ATELIER SILHOUETTE URBAINE (ASUr)

  • Croquis après densification d'un tissu pavillonnaire
    Croquis après densification d'un tissu pavillonnaire
    Urbanisme et aménagement de lotissement 
    2015
    (94 - Val-de-Marne)
    94270 Le Kremlin-Bicêtre
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Ville du Kremlin-Bicêtre
    DIAGNOSTIC ARCHITECTURAL, URBAIN, PAYSAGER ET FONCIER

    Cette étude s’inscrivait dans le cadre de la révision général du Plan local d’urbanisme du Kremlin-Bicêtre. Elle se décomposait en plusieurs phases et portait sur la réalisation d’un diagnostic architectural, d’un diagnostic urbain, d’un diagnostic paysager, d’un diagnostic foncier de la ville, ainsi que d'actions plus précises sur des secteurs à enjeux de la ville. La proposition avait pour objectif de nourrir la révision générale du plan local de l’urbanisme par la définition des orientations visant à affirmer l’identité du territoire Kremlinois. L’intégration au PLU des solutions de densification innovantes pour répondre aux objectifs du SDRIF approuvé en 2013, ainsi qu’aux obligations de la loi ALUR.

    Le Kremlin-Bicêtre, limitrophe de Paris par la porte d’Italie, présente une situation géographique stratégique. La gare existante la place à 15 minutes du centre de Paris. La création de la nouvelle gare « Kremlin-Bicêtre Hôpital » dans le cadre du projet du Grand Paris, à l’horizon 2024, renforcera l’accessibilité et l’attractivité de la commune. La ville présente deux entités distinctes : la partie haute au sud essentiellement résidentielle, et la partie basse, au nord, offrant une diversité d’usages et d’espaces publics. Le fort et l’hôpital jouent un rôle d’obstacle et créent une barrière physique entre les deux entités. Le projet de ville doit profiter de l’arrivée de la gare pour réunifier la ville et affirmer son identité en aménageant une nouvelle centralité urbaine avec la création d’un axe piéton structurant reliant les deux gares. Dans le même but, l'idée est requalifier la partie haute de la ville et diversifier les usages en développant une activité tertiaire et créant un axe commercial le long de l’avenue Gabriel Péri.

    Dans le cadre de la construction d’une nouvelle gare, le SDRIF impose une augmentation de la population de 15 % à l’horizon 2030. En 2015 la ville compte 26 365 habitants et 17 000 hab/km², la ville devrait donc compter 30 000 habitants en 2030. Le tissu urbain présente une forte occupation bâtie. Un des principaux enjeux sera pour la ville de mener une politique publique d’intensification urbaine s’installant dans le long terme de façon à infléchir les formes d’occupation de l’espace, et de maîtriser et préserver la qualité des tissus urbains.

    De nombreuses constructions ne dépassent pas 3 étages, ce qui représente un potentiel de densification important. La promulgation le 26 mars 2014 de la loi ALUR facilitant la surélévation en copropriété, un épannelage plus élevé peut être envisagé le long des axes présentant un gabarit suffisamment large pour accueillir des constructions de grande hauteur, mais également aux abords des cimetières. Une cartographie spécifique sera intégrée au PLU désignant les bâtiments pouvant être surélevés. Ces surélévations peuvent se faire en retrait de 2m. Les opérations restent ainsi discrètes depuis la rue et préservent la luminosité. Des hauteurs plafond sont définies. Il y a lieu de mobiliser le foncier et les acteurs publics pour la surélévation. Les équipements publics présentent des emprises au sol importantes et les hauteurs de construction ne dépassent pas le plus souvent 3 étages. Le règlement d’urbanisme doit favoriser la mixité des usages au sein des bâtiments, et notamment des équipements publics. Des propositions réglementaires sont introduites pour encourager la surélévation ou l’extension des maisons individuelles existantes tout en limitant le risque de construction de linéaire par les promoteurs.
  • Croquis avant / après la densification d'un tissu pavillonaire
    Croquis avant / après la densification d'un tissu pavillonaire
    Urbanisme et aménagement de lotissement 
    2015
    (94 - Val-de-Marne)
    94270 Le Kremlin-Bicêtre
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Ville du Kremlin-Bicêtre
    DIAGNOSTIC ARCHITECTURAL, URBAIN, PAYSAGER ET FONCIER

    Cette étude s’inscrivait dans le cadre de la révision général du Plan local d’urbanisme du Kremlin-Bicêtre. Elle se décomposait en plusieurs phases et portait sur la réalisation d’un diagnostic architectural, d’un diagnostic urbain, d’un diagnostic paysager, d’un diagnostic foncier de la ville, ainsi que d'actions plus précises sur des secteurs à enjeux de la ville. La proposition avait pour objectif de nourrir la révision générale du plan local de l’urbanisme par la définition des orientations visant à affirmer l’identité du territoire Kremlinois. L’intégration au PLU des solutions de densification innovantes pour répondre aux objectifs du SDRIF approuvé en 2013, ainsi qu’aux obligations de la loi ALUR.

