DANK ARCHITECTES

  • Neuf 
    Juillet 2017
    (69 - Rhône)
    5 quai Jean Jacques Rousseau
    69350 La Mulatière
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Contrainte à la fois par un plafond de hauteur réglementaire particulièrement bas, une emprise au sol réduite et un terrain en pente, la conception initiale du projet a amené très vite à des prises de position stratégiques.

    La surface envisagée pour cette construction étant relativement « contenue », il a d’abord été décidé que le programme habitable serait réalisé sur un seul et même niveau de manière à garantir des circulations confortables et un lien de proximité entre tous les espaces (y compris les chambres des enfants) tout en évitant les contraintes d’usage liées à un escalier.

    Pour limiter l’emprise au sol, les espaces « techniques » sont glissés sous le plateau habitable et desservis directement par l’extérieur.

    Implantée dans la pente, la maison se raccorde aux niveaux du terrain naturel sur le haut comme le bas du terrain selon deux orientations opposées ; le socle structurel semi-encastré servant ici de soutènement.

    Enfin, la hauteur de la construction est maîtrisée, grâce à l’emploie d’une toiture terrasse.

    D’un point de vue formel, le projet a été travaillé de manière à donner une réelle impression de légèreté au bâtiment , comme en lévitation au dessus du jardin. Côté rue, le débord affirmé de l’étage permet de couvrir assez simplement les stationnements.

    L’étage offre ainsi une façade plein sud relativement étirée qui s’exprime au travers d’un grand cadre en béton banché laissé brut. La maison prend ainsi une posture très orientée dans son environnement qui s’ouvre vers le soleil et la vue qui se dégage en contrebas. Les façades en retrait sont contrastées avec une teinte plus soutenue. Ponctuellement, un claustra en bois ajouré vient habiller les ouvertures des pièces les plus intimes.

    De cette conception plutôt « stricte » est ensuite arrivée l’idée d’animer les façades et qualifier des espaces différenciés. Ainsi, l’enveloppe protectrice en béton est étirée vers l’ouest et décollée volontairement de la partie habitable de manière à créer un lieu intermédiaire entre l’intimité de la maison et l’exposition du jardin. La terrasse ainsi générée opère ensuite un retour en « L » sur la façade sud au droit du salon qui s’enfonce dans le volume principal pour dessiner du même coup une casquette solaire en débord. Les murs se transforment en poteaux et le plan de couvrement est troué avant d’être rempli par une voile d’ombrage.

    A l’intérieur, l’accès se fait depuis la façade nord. Un meuble central organise l’ensemble des circulations en définissant, à l’est, l’espace nuit avec une enfilade de trois chambres et à l’ouest, l’espace séjour ouvert (cuisine, salle-à-manger, salon). Au nord et au sud, des passages périphériques permettent de circuler au travers d’un hall d’entrée et d’un bureau pouvant également servir de chambre d’amis par le biais d’une porte coulissante et d’un lit escamotable. Travaillé comme un élément de décors à part entière, le meuble distille sa chaleur au travers de son revêtement en noyer. Composé d’une alternance de rangements fermés et de niches ouvertes et éclairées, celui-ci permet la mise en valeur de petits objets à la façon d’un cabinet de curiosités, au milieu d’un espace plus épuré. A noter enfin qu’à l’intérieur de celui-ci sont dissimulées les pièces d’eau (WC, et salle de bains) accessibles depuis le couloir des chambres.

    Programme:
    Construction d’une maison neuve de plain-pied sur sous-sol partiel
    Maîtrise d’ouvrage :
    Privés
    Localisation:
    Caluire et Cuire (69)
    Surface:
    120m² SHAB + 40m² de terrasse et 42m² de sous-sol
    Budget:
    310'000€ TTC
    Calendrier:
    Etudes premier semestre 2016 ; livraison prévisionnelle du chantier : printemps 2017.

  • Neuf 
    Juillet 2017
    (69 - Rhône)
    5 quai Jean Jacques Rousseau
    69350 La Mulatière
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Contrainte à la fois par un plafond de hauteur réglementaire particulièrement bas, une emprise au sol réduite et un terrain en pente, la conception initiale du projet a amené très vite à des prises de position stratégiques.

