BENOIT LEGENDRE architecte dplg

  • 12 vues
    12 vues
    Rénovation et rénovation thermique 
    2015
    (33 - Gironde)
    33000 BORDEAUX
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Nature de la mission : mission complète MOE

    Surface de plancher : 56,00 m2
    Coût des travaux T.T.C. : 73 170,00 €

    Il s’agit de l’extension d’un appartement situé au 1er étage sur entresol d’un immeuble du quai Richelieu à Bordeaux. Celui-ci a été édifié dans les années 1750 et constitue un des maillons de pierre de la façade des quais du XVIIIème siècle qui borde la rive gauche de la Garonne. Le programme prévoyait l’aménagement d’une grande salle à manger s’ouvrant sur les quais et d’une unité de nuit sur la rue arrière avec chambre parentale, dressing et salle de bains/sanitaire.

    L’ensemble de l’appartement est à cheval sur deux immeubles et il est traversant dans le sens est/ouest. Dans la partie concernée par le projet, nous avons souhaité opposer, par le traitement spatial, les deux côtés. La salle à manger à l’est, a été restaurée dans le respect des moindres détails décoratifs dont les corniches du plafond à lattis et la cheminée. Seuls deux éléments contemporains contrastent avec l’ancien : la poutre maîtresse en bois que nous avons du renforcer par des profilés en acier brut, et un meuble à étagères en contreplaqué de bouleau vernis enchâssé dans une ancienne ouverture murale. Les murs ont été peints en multiples variations de couleurs inspirées d’une œuvre de Claude Monet. La corniche du plafond est rehaussée de minces filets dorés. Côté rue à l’ouest se trouve la chambre à coucher. Elle est séparée de la salle à manger par un bloc en bois traversant constitué d’une salle de bains et d’un placard dressing. Ce bloc sert d’espace tampon entre les deux pièces principales. Il est en ossature bois habillée de panneaux de contreplaqué en okoumé vernis. La chambre et la salle de bains sont équipées de portes à galandage qui disparaissent dans les cloisons. La grande hauteur sous plafond (3,40 mètres) a permis de créer une imposte vitrée en partie supérieure des cloisons du bloc, ce qui permet d’éclairer en second jour la salle de bains et le sas du dressing. L'intérieur de la salle de bains est traité comme une boîte : deux faces sont en bois vernis, deux autres faces et le sol sont en mosaïque de pâte de verre bleue et or. Les appareils sanitaires et les meubles intégrés en bois se logent comme dans une boîte à ouvrage. Les murs de la chambre sont peints d’un blanc pur que le soleil vient teinter à travers la toile micro perforée du store vert anis. Des luminaires contemporains suspendus, galet et goutte d’eau, semblent flotter dans la transparence des parois vitrées du bloc.

    Photos : Benoît Legendre
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2015
    (33 - Gironde)
    33000 BORDEAUX
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Nature de la mission : mission complète MOE

    Surface de plancher : 56,00 m2
    Coût des travaux T.T.C. : 73 170,00 €

    Il s’agit de l’extension d’un appartement situé au 1er étage sur entresol d’un immeuble du quai Richelieu à Bordeaux. Celui-ci a été édifié dans les années 1750 et constitue un des maillons de pierre de la façade des quais du XVIIIème siècle qui borde la rive gauche de la Garonne. Le programme prévoyait l’aménagement d’une grande salle à manger s’ouvrant sur les quais et d’une unité de nuit sur la rue arrière avec chambre parentale, dressing et salle de bains/sanitaire.

