense et vert visible au travers de larges baies vitrées toute hauteur. Imaginée comme un décor, Mademoiselle est une respiration dans la petite maison de pierre de Bordeaux. La façade et sa toiture restent les mêmes, mais lorsque nous pénétrons à l’intérieur, l’espace se colore et se démultiplie, s’éclaire et se dilate pour définir une partition fonctionnelle et fantaisiste, contemporaine et libre, ouverte sur l’extérieur et douce comme un cocon. C’est Mademoiselle.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (33 - Gironde)
    32 rue de Rivière
    33000 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    A l’origine, une petite maison de pierre à Bordeaux construite en 1930.
    Modeste de part ses proportions et l’absence de modénature sur la façade, son emplacement en débord des maisons mitoyennes de la rue lui permet de mettre en valeur ses proportions réduites au 32 rue de Rivière. Le projet doit pouvoir intégrer dans la petite maison le studio d’architecture et de design elua®, un espace d’habitation pour un jeune couple et un extérieur végétalisé. Dessiner Mademoiselle, c’est imaginé un souffle d’air puissant dans l’existant, une respiration pour ouvrir l’espace, faire tomber les cloisons et multiplier les niveaux. Nous entrons par la seule pièce conservée de la maison, le couloir, étroit et sombre, intégralement habillé de noir. C’est un boyau oppressant qui dirige vers le studio ou l’habitation. Le rez-de-rue accueille le studio elua®, ouvert sur l’espace public, large et accessible, il prend la place du garage / atelier et permet d’ouvrir son volume sur la rue par une baie entièrement repliable. 30 tubes fluo éclairent graphiquement l’espace de travail. La cour sombre et humide et son escalier extérieur sont remplacés par une cuisine ultra-lumineuse, éclairée zenithalement par une verrière qui couvre l’ensemble de sa surface. Un nouvel escalier en béton nu est la colonne vertébrale de Mademoiselle, traversant le volume intérieur, nouvelle frontière entre espace de travail et espace d’habitation. Nous montons l’escalier et l’étage prend forme autour d’une façade intérieure, dessinée, tracée et découpée comme un empilement de formes simples, micro-architecture primitives de notre enfance, jeu de cubes XXL qui reflète la douceur de son rose dans un mur-miroir et découpe sa silhouette dans le bleu nuit de son arrière-plan. A l’intérieur, sont imaginés un dressing, une salle de bain et des toilettes, une chambre sous les toits, une chambre cabine à la japonaise , et beaucoup de rangements pour supprimer tout meuble dans l’aménagement intérieur. C’est à partir de cette façade volumétrique que le living-room se développe. Orienté, il prend toute la superficie du niveau de la maison. Il est traversant, reliant la rue de Rivière au cœur d’îlot et laisse apparaître le beau volume sous le profil conservé de la charpente. Un petit pont en bois au dessus du nouvel escalier permet d’accéder à la terrasse constituée d’un caillebotis métallique placé au dessus de la verrière de la cuisine. Un mur végétal vient la relier aux beaux jardins mitoyens et permet de dessiner un arrière-plan dense et vert visible au travers de larges baies vitrées toute hauteur. Imaginée comme un décor, Mademoiselle est une respiration dans la petite maison de pierre de Bordeaux. La façade et sa toiture restent les mêmes, mais lorsque nous pénétrons à l’intérieur, l’espace se colore et se démultiplie, s’éclaire et se dilate pour définir une partition fonctionnelle et fantaisiste, contemporaine et libre, ouverte sur l’extérieur et douce comme un cocon. C’est Mademoiselle.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (33 - Gironde)
    32 rue de Rivière
    33000 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    A l’origine, une petite maison de pierre à Bordeaux construite en 1930.