    La surface envisagée pour cette construction étant relativement « contenue », il a d’abord été décidé que le programme habitable serait réalisé sur un seul et même niveau de manière à garantir des circulations confortables et un lien de proximité entre tous les espaces (y compris les chambres des enfants) tout en évitant les contraintes d’usage liées à un escalier.

    Pour limiter l’emprise au sol, les espaces « techniques » sont glissés sous le plateau habitable et desservis directement par l’extérieur.

    Implantée dans la pente, la maison se raccorde aux niveaux du terrain naturel sur le haut comme le bas du terrain selon deux orientations opposées ; le socle structurel semi-encastré servant ici de soutènement.

    Enfin, la hauteur de la construction est maîtrisée, grâce à l’emploie d’une toiture terrasse.

    D’un point de vue formel, le projet a été travaillé de manière à donner une réelle impression de légèreté au bâtiment , comme en lévitation au dessus du jardin. Côté rue, le débord affirmé de l’étage permet de couvrir assez simplement les stationnements.

    L’étage offre ainsi une façade plein sud relativement étirée qui s’exprime au travers d’un grand cadre en béton banché laissé brut. La maison prend ainsi une posture très orientée dans son environnement qui s’ouvre vers le soleil et la vue qui se dégage en contrebas. Les façades en retrait sont contrastées avec une teinte plus soutenue. Ponctuellement, un claustra en bois ajouré vient habiller les ouvertures des pièces les plus intimes.

    De cette conception plutôt « stricte » est ensuite arrivée l’idée d’animer les façades et qualifier des espaces différenciés. Ainsi, l’enveloppe protectrice en béton est étirée vers l’ouest et décollée volontairement de la partie habitable de manière à créer un lieu intermédiaire entre l’intimité de la maison et l’exposition du jardin. La terrasse ainsi générée opère ensuite un retour en « L » sur la façade sud au droit du salon qui s’enfonce dans le volume principal pour dessiner du même coup une casquette solaire en débord. Les murs se transforment en poteaux et le plan de couvrement est troué avant d’être rempli par une voile d’ombrage.

    A l’intérieur, l’accès se fait depuis la façade nord. Un meuble central organise l’ensemble des circulations en définissant, à l’est, l’espace nuit avec une enfilade de trois chambres et à l’ouest, l’espace séjour ouvert (cuisine, salle-à-manger, salon). Au nord et au sud, des passages périphériques permettent de circuler au travers d’un hall d’entrée et d’un bureau pouvant également servir de chambre d’amis par le biais d’une porte coulissante et d’un lit escamotable. Travaillé comme un élément de décors à part entière, le meuble distille sa chaleur au travers de son revêtement en noyer. Composé d’une alternance de rangements fermés et de niches ouvertes et éclairées, celui-ci permet la mise en valeur de petits objets à la façon d’un cabinet de curiosités, au milieu d’un espace plus épuré. A noter enfin qu’à l’intérieur de celui-ci sont dissimulées les pièces d’eau (WC, et salle de bains) accessibles depuis le couloir des chambres.

    Programme:
    Construction d’une maison neuve de plain-pied sur sous-sol partiel
    Maîtrise d’ouvrage :
    Privés
    Localisation:
    Caluire et Cuire (69)
    Surface:
    120m² SHAB + 40m² de terrasse et 42m² de sous-sol
    Budget:
    310'000€ TTC
    Calendrier:
    Etudes premier semestre 2016 ; livraison prévisionnelle du chantier : printemps 2017.

  • Neuf 
    Juillet 2017
    (69 - Rhône)
    5 quai Jean Jacques Rousseau
    69350 La Mulatière
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Contrainte à la fois par un plafond de hauteur réglementaire particulièrement bas, une emprise au sol réduite et un terrain en pente, la conception initiale du projet a amené très vite à des prises de position stratégiques.

    La surface envisagée pour cette construction étant relativement « contenue », il a d’abord été décidé que le programme habitable serait réalisé sur un seul et même niveau de manière à garantir des circulations confortables et un lien de proximité entre tous les espaces (y compris les chambres des enfants) tout en évitant les contraintes d’usage liées à un escalier.

    Pour limiter l’emprise au sol, les espaces « techniques » sont glissés sous le plateau habitable et desservis directement par l’extérieur.

    Implantée dans la pente, la maison se raccorde aux niveaux du terrain naturel sur le haut comme le bas du terrain selon deux orientations opposées ; le socle structurel semi-encastré servant ici de soutènement.