    L’ensemble de l’appartement est à cheval sur deux immeubles et il est traversant dans le sens est/ouest. Dans la partie concernée par le projet, nous avons souhaité opposer, par le traitement spatial, les deux côtés. La salle à manger à l’est, a été restaurée dans le respect des moindres détails décoratifs dont les corniches du plafond à lattis et la cheminée. Seuls deux éléments contemporains contrastent avec l’ancien : la poutre maîtresse en bois que nous avons du renforcer par des profilés en acier brut, et un meuble à étagères en contreplaqué de bouleau vernis enchâssé dans une ancienne ouverture murale. Les murs ont été peints en multiples variations de couleurs inspirées d’une œuvre de Claude Monet. La corniche du plafond est rehaussée de minces filets dorés. Côté rue à l’ouest se trouve la chambre à coucher. Elle est séparée de la salle à manger par un bloc en bois traversant constitué d’une salle de bains et d’un placard dressing. Ce bloc sert d’espace tampon entre les deux pièces principales. Il est en ossature bois habillée de panneaux de contreplaqué en okoumé vernis. La chambre et la salle de bains sont équipées de portes à galandage qui disparaissent dans les cloisons. La grande hauteur sous plafond (3,40 mètres) a permis de créer une imposte vitrée en partie supérieure des cloisons du bloc, ce qui permet d’éclairer en second jour la salle de bains et le sas du dressing. L'intérieur de la salle de bains est traité comme une boîte : deux faces sont en bois vernis, deux autres faces et le sol sont en mosaïque de pâte de verre bleue et or. Les appareils sanitaires et les meubles intégrés en bois se logent comme dans une boîte à ouvrage. Les murs de la chambre sont peints d’un blanc pur que le soleil vient teinter à travers la toile micro perforée du store vert anis. Des luminaires contemporains suspendus, galet et goutte d’eau, semblent flotter dans la transparence des parois vitrées du bloc.

    Photos : Benoît Legendre
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2015
    (33 - Gironde)
    33000 BORDEAUX
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Nature de la mission : mission complète MOE

    Surface de plancher : 56,00 m2
    Coût des travaux T.T.C. : 73 170,00 €

    Il s’agit de l’extension d’un appartement situé au 1er étage sur entresol d’un immeuble du quai Richelieu à Bordeaux. Celui-ci a été édifié dans les années 1750 et constitue un des maillons de pierre de la façade des quais du XVIIIème siècle qui borde la rive gauche de la Garonne. Le programme prévoyait l’aménagement d’une grande salle à manger s’ouvrant sur les quais et d’une unité de nuit sur la rue arrière avec chambre parentale, dressing et salle de bains/sanitaire.

    L’ensemble de l’appartement est à cheval sur deux immeubles et il est traversant dans le sens est/ouest. Dans la partie concernée par le projet, nous avons souhaité opposer, par le traitement spatial, les deux côtés. La salle à manger à l’est, a été restaurée dans le respect des moindres détails décoratifs dont les corniches du plafond à lattis et la cheminée. Seuls deux éléments contemporains contrastent avec l’ancien : la poutre maîtresse en bois que nous avons du renforcer par des profilés en acier brut, et un meuble à étagères en contreplaqué de bouleau vernis enchâssé dans une ancienne ouverture murale. Les murs ont été peints en multiples variations de couleurs inspirées d’une œuvre de Claude Monet. La corniche du plafond est rehaussée de minces filets dorés. Côté rue à l’ouest se trouve la chambre à coucher. Elle est séparée de la salle à manger par un bloc en bois traversant constitué d’une salle de bains et d’un placard dressing. Ce bloc sert d’espace tampon entre les deux pièces principales. Il est en ossature bois habillée de panneaux de contreplaqué en okoumé vernis. La chambre et la salle de bains sont équipées de portes à galandage qui disparaissent dans les cloisons. La grande hauteur sous plafond (3,40 mètres) a permis de créer une imposte vitrée en partie supérieure des cloisons du bloc, ce qui permet d’éclairer en second jour la salle de bains et le sas du dressing. L'intérieur de la salle de bains est traité comme une boîte : deux faces sont en bois vernis, deux autres faces et le sol sont en mosaïque de pâte de verre bleue et or. Les appareils sanitaires et les meubles intégrés en bois se logent comme dans une boîte à ouvrage. Les murs de la chambre sont peints d’un blanc pur que le soleil vient teinter à travers la toile micro perforée du store vert anis. Des luminaires contemporains suspendus, galet et goutte d’eau, semblent flotter dans la transparence des parois vitrées du bloc.

