DUTERTRE LAURENT

  • Vue générale du château
    Vue générale du château
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Bâtiment des Etats 01
    Bâtiment des Etats 01
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Bâtiment des Etats 02
    Bâtiment des Etats 02
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Escalier 01
    Escalier 01
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Escalier 02
    Escalier 02
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Escalier 03
    Escalier 03
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Escalier 04
    Escalier 04
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Escalier 05
    Escalier 05
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Rdc 01
    Salle des Etats - Rdc 01
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Rdc 02
    Salle des Etats - Rdc 02
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Rdc 03
    Salle des Etats - Rdc 03
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Rdc 04
    Salle des Etats - Rdc 04
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Pavillon Henri IV - Rdc
    Pavillon Henri IV - Rdc
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Etage 01
    Salle des Etats - Etage 01
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Etage 02
    Salle des Etats - Etage 02
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Pavillon Henri IV - Etage
    Pavillon Henri IV - Etage
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Combles
    Salle des Etats - Combles
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Escalier - Avant travaux
    Escalier - Avant travaux
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Escalier - Après travaux
    Escalier - Après travaux
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Rdc avant travaux
    Salle des Etats - Rdc avant travaux
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Rdc pendant travaux 01
    Salle des Etats - Rdc pendant travaux 01
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Rdc pendant travaux 02
    Salle des Etats - Rdc pendant travaux 02
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Rdc après travaux
    Salle des Etats - Rdc après travaux
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Etage avant travaux
    Salle des Etats - Etage avant travaux
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Etage pendant travaux 01
    Salle des Etats - Etage pendant travaux 01
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Etage pendant travaux 02
    Salle des Etats - Etage pendant travaux 02
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Etage après travaux
    Salle des Etats - Etage après travaux
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Combles pendant travaux
    Salle des Etats - Combles pendant travaux
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Salle des Etats - Combles après travaux
    Salle des Etats - Combles après travaux
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Galerie voûtée - Avant travaux
    Galerie voûtée - Avant travaux
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Galerie voûtée - Après travaux
    Galerie voûtée - Après travaux
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Galerie du Tribunal - Avant travaux
    Galerie du Tribunal - Avant travaux
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Galerie du Tribunal - Après travaux 01
    Galerie du Tribunal - Après travaux 01
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Galerie du Tribunal - Après travaux 02
    Galerie du Tribunal - Après travaux 02
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.
  • Galerie du Tribunal - Après travaux 03
    Galerie du Tribunal - Après travaux 03
    établissement public 
    OCTOBRE 2014
    (24 - Dordogne)
    Château de Biron
    24540 Biron
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PUBLIC
    Ville : BIRON
    Coût : 2 106 260 €HT

    Château de Biron - Restauration et aménagement du Bâtiment des Etats

    Bien que le clos et le couvert aient été restitués il y a quelques décennies, l’intérieur de cette partie du château datant du XVII° siècle était resté à l’état de ruines depuis la Révolution. Le projet consistait donc à restaurer intégralement les intérieurs pour créer de nouvelles salles d’exposition ouvertes au public.

    L’escalier d’honneur avait été étayé au regard des risques d’effondrement. Il a subi une reconstruction complète de la volée de marches suspendues avec renforts métalliques intégrés. Les rampes en fer forgé ont été restaurées. La création d’un plafond en bois a permis d’assurer l’isolement coupe-feu et d’intégrer le système motorisé de levage de la lanterne moderne. Certaines fenêtres ont été équipées d’un désenfumage mécanique.

    Les salles du rez-de-chaussée avaient également été étayées au regard des risques d’effondrement. Le sol en tomettes a été intégralement refait en forme de tapis en intégrant un chauffage au sol. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète.

    Les salles de l’étage étaient les plus dégradées : plancher bas hors d’état ; plancher haut disparu ; parquets, boiseries, portes et cheminées irrécupérables ou disparus. Les planchers à la française haut et bas ont dû être intégralement restitués en intégrant une barrière coupe-feu. Une confortation des poutres maîtresses par des poutrelles métalliques connectées a permis d’augmenter la portance des planchers. Les murs ont reçu un enduit et un badigeon à la chaux, les boiseries (lambris bas, portes et habillages) et les cheminées (manteau en marbre et trumeau à décor en gypseries) ont fait l’objet d’une réfection complète. Les parquets à panneaux Chantilly, Versailles et autres ont été restitués sur la base des vestiges en place. Des spots sur rails installés dans le plan du solivage assurent l’éclairage muséographique des salles.

    La galerie voûtée sur croisée d’ogives donne accès à la cour d’honneur du château. Restée à l’air libre pendant près de deux siècles, elle était rongée par les sels et avait dû être étayée. Après sa mise hors d’eau, les voûtes ont été entièrement démontées pour remplacer les éléments hors d’état, puis remontées.

    La galerie du tribunal réalisée en bois sur son grand arc en pierre est inspirée de modèles régionaux à pendentifs.