    Enfin, la hauteur de la construction est maîtrisée, grâce à l’emploie d’une toiture terrasse.

    D’un point de vue formel, le projet a été travaillé de manière à donner une réelle impression de légèreté au bâtiment , comme en lévitation au dessus du jardin. Côté rue, le débord affirmé de l’étage permet de couvrir assez simplement les stationnements.

    L’étage offre ainsi une façade plein sud relativement étirée qui s’exprime au travers d’un grand cadre en béton banché laissé brut. La maison prend ainsi une posture très orientée dans son environnement qui s’ouvre vers le soleil et la vue qui se dégage en contrebas. Les façades en retrait sont contrastées avec une teinte plus soutenue. Ponctuellement, un claustra en bois ajouré vient habiller les ouvertures des pièces les plus intimes.

    De cette conception plutôt « stricte » est ensuite arrivée l’idée d’animer les façades et qualifier des espaces différenciés. Ainsi, l’enveloppe protectrice en béton est étirée vers l’ouest et décollée volontairement de la partie habitable de manière à créer un lieu intermédiaire entre l’intimité de la maison et l’exposition du jardin. La terrasse ainsi générée opère ensuite un retour en « L » sur la façade sud au droit du salon qui s’enfonce dans le volume principal pour dessiner du même coup une casquette solaire en débord. Les murs se transforment en poteaux et le plan de couvrement est troué avant d’être rempli par une voile d’ombrage.

    A l’intérieur, l’accès se fait depuis la façade nord. Un meuble central organise l’ensemble des circulations en définissant, à l’est, l’espace nuit avec une enfilade de trois chambres et à l’ouest, l’espace séjour ouvert (cuisine, salle-à-manger, salon). Au nord et au sud, des passages périphériques permettent de circuler au travers d’un hall d’entrée et d’un bureau pouvant également servir de chambre d’amis par le biais d’une porte coulissante et d’un lit escamotable. Travaillé comme un élément de décors à part entière, le meuble distille sa chaleur au travers de son revêtement en noyer. Composé d’une alternance de rangements fermés et de niches ouvertes et éclairées, celui-ci permet la mise en valeur de petits objets à la façon d’un cabinet de curiosités, au milieu d’un espace plus épuré. A noter enfin qu’à l’intérieur de celui-ci sont dissimulées les pièces d’eau (WC, et salle de bains) accessibles depuis le couloir des chambres.

    Programme:
    Construction d’une maison neuve de plain-pied sur sous-sol partiel
    Maîtrise d’ouvrage :
    Privés
    Localisation:
    Caluire et Cuire (69)
    Surface:
    120m² SHAB + 40m² de terrasse et 42m² de sous-sol
    Budget:
    310'000€ TTC
    Calendrier:
    Etudes premier semestre 2016 ; livraison prévisionnelle du chantier : printemps 2017.

  • Neuf 
    Juillet 2017
    (69 - Rhône)
    5 quai Jean Jacques Rousseau
    69350 La Mulatière
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Contrainte à la fois par un plafond de hauteur réglementaire particulièrement bas, une emprise au sol réduite et un terrain en pente, la conception initiale du projet a amené très vite à des prises de position stratégiques.

    La surface envisagée pour cette construction étant relativement « contenue », il a d’abord été décidé que le programme habitable serait réalisé sur un seul et même niveau de manière à garantir des circulations confortables et un lien de proximité entre tous les espaces (y compris les chambres des enfants) tout en évitant les contraintes d’usage liées à un escalier.

    Pour limiter l’emprise au sol, les espaces « techniques » sont glissés sous le plateau habitable et desservis directement par l’extérieur.

    Implantée dans la pente, la maison se raccorde aux niveaux du terrain naturel sur le haut comme le bas du terrain selon deux orientations opposées ; le socle structurel semi-encastré servant ici de soutènement.

    Enfin, la hauteur de la construction est maîtrisée, grâce à l’emploie d’une toiture terrasse.

    D’un point de vue formel, le projet a été travaillé de manière à donner une réelle impression de légèreté au bâtiment , comme en lévitation au dessus du jardin. Côté rue, le débord affirmé de l’étage permet de couvrir assez simplement les stationnements.

