DIDIER MARCHAND ARCHITECTURES

  • la façade sud vue depuis la rue
    la façade sud vue depuis la rue
    Neuf 
    janvier 2015
    (33 - Gironde)
    23 rue des violettes
    33200 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    particulier
    Le souhait du maitre de l’ouvrage était d’avoir une maison originale tant à l’intérieur qu’à l’extérieur tout en étant pratique et fonctionnelle.
    A l’extérieur, des formes puissantes et évocatrices, un matériau se démarquant de l’architecture des maisons environnantes.
    A l’intérieur, un volume central de grande hauteur, traversé par une passerelle reliant les deux parties de l’étage.
    La maison se situe au cœur d’un lotissement des années 50 dans lequel les maisons initiales laissent peu à peu la place à des constructions assez disparates. Le terrain étant petit, il a été nécessaire d’accoler la maison à la construction voisine, réalisée dans le même esprit. Le règlement du lotissement imposant un toit de tuiles, il a fallu le masquer.
    Le rez-de-chaussée est dédié à la journée, l’étage est la partie nuit plus intime et privée (chambres, bureau, salles de bains). Le traitement du bas (enduit blanc : le jour) et du haut (zinc gris anthracite : la nuit) traduisent à l’extérieur cette différenciation interne.
    La passerelle et l’escalier tout en acier noir, constituent une sculpture intérieure qui donne au volume central toute son originalité.
  • les façades sud et est, vues depuis la rue
    les façades sud et est, vues depuis la rue
    Neuf 
    janvier 2015
    (33 - Gironde)
    23 rue des violettes
    33200 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    particulier
    Le souhait du maitre de l’ouvrage était d’avoir une maison originale tant à l’intérieur qu’à l’extérieur tout en étant pratique et fonctionnelle.
    A l’extérieur, des formes puissantes et évocatrices, un matériau se démarquant de l’architecture des maisons environnantes.
    A l’intérieur, un volume central de grande hauteur, traversé par une passerelle reliant les deux parties de l’étage.
    La maison se situe au cœur d’un lotissement des années 50 dans lequel les maisons initiales laissent peu à peu la place à des constructions assez disparates. Le terrain étant petit, il a été nécessaire d’accoler la maison à la construction voisine, réalisée dans le même esprit. Le règlement du lotissement imposant un toit de tuiles, il a fallu le masquer.
    Le rez-de-chaussée est dédié à la journée, l’étage est la partie nuit plus intime et privée (chambres, bureau, salles de bains). Le traitement du bas (enduit blanc : le jour) et du haut (zinc gris anthracite : la nuit) traduisent à l’extérieur cette différenciation interne.
    La passerelle et l’escalier tout en acier noir, constituent une sculpture intérieure qui donne au volume central toute son originalité.
  • le séjour central survolé par la passerelle qui relie les deux côtés de la maison
    le séjour central survolé par la passerelle qui relie les deux côtés de la maison
    Neuf 
    janvier 2015
    (33 - Gironde)
    23 rue des violettes
    33200 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    particulier
    Le souhait du maitre de l’ouvrage était d’avoir une maison originale tant à l’intérieur qu’à l’extérieur tout en étant pratique et fonctionnelle.
    A l’extérieur, des formes puissantes et évocatrices, un matériau se démarquant de l’architecture des maisons environnantes.
    A l’intérieur, un volume central de grande hauteur, traversé par une passerelle reliant les deux parties de l’étage.
    La maison se situe au cœur d’un lotissement des années 50 dans lequel les maisons initiales laissent peu à peu la place à des constructions assez disparates. Le terrain étant petit, il a été nécessaire d’accoler la maison à la construction voisine, réalisée dans le même esprit. Le règlement du lotissement imposant un toit de tuiles, il a fallu le masquer.
    Le rez-de-chaussée est dédié à la journée, l’étage est la partie nuit plus intime et privée (chambres, bureau, salles de bains). Le traitement du bas (enduit blanc : le jour) et du haut (zinc gris anthracite : la nuit) traduisent à l’extérieur cette différenciation interne.
    La passerelle et l’escalier tout en acier noir, constituent une sculpture intérieure qui donne au volume central toute son originalité.
  • la terrasse
    la terrasse
    Neuf 
    janvier 2015
    (33 - Gironde)
    23 rue des violettes
    33200 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    particulier
    Le souhait du maitre de l’ouvrage était d’avoir une maison originale tant à l’intérieur qu’à l’extérieur tout en étant pratique et fonctionnelle.
    A l’extérieur, des formes puissantes et évocatrices, un matériau se démarquant de l’architecture des maisons environnantes.
    A l’intérieur, un volume central de grande hauteur, traversé par une passerelle reliant les deux parties de l’étage.
    La maison se situe au cœur d’un lotissement des années 50 dans lequel les maisons initiales laissent peu à peu la place à des constructions assez disparates. Le terrain étant petit, il a été nécessaire d’accoler la maison à la construction voisine, réalisée dans le même esprit. Le règlement du lotissement imposant un toit de tuiles, il a fallu le masquer.
    Le rez-de-chaussée est dédié à la journée, l’étage est la partie nuit plus intime et privée (chambres, bureau, salles de bains). Le traitement du bas (enduit blanc : le jour) et du haut (zinc gris anthracite : la nuit) traduisent à l’extérieur cette différenciation interne.
    La passerelle et l’escalier tout en acier noir, constituent une sculpture intérieure qui donne au volume central toute son originalité.
  • la cuisine vue depuis le séjour
    la cuisine vue depuis le séjour
    Neuf 
    janvier 2015
    (33 - Gironde)
    23 rue des violettes
    33200 Bordeaux
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    particulier
    Le souhait du maitre de l’ouvrage était d’avoir une maison originale tant à l’intérieur qu’à l’extérieur tout en étant pratique et fonctionnelle.
    A l’extérieur, des formes puissantes et évocatrices, un matériau se démarquant de l’architecture des maisons environnantes.
    A l’intérieur, un volume central de grande hauteur, traversé par une passerelle reliant les deux parties de l’étage.
    La maison se situe au cœur d’un lotissement des années 50 dans lequel les maisons initiales laissent peu à peu la place à des constructions assez disparates. Le terrain étant petit, il a été nécessaire d’accoler la maison à la construction voisine, réalisée dans le même esprit. Le règlement du lotissement imposant un toit de tuiles, il a fallu le masquer.
    Le rez-de-chaussée est dédié à la journée, l’étage est la partie nuit plus intime et privée (chambres, bureau, salles de bains). Le traitement du bas (enduit blanc : le jour) et du haut (zinc gris anthracite : la nuit) traduisent à l’extérieur cette différenciation interne.
    La passerelle et l’escalier tout en acier noir, constituent une sculpture intérieure qui donne au volume central toute son originalité.