    Le Kremlin-Bicêtre, limitrophe de Paris par la porte d’Italie, présente une situation géographique stratégique. La gare existante la place à 15 minutes du centre de Paris. La création de la nouvelle gare « Kremlin-Bicêtre Hôpital » dans le cadre du projet du Grand Paris, à l’horizon 2024, renforcera l’accessibilité et l’attractivité de la commune. La ville présente deux entités distinctes : la partie haute au sud essentiellement résidentielle, et la partie basse, au nord, offrant une diversité d’usages et d’espaces publics. Le fort et l’hôpital jouent un rôle d’obstacle et créent une barrière physique entre les deux entités. Le projet de ville doit profiter de l’arrivée de la gare pour réunifier la ville et affirmer son identité en aménageant une nouvelle centralité urbaine avec la création d’un axe piéton structurant reliant les deux gares. Dans le même but, l'idée est requalifier la partie haute de la ville et diversifier les usages en développant une activité tertiaire et créant un axe commercial le long de l’avenue Gabriel Péri.

    Dans le cadre de la construction d’une nouvelle gare, le SDRIF impose une augmentation de la population de 15 % à l’horizon 2030. En 2015 la ville compte 26 365 habitants et 17 000 hab/km², la ville devrait donc compter 30 000 habitants en 2030. Le tissu urbain présente une forte occupation bâtie. Un des principaux enjeux sera pour la ville de mener une politique publique d’intensification urbaine s’installant dans le long terme de façon à infléchir les formes d’occupation de l’espace, et de maîtriser et préserver la qualité des tissus urbains.

    De nombreuses constructions ne dépassent pas 3 étages, ce qui représente un potentiel de densification important. La promulgation le 26 mars 2014 de la loi ALUR facilitant la surélévation en copropriété, un épannelage plus élevé peut être envisagé le long des axes présentant un gabarit suffisamment large pour accueillir des constructions de grande hauteur, mais également aux abords des cimetières. Une cartographie spécifique sera intégrée au PLU désignant les bâtiments pouvant être surélevés. Ces surélévations peuvent se faire en retrait de 2m. Les opérations restent ainsi discrètes depuis la rue et préservent la luminosité. Des hauteurs plafond sont définies. Il y a lieu de mobiliser le foncier et les acteurs publics pour la surélévation. Les équipements publics présentent des emprises au sol importantes et les hauteurs de construction ne dépassent pas le plus souvent 3 étages. Le règlement d’urbanisme doit favoriser la mixité des usages au sein des bâtiments, et notamment des équipements publics. Des propositions réglementaires sont introduites pour encourager la surélévation ou l’extension des maisons individuelles existantes tout en limitant le risque de construction de linéaire par les promoteurs.
  • Croquis après densification d'un tissu de faubourg
    Croquis après densification d'un tissu de faubourg
    Urbanisme et aménagement de lotissement 
    2015
    (94 - Val-de-Marne)
    94270 Le Kremlin-Bicêtre
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Ville du Kremlin-Bicêtre
    DIAGNOSTIC ARCHITECTURAL, URBAIN, PAYSAGER ET FONCIER

    Cette étude s’inscrivait dans le cadre de la révision général du Plan local d’urbanisme du Kremlin-Bicêtre. Elle se décomposait en plusieurs phases et portait sur la réalisation d’un diagnostic architectural, d’un diagnostic urbain, d’un diagnostic paysager, d’un diagnostic foncier de la ville, ainsi que d'actions plus précises sur des secteurs à enjeux de la ville. La proposition avait pour objectif de nourrir la révision générale du plan local de l’urbanisme par la définition des orientations visant à affirmer l’identité du territoire Kremlinois. L’intégration au PLU des solutions de densification innovantes pour répondre aux objectifs du SDRIF approuvé en 2013, ainsi qu’aux obligations de la loi ALUR.

