COYDON architecte

  • Lieu de travail 
    2012
    (25 - Doubs)
    Rue des Fontenis
    25350 Mandeure
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Notarnicola architecte
    Maître d’ouvrage :
    Ville de Mandeure
    Coeur de projet, le garage et les ateliers ont été l’objet d’une réflexion sur la rationalité des cheminements, la compacité des volumes. Ainsi au schéma classique d’une allée rectiligne desservant deux allées de stationnement de largeur fixe, s’est substituée une aire de desserte circulaire (propice aux manoeuvres) desservant un système de stationnement en anneau mais de forme elliptique (permettant par là même des profondeurs variables idéales pour garer tout gabarit de véhicule). Les ateliers prennent place en orbite autour cet espace central. La résultante formelle de cette approche se traduit par un cylindre elliptique tronqué (le garage) émergeant d’un parallélépipède (l’ensemble des ateliers). La toiture elliptique végétalisée avec son cercle n’est pas sans rappeler les formes du théâtre antique non loin de là ou les rotondes de remises férroviaires.
    La construction en bois nous a semblé une évidence pour toutes ses vertus : matériaux écologique et renouvelable, mise en oeuvre rapide et propre, capacité à réguler l’ambiance thermique et confort etc... L’isolation renforcée et ouate de cellulose et laine de bois vient renforcer cette démarche.

    Le centre d’intervention du SDIS et les ateliers municipaux ne sont pas seulement des espaces de travail fonctionnels et efficaces : ce sont aussi des lieux de vie et de rencontre pour les personnes y travaillant. Nous avons donc voulu offrir des locaux qui, avant tout, respectent ces personnes et leur offre un cadre de travail sûr, agréable et le plus sain possible.

    La valorisation des eaux de pluies suit deux axes principaux : la récupération pour des usages d’arrosage ou de lavage des véhicules (300 m3), et l’infiltration sur site.
    Afin de pouvoir récupérer une eau de toiture aux qualités suffisantes pour un bon stockage, les toitures des ateliers ne sont pas végétalisées.
    Les noues ont le double rôle de traitement des pollutions des eaux de ruissellement et d’infiltration directe. Elles sont plantées de végétaux choisis en fonction de leurs capacités d’épuration. Les eaux circulant descendent ensuite gravitairement vers la rue, dans un bassin d’infiltration situé au bas du terrain où elles bénéficient d’un phyto-assainissement autonome composé d’une succession de trois bassins plantés.
  • Lieu de travail 
    2012
    (25 - Doubs)
    Rue des Fontenis
    25350 Mandeure
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Notarnicola architecte
    Maître d’ouvrage :
    Ville de Mandeure
    Coeur de projet, le garage et les ateliers ont été l’objet d’une réflexion sur la rationalité des cheminements, la compacité des volumes. Ainsi au schéma classique d’une allée rectiligne desservant deux allées de stationnement de largeur fixe, s’est substituée une aire de desserte circulaire (propice aux manoeuvres) desservant un système de stationnement en anneau mais de forme elliptique (permettant par là même des profondeurs variables idéales pour garer tout gabarit de véhicule). Les ateliers prennent place en orbite autour cet espace central. La résultante formelle de cette approche se traduit par un cylindre elliptique tronqué (le garage) émergeant d’un parallélépipède (l’ensemble des ateliers). La toiture elliptique végétalisée avec son cercle n’est pas sans rappeler les formes du théâtre antique non loin de là ou les rotondes de remises férroviaires.
    La construction en bois nous a semblé une évidence pour toutes ses vertus : matériaux écologique et renouvelable, mise en oeuvre rapide et propre, capacité à réguler l’ambiance thermique et confort etc... L’isolation renforcée et ouate de cellulose et laine de bois vient renforcer cette démarche.

    Le centre d’intervention du SDIS et les ateliers municipaux ne sont pas seulement des espaces de travail fonctionnels et efficaces : ce sont aussi des lieux de vie et de rencontre pour les personnes y travaillant. Nous avons donc voulu offrir des locaux qui, avant tout, respectent ces personnes et leur offre un cadre de travail sûr, agréable et le plus sain possible.