    L’étage offre ainsi une façade plein sud relativement étirée qui s’exprime au travers d’un grand cadre en béton banché laissé brut. La maison prend ainsi une posture très orientée dans son environnement qui s’ouvre vers le soleil et la vue qui se dégage en contrebas. Les façades en retrait sont contrastées avec une teinte plus soutenue. Ponctuellement, un claustra en bois ajouré vient habiller les ouvertures des pièces les plus intimes.

    De cette conception plutôt « stricte » est ensuite arrivée l’idée d’animer les façades et qualifier des espaces différenciés. Ainsi, l’enveloppe protectrice en béton est étirée vers l’ouest et décollée volontairement de la partie habitable de manière à créer un lieu intermédiaire entre l’intimité de la maison et l’exposition du jardin. La terrasse ainsi générée opère ensuite un retour en « L » sur la façade sud au droit du salon qui s’enfonce dans le volume principal pour dessiner du même coup une casquette solaire en débord. Les murs se transforment en poteaux et le plan de couvrement est troué avant d’être rempli par une voile d’ombrage.

    A l’intérieur, l’accès se fait depuis la façade nord. Un meuble central organise l’ensemble des circulations en définissant, à l’est, l’espace nuit avec une enfilade de trois chambres et à l’ouest, l’espace séjour ouvert (cuisine, salle-à-manger, salon). Au nord et au sud, des passages périphériques permettent de circuler au travers d’un hall d’entrée et d’un bureau pouvant également servir de chambre d’amis par le biais d’une porte coulissante et d’un lit escamotable. Travaillé comme un élément de décors à part entière, le meuble distille sa chaleur au travers de son revêtement en noyer. Composé d’une alternance de rangements fermés et de niches ouvertes et éclairées, celui-ci permet la mise en valeur de petits objets à la façon d’un cabinet de curiosités, au milieu d’un espace plus épuré. A noter enfin qu’à l’intérieur de celui-ci sont dissimulées les pièces d’eau (WC, et salle de bains) accessibles depuis le couloir des chambres.

    Programme:
    Construction d’une maison neuve de plain-pied sur sous-sol partiel
    Maîtrise d’ouvrage :
    Privés
    Localisation:
    Caluire et Cuire (69)
    Surface:
    120m² SHAB + 40m² de terrasse et 42m² de sous-sol
    Budget:
    310'000€ TTC
    Calendrier:
    Etudes premier semestre 2016 ; livraison prévisionnelle du chantier : printemps 2017.

  • Neuf 
    Juillet 2017
    (69 - Rhône)
    5 quai Jean Jacques Rousseau
    69350 La Mulatière
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Contrainte à la fois par un plafond de hauteur réglementaire particulièrement bas, une emprise au sol réduite et un terrain en pente, la conception initiale du projet a amené très vite à des prises de position stratégiques.

    La surface envisagée pour cette construction étant relativement « contenue », il a d’abord été décidé que le programme habitable serait réalisé sur un seul et même niveau de manière à garantir des circulations confortables et un lien de proximité entre tous les espaces (y compris les chambres des enfants) tout en évitant les contraintes d’usage liées à un escalier.

    Pour limiter l’emprise au sol, les espaces « techniques » sont glissés sous le plateau habitable et desservis directement par l’extérieur.

    Implantée dans la pente, la maison se raccorde aux niveaux du terrain naturel sur le haut comme le bas du terrain selon deux orientations opposées ; le socle structurel semi-encastré servant ici de soutènement.

    Enfin, la hauteur de la construction est maîtrisée, grâce à l’emploie d’une toiture terrasse.

    D’un point de vue formel, le projet a été travaillé de manière à donner une réelle impression de légèreté au bâtiment , comme en lévitation au dessus du jardin. Côté rue, le débord affirmé de l’étage permet de couvrir assez simplement les stationnements.

    L’étage offre ainsi une façade plein sud relativement étirée qui s’exprime au travers d’un grand cadre en béton banché laissé brut. La maison prend ainsi une posture très orientée dans son environnement qui s’ouvre vers le soleil et la vue qui se dégage en contrebas. Les façades en retrait sont contrastées avec une teinte plus soutenue. Ponctuellement, un claustra en bois ajouré vient habiller les ouvertures des pièces les plus intimes.