    Photos : Benoît Legendre
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2015
    (33 - Gironde)
    33000 BORDEAUX
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Nature de la mission : mission complète MOE

    Surface de plancher : 56,00 m2
    Coût des travaux T.T.C. : 73 170,00 €

    Il s’agit de l’extension d’un appartement situé au 1er étage sur entresol d’un immeuble du quai Richelieu à Bordeaux. Celui-ci a été édifié dans les années 1750 et constitue un des maillons de pierre de la façade des quais du XVIIIème siècle qui borde la rive gauche de la Garonne. Le programme prévoyait l’aménagement d’une grande salle à manger s’ouvrant sur les quais et d’une unité de nuit sur la rue arrière avec chambre parentale, dressing et salle de bains/sanitaire.

    L’ensemble de l’appartement est à cheval sur deux immeubles et il est traversant dans le sens est/ouest. Dans la partie concernée par le projet, nous avons souhaité opposer, par le traitement spatial, les deux côtés. La salle à manger à l’est, a été restaurée dans le respect des moindres détails décoratifs dont les corniches du plafond à lattis et la cheminée. Seuls deux éléments contemporains contrastent avec l’ancien : la poutre maîtresse en bois que nous avons du renforcer par des profilés en acier brut, et un meuble à étagères en contreplaqué de bouleau vernis enchâssé dans une ancienne ouverture murale. Les murs ont été peints en multiples variations de couleurs inspirées d’une œuvre de Claude Monet. La corniche du plafond est rehaussée de minces filets dorés. Côté rue à l’ouest se trouve la chambre à coucher. Elle est séparée de la salle à manger par un bloc en bois traversant constitué d’une salle de bains et d’un placard dressing. Ce bloc sert d’espace tampon entre les deux pièces principales. Il est en ossature bois habillée de panneaux de contreplaqué en okoumé vernis. La chambre et la salle de bains sont équipées de portes à galandage qui disparaissent dans les cloisons. La grande hauteur sous plafond (3,40 mètres) a permis de créer une imposte vitrée en partie supérieure des cloisons du bloc, ce qui permet d’éclairer en second jour la salle de bains et le sas du dressing. L'intérieur de la salle de bains est traité comme une boîte : deux faces sont en bois vernis, deux autres faces et le sol sont en mosaïque de pâte de verre bleue et or. Les appareils sanitaires et les meubles intégrés en bois se logent comme dans une boîte à ouvrage. Les murs de la chambre sont peints d’un blanc pur que le soleil vient teinter à travers la toile micro perforée du store vert anis. Des luminaires contemporains suspendus, galet et goutte d’eau, semblent flotter dans la transparence des parois vitrées du bloc.

    Photos : Benoît Legendre
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2015
    (33 - Gironde)
    33000 BORDEAUX
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Nature de la mission : mission complète MOE

    Surface de plancher : 56,00 m2
    Coût des travaux T.T.C. : 73 170,00 €

    Il s’agit de l’extension d’un appartement situé au 1er étage sur entresol d’un immeuble du quai Richelieu à Bordeaux. Celui-ci a été édifié dans les années 1750 et constitue un des maillons de pierre de la façade des quais du XVIIIème siècle qui borde la rive gauche de la Garonne. Le programme prévoyait l’aménagement d’une grande salle à manger s’ouvrant sur les quais et d’une unité de nuit sur la rue arrière avec chambre parentale, dressing et salle de bains/sanitaire.

