david HEBERT

  • • Date de livraison : 2013
    • Ville : Cahors
    • Département : Lot (46)
    • Maitre d'ouvrage : Conseil Général du Lot
    • Architectes associés : Y. Ouvrieux, M. Belcour
    • Description :
    Le projet concilie la géométrie de la rue avec celle dictée par la course du soleil. Il rattache les éléments naturels et les usages au site. Le bâtiment développe deux ailes parallèles, exposées pleinement au sud l’une pour les enfants, l’autre pour les mères. Elles sont reliées à l’espace public par un bâtiment écran horizontal protégeant l’intérieur de la parcelle.

    Le bâtiment est un lieu d’accueil pour des personnes fragilisées, c’est une carapace qui les protège. Les fonctions liées à l’administration et aux services généraux sont comme des barrières qui sécurisent les espaces dédiés aux résidents.

    Sur rue, les niveaux inférieurs du bâtiment constituent un socle qui renforce le sentiment de stabilité. Un traitement paysager, entre la route et le bâtiment, composé d’arbres et d’une noue plantée, constitue des seuils progressifs qui accentuent la perception du franchissement d’une limite.

    Au dessus du socle, un volume en bois est posé, il vient en porte à faux, développer une généreuse sous face depuis laquelle les utilisateurs et visiteurs pénètrent dans le bâtiment.

    L’horizontalité de la façade sur rue, la légèreté exprimée par l’utilisation du bois et la présence végétale dotent le bâtiment d’une image apaisante.

    Le bâtiment s’adresse aux utilisateurs, et offre des lieux chaleureux et variés dans lesquels chacun peut trouver ses repères.
    Derrière l’écran protecteur se développent deux ailes de bâtiment largement ouvertes sur l’extérieur. Ces ailes élancées vers l’espace boisé permettent une pénétration de la nature au cœur des espaces de vie du bâtiment. La lumière naturelle venant essentiellement du sud est filtrée et régulée et peut rentrer profondément dans le bâtiment.


  • • Date de livraison : 2013
    • Ville : Cahors
    • Département : Lot (46)
    • Maitre d'ouvrage : Conseil Général du Lot
    • Architectes associés : Y. Ouvrieux, M. Belcour
    • Description :
    Le projet concilie la géométrie de la rue avec celle dictée par la course du soleil. Il rattache les éléments naturels et les usages au site. Le bâtiment développe deux ailes parallèles, exposées pleinement au sud l’une pour les enfants, l’autre pour les mères. Elles sont reliées à l’espace public par un bâtiment écran horizontal protégeant l’intérieur de la parcelle.

    Le bâtiment est un lieu d’accueil pour des personnes fragilisées, c’est une carapace qui les protège. Les fonctions liées à l’administration et aux services généraux sont comme des barrières qui sécurisent les espaces dédiés aux résidents.

    Sur rue, les niveaux inférieurs du bâtiment constituent un socle qui renforce le sentiment de stabilité. Un traitement paysager, entre la route et le bâtiment, composé d’arbres et d’une noue plantée, constitue des seuils progressifs qui accentuent la perception du franchissement d’une limite.

    Au dessus du socle, un volume en bois est posé, il vient en porte à faux, développer une généreuse sous face depuis laquelle les utilisateurs et visiteurs pénètrent dans le bâtiment.

    L’horizontalité de la façade sur rue, la légèreté exprimée par l’utilisation du bois et la présence végétale dotent le bâtiment d’une image apaisante.

    Le bâtiment s’adresse aux utilisateurs, et offre des lieux chaleureux et variés dans lesquels chacun peut trouver ses repères.
    Derrière l’écran protecteur se développent deux ailes de bâtiment largement ouvertes sur l’extérieur. Ces ailes élancées vers l’espace boisé permettent une pénétration de la nature au cœur des espaces de vie du bâtiment. La lumière naturelle venant essentiellement du sud est filtrée et régulée et peut rentrer profondément dans le bâtiment.


  • • Date de livraison : 2013
    • Ville : Cahors
    • Département : Lot (46)
    • Maitre d'ouvrage : Conseil Général du Lot
    • Architectes associés : Y. Ouvrieux, M. Belcour
    • Description :
    Le projet concilie la géométrie de la rue avec celle dictée par la course du soleil. Il rattache les éléments naturels et les usages au site. Le bâtiment développe deux ailes parallèles, exposées pleinement au sud l’une pour les enfants, l’autre pour les mères. Elles sont reliées à l’espace public par un bâtiment écran horizontal protégeant l’intérieur de la parcelle.