    De cette conception plutôt « stricte » est ensuite arrivée l’idée d’animer les façades et qualifier des espaces différenciés. Ainsi, l’enveloppe protectrice en béton est étirée vers l’ouest et décollée volontairement de la partie habitable de manière à créer un lieu intermédiaire entre l’intimité de la maison et l’exposition du jardin. La terrasse ainsi générée opère ensuite un retour en « L » sur la façade sud au droit du salon qui s’enfonce dans le volume principal pour dessiner du même coup une casquette solaire en débord. Les murs se transforment en poteaux et le plan de couvrement est troué avant d’être rempli par une voile d’ombrage.

    A l’intérieur, l’accès se fait depuis la façade nord. Un meuble central organise l’ensemble des circulations en définissant, à l’est, l’espace nuit avec une enfilade de trois chambres et à l’ouest, l’espace séjour ouvert (cuisine, salle-à-manger, salon). Au nord et au sud, des passages périphériques permettent de circuler au travers d’un hall d’entrée et d’un bureau pouvant également servir de chambre d’amis par le biais d’une porte coulissante et d’un lit escamotable. Travaillé comme un élément de décors à part entière, le meuble distille sa chaleur au travers de son revêtement en noyer. Composé d’une alternance de rangements fermés et de niches ouvertes et éclairées, celui-ci permet la mise en valeur de petits objets à la façon d’un cabinet de curiosités, au milieu d’un espace plus épuré. A noter enfin qu’à l’intérieur de celui-ci sont dissimulées les pièces d’eau (WC, et salle de bains) accessibles depuis le couloir des chambres.

    Programme:
    Construction d’une maison neuve de plain-pied sur sous-sol partiel
    Maîtrise d’ouvrage :
    Privés
    Localisation:
    Caluire et Cuire (69)
    Surface:
    120m² SHAB + 40m² de terrasse et 42m² de sous-sol
    Budget:
    310'000€ TTC
    Calendrier:
    Etudes premier semestre 2016 ; livraison prévisionnelle du chantier : printemps 2017.

  • Neuf 
    Juillet 2017
    (69 - Rhône)
    5 quai Jean Jacques Rousseau
    69350 La Mulatière
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Contrainte à la fois par un plafond de hauteur réglementaire particulièrement bas, une emprise au sol réduite et un terrain en pente, la conception initiale du projet a amené très vite à des prises de position stratégiques.

    La surface envisagée pour cette construction étant relativement « contenue », il a d’abord été décidé que le programme habitable serait réalisé sur un seul et même niveau de manière à garantir des circulations confortables et un lien de proximité entre tous les espaces (y compris les chambres des enfants) tout en évitant les contraintes d’usage liées à un escalier.

    Pour limiter l’emprise au sol, les espaces « techniques » sont glissés sous le plateau habitable et desservis directement par l’extérieur.

    Implantée dans la pente, la maison se raccorde aux niveaux du terrain naturel sur le haut comme le bas du terrain selon deux orientations opposées ; le socle structurel semi-encastré servant ici de soutènement.

    Enfin, la hauteur de la construction est maîtrisée, grâce à l’emploie d’une toiture terrasse.

    D’un point de vue formel, le projet a été travaillé de manière à donner une réelle impression de légèreté au bâtiment , comme en lévitation au dessus du jardin. Côté rue, le débord affirmé de l’étage permet de couvrir assez simplement les stationnements.

    L’étage offre ainsi une façade plein sud relativement étirée qui s’exprime au travers d’un grand cadre en béton banché laissé brut. La maison prend ainsi une posture très orientée dans son environnement qui s’ouvre vers le soleil et la vue qui se dégage en contrebas. Les façades en retrait sont contrastées avec une teinte plus soutenue. Ponctuellement, un claustra en bois ajouré vient habiller les ouvertures des pièces les plus intimes.

    De cette conception plutôt « stricte » est ensuite arrivée l’idée d’animer les façades et qualifier des espaces différenciés. Ainsi, l’enveloppe protectrice en béton est étirée vers l’ouest et décollée volontairement de la partie habitable de manière à créer un lieu intermédiaire entre l’intimité de la maison et l’exposition du jardin. La terrasse ainsi générée opère ensuite un retour en « L » sur la façade sud au droit du salon qui s’enfonce dans le volume principal pour dessiner du même coup une casquette solaire en débord. Les murs se transforment en poteaux et le plan de couvrement est troué avant d’être rempli par une voile d’ombrage.