    L’ensemble de l’appartement est à cheval sur deux immeubles et il est traversant dans le sens est/ouest. Dans la partie concernée par le projet, nous avons souhaité opposer, par le traitement spatial, les deux côtés. La salle à manger à l’est, a été restaurée dans le respect des moindres détails décoratifs dont les corniches du plafond à lattis et la cheminée. Seuls deux éléments contemporains contrastent avec l’ancien : la poutre maîtresse en bois que nous avons du renforcer par des profilés en acier brut, et un meuble à étagères en contreplaqué de bouleau vernis enchâssé dans une ancienne ouverture murale. Les murs ont été peints en multiples variations de couleurs inspirées d’une œuvre de Claude Monet. La corniche du plafond est rehaussée de minces filets dorés. Côté rue à l’ouest se trouve la chambre à coucher. Elle est séparée de la salle à manger par un bloc en bois traversant constitué d’une salle de bains et d’un placard dressing. Ce bloc sert d’espace tampon entre les deux pièces principales. Il est en ossature bois habillée de panneaux de contreplaqué en okoumé vernis. La chambre et la salle de bains sont équipées de portes à galandage qui disparaissent dans les cloisons. La grande hauteur sous plafond (3,40 mètres) a permis de créer une imposte vitrée en partie supérieure des cloisons du bloc, ce qui permet d’éclairer en second jour la salle de bains et le sas du dressing. L'intérieur de la salle de bains est traité comme une boîte : deux faces sont en bois vernis, deux autres faces et le sol sont en mosaïque de pâte de verre bleue et or. Les appareils sanitaires et les meubles intégrés en bois se logent comme dans une boîte à ouvrage. Les murs de la chambre sont peints d’un blanc pur que le soleil vient teinter à travers la toile micro perforée du store vert anis. Des luminaires contemporains suspendus, galet et goutte d’eau, semblent flotter dans la transparence des parois vitrées du bloc.

    Photos : Benoît Legendre
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2015
    (33 - Gironde)
    33000 BORDEAUX
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Nature de la mission : mission complète MOE

    Surface de plancher : 56,00 m2
    Coût des travaux T.T.C. : 73 170,00 €

    Il s’agit de l’extension d’un appartement situé au 1er étage sur entresol d’un immeuble du quai Richelieu à Bordeaux. Celui-ci a été édifié dans les années 1750 et constitue un des maillons de pierre de la façade des quais du XVIIIème siècle qui borde la rive gauche de la Garonne. Le programme prévoyait l’aménagement d’une grande salle à manger s’ouvrant sur les quais et d’une unité de nuit sur la rue arrière avec chambre parentale, dressing et salle de bains/sanitaire.

    L’ensemble de l’appartement est à cheval sur deux immeubles et il est traversant dans le sens est/ouest. Dans la partie concernée par le projet, nous avons souhaité opposer, par le traitement spatial, les deux côtés. La salle à manger à l’est, a été restaurée dans le respect des moindres détails décoratifs dont les corniches du plafond à lattis et la cheminée. Seuls deux éléments contemporains contrastent avec l’ancien : la poutre maîtresse en bois que nous avons du renforcer par des profilés en acier brut, et un meuble à étagères en contreplaqué de bouleau vernis enchâssé dans une ancienne ouverture murale. Les murs ont été peints en multiples variations de couleurs inspirées d’une œuvre de Claude Monet. La corniche du plafond est rehaussée de minces filets dorés. Côté rue à l’ouest se trouve la chambre à coucher. Elle est séparée de la salle à manger par un bloc en bois traversant constitué d’une salle de bains et d’un placard dressing. Ce bloc sert d’espace tampon entre les deux pièces principales. Il est en ossature bois habillée de panneaux de contreplaqué en okoumé vernis. La chambre et la salle de bains sont équipées de portes à galandage qui disparaissent dans les cloisons. La grande hauteur sous plafond (3,40 mètres) a permis de créer une imposte vitrée en partie supérieure des cloisons du bloc, ce qui permet d’éclairer en second jour la salle de bains et le sas du dressing. L'intérieur de la salle de bains est traité comme une boîte : deux faces sont en bois vernis, deux autres faces et le sol sont en mosaïque de pâte de verre bleue et or. Les appareils sanitaires et les meubles intégrés en bois se logent comme dans une boîte à ouvrage. Les murs de la chambre sont peints d’un blanc pur que le soleil vient teinter à travers la toile micro perforée du store vert anis. Des luminaires contemporains suspendus, galet et goutte d’eau, semblent flotter dans la transparence des parois vitrées du bloc.