    Le Kremlin-Bicêtre, limitrophe de Paris par la porte d’Italie, présente une situation géographique stratégique. La gare existante la place à 15 minutes du centre de Paris. La création de la nouvelle gare « Kremlin-Bicêtre Hôpital » dans le cadre du projet du Grand Paris, à l’horizon 2024, renforcera l’accessibilité et l’attractivité de la commune. La ville présente deux entités distinctes : la partie haute au sud essentiellement résidentielle, et la partie basse, au nord, offrant une diversité d’usages et d’espaces publics. Le fort et l’hôpital jouent un rôle d’obstacle et créent une barrière physique entre les deux entités. Le projet de ville doit profiter de l’arrivée de la gare pour réunifier la ville et affirmer son identité en aménageant une nouvelle centralité urbaine avec la création d’un axe piéton structurant reliant les deux gares. Dans le même but, l'idée est requalifier la partie haute de la ville et diversifier les usages en développant une activité tertiaire et créant un axe commercial le long de l’avenue Gabriel Péri.

    Dans le cadre de la construction d’une nouvelle gare, le SDRIF impose une augmentation de la population de 15 % à l’horizon 2030. En 2015 la ville compte 26 365 habitants et 17 000 hab/km², la ville devrait donc compter 30 000 habitants en 2030. Le tissu urbain présente une forte occupation bâtie. Un des principaux enjeux sera pour la ville de mener une politique publique d’intensification urbaine s’installant dans le long terme de façon à infléchir les formes d’occupation de l’espace, et de maîtriser et préserver la qualité des tissus urbains.

    De nombreuses constructions ne dépassent pas 3 étages, ce qui représente un potentiel de densification important. La promulgation le 26 mars 2014 de la loi ALUR facilitant la surélévation en copropriété, un épannelage plus élevé peut être envisagé le long des axes présentant un gabarit suffisamment large pour accueillir des constructions de grande hauteur, mais également aux abords des cimetières. Une cartographie spécifique sera intégrée au PLU désignant les bâtiments pouvant être surélevés. Ces surélévations peuvent se faire en retrait de 2m. Les opérations restent ainsi discrètes depuis la rue et préservent la luminosité. Des hauteurs plafond sont définies. Il y a lieu de mobiliser le foncier et les acteurs publics pour la surélévation. Les équipements publics présentent des emprises au sol importantes et les hauteurs de construction ne dépassent pas le plus souvent 3 étages. Le règlement d’urbanisme doit favoriser la mixité des usages au sein des bâtiments, et notamment des équipements publics. Des propositions réglementaires sont introduites pour encourager la surélévation ou l’extension des maisons individuelles existantes tout en limitant le risque de construction de linéaire par les promoteurs.
  • Croquis avant / après la densification d'un tissu de faubourg
    Croquis avant / après la densification d'un tissu de faubourg
    Urbanisme et aménagement de lotissement 
    2015
    (94 - Val-de-Marne)
    94270 Le Kremlin-Bicêtre
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Ville du Kremlin-Bicêtre
    DIAGNOSTIC ARCHITECTURAL, URBAIN, PAYSAGER ET FONCIER

    Cette étude s’inscrivait dans le cadre de la révision général du Plan local d’urbanisme du Kremlin-Bicêtre. Elle se décomposait en plusieurs phases et portait sur la réalisation d’un diagnostic architectural, d’un diagnostic urbain, d’un diagnostic paysager, d’un diagnostic foncier de la ville, ainsi que d'actions plus précises sur des secteurs à enjeux de la ville. La proposition avait pour objectif de nourrir la révision générale du plan local de l’urbanisme par la définition des orientations visant à affirmer l’identité du territoire Kremlinois. L’intégration au PLU des solutions de densification innovantes pour répondre aux objectifs du SDRIF approuvé en 2013, ainsi qu’aux obligations de la loi ALUR.

    Le Kremlin-Bicêtre, limitrophe de Paris par la porte d’Italie, présente une situation géographique stratégique. La gare existante la place à 15 minutes du centre de Paris. La création de la nouvelle gare « Kremlin-Bicêtre Hôpital » dans le cadre du projet du Grand Paris, à l’horizon 2024, renforcera l’accessibilité et l’attractivité de la commune. La ville présente deux entités distinctes : la partie haute au sud essentiellement résidentielle, et la partie basse, au nord, offrant une diversité d’usages et d’espaces publics. Le fort et l’hôpital jouent un rôle d’obstacle et créent une barrière physique entre les deux entités. Le projet de ville doit profiter de l’arrivée de la gare pour réunifier la ville et affirmer son identité en aménageant une nouvelle centralité urbaine avec la création d’un axe piéton structurant reliant les deux gares. Dans le même but, l'idée est requalifier la partie haute de la ville et diversifier les usages en développant une activité tertiaire et créant un axe commercial le long de l’avenue Gabriel Péri.