    Modeste de part ses proportions et l’absence de modénature sur la façade, son emplacement en débord des maisons mitoyennes de la rue lui permet de mettre en valeur ses proportions réduites au 32 rue de Rivière. Le projet doit pouvoir intégrer dans la petite maison le studio d’architecture et de design elua®, un espace d’habitation pour un jeune couple et un extérieur végétalisé. Dessiner Mademoiselle, c’est imaginé un souffle d’air puissant dans l’existant, une respiration pour ouvrir l’espace, faire tomber les cloisons et multiplier les niveaux. Nous entrons par la seule pièce conservée de la maison, le couloir, étroit et sombre, intégralement habillé de noir. C’est un boyau oppressant qui dirige vers le studio ou l’habitation. Le rez-de-rue accueille le studio elua®, ouvert sur l’espace public, large et accessible, il prend la place du garage / atelier et permet d’ouvrir son volume sur la rue par une baie entièrement repliable. 30 tubes fluo éclairent graphiquement l’espace de travail. La cour sombre et humide et son escalier extérieur sont remplacés par une cuisine ultra-lumineuse, éclairée zenithalement par une verrière qui couvre l’ensemble de sa surface. Un nouvel escalier en béton nu est la colonne vertébrale de Mademoiselle, traversant le volume intérieur, nouvelle frontière entre espace de travail et espace d’habitation. Nous montons l’escalier et l’étage prend forme autour d’une façade intérieure, dessinée, tracée et découpée comme un empilement de formes simples, micro-architecture primitives de notre enfance, jeu de cubes XXL qui reflète la douceur de son rose dans un mur-miroir et découpe sa silhouette dans le bleu nuit de son arrière-plan. A l’intérieur, sont imaginés un dressing, une salle de bain et des toilettes, une chambre sous les toits, une chambre cabine à la japonaise , et beaucoup de rangements pour supprimer tout meuble dans l’aménagement intérieur. C’est à partir de cette façade volumétrique que le living-room se développe. Orienté, il prend toute la superficie du niveau de la maison. Il est traversant, reliant la rue de Rivière au cœur d’îlot et laisse apparaître le beau volume sous le profil conservé de la charpente. Un petit pont en bois au dessus du nouvel escalier permet d’accéder à la terrasse constituée d’un caillebotis métallique placé au dessus de la verrière de la cuisine. Un mur végétal vient la relier aux beaux jardins mitoyens et permet de dessiner un arrière-plan dense et vert visible au travers de larges baies vitrées toute hauteur. Imaginée comme un décor, Mademoiselle est une respiration dans la petite maison de pierre de Bordeaux. La façade et sa toiture restent les mêmes, mais lorsque nous pénétrons à l’intérieur, l’espace se colore et se démultiplie, s’éclaire et se dilate pour définir une partition fonctionnelle et fantaisiste, contemporaine et libre, ouverte sur l’extérieur et douce comme un cocon. C’est Mademoiselle.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (33 - Gironde)
    32 rue de Rivière
    33000 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    A l’origine, une petite maison de pierre à Bordeaux construite en 1930.
    Modeste de part ses proportions et l’absence de modénature sur la façade, son emplacement en débord des maisons mitoyennes de la rue lui permet de mettre en valeur ses proportions réduites au 32 rue de Rivière. Le projet doit pouvoir intégrer dans la petite maison le studio d’architecture et de design elua®, un espace d’habitation pour un jeune couple et un extérieur végétalisé. Dessiner Mademoiselle, c’est imaginé un souffle d’air puissant dans l’existant, une respiration pour ouvrir l’espace, faire tomber les cloisons et multiplier les niveaux. Nous entrons par la seule pièce conservée de la maison, le couloir, étroit et sombre, intégralement habillé de noir. C’est un boyau oppressant qui dirige vers le studio ou l’habitation. Le rez-de-rue accueille le studio elua®, ouvert sur l’espace public, large et accessible, il prend la place du garage / atelier et permet d’ouvrir son volume sur la rue par une baie entièrement repliable. 