    A l’intérieur, l’accès se fait depuis la façade nord. Un meuble central organise l’ensemble des circulations en définissant, à l’est, l’espace nuit avec une enfilade de trois chambres et à l’ouest, l’espace séjour ouvert (cuisine, salle-à-manger, salon). Au nord et au sud, des passages périphériques permettent de circuler au travers d’un hall d’entrée et d’un bureau pouvant également servir de chambre d’amis par le biais d’une porte coulissante et d’un lit escamotable. Travaillé comme un élément de décors à part entière, le meuble distille sa chaleur au travers de son revêtement en noyer. Composé d’une alternance de rangements fermés et de niches ouvertes et éclairées, celui-ci permet la mise en valeur de petits objets à la façon d’un cabinet de curiosités, au milieu d’un espace plus épuré. A noter enfin qu’à l’intérieur de celui-ci sont dissimulées les pièces d’eau (WC, et salle de bains) accessibles depuis le couloir des chambres.

    Programme:
    Construction d’une maison neuve de plain-pied sur sous-sol partiel
    Maîtrise d’ouvrage :
    Privés
    Localisation:
    Caluire et Cuire (69)
    Surface:
    120m² SHAB + 40m² de terrasse et 42m² de sous-sol
    Budget:
    310'000€ TTC
    Calendrier:
    Etudes premier semestre 2016 ; livraison prévisionnelle du chantier : printemps 2017.

  • Neuf 
    Juillet 2017
    (69 - Rhône)
    5 quai Jean Jacques Rousseau
    69350 La Mulatière
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Contrainte à la fois par un plafond de hauteur réglementaire particulièrement bas, une emprise au sol réduite et un terrain en pente, la conception initiale du projet a amené très vite à des prises de position stratégiques.

    La surface envisagée pour cette construction étant relativement « contenue », il a d’abord été décidé que le programme habitable serait réalisé sur un seul et même niveau de manière à garantir des circulations confortables et un lien de proximité entre tous les espaces (y compris les chambres des enfants) tout en évitant les contraintes d’usage liées à un escalier.

    Pour limiter l’emprise au sol, les espaces « techniques » sont glissés sous le plateau habitable et desservis directement par l’extérieur.

    Implantée dans la pente, la maison se raccorde aux niveaux du terrain naturel sur le haut comme le bas du terrain selon deux orientations opposées ; le socle structurel semi-encastré servant ici de soutènement.

    Enfin, la hauteur de la construction est maîtrisée, grâce à l’emploie d’une toiture terrasse.

    D’un point de vue formel, le projet a été travaillé de manière à donner une réelle impression de légèreté au bâtiment , comme en lévitation au dessus du jardin. Côté rue, le débord affirmé de l’étage permet de couvrir assez simplement les stationnements.

    L’étage offre ainsi une façade plein sud relativement étirée qui s’exprime au travers d’un grand cadre en béton banché laissé brut. La maison prend ainsi une posture très orientée dans son environnement qui s’ouvre vers le soleil et la vue qui se dégage en contrebas. Les façades en retrait sont contrastées avec une teinte plus soutenue. Ponctuellement, un claustra en bois ajouré vient habiller les ouvertures des pièces les plus intimes.

    De cette conception plutôt « stricte » est ensuite arrivée l’idée d’animer les façades et qualifier des espaces différenciés. Ainsi, l’enveloppe protectrice en béton est étirée vers l’ouest et décollée volontairement de la partie habitable de manière à créer un lieu intermédiaire entre l’intimité de la maison et l’exposition du jardin. La terrasse ainsi générée opère ensuite un retour en « L » sur la façade sud au droit du salon qui s’enfonce dans le volume principal pour dessiner du même coup une casquette solaire en débord. Les murs se transforment en poteaux et le plan de couvrement est troué avant d’être rempli par une voile d’ombrage.