    Photos : Benoît Legendre
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2015
    (33 - Gironde)
    33000 BORDEAUX
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Nature de la mission : mission complète MOE

    Surface de plancher : 56,00 m2
    Coût des travaux T.T.C. : 73 170,00 €

    Il s’agit de l’extension d’un appartement situé au 1er étage sur entresol d’un immeuble du quai Richelieu à Bordeaux. Celui-ci a été édifié dans les années 1750 et constitue un des maillons de pierre de la façade des quais du XVIIIème siècle qui borde la rive gauche de la Garonne. Le programme prévoyait l’aménagement d’une grande salle à manger s’ouvrant sur les quais et d’une unité de nuit sur la rue arrière avec chambre parentale, dressing et salle de bains/sanitaire.

    L’ensemble de l’appartement est à cheval sur deux immeubles et il est traversant dans le sens est/ouest. Dans la partie concernée par le projet, nous avons souhaité opposer, par le traitement spatial, les deux côtés. La salle à manger à l’est, a été restaurée dans le respect des moindres détails décoratifs dont les corniches du plafond à lattis et la cheminée. Seuls deux éléments contemporains contrastent avec l’ancien : la poutre maîtresse en bois que nous avons du renforcer par des profilés en acier brut, et un meuble à étagères en contreplaqué de bouleau vernis enchâssé dans une ancienne ouverture murale. Les murs ont été peints en multiples variations de couleurs inspirées d’une œuvre de Claude Monet. La corniche du plafond est rehaussée de minces filets dorés. Côté rue à l’ouest se trouve la chambre à coucher. Elle est séparée de la salle à manger par un bloc en bois traversant constitué d’une salle de bains et d’un placard dressing. Ce bloc sert d’espace tampon entre les deux pièces principales. Il est en ossature bois habillée de panneaux de contreplaqué en okoumé vernis. La chambre et la salle de bains sont équipées de portes à galandage qui disparaissent dans les cloisons. La grande hauteur sous plafond (3,40 mètres) a permis de créer une imposte vitrée en partie supérieure des cloisons du bloc, ce qui permet d’éclairer en second jour la salle de bains et le sas du dressing. L'intérieur de la salle de bains est traité comme une boîte : deux faces sont en bois vernis, deux autres faces et le sol sont en mosaïque de pâte de verre bleue et or. Les appareils sanitaires et les meubles intégrés en bois se logent comme dans une boîte à ouvrage. Les murs de la chambre sont peints d’un blanc pur que le soleil vient teinter à travers la toile micro perforée du store vert anis. Des luminaires contemporains suspendus, galet et goutte d’eau, semblent flotter dans la transparence des parois vitrées du bloc.

    Photos : Benoît Legendre
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2015
    (33 - Gironde)
    33000 BORDEAUX
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Nature de la mission : mission complète MOE

    Surface de plancher : 56,00 m2
    Coût des travaux T.T.C. : 73 170,00 €

    Il s’agit de l’extension d’un appartement situé au 1er étage sur entresol d’un immeuble du quai Richelieu à Bordeaux. Celui-ci a été édifié dans les années 1750 et constitue un des maillons de pierre de la façade des quais du XVIIIème siècle qui borde la rive gauche de la Garonne. Le programme prévoyait l’aménagement d’une grande salle à manger s’ouvrant sur les quais et d’une unité de nuit sur la rue arrière avec chambre parentale, dressing et salle de bains/sanitaire.