    La valorisation des eaux de pluies suit deux axes principaux : la récupération pour des usages d’arrosage ou de lavage des véhicules (300 m3), et l’infiltration sur site.
    Afin de pouvoir récupérer une eau de toiture aux qualités suffisantes pour un bon stockage, les toitures des ateliers ne sont pas végétalisées.
    Les noues ont le double rôle de traitement des pollutions des eaux de ruissellement et d’infiltration directe. Elles sont plantées de végétaux choisis en fonction de leurs capacités d’épuration. Les eaux circulant descendent ensuite gravitairement vers la rue, dans un bassin d’infiltration situé au bas du terrain où elles bénéficient d’un phyto-assainissement autonome composé d’une succession de trois bassins plantés.
  • Lieu de travail 
    2012
    (25 - Doubs)
    Rue des Fontenis
    25350 Mandeure
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Notarnicola architecte
    Maître d’ouvrage :
    Ville de Mandeure
    Coeur de projet, le garage et les ateliers ont été l’objet d’une réflexion sur la rationalité des cheminements, la compacité des volumes. Ainsi au schéma classique d’une allée rectiligne desservant deux allées de stationnement de largeur fixe, s’est substituée une aire de desserte circulaire (propice aux manoeuvres) desservant un système de stationnement en anneau mais de forme elliptique (permettant par là même des profondeurs variables idéales pour garer tout gabarit de véhicule). Les ateliers prennent place en orbite autour cet espace central. La résultante formelle de cette approche se traduit par un cylindre elliptique tronqué (le garage) émergeant d’un parallélépipède (l’ensemble des ateliers). La toiture elliptique végétalisée avec son cercle n’est pas sans rappeler les formes du théâtre antique non loin de là ou les rotondes de remises férroviaires.
    La construction en bois nous a semblé une évidence pour toutes ses vertus : matériaux écologique et renouvelable, mise en oeuvre rapide et propre, capacité à réguler l’ambiance thermique et confort etc... L’isolation renforcée et ouate de cellulose et laine de bois vient renforcer cette démarche.

    Le centre d’intervention du SDIS et les ateliers municipaux ne sont pas seulement des espaces de travail fonctionnels et efficaces : ce sont aussi des lieux de vie et de rencontre pour les personnes y travaillant. Nous avons donc voulu offrir des locaux qui, avant tout, respectent ces personnes et leur offre un cadre de travail sûr, agréable et le plus sain possible.

    La valorisation des eaux de pluies suit deux axes principaux : la récupération pour des usages d’arrosage ou de lavage des véhicules (300 m3), et l’infiltration sur site.
    Afin de pouvoir récupérer une eau de toiture aux qualités suffisantes pour un bon stockage, les toitures des ateliers ne sont pas végétalisées.
    Les noues ont le double rôle de traitement des pollutions des eaux de ruissellement et d’infiltration directe. Elles sont plantées de végétaux choisis en fonction de leurs capacités d’épuration. Les eaux circulant descendent ensuite gravitairement vers la rue, dans un bassin d’infiltration situé au bas du terrain où elles bénéficient d’un phyto-assainissement autonome composé d’une succession de trois bassins plantés.
  • Lieu de travail 
    2012
    (25 - Doubs)
    Rue des Fontenis
    25350 Mandeure
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Notarnicola architecte
    Maître d’ouvrage :
    Ville de Mandeure
    Coeur de projet, le garage et les ateliers ont été l’objet d’une réflexion sur la rationalité des cheminements, la compacité des volumes. Ainsi au schéma classique d’une allée rectiligne desservant deux allées de stationnement de largeur fixe, s’est substituée une aire de desserte circulaire (propice aux manoeuvres) desservant un système de stationnement en anneau mais de forme elliptique (permettant par là même des profondeurs variables idéales pour garer tout gabarit de véhicule). Les ateliers prennent place en orbite autour cet espace central. La résultante formelle de cette approche se traduit par un cylindre elliptique tronqué (le garage) émergeant d’un parallélépipède (l’ensemble des ateliers). La toiture elliptique végétalisée avec son cercle n’est pas sans rappeler les formes du théâtre antique non loin de là ou les rotondes de remises férroviaires.
    La construction en bois nous a semblé une évidence pour toutes ses vertus : matériaux écologique et renouvelable, mise en oeuvre rapide et propre, capacité à réguler l’ambiance thermique et confort etc... L’isolation renforcée et ouate de cellulose et laine de bois vient renforcer cette démarche.

    Le centre d’intervention du SDIS et les ateliers municipaux ne sont pas seulement des espaces de travail fonctionnels et efficaces : ce sont aussi des lieux de vie et de rencontre pour les personnes y travaillant. Nous avons donc voulu offrir des locaux qui, avant tout, respectent ces personnes et leur offre un cadre de travail sûr, agréable et le plus sain possible.