    Le bâtiment est un lieu d’accueil pour des personnes fragilisées, c’est une carapace qui les protège. Les fonctions liées à l’administration et aux services généraux sont comme des barrières qui sécurisent les espaces dédiés aux résidents.

    Sur rue, les niveaux inférieurs du bâtiment constituent un socle qui renforce le sentiment de stabilité. Un traitement paysager, entre la route et le bâtiment, composé d’arbres et d’une noue plantée, constitue des seuils progressifs qui accentuent la perception du franchissement d’une limite.

    Au dessus du socle, un volume en bois est posé, il vient en porte à faux, développer une généreuse sous face depuis laquelle les utilisateurs et visiteurs pénètrent dans le bâtiment.

    L’horizontalité de la façade sur rue, la légèreté exprimée par l’utilisation du bois et la présence végétale dotent le bâtiment d’une image apaisante.

    Le bâtiment s’adresse aux utilisateurs, et offre des lieux chaleureux et variés dans lesquels chacun peut trouver ses repères.
    Derrière l’écran protecteur se développent deux ailes de bâtiment largement ouvertes sur l’extérieur. Ces ailes élancées vers l’espace boisé permettent une pénétration de la nature au cœur des espaces de vie du bâtiment. La lumière naturelle venant essentiellement du sud est filtrée et régulée et peut rentrer profondément dans le bâtiment.


  • • Date de livraison : 2013
    • Ville : Cahors
    • Département : Lot (46)
    • Maitre d'ouvrage : Conseil Général du Lot
    • Architectes associés : Y. Ouvrieux, M. Belcour
    • Description :
    Le projet concilie la géométrie de la rue avec celle dictée par la course du soleil. Il rattache les éléments naturels et les usages au site. Le bâtiment développe deux ailes parallèles, exposées pleinement au sud l’une pour les enfants, l’autre pour les mères. Elles sont reliées à l’espace public par un bâtiment écran horizontal protégeant l’intérieur de la parcelle.

    Le bâtiment est un lieu d’accueil pour des personnes fragilisées, c’est une carapace qui les protège. Les fonctions liées à l’administration et aux services généraux sont comme des barrières qui sécurisent les espaces dédiés aux résidents.

    Sur rue, les niveaux inférieurs du bâtiment constituent un socle qui renforce le sentiment de stabilité. Un traitement paysager, entre la route et le bâtiment, composé d’arbres et d’une noue plantée, constitue des seuils progressifs qui accentuent la perception du franchissement d’une limite.

    Au dessus du socle, un volume en bois est posé, il vient en porte à faux, développer une généreuse sous face depuis laquelle les utilisateurs et visiteurs pénètrent dans le bâtiment.

    L’horizontalité de la façade sur rue, la légèreté exprimée par l’utilisation du bois et la présence végétale dotent le bâtiment d’une image apaisante.

    Le bâtiment s’adresse aux utilisateurs, et offre des lieux chaleureux et variés dans lesquels chacun peut trouver ses repères.
    Derrière l’écran protecteur se développent deux ailes de bâtiment largement ouvertes sur l’extérieur. Ces ailes élancées vers l’espace boisé permettent une pénétration de la nature au cœur des espaces de vie du bâtiment. La lumière naturelle venant essentiellement du sud est filtrée et régulée et peut rentrer profondément dans le bâtiment.


  • • Date de livraison : 2013
    • Ville : Cahors
    • Département : Lot (46)
    • Maitre d'ouvrage : Conseil Général du Lot
    • Architectes associés : Y. Ouvrieux, M. Belcour
    • Description :
    Le projet concilie la géométrie de la rue avec celle dictée par la course du soleil. Il rattache les éléments naturels et les usages au site. Le bâtiment développe deux ailes parallèles, exposées pleinement au sud l’une pour les enfants, l’autre pour les mères. Elles sont reliées à l’espace public par un bâtiment écran horizontal protégeant l’intérieur de la parcelle.

    Le bâtiment est un lieu d’accueil pour des personnes fragilisées, c’est une carapace qui les protège. Les fonctions liées à l’administration et aux services généraux sont comme des barrières qui sécurisent les espaces dédiés aux résidents.