30 tubes fluo éclairent graphiquement l’espace de travail. La cour sombre et humide et son escalier extérieur sont remplacés par une cuisine ultra-lumineuse, éclairée zenithalement par une verrière qui couvre l’ensemble de sa surface. Un nouvel escalier en béton nu est la colonne vertébrale de Mademoiselle, traversant le volume intérieur, nouvelle frontière entre espace de travail et espace d’habitation. Nous montons l’escalier et l’étage prend forme autour d’une façade intérieure, dessinée, tracée et découpée comme un empilement de formes simples, micro-architecture primitives de notre enfance, jeu de cubes XXL qui reflète la douceur de son rose dans un mur-miroir et découpe sa silhouette dans le bleu nuit de son arrière-plan. A l’intérieur, sont imaginés un dressing, une salle de bain et des toilettes, une chambre sous les toits, une chambre cabine à la japonaise , et beaucoup de rangements pour supprimer tout meuble dans l’aménagement intérieur. C’est à partir de cette façade volumétrique que le living-room se développe. Orienté, il prend toute la superficie du niveau de la maison. Il est traversant, reliant la rue de Rivière au cœur d’îlot et laisse apparaître le beau volume sous le profil conservé de la charpente. Un petit pont en bois au dessus du nouvel escalier permet d’accéder à la terrasse constituée d’un caillebotis métallique placé au dessus de la verrière de la cuisine. Un mur végétal vient la relier aux beaux jardins mitoyens et permet de dessiner un arrière-plan dense et vert visible au travers de larges baies vitrées toute hauteur. Imaginée comme un décor, Mademoiselle est une respiration dans la petite maison de pierre de Bordeaux. La façade et sa toiture restent les mêmes, mais lorsque nous pénétrons à l’intérieur, l’espace se colore et se démultiplie, s’éclaire et se dilate pour définir une partition fonctionnelle et fantaisiste, contemporaine et libre, ouverte sur l’extérieur et douce comme un cocon. C’est Mademoiselle.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (33 - Gironde)
    32 rue de Rivière
    33000 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    A l’origine, une petite maison de pierre à Bordeaux construite en 1930.
    Modeste de part ses proportions et l’absence de modénature sur la façade, son emplacement en débord des maisons mitoyennes de la rue lui permet de mettre en valeur ses proportions réduites au 32 rue de Rivière. Le projet doit pouvoir intégrer dans la petite maison le studio d’architecture et de design elua®, un espace d’habitation pour un jeune couple et un extérieur végétalisé. Dessiner Mademoiselle, c’est imaginé un souffle d’air puissant dans l’existant, une respiration pour ouvrir l’espace, faire tomber les cloisons et multiplier les niveaux. Nous entrons par la seule pièce conservée de la maison, le couloir, étroit et sombre, intégralement habillé de noir. C’est un boyau oppressant qui dirige vers le studio ou l’habitation. Le rez-de-rue accueille le studio elua®, ouvert sur l’espace public, large et accessible, il prend la place du garage / atelier et permet d’ouvrir son volume sur la rue par une baie entièrement repliable. 30 tubes fluo éclairent graphiquement l’espace de travail. La cour sombre et humide et son escalier extérieur sont remplacés par une cuisine ultra-lumineuse, éclairée zenithalement par une verrière qui couvre l’ensemble de sa surface. Un nouvel escalier en béton nu est la colonne vertébrale de Mademoiselle, traversant le volume intérieur, nouvelle frontière entre espace de travail et espace d’habitation. Nous montons l’escalier et l’étage prend forme autour d’une façade intérieure, dessinée, tracée et découpée comme un empilement de formes simples, micro-architecture primitives de notre enfance, jeu de cubes XXL qui reflète la douceur de son rose dans un mur-miroir et découpe sa silhouette dans le bleu nuit de son arrière-plan. A l’intérieur, sont imaginés un dressing, une salle de bain et des toilettes, une chambre sous les toits, une chambre cabine à la japonaise , et beaucoup de rangements pour supprimer tout meuble dans l’aménagement intérieur. C’est à partir de cette façade volumétrique que le living-room se développe. Orienté, il prend toute la superficie du niveau de la maison. Il est traversant, reliant la rue de Rivière au cœur d’îlot et laisse apparaître le beau volume sous le profil conservé de la charpente. Un petit pont en bois au dessus du nouvel escalier permet d’accéder à la terrasse constituée d’un caillebotis métallique placé au dessus de la verrière de la cuisine. Un mur végétal vient la relier aux beaux jardins mitoyens et permet de dessiner un arrière-plan dense et vert visible au travers de larges baies vitrées toute hauteur. Imaginée comme un décor, Mademoiselle est une respiration dans la petite maison de pierre de Bordeaux. La façade et sa toiture restent les mêmes, mais lorsque nous pénétrons à l’intérieur, l’espace se colore et se démultiplie, s’éclaire et se dilate pour définir une partition fonctionnelle et fantaisiste, contemporaine et libre, ouverte sur l’extérieur et douce comme un cocon. C’est Mademoiselle.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (33 - Gironde)
    32 rue de Rivière
    33000 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    A l’origine, une petite maison de pierre à Bordeaux construite en 1930.
