ATELIER SILHOUETTE URBAINE (ASUr)

  • Vue depuis le quai bas
    Vue depuis le quai bas
    établissement public 
    2013
    (75 - Paris)
    75001 Paris
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    ARTIBAL Architecte mandataire
    Maître d’ouvrage :
    Ville de Paris
    ÉTUDE PRÉALABLE A LA RESTAURATION D'UN PONT PARISIEN DU XVIIe SIÈCLE

    Exécuté aux frais du Roi à partir du 25 octobre 1685, date de la pose solennelle de la première pierre, jusqu’en 1689, le pont Royal se compose de 5 arches en pierre de taille en forme d’arcs surbaissés.

    D’importants travaux de restauration ont été entrepris depuis 1978 sur les parements des murs de tête, l’étanchéité du tablier, le confortement en béton des arches et les murs de quai. La présente étude vient à la suite de ces différentes campagnes de travaux afin d’en proposer une lecture synthétique, un dernier prolongement et d'évaluer les restaurations nécessaires à mener.

    Le traitement des désordres induits par les campagnes de confortement des voûtes en béton ont appelé une campagne de prélèvement et de sondage par carottage en collaboration avec les laboratoires du LERM. La caractéristique des matériaux et de leur pathologie a permis de définir les prescriptions techniques de restauration nécessaires.
  • Vue générale et de surface d'une carotte
    Vue générale et de surface d'une carotte
    établissement public 
    2013
    (75 - Paris)
    75001 Paris
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    ARTIBAL Architecte mandataire
    Maître d’ouvrage :
    Ville de Paris
    ÉTUDE PRÉALABLE A LA RESTAURATION D'UN PONT PARISIEN DU XVIIe SIÈCLE

    Exécuté aux frais du Roi à partir du 25 octobre 1685, date de la pose solennelle de la première pierre, jusqu’en 1689, le pont Royal se compose de 5 arches en pierre de taille en forme d’arcs surbaissés.

    D’importants travaux de restauration ont été entrepris depuis 1978 sur les parements des murs de tête, l’étanchéité du tablier, le confortement en béton des arches et les murs de quai. La présente étude vient à la suite de ces différentes campagnes de travaux afin d’en proposer une lecture synthétique, un dernier prolongement et d'évaluer les restaurations nécessaires à mener.

    Le traitement des désordres induits par les campagnes de confortement des voûtes en béton ont appelé une campagne de prélèvement et de sondage par carottage en collaboration avec les laboratoires du LERM. La caractéristique des matériaux et de leur pathologie a permis de définir les prescriptions techniques de restauration nécessaires.
  • Aperçu d’un radargramme
    Aperçu d’un radargramme
    établissement public 
    2013
    (75 - Paris)
    75001 Paris
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    ARTIBAL Architecte mandataire
    Maître d’ouvrage :
    Ville de Paris
    ÉTUDE PRÉALABLE A LA RESTAURATION D'UN PONT PARISIEN DU XVIIe SIÈCLE

    Exécuté aux frais du Roi à partir du 25 octobre 1685, date de la pose solennelle de la première pierre, jusqu’en 1689, le pont Royal se compose de 5 arches en pierre de taille en forme d’arcs surbaissés.

    D’importants travaux de restauration ont été entrepris depuis 1978 sur les parements des murs de tête, l’étanchéité du tablier, le confortement en béton des arches et les murs de quai. La présente étude vient à la suite de ces différentes campagnes de travaux afin d’en proposer une lecture synthétique, un dernier prolongement et d'évaluer les restaurations nécessaires à mener.

    Le traitement des désordres induits par les campagnes de confortement des voûtes en béton ont appelé une campagne de prélèvement et de sondage par carottage en collaboration avec les laboratoires du LERM. La caractéristique des matériaux et de leur pathologie a permis de définir les prescriptions techniques de restauration nécessaires.
  • Dessin à la plume et lavis à l'encre brune, 1814. Département des estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France
    Le Pont Royal et le Pavillon de Flore
    établissement public 
    2013
    (75 - Paris)
    75001 Paris
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    ARTIBAL Architecte mandataire
    Maître d’ouvrage :
    Ville de Paris
    ÉTUDE PRÉALABLE A LA RESTAURATION D'UN PONT PARISIEN DU XVIIe SIÈCLE

    Exécuté aux frais du Roi à partir du 25 octobre 1685, date de la pose solennelle de la première pierre, jusqu’en 1689, le pont Royal se compose de 5 arches en pierre de taille en forme d’arcs surbaissés.

    D’importants travaux de restauration ont été entrepris depuis 1978 sur les parements des murs de tête, l’étanchéité du tablier, le confortement en béton des arches et les murs de quai. La présente étude vient à la suite de ces différentes campagnes de travaux afin d’en proposer une lecture synthétique, un dernier prolongement et d'évaluer les restaurations nécessaires à mener.

    Le traitement des désordres induits par les campagnes de confortement des voûtes en béton ont appelé une campagne de prélèvement et de sondage par carottage en collaboration avec les laboratoires du LERM. La caractéristique des matériaux et de leur pathologie a permis de définir les prescriptions techniques de restauration nécessaires.
  • Élévations : état sanitaire
    Élévations : état sanitaire
    établissement public 
    2013
    (75 - Paris)
    75001 Paris
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    ARTIBAL Architecte mandataire
    Maître d’ouvrage :
    Ville de Paris
    ÉTUDE PRÉALABLE A LA RESTAURATION D'UN PONT PARISIEN DU XVIIe SIÈCLE

    Exécuté aux frais du Roi à partir du 25 octobre 1685, date de la pose solennelle de la première pierre, jusqu’en 1689, le pont Royal se compose de 5 arches en pierre de taille en forme d’arcs surbaissés.

    D’importants travaux de restauration ont été entrepris depuis 1978 sur les parements des murs de tête, l’étanchéité du tablier, le confortement en béton des arches et les murs de quai. La présente étude vient à la suite de ces différentes campagnes de travaux afin d’en proposer une lecture synthétique, un dernier prolongement et d'évaluer les restaurations nécessaires à mener.

    Le traitement des désordres induits par les campagnes de confortement des voûtes en béton ont appelé une campagne de prélèvement et de sondage par carottage en collaboration avec les laboratoires du LERM. La caractéristique des matériaux et de leur pathologie a permis de définir les prescriptions techniques de restauration nécessaires.