    Sur rue, les niveaux inférieurs du bâtiment constituent un socle qui renforce le sentiment de stabilité. Un traitement paysager, entre la route et le bâtiment, composé d’arbres et d’une noue plantée, constitue des seuils progressifs qui accentuent la perception du franchissement d’une limite.

    Au dessus du socle, un volume en bois est posé, il vient en porte à faux, développer une généreuse sous face depuis laquelle les utilisateurs et visiteurs pénètrent dans le bâtiment.

    L’horizontalité de la façade sur rue, la légèreté exprimée par l’utilisation du bois et la présence végétale dotent le bâtiment d’une image apaisante.

    Le bâtiment s’adresse aux utilisateurs, et offre des lieux chaleureux et variés dans lesquels chacun peut trouver ses repères.
    Derrière l’écran protecteur se développent deux ailes de bâtiment largement ouvertes sur l’extérieur. Ces ailes élancées vers l’espace boisé permettent une pénétration de la nature au cœur des espaces de vie du bâtiment. La lumière naturelle venant essentiellement du sud est filtrée et régulée et peut rentrer profondément dans le bâtiment.


  • • Date de livraison : 2013
    • Ville : Cahors
    • Département : Lot (46)
    • Maitre d'ouvrage : Conseil Général du Lot
    • Architectes associés : Y. Ouvrieux, M. Belcour
    • Description :
    Le projet concilie la géométrie de la rue avec celle dictée par la course du soleil. Il rattache les éléments naturels et les usages au site. Le bâtiment développe deux ailes parallèles, exposées pleinement au sud l’une pour les enfants, l’autre pour les mères. Elles sont reliées à l’espace public par un bâtiment écran horizontal protégeant l’intérieur de la parcelle.

    Le bâtiment est un lieu d’accueil pour des personnes fragilisées, c’est une carapace qui les protège. Les fonctions liées à l’administration et aux services généraux sont comme des barrières qui sécurisent les espaces dédiés aux résidents.

    Sur rue, les niveaux inférieurs du bâtiment constituent un socle qui renforce le sentiment de stabilité. Un traitement paysager, entre la route et le bâtiment, composé d’arbres et d’une noue plantée, constitue des seuils progressifs qui accentuent la perception du franchissement d’une limite.

    Au dessus du socle, un volume en bois est posé, il vient en porte à faux, développer une généreuse sous face depuis laquelle les utilisateurs et visiteurs pénètrent dans le bâtiment.

    L’horizontalité de la façade sur rue, la légèreté exprimée par l’utilisation du bois et la présence végétale dotent le bâtiment d’une image apaisante.

    Le bâtiment s’adresse aux utilisateurs, et offre des lieux chaleureux et variés dans lesquels chacun peut trouver ses repères.
    Derrière l’écran protecteur se développent deux ailes de bâtiment largement ouvertes sur l’extérieur. Ces ailes élancées vers l’espace boisé permettent une pénétration de la nature au cœur des espaces de vie du bâtiment. La lumière naturelle venant essentiellement du sud est filtrée et régulée et peut rentrer profondément dans le bâtiment.


  • • Date de livraison : 2013
    • Ville : Cahors
    • Département : Lot (46)
    • Maitre d'ouvrage : Conseil Général du Lot
    • Architectes associés : Y. Ouvrieux, M. Belcour
    • Description :
    Le projet concilie la géométrie de la rue avec celle dictée par la course du soleil. Il rattache les éléments naturels et les usages au site. Le bâtiment développe deux ailes parallèles, exposées pleinement au sud l’une pour les enfants, l’autre pour les mères. Elles sont reliées à l’espace public par un bâtiment écran horizontal protégeant l’intérieur de la parcelle.

    Le bâtiment est un lieu d’accueil pour des personnes fragilisées, c’est une carapace qui les protège. Les fonctions liées à l’administration et aux services généraux sont comme des barrières qui sécurisent les espaces dédiés aux résidents.

    Sur rue, les niveaux inférieurs du bâtiment constituent un socle qui renforce le sentiment de stabilité. Un traitement paysager, entre la route et le bâtiment, composé d’arbres et d’une noue plantée, constitue des seuils progressifs qui accentuent la perception du franchissement d’une limite.

    Au dessus du socle, un volume en bois est posé, il vient en porte à faux, développer une généreuse sous face depuis laquelle les utilisateurs et visiteurs pénètrent dans le bâtiment.

    L’horizontalité de la façade sur rue, la légèreté exprimée par l’utilisation du bois et la présence végétale dotent le bâtiment d’une image apaisante.