    L’ensemble de l’appartement est à cheval sur deux immeubles et il est traversant dans le sens est/ouest. Dans la partie concernée par le projet, nous avons souhaité opposer, par le traitement spatial, les deux côtés. La salle à manger à l’est, a été restaurée dans le respect des moindres détails décoratifs dont les corniches du plafond à lattis et la cheminée. Seuls deux éléments contemporains contrastent avec l’ancien : la poutre maîtresse en bois que nous avons du renforcer par des profilés en acier brut, et un meuble à étagères en contreplaqué de bouleau vernis enchâssé dans une ancienne ouverture murale. Les murs ont été peints en multiples variations de couleurs inspirées d’une œuvre de Claude Monet. La corniche du plafond est rehaussée de minces filets dorés. Côté rue à l’ouest se trouve la chambre à coucher. Elle est séparée de la salle à manger par un bloc en bois traversant constitué d’une salle de bains et d’un placard dressing. Ce bloc sert d’espace tampon entre les deux pièces principales. Il est en ossature bois habillée de panneaux de contreplaqué en okoumé vernis. La chambre et la salle de bains sont équipées de portes à galandage qui disparaissent dans les cloisons. La grande hauteur sous plafond (3,40 mètres) a permis de créer une imposte vitrée en partie supérieure des cloisons du bloc, ce qui permet d’éclairer en second jour la salle de bains et le sas du dressing. L'intérieur de la salle de bains est traité comme une boîte : deux faces sont en bois vernis, deux autres faces et le sol sont en mosaïque de pâte de verre bleue et or. Les appareils sanitaires et les meubles intégrés en bois se logent comme dans une boîte à ouvrage. Les murs de la chambre sont peints d’un blanc pur que le soleil vient teinter à travers la toile micro perforée du store vert anis. Des luminaires contemporains suspendus, galet et goutte d’eau, semblent flotter dans la transparence des parois vitrées du bloc.

    Photos : Benoît Legendre
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2015
    (33 - Gironde)
    33000 BORDEAUX
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Nature de la mission : mission complète MOE

    Surface de plancher : 56,00 m2
    Coût des travaux T.T.C. : 73 170,00 €

    Il s’agit de l’extension d’un appartement situé au 1er étage sur entresol d’un immeuble du quai Richelieu à Bordeaux. Celui-ci a été édifié dans les années 1750 et constitue un des maillons de pierre de la façade des quais du XVIIIème siècle qui borde la rive gauche de la Garonne. Le programme prévoyait l’aménagement d’une grande salle à manger s’ouvrant sur les quais et d’une unité de nuit sur la rue arrière avec chambre parentale, dressing et salle de bains/sanitaire.

    L’ensemble de l’appartement est à cheval sur deux immeubles et il est traversant dans le sens est/ouest. Dans la partie concernée par le projet, nous avons souhaité opposer, par le traitement spatial, les deux côtés. La salle à manger à l’est, a été restaurée dans le respect des moindres détails décoratifs dont les corniches du plafond à lattis et la cheminée. Seuls deux éléments contemporains contrastent avec l’ancien : la poutre maîtresse en bois que nous avons du renforcer par des profilés en acier brut, et un meuble à étagères en contreplaqué de bouleau vernis enchâssé dans une ancienne ouverture murale. Les murs ont été peints en multiples variations de couleurs inspirées d’une œuvre de Claude Monet. La corniche du plafond est rehaussée de minces filets dorés. Côté rue à l’ouest se trouve la chambre à coucher. Elle est séparée de la salle à manger par un bloc en bois traversant constitué d’une salle de bains et d’un placard dressing. Ce bloc sert d’espace tampon entre les deux pièces principales. Il est en ossature bois habillée de panneaux de contreplaqué en okoumé vernis. La chambre et la salle de bains sont équipées de portes à galandage qui disparaissent dans les cloisons. La grande hauteur sous plafond (3,40 mètres) a permis de créer une imposte vitrée en partie supérieure des cloisons du bloc, ce qui permet d’éclairer en second jour la salle de bains et le sas du dressing. L'intérieur de la salle de bains est traité comme une boîte : deux faces sont en bois vernis, deux autres faces et le sol sont en mosaïque de pâte de verre bleue et or. Les appareils sanitaires et les meubles intégrés en bois se logent comme dans une boîte à ouvrage. Les murs de la chambre sont peints d’un blanc pur que le soleil vient teinter à travers la toile micro perforée du store vert anis. Des luminaires contemporains suspendus, galet et goutte d’eau, semblent flotter dans la transparence des parois vitrées du bloc.