    Modeste de part ses proportions et l’absence de modénature sur la façade, son emplacement en débord des maisons mitoyennes de la rue lui permet de mettre en valeur ses proportions réduites au 32 rue de Rivière. Le projet doit pouvoir intégrer dans la petite maison le studio d’architecture et de design elua®, un espace d’habitation pour un jeune couple et un extérieur végétalisé. Dessiner Mademoiselle, c’est imaginé un souffle d’air puissant dans l’existant, une respiration pour ouvrir l’espace, faire tomber les cloisons et multiplier les niveaux. Nous entrons par la seule pièce conservée de la maison, le couloir, étroit et sombre, intégralement habillé de noir. C’est un boyau oppressant qui dirige vers le studio ou l’habitation. Le rez-de-rue accueille le studio elua®, ouvert sur l’espace public, large et accessible, il prend la place du garage / atelier et permet d’ouvrir son volume sur la rue par une baie entièrement repliable. 30 tubes fluo éclairent graphiquement l’espace de travail. La cour sombre et humide et son escalier extérieur sont remplacés par une cuisine ultra-lumineuse, éclairée zenithalement par une verrière qui couvre l’ensemble de sa surface. Un nouvel escalier en béton nu est la colonne vertébrale de Mademoiselle, traversant le volume intérieur, nouvelle frontière entre espace de travail et espace d’habitation. Nous montons l’escalier et l’étage prend forme autour d’une façade intérieure, dessinée, tracée et découpée comme un empilement de formes simples, micro-architecture primitives de notre enfance, jeu de cubes XXL qui reflète la douceur de son rose dans un mur-miroir et découpe sa silhouette dans le bleu nuit de son arrière-plan. A l’intérieur, sont imaginés un dressing, une salle de bain et des toilettes, une chambre sous les toits, une chambre cabine à la japonaise , et beaucoup de rangements pour supprimer tout meuble dans l’aménagement intérieur. C’est à partir de cette façade volumétrique que le living-room se développe. Orienté, il prend toute la superficie du niveau de la maison. Il est traversant, reliant la rue de Rivière au cœur d’îlot et laisse apparaître le beau volume sous le profil conservé de la charpente. Un petit pont en bois au dessus du nouvel escalier permet d’accéder à la terrasse constituée d’un caillebotis métallique placé au dessus de la verrière de la cuisine. Un mur végétal vient la relier aux beaux jardins mitoyens et permet de dessiner un arrière-plan dense et vert visible au travers de larges baies vitrées toute hauteur. Imaginée comme un décor, Mademoiselle est une respiration dans la petite maison de pierre de Bordeaux. La façade et sa toiture restent les mêmes, mais lorsque nous pénétrons à l’intérieur, l’espace se colore et se démultiplie, s’éclaire et se dilate pour définir une partition fonctionnelle et fantaisiste, contemporaine et libre, ouverte sur l’extérieur et douce comme un cocon. C’est Mademoiselle.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (33 - Gironde)
    32 rue de Rivière
    33000 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    A l’origine, une petite maison de pierre à Bordeaux construite en 1930.