    La valorisation des eaux de pluies suit deux axes principaux : la récupération pour des usages d’arrosage ou de lavage des véhicules (300 m3), et l’infiltration sur site.
    Afin de pouvoir récupérer une eau de toiture aux qualités suffisantes pour un bon stockage, les toitures des ateliers ne sont pas végétalisées.
    Les noues ont le double rôle de traitement des pollutions des eaux de ruissellement et d’infiltration directe. Elles sont plantées de végétaux choisis en fonction de leurs capacités d’épuration. Les eaux circulant descendent ensuite gravitairement vers la rue, dans un bassin d’infiltration situé au bas du terrain où elles bénéficient d’un phyto-assainissement autonome composé d’une succession de trois bassins plantés.
  • Lieu de travail 
    2012
    (25 - Doubs)
    Rue des Fontenis
    25350 Mandeure
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Notarnicola architecte
    Maître d’ouvrage :
    Ville de Mandeure
    Coeur de projet, le garage et les ateliers ont été l’objet d’une réflexion sur la rationalité des cheminements, la compacité des volumes. Ainsi au schéma classique d’une allée rectiligne desservant deux allées de stationnement de largeur fixe, s’est substituée une aire de desserte circulaire (propice aux manoeuvres) desservant un système de stationnement en anneau mais de forme elliptique (permettant par là même des profondeurs variables idéales pour garer tout gabarit de véhicule). Les ateliers prennent place en orbite autour cet espace central. La résultante formelle de cette approche se traduit par un cylindre elliptique tronqué (le garage) émergeant d’un parallélépipède (l’ensemble des ateliers). La toiture elliptique végétalisée avec son cercle n’est pas sans rappeler les formes du théâtre antique non loin de là ou les rotondes de remises férroviaires.
    La construction en bois nous a semblé une évidence pour toutes ses vertus : matériaux écologique et renouvelable, mise en oeuvre rapide et propre, capacité à réguler l’ambiance thermique et confort etc... L’isolation renforcée et ouate de cellulose et laine de bois vient renforcer cette démarche.

    Le centre d’intervention du SDIS et les ateliers municipaux ne sont pas seulement des espaces de travail fonctionnels et efficaces : ce sont aussi des lieux de vie et de rencontre pour les personnes y travaillant. Nous avons donc voulu offrir des locaux qui, avant tout, respectent ces personnes et leur offre un cadre de travail sûr, agréable et le plus sain possible.

    La valorisation des eaux de pluies suit deux axes principaux : la récupération pour des usages d’arrosage ou de lavage des véhicules (300 m3), et l’infiltration sur site.
    Afin de pouvoir récupérer une eau de toiture aux qualités suffisantes pour un bon stockage, les toitures des ateliers ne sont pas végétalisées.
    Les noues ont le double rôle de traitement des pollutions des eaux de ruissellement et d’infiltration directe. Elles sont plantées de végétaux choisis en fonction de leurs capacités d’épuration. Les eaux circulant descendent ensuite gravitairement vers la rue, dans un bassin d’infiltration situé au bas du terrain où elles bénéficient d’un phyto-assainissement autonome composé d’une succession de trois bassins plantés.
  • Lieu de travail 
    2012
    (25 - Doubs)
    Rue des Fontenis
    25350 Mandeure
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Notarnicola architecte
    Maître d’ouvrage :
    Ville de Mandeure
    Coeur de projet, le garage et les ateliers ont été l’objet d’une réflexion sur la rationalité des cheminements, la compacité des volumes. Ainsi au schéma classique d’une allée rectiligne desservant deux allées de stationnement de largeur fixe, s’est substituée une aire de desserte circulaire (propice aux manoeuvres) desservant un système de stationnement en anneau mais de forme elliptique (permettant par là même des profondeurs variables idéales pour garer tout gabarit de véhicule). Les ateliers prennent place en orbite autour cet espace central. La résultante formelle de cette approche se traduit par un cylindre elliptique tronqué (le garage) émergeant d’un parallélépipède (l’ensemble des ateliers). La toiture elliptique végétalisée avec son cercle n’est pas sans rappeler les formes du théâtre antique non loin de là ou les rotondes de remises férroviaires.
    La construction en bois nous a semblé une évidence pour toutes ses vertus : matériaux écologique et renouvelable, mise en oeuvre rapide et propre, capacité à réguler l’ambiance thermique et confort etc... L’isolation renforcée et ouate de cellulose et laine de bois vient renforcer cette démarche.

    Le centre d’intervention du SDIS et les ateliers municipaux ne sont pas seulement des espaces de travail fonctionnels et efficaces : ce sont aussi des lieux de vie et de rencontre pour les personnes y travaillant. Nous avons donc voulu offrir des locaux qui, avant tout, respectent ces personnes et leur offre un cadre de travail sûr, agréable et le plus sain possible.

    La valorisation des eaux de pluies suit deux axes principaux : la récupération pour des usages d’arrosage ou de lavage des véhicules (300 m3), et l’infiltration sur site.
    Afin de pouvoir récupérer une eau de toiture aux qualités suffisantes pour un bon stockage, les toitures des ateliers ne sont pas végétalisées.
    Les noues ont le double rôle de traitement des pollutions des eaux de ruissellement et d’infiltration directe. Elles sont plantées de végétaux choisis en fonction de leurs capacités d’épuration. Les eaux circulant descendent ensuite gravitairement vers la rue, dans un bassin d’infiltration situé au bas du terrain où elles bénéficient d’un phyto-assainissement autonome composé d’une succession de trois bassins plantés.