    Photos : Benoît Legendre
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2015
    (33 - Gironde)
    33000 BORDEAUX
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Nature de la mission : mission complète MOE

    Surface de plancher : 56,00 m2
    Coût des travaux T.T.C. : 73 170,00 €

    Il s’agit de l’extension d’un appartement situé au 1er étage sur entresol d’un immeuble du quai Richelieu à Bordeaux. Celui-ci a été édifié dans les années 1750 et constitue un des maillons de pierre de la façade des quais du XVIIIème siècle qui borde la rive gauche de la Garonne. Le programme prévoyait l’aménagement d’une grande salle à manger s’ouvrant sur les quais et d’une unité de nuit sur la rue arrière avec chambre parentale, dressing et salle de bains/sanitaire.

    L’ensemble de l’appartement est à cheval sur deux immeubles et il est traversant dans le sens est/ouest. Dans la partie concernée par le projet, nous avons souhaité opposer, par le traitement spatial, les deux côtés. La salle à manger à l’est, a été restaurée dans le respect des moindres détails décoratifs dont les corniches du plafond à lattis et la cheminée. Seuls deux éléments contemporains contrastent avec l’ancien : la poutre maîtresse en bois que nous avons du renforcer par des profilés en acier brut, et un meuble à étagères en contreplaqué de bouleau vernis enchâssé dans une ancienne ouverture murale. Les murs ont été peints en multiples variations de couleurs inspirées d’une œuvre de Claude Monet. La corniche du plafond est rehaussée de minces filets dorés. Côté rue à l’ouest se trouve la chambre à coucher. Elle est séparée de la salle à manger par un bloc en bois traversant constitué d’une salle de bains et d’un placard dressing. Ce bloc sert d’espace tampon entre les deux pièces principales. Il est en ossature bois habillée de panneaux de contreplaqué en okoumé vernis. La chambre et la salle de bains sont équipées de portes à galandage qui disparaissent dans les cloisons. La grande hauteur sous plafond (3,40 mètres) a permis de créer une imposte vitrée en partie supérieure des cloisons du bloc, ce qui permet d’éclairer en second jour la salle de bains et le sas du dressing. L'intérieur de la salle de bains est traité comme une boîte : deux faces sont en bois vernis, deux autres faces et le sol sont en mosaïque de pâte de verre bleue et or. Les appareils sanitaires et les meubles intégrés en bois se logent comme dans une boîte à ouvrage. Les murs de la chambre sont peints d’un blanc pur que le soleil vient teinter à travers la toile micro perforée du store vert anis. Des luminaires contemporains suspendus, galet et goutte d’eau, semblent flotter dans la transparence des parois vitrées du bloc.

    Photos : Benoît Legendre
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2015
    (33 - Gironde)
    33000 BORDEAUX
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Nature de la mission : mission complète MOE

    Surface de plancher : 56,00 m2
    Coût des travaux T.T.C. : 73 170,00 €

    Il s’agit de l’extension d’un appartement situé au 1er étage sur entresol d’un immeuble du quai Richelieu à Bordeaux. Celui-ci a été édifié dans les années 1750 et constitue un des maillons de pierre de la façade des quais du XVIIIème siècle qui borde la rive gauche de la Garonne. Le programme prévoyait l’aménagement d’une grande salle à manger s’ouvrant sur les quais et d’une unité de nuit sur la rue arrière avec chambre parentale, dressing et salle de bains/sanitaire.