    Modeste de part ses proportions et l’absence de modénature sur la façade, son emplacement en débord des maisons mitoyennes de la rue lui permet de mettre en valeur ses proportions réduites au 32 rue de Rivière. Le projet doit pouvoir intégrer dans la petite maison le studio d’architecture et de design elua®, un espace d’habitation pour un jeune couple et un extérieur végétalisé. Dessiner Mademoiselle, c’est imaginé un souffle d’air puissant dans l’existant, une respiration pour ouvrir l’espace, faire tomber les cloisons et multiplier les niveaux. Nous entrons par la seule pièce conservée de la maison, le couloir, étroit et sombre, intégralement habillé de noir. C’est un boyau oppressant qui dirige vers le studio ou l’habitation. Le rez-de-rue accueille le studio elua®, ouvert sur l’espace public, large et accessible, il prend la place du garage / atelier et permet d’ouvrir son volume sur la rue par une baie entièrement repliable. 30 tubes fluo éclairent graphiquement l’espace de travail. La cour sombre et humide et son escalier extérieur sont remplacés par une cuisine ultra-lumineuse, éclairée zenithalement par une verrière qui couvre l’ensemble de sa surface. Un nouvel escalier en béton nu est la colonne vertébrale de Mademoiselle, traversant le volume intérieur, nouvelle frontière entre espace de travail et espace d’habitation. Nous montons l’escalier et l’étage prend forme autour d’une façade intérieure, dessinée, tracée et découpée comme un empilement de formes simples, micro-architecture primitives de notre enfance, jeu de cubes XXL qui reflète la douceur de son rose dans un mur-miroir et découpe sa silhouette dans le bleu nuit de son arrière-plan. A l’intérieur, sont imaginés un dressing, une salle de bain et des toilettes, une chambre sous les toits, une chambre cabine à la japonaise , et beaucoup de rangements pour supprimer tout meuble dans l’aménagement intérieur. C’est à partir de cette façade volumétrique que le living-room se développe. Orienté, il prend toute la superficie du niveau de la maison. Il est traversant, reliant la rue de Rivière au cœur d’îlot et laisse apparaître le beau volume sous le profil conservé de la charpente. Un petit pont en bois au dessus du nouvel escalier permet d’accéder à la terrasse constituée d’un caillebotis métallique placé au dessus de la verrière de la cuisine. Un mur végétal vient la relier aux beaux jardins mitoyens et permet de dessiner un arrière-plan dense et vert visible au travers de larges baies vitrées toute hauteur. Imaginée comme un décor, Mademoiselle est une respiration dans la petite maison de pierre de Bordeaux. La façade et sa toiture restent les mêmes, mais lorsque nous pénétrons à l’intérieur, l’espace se colore et se démultiplie, s’éclaire et se dilate pour définir une partition fonctionnelle et fantaisiste, contemporaine et libre, ouverte sur l’extérieur et douce comme un cocon. C’est Mademoiselle.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (33 - Gironde)
    32 rue de Rivière
    33000 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    A l’origine, une petite maison de pierre à Bordeaux construite en 1930.
    Modeste de part ses proportions et l’absence de modénature sur la façade, son emplacement en débord des maisons mitoyennes de la rue lui permet de mettre en valeur ses proportions réduites au 32 rue de Rivière. Le projet doit pouvoir intégrer dans la petite maison le studio d’architecture et de design elua®, un espace d’habitation pour un jeune couple et un extérieur végétalisé. Dessiner Mademoiselle, c’est imaginé un souffle d’air puissant dans l’existant, une respiration pour ouvrir l’espace, faire tomber les cloisons et multiplier les niveaux. Nous entrons par la seule pièce conservée de la maison, le couloir, étroit et sombre, intégralement habillé de noir. C’est un boyau oppressant qui dirige vers le studio ou l’habitation. Le rez-de-rue accueille le studio elua®, ouvert sur l’espace public, large et accessible, il prend la place du garage / atelier et permet d’ouvrir son volume sur la rue par une baie entièrement repliable. 30 tubes fluo éclairent graphiquement l’espace de travail. La cour sombre et humide et son escalier extérieur sont remplacés par une cuisine ultra-lumineuse, éclairée zenithalement par une verrière qui couvre l’ensemble de sa surface. Un nouvel escalier en béton nu est la colonne vertébrale de Mademoiselle, traversant le volume intérieur, nouvelle frontière entre espace de travail et espace d’habitation. Nous montons l’escalier et l’étage prend forme autour d’une façade intérieure, dessinée, tracée et découpée comme un empilement de formes simples, micro-architecture primitives de notre enfance, jeu de cubes XXL qui reflète la douceur de son rose dans un mur-miroir et découpe sa silhouette dans le bleu nuit de son arrière-plan. A l’intérieur, sont imaginés un dressing, une salle de bain et des toilettes, une chambre sous les toits, une chambre cabine à la japonaise , et beaucoup de rangements pour supprimer tout meuble dans l’aménagement intérieur. C’est à partir de cette façade volumétrique que le living-room se développe. Orienté, il prend toute la superficie du niveau de la maison. Il est traversant, reliant la rue de Rivière au cœur d’îlot et laisse apparaître le beau volume sous le profil conservé de la charpente. Un petit pont en bois au dessus du nouvel escalier permet d’accéder à la terrasse constituée d’un caillebotis métallique placé au dessus de la verrière de la cuisine. Un mur végétal vient la relier aux beaux jardins mitoyens et permet de dessiner un arrière-plan dense et vert visible au travers de larges baies vitrées toute hauteur. Imaginée comme un décor, Mademoiselle est une respiration dans la petite maison de pierre de Bordeaux. La façade et sa toiture restent les mêmes, mais lorsque nous pénétrons à l’intérieur, l’espace se colore et se démultiplie, s’éclaire et se dilate pour définir une partition fonctionnelle et fantaisiste, contemporaine et libre, ouverte sur l’extérieur et douce comme un cocon. C’est Mademoiselle.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (33 - Gironde)
    32 rue de Rivière
    33000 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    A l’origine, une petite maison de pierre à Bordeaux construite en 1930.