    Le bâtiment s’adresse aux utilisateurs, et offre des lieux chaleureux et variés dans lesquels chacun peut trouver ses repères.
    Derrière l’écran protecteur se développent deux ailes de bâtiment largement ouvertes sur l’extérieur. Ces ailes élancées vers l’espace boisé permettent une pénétration de la nature au cœur des espaces de vie du bâtiment. La lumière naturelle venant essentiellement du sud est filtrée et régulée et peut rentrer profondément dans le bâtiment.


  • • Date de livraison : 2013
    • Ville : Cahors
    • Département : Lot (46)
    • Maitre d'ouvrage : Conseil Général du Lot
    • Architectes associés : Y. Ouvrieux, M. Belcour
    • Description :
    Le projet concilie la géométrie de la rue avec celle dictée par la course du soleil. Il rattache les éléments naturels et les usages au site. Le bâtiment développe deux ailes parallèles, exposées pleinement au sud l’une pour les enfants, l’autre pour les mères. Elles sont reliées à l’espace public par un bâtiment écran horizontal protégeant l’intérieur de la parcelle.

    Le bâtiment est un lieu d’accueil pour des personnes fragilisées, c’est une carapace qui les protège. Les fonctions liées à l’administration et aux services généraux sont comme des barrières qui sécurisent les espaces dédiés aux résidents.

    Sur rue, les niveaux inférieurs du bâtiment constituent un socle qui renforce le sentiment de stabilité. Un traitement paysager, entre la route et le bâtiment, composé d’arbres et d’une noue plantée, constitue des seuils progressifs qui accentuent la perception du franchissement d’une limite.

    Au dessus du socle, un volume en bois est posé, il vient en porte à faux, développer une généreuse sous face depuis laquelle les utilisateurs et visiteurs pénètrent dans le bâtiment.

    L’horizontalité de la façade sur rue, la légèreté exprimée par l’utilisation du bois et la présence végétale dotent le bâtiment d’une image apaisante.

    Le bâtiment s’adresse aux utilisateurs, et offre des lieux chaleureux et variés dans lesquels chacun peut trouver ses repères.
    Derrière l’écran protecteur se développent deux ailes de bâtiment largement ouvertes sur l’extérieur. Ces ailes élancées vers l’espace boisé permettent une pénétration de la nature au cœur des espaces de vie du bâtiment. La lumière naturelle venant essentiellement du sud est filtrée et régulée et peut rentrer profondément dans le bâtiment.


  • • Date de livraison : 2013
    • Ville : Cahors
    • Département : Lot (46)
    • Maitre d'ouvrage : Conseil Général du Lot
    • Architectes associés : Y. Ouvrieux, M. Belcour
    • Description :
    Le projet concilie la géométrie de la rue avec celle dictée par la course du soleil. Il rattache les éléments naturels et les usages au site. Le bâtiment développe deux ailes parallèles, exposées pleinement au sud l’une pour les enfants, l’autre pour les mères. Elles sont reliées à l’espace public par un bâtiment écran horizontal protégeant l’intérieur de la parcelle.

    Le bâtiment est un lieu d’accueil pour des personnes fragilisées, c’est une carapace qui les protège. Les fonctions liées à l’administration et aux services généraux sont comme des barrières qui sécurisent les espaces dédiés aux résidents.

    Sur rue, les niveaux inférieurs du bâtiment constituent un socle qui renforce le sentiment de stabilité. Un traitement paysager, entre la route et le bâtiment, composé d’arbres et d’une noue plantée, constitue des seuils progressifs qui accentuent la perception du franchissement d’une limite.

    Au dessus du socle, un volume en bois est posé, il vient en porte à faux, développer une généreuse sous face depuis laquelle les utilisateurs et visiteurs pénètrent dans le bâtiment.

    L’horizontalité de la façade sur rue, la légèreté exprimée par l’utilisation du bois et la présence végétale dotent le bâtiment d’une image apaisante.

    Le bâtiment s’adresse aux utilisateurs, et offre des lieux chaleureux et variés dans lesquels chacun peut trouver ses repères.
    Derrière l’écran protecteur se développent deux ailes de bâtiment largement ouvertes sur l’extérieur. Ces ailes élancées vers l’espace boisé permettent une pénétration de la nature au cœur des espaces de vie du bâtiment. La lumière naturelle venant essentiellement du sud est filtrée et régulée et peut rentrer profondément dans le bâtiment.