    L’ensemble de l’appartement est à cheval sur deux immeubles et il est traversant dans le sens est/ouest. Dans la partie concernée par le projet, nous avons souhaité opposer, par le traitement spatial, les deux côtés. La salle à manger à l’est, a été restaurée dans le respect des moindres détails décoratifs dont les corniches du plafond à lattis et la cheminée. Seuls deux éléments contemporains contrastent avec l’ancien : la poutre maîtresse en bois que nous avons du renforcer par des profilés en acier brut, et un meuble à étagères en contreplaqué de bouleau vernis enchâssé dans une ancienne ouverture murale. Les murs ont été peints en multiples variations de couleurs inspirées d’une œuvre de Claude Monet. La corniche du plafond est rehaussée de minces filets dorés. Côté rue à l’ouest se trouve la chambre à coucher. Elle est séparée de la salle à manger par un bloc en bois traversant constitué d’une salle de bains et d’un placard dressing. Ce bloc sert d’espace tampon entre les deux pièces principales. Il est en ossature bois habillée de panneaux de contreplaqué en okoumé vernis. La chambre et la salle de bains sont équipées de portes à galandage qui disparaissent dans les cloisons. La grande hauteur sous plafond (3,40 mètres) a permis de créer une imposte vitrée en partie supérieure des cloisons du bloc, ce qui permet d’éclairer en second jour la salle de bains et le sas du dressing. L'intérieur de la salle de bains est traité comme une boîte : deux faces sont en bois vernis, deux autres faces et le sol sont en mosaïque de pâte de verre bleue et or. Les appareils sanitaires et les meubles intégrés en bois se logent comme dans une boîte à ouvrage. Les murs de la chambre sont peints d’un blanc pur que le soleil vient teinter à travers la toile micro perforée du store vert anis. Des luminaires contemporains suspendus, galet et goutte d’eau, semblent flotter dans la transparence des parois vitrées du bloc.

    Photos : Benoît Legendre
  • JAV 2016
    JAV 2016
    Rénovation et rénovation thermique 
    2015
    (33 - Gironde)
    33000 BORDEAUX
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Nature de la mission : mission complète MOE

    Surface de plancher : 56,00 m2
    Coût des travaux T.T.C. : 73 170,00 €

    Il s’agit de l’extension d’un appartement situé au 1er étage sur entresol d’un immeuble du quai Richelieu à Bordeaux. Celui-ci a été édifié dans les années 1750 et constitue un des maillons de pierre de la façade des quais du XVIIIème siècle qui borde la rive gauche de la Garonne. Le programme prévoyait l’aménagement d’une grande salle à manger s’ouvrant sur les quais et d’une unité de nuit sur la rue arrière avec chambre parentale, dressing et salle de bains/sanitaire.

    L’ensemble de l’appartement est à cheval sur deux immeubles et il est traversant dans le sens est/ouest. Dans la partie concernée par le projet, nous avons souhaité opposer, par le traitement spatial, les deux côtés. La salle à manger à l’est, a été restaurée dans le respect des moindres détails décoratifs dont les corniches du plafond à lattis et la cheminée. Seuls deux éléments contemporains contrastent avec l’ancien : la poutre maîtresse en bois que nous avons du renforcer par des profilés en acier brut, et un meuble à étagères en contreplaqué de bouleau vernis enchâssé dans une ancienne ouverture murale. Les murs ont été peints en multiples variations de couleurs inspirées d’une œuvre de Claude Monet. La corniche du plafond est rehaussée de minces filets dorés. Côté rue à l’ouest se trouve la chambre à coucher. Elle est séparée de la salle à manger par un bloc en bois traversant constitué d’une salle de bains et d’un placard dressing. Ce bloc sert d’espace tampon entre les deux pièces principales. Il est en ossature bois habillée de panneaux de contreplaqué en okoumé vernis. La chambre et la salle de bains sont équipées de portes à galandage qui disparaissent dans les cloisons. La grande hauteur sous plafond (3,40 mètres) a permis de créer une imposte vitrée en partie supérieure des cloisons du bloc, ce qui permet d’éclairer en second jour la salle de bains et le sas du dressing. L'intérieur de la salle de bains est traité comme une boîte : deux faces sont en bois vernis, deux autres faces et le sol sont en mosaïque de pâte de verre bleue et or. Les appareils sanitaires et les meubles intégrés en bois se logent comme dans une boîte à ouvrage. Les murs de la chambre sont peints d’un blanc pur que le soleil vient teinter à travers la toile micro perforée du store vert anis. Des luminaires contemporains suspendus, galet et goutte d’eau, semblent flotter dans la transparence des parois vitrées du bloc.

    Photos : Benoît Legendre