    Modeste de part ses proportions et l’absence de modénature sur la façade, son emplacement en débord des maisons mitoyennes de la rue lui permet de mettre en valeur ses proportions réduites au 32 rue de Rivière. Le projet doit pouvoir intégrer dans la petite maison le studio d’architecture et de design elua®, un espace d’habitation pour un jeune couple et un extérieur végétalisé. Dessiner Mademoiselle, c’est imaginé un souffle d’air puissant dans l’existant, une respiration pour ouvrir l’espace, faire tomber les cloisons et multiplier les niveaux. Nous entrons par la seule pièce conservée de la maison, le couloir, étroit et sombre, intégralement habillé de noir. C’est un boyau oppressant qui dirige vers le studio ou l’habitation. Le rez-de-rue accueille le studio elua®, ouvert sur l’espace public, large et accessible, il prend la place du garage / atelier et permet d’ouvrir son volume sur la rue par une baie entièrement repliable. 30 tubes fluo éclairent graphiquement l’espace de travail. La cour sombre et humide et son escalier extérieur sont remplacés par une cuisine ultra-lumineuse, éclairée zenithalement par une verrière qui couvre l’ensemble de sa surface. Un nouvel escalier en béton nu est la colonne vertébrale de Mademoiselle, traversant le volume intérieur, nouvelle frontière entre espace de travail et espace d’habitation. Nous montons l’escalier et l’étage prend forme autour d’une façade intérieure, dessinée, tracée et découpée comme un empilement de formes simples, micro-architecture primitives de notre enfance, jeu de cubes XXL qui reflète la douceur de son rose dans un mur-miroir et découpe sa silhouette dans le bleu nuit de son arrière-plan. A l’intérieur, sont imaginés un dressing, une salle de bain et des toilettes, une chambre sous les toits, une chambre cabine à la japonaise , et beaucoup de rangements pour supprimer tout meuble dans l’aménagement intérieur. C’est à partir de cette façade volumétrique que le living-room se développe. Orienté, il prend toute la superficie du niveau de la maison. Il est traversant, reliant la rue de Rivière au cœur d’îlot et laisse apparaître le beau volume sous le profil conservé de la charpente. Un petit pont en bois au dessus du nouvel escalier permet d’accéder à la terrasse constituée d’un caillebotis métallique placé au dessus de la verrière de la cuisine. Un mur végétal vient la relier aux beaux jardins mitoyens et permet de dessiner un arrière-plan dense et vert visible au travers de larges baies vitrées toute hauteur. Imaginée comme un décor, Mademoiselle est une respiration dans la petite maison de pierre de Bordeaux. La façade et sa toiture restent les mêmes, mais lorsque nous pénétrons à l’intérieur, l’espace se colore et se démultiplie, s’éclaire et se dilate pour définir une partition fonctionnelle et fantaisiste, contemporaine et libre, ouverte sur l’extérieur et douce comme un cocon. C’est Mademoiselle.