-AVRA - Atelier VR Architectures - Vincent RUGGIERO -

  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.
  • Habitat 
    -
    (33 - Gironde)
    COTE DE L'EMPEREUR
    CENON
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    PRIVE
    • Date de livraison : PC et PCM obtenus fin 2011 et début 2013.
    • Ville :CENON - COTE DE L'EMPEREUR
    • Département :33
    • Maitre d'ouvrage :PRIVE
    • Architectes associés :
    • Coût : 5 500 000 € HT, VRD et Pk Sous-sol inclus.
    • SHON : 4550 m2
    • Nature de la mission :De l'Esquisse au PCG (DCE)

    Bâtiment BBC.


    Cet immeuble collectif d'habitation, avec une surface hors œuvre net de 4554,66 m², dispose de 61 logements allant du T1 au T4 en R+2 + attique. Les parkings sont placés en sous-sol de manière à sauvegarder le site, son sol, sa végétation, et ainsi proposer des jardins aux logements en rez-de-chaussée.
    Tous les logements profitent d'une vue paysagère très agréable par la présence d'arbres existants (chênes, acacias...) ainsi que par la végétation créée, étant constamment en vis à vis avec celle-ci aussi bien en périphérie qu'au cœur de la parcelle (coursives extérieures avec bambous).

    L'ensemble offre un programme paysagé avec un bâtiment en accord avec son site, son terrain en pente, et en fusion constante avec son environnement aussi bien en son sol qu'en toiture puisque l'ensemble sera végétalisée.

    La topographie marquée du terrain, ordonne l'implantation d'un bâtiment venant se poser sur son sol, le décapage entier du terrain serait évidemment une solution sans intérêts et surtout inadaptée aux lieux. Néanmoins, le bâtiment doit être distribué et un système doit être trouvé pour accéder sans mal, (notamment pour les personnes handicapées , accès rue, mais aussi sur la partie arrière). La solution de la coursive extérieure est une solution permettant de profiter de l'environnement et de distribuer l'ensemble du bâtiment. Aussi, la pente forte du terrain contraint le bâtiment a être partiellement incrusté en son sol, c'est pourquoi des décaissements ponctuels d'en moyenne 1,00 m sont incontournables afin de proposer un accès aux jardins des logements en rdc.

    Le bâtiment vient s'incruster dans la pente du terrain et se fragmente en 4 corps de bâtiment de façon à créer des vues, des dilatations d'espaces verts. Le lien social entre les habitants se fait par l'extérieure avec la mise en place d'une circulation par coursives. Cette circulation vient distribuer quatre fragments de bâtiment à l'air libre, offrant ainsi une solution à contre-pied de la solution conventionnelle des bâtiments qui proposent des couloirs tristes et sans lumière naturelle.
    Cette solution permet ainsi d'obtenir un bâtiment Hétérogène favorisant des vues, une réelle orientation dans le site, une perméabilité et une fusion entre le paysage et l'espace bâti, mais surtout la possibilité aux habitants de se promener tout en rejoignant leur appartement à travers cet espace végétalisé, cette « rue ».
    Aussi, comme expliqué précédemment, le bâtiment est fragmenté en 4 parties et l'ensemble est relié par une ossature, un squelette (coursives), une liaison indispensable aussi bien dans sa structure que dans son fonctionnement.
    Les deux fragments en seconde ligne ne peuvent être indépendants du fait qu'ils n'existent que s'ils sont desservis par les deux fragments de première ligne.
    Le terrain en pente est la cause de ce système. Sans cette liaison les appartements des fragments nord ne peuvent fonctionner puisqu'ils ne peuvent avoir d'accès.
    Le programme et le fonctionnement de l'ensemble ne peuvent être dissociés, la dépendance des uns envers les autres marque ici la notion d'unité d'une construction unique.

    Le système de coursives offre le privilège d'arriver chez soi par l'extérieur. L'idée étant de permettre un accès semblable à celui d'un pavillon par l'intermédiaire d'un chemin.

    Cet axe central (« rue ») ainsi que les axes perpendiculaires seront entourés de Bambous moyens d'une hauteur de 6 à 9 m et offriront des vues ponctuelles sur le site, avec une perspective nouvelle à chaque saison.

    En sa périphérie le bâtiment est habillé d'une peau composée de brises soleil, de brises vues en lames de bois. Cette enveloppe qui est placée horizontalement et suffisamment ajourées de façon à ne pas nuire à la transparence, permet une fusion du bâtiment avec son site. Ceci permet de se protéger du climat mais également de conférer un système un peu intimiste et ainsi renforcer le concept de protection.

    Le bâtiment propose donc grâce à sa peau un logement avec des lieux à l'abri des regards, tel que des loggias et des terrasses, tant de lieux offrant un système dedans – dehors ainsi qu'une réelle ouverture des pièces à vivre sur l'extérieur, un prolongement de l'espace habitable. Tant de lieux venant sculpter par des pleins et des vides les façades de l'édifice composées de béton brut de décoffrage et habillé de bois.
    Le bâtiment suit la pente et son rapport à celle-ci est très appréciable, puisque la toiture et le gabarit du bâtiment se présente comme un décalage régulier du terrain.