    A l’intérieur, l’accès se fait depuis la façade nord. Un meuble central organise l’ensemble des circulations en définissant, à l’est, l’espace nuit avec une enfilade de trois chambres et à l’ouest, l’espace séjour ouvert (cuisine, salle-à-manger, salon). Au nord et au sud, des passages périphériques permettent de circuler au travers d’un hall d’entrée et d’un bureau pouvant également servir de chambre d’amis par le biais d’une porte coulissante et d’un lit escamotable. Travaillé comme un élément de décors à part entière, le meuble distille sa chaleur au travers de son revêtement en noyer. Composé d’une alternance de rangements fermés et de niches ouvertes et éclairées, celui-ci permet la mise en valeur de petits objets à la façon d’un cabinet de curiosités, au milieu d’un espace plus épuré. A noter enfin qu’à l’intérieur de celui-ci sont dissimulées les pièces d’eau (WC, et salle de bains) accessibles depuis le couloir des chambres.

    Programme:
    Construction d’une maison neuve de plain-pied sur sous-sol partiel
    Maîtrise d’ouvrage :
    Privés
    Localisation:
    Caluire et Cuire (69)
    Surface:
    120m² SHAB + 40m² de terrasse et 42m² de sous-sol
    Budget:
    310'000€ TTC
    Calendrier:
    Etudes premier semestre 2016 ; livraison prévisionnelle du chantier : printemps 2017.

  • Neuf 
    Juillet 2017
    (69 - Rhône)
    5 quai Jean Jacques Rousseau
    69350 La Mulatière
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Contrainte à la fois par un plafond de hauteur réglementaire particulièrement bas, une emprise au sol réduite et un terrain en pente, la conception initiale du projet a amené très vite à des prises de position stratégiques.

    La surface envisagée pour cette construction étant relativement « contenue », il a d’abord été décidé que le programme habitable serait réalisé sur un seul et même niveau de manière à garantir des circulations confortables et un lien de proximité entre tous les espaces (y compris les chambres des enfants) tout en évitant les contraintes d’usage liées à un escalier.

    Pour limiter l’emprise au sol, les espaces « techniques » sont glissés sous le plateau habitable et desservis directement par l’extérieur.

    Implantée dans la pente, la maison se raccorde aux niveaux du terrain naturel sur le haut comme le bas du terrain selon deux orientations opposées ; le socle structurel semi-encastré servant ici de soutènement.

    Enfin, la hauteur de la construction est maîtrisée, grâce à l’emploie d’une toiture terrasse.

    D’un point de vue formel, le projet a été travaillé de manière à donner une réelle impression de légèreté au bâtiment , comme en lévitation au dessus du jardin. Côté rue, le débord affirmé de l’étage permet de couvrir assez simplement les stationnements.

    L’étage offre ainsi une façade plein sud relativement étirée qui s’exprime au travers d’un grand cadre en béton banché laissé brut. La maison prend ainsi une posture très orientée dans son environnement qui s’ouvre vers le soleil et la vue qui se dégage en contrebas. Les façades en retrait sont contrastées avec une teinte plus soutenue. Ponctuellement, un claustra en bois ajouré vient habiller les ouvertures des pièces les plus intimes.

    De cette conception plutôt « stricte » est ensuite arrivée l’idée d’animer les façades et qualifier des espaces différenciés. Ainsi, l’enveloppe protectrice en béton est étirée vers l’ouest et décollée volontairement de la partie habitable de manière à créer un lieu intermédiaire entre l’intimité de la maison et l’exposition du jardin. La terrasse ainsi générée opère ensuite un retour en « L » sur la façade sud au droit du salon qui s’enfonce dans le volume principal pour dessiner du même coup une casquette solaire en débord. Les murs se transforment en poteaux et le plan de couvrement est troué avant d’être rempli par une voile d’ombrage.

    A l’intérieur, l’accès se fait depuis la façade nord. Un meuble central organise l’ensemble des circulations en définissant, à l’est, l’espace nuit avec une enfilade de trois chambres et à l’ouest, l’espace séjour ouvert (cuisine, salle-à-manger, salon). Au nord et au sud, des passages périphériques permettent de circuler au travers d’un hall d’entrée et d’un bureau pouvant également servir de chambre d’amis par le biais d’une porte coulissante et d’un lit escamotable. Travaillé comme un élément de décors à part entière, le meuble distille sa chaleur au travers de son revêtement en noyer. Composé d’une alternance de rangements fermés et de niches ouvertes et éclairées, celui-ci permet la mise en valeur de petits objets à la façon d’un cabinet de curiosités, au milieu d’un espace plus épuré. A noter enfin qu’à l’intérieur de celui-ci sont dissimulées les pièces d’eau (WC, et salle de bains) accessibles depuis le couloir des chambres.

    Programme:
    Construction d’une maison neuve de plain-pied sur sous-sol partiel
    Maîtrise d’ouvrage :
    Privés
    Localisation:
    Caluire et Cuire (69)
    Surface:
    120m² SHAB + 40m² de terrasse et 42m² de sous-sol
    Budget:
    310'000€ TTC
    Calendrier:
    Etudes premier semestre 2016 ; livraison prévisionnelle du chantier : printemps 2017.

  • Neuf 
    Juillet 2017
    (69 - Rhône)
    5 quai Jean Jacques Rousseau
    69350 La Mulatière
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Contrainte à la fois par un plafond de hauteur réglementaire particulièrement bas, une emprise au sol réduite et un terrain en pente, la conception initiale du projet a amené très vite à des prises de position stratégiques.

    La surface envisagée pour cette construction étant relativement « contenue », il a d’abord été décidé que le programme habitable serait réalisé sur un seul et même niveau de manière à garantir des circulations confortables et un lien de proximité entre tous les espaces (y compris les chambres des enfants) tout en évitant les contraintes d’usage liées à un escalier.

    Pour limiter l’emprise au sol, les espaces « techniques » sont glissés sous le plateau habitable et desservis directement par l’extérieur.

    Implantée dans la pente, la maison se raccorde aux niveaux du terrain naturel sur le haut comme le bas du terrain selon deux orientations opposées ; le socle structurel semi-encastré servant ici de soutènement.

    Enfin, la hauteur de la construction est maîtrisée, grâce à l’emploie d’une toiture terrasse.

    D’un point de vue formel, le projet a été travaillé de manière à donner une réelle impression de légèreté au bâtiment , comme en lévitation au dessus du jardin. Côté rue, le débord affirmé de l’étage permet de couvrir assez simplement les stationnements.

    L’étage offre ainsi une façade plein sud relativement étirée qui s’exprime au travers d’un grand cadre en béton banché laissé brut. La maison prend ainsi une posture très orientée dans son environnement qui s’ouvre vers le soleil et la vue qui se dégage en contrebas. Les façades en retrait sont contrastées avec une teinte plus soutenue. Ponctuellement, un claustra en bois ajouré vient habiller les ouvertures des pièces les plus intimes.

    De cette conception plutôt « stricte » est ensuite arrivée l’idée d’animer les façades et qualifier des espaces différenciés. Ainsi, l’enveloppe protectrice en béton est étirée vers l’ouest et décollée volontairement de la partie habitable de manière à créer un lieu intermédiaire entre l’intimité de la maison et l’exposition du jardin. La terrasse ainsi générée opère ensuite un retour en « L » sur la façade sud au droit du salon qui s’enfonce dans le volume principal pour dessiner du même coup une casquette solaire en débord. Les murs se transforment en poteaux et le plan de couvrement est troué avant d’être rempli par une voile d’ombrage.

    A l’intérieur, l’accès se fait depuis la façade nord. Un meuble central organise l’ensemble des circulations en définissant, à l’est, l’espace nuit avec une enfilade de trois chambres et à l’ouest, l’espace séjour ouvert (cuisine, salle-à-manger, salon). Au nord et au sud, des passages périphériques permettent de circuler au travers d’un hall d’entrée et d’un bureau pouvant également servir de chambre d’amis par le biais d’une porte coulissante et d’un lit escamotable. Travaillé comme un élément de décors à part entière, le meuble distille sa chaleur au travers de son revêtement en noyer. Composé d’une alternance de rangements fermés et de niches ouvertes et éclairées, celui-ci permet la mise en valeur de petits objets à la façon d’un cabinet de curiosités, au milieu d’un espace plus épuré. A noter enfin qu’à l’intérieur de celui-ci sont dissimulées les pièces d’eau (WC, et salle de bains) accessibles depuis le couloir des chambres.

    Programme:
    Construction d’une maison neuve de plain-pied sur sous-sol partiel
    Maîtrise d’ouvrage :
    Privés
    Localisation:
    Caluire et Cuire (69)
    Surface:
    120m² SHAB + 40m² de terrasse et 42m² de sous-sol
    Budget:
    310'000€ TTC
    Calendrier:
    Etudes premier semestre 2016 ; livraison prévisionnelle du chantier : printemps 2017.