    Dans le cadre de la construction d’une nouvelle gare, le SDRIF impose une augmentation de la population de 15 % à l’horizon 2030. En 2015 la ville compte 26 365 habitants et 17 000 hab/km², la ville devrait donc compter 30 000 habitants en 2030. Le tissu urbain présente une forte occupation bâtie. Un des principaux enjeux sera pour la ville de mener une politique publique d’intensification urbaine s’installant dans le long terme de façon à infléchir les formes d’occupation de l’espace, et de maîtriser et préserver la qualité des tissus urbains.

    De nombreuses constructions ne dépassent pas 3 étages, ce qui représente un potentiel de densification important. La promulgation le 26 mars 2014 de la loi ALUR facilitant la surélévation en copropriété, un épannelage plus élevé peut être envisagé le long des axes présentant un gabarit suffisamment large pour accueillir des constructions de grande hauteur, mais également aux abords des cimetières. Une cartographie spécifique sera intégrée au PLU désignant les bâtiments pouvant être surélevés. Ces surélévations peuvent se faire en retrait de 2m. Les opérations restent ainsi discrètes depuis la rue et préservent la luminosité. Des hauteurs plafond sont définies. Il y a lieu de mobiliser le foncier et les acteurs publics pour la surélévation. Les équipements publics présentent des emprises au sol importantes et les hauteurs de construction ne dépassent pas le plus souvent 3 étages. Le règlement d’urbanisme doit favoriser la mixité des usages au sein des bâtiments, et notamment des équipements publics. Des propositions réglementaires sont introduites pour encourager la surélévation ou l’extension des maisons individuelles existantes tout en limitant le risque de construction de linéaire par les promoteurs.
  • Quelques exemples de cartographies
    Quelques exemples de cartographies
    Urbanisme et aménagement de lotissement 
    2015
    (94 - Val-de-Marne)
    94270 Le Kremlin-Bicêtre
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Ville du Kremlin-Bicêtre
    DIAGNOSTIC ARCHITECTURAL, URBAIN, PAYSAGER ET FONCIER

    Cette étude s’inscrivait dans le cadre de la révision général du Plan local d’urbanisme du Kremlin-Bicêtre. Elle se décomposait en plusieurs phases et portait sur la réalisation d’un diagnostic architectural, d’un diagnostic urbain, d’un diagnostic paysager, d’un diagnostic foncier de la ville, ainsi que d'actions plus précises sur des secteurs à enjeux de la ville. La proposition avait pour objectif de nourrir la révision générale du plan local de l’urbanisme par la définition des orientations visant à affirmer l’identité du territoire Kremlinois. L’intégration au PLU des solutions de densification innovantes pour répondre aux objectifs du SDRIF approuvé en 2013, ainsi qu’aux obligations de la loi ALUR.

    Le Kremlin-Bicêtre, limitrophe de Paris par la porte d’Italie, présente une situation géographique stratégique. La gare existante la place à 15 minutes du centre de Paris. La création de la nouvelle gare « Kremlin-Bicêtre Hôpital » dans le cadre du projet du Grand Paris, à l’horizon 2024, renforcera l’accessibilité et l’attractivité de la commune. La ville présente deux entités distinctes : la partie haute au sud essentiellement résidentielle, et la partie basse, au nord, offrant une diversité d’usages et d’espaces publics. Le fort et l’hôpital jouent un rôle d’obstacle et créent une barrière physique entre les deux entités. Le projet de ville doit profiter de l’arrivée de la gare pour réunifier la ville et affirmer son identité en aménageant une nouvelle centralité urbaine avec la création d’un axe piéton structurant reliant les deux gares. Dans le même but, l'idée est requalifier la partie haute de la ville et diversifier les usages en développant une activité tertiaire et créant un axe commercial le long de l’avenue Gabriel Péri.

    Dans le cadre de la construction d’une nouvelle gare, le SDRIF impose une augmentation de la population de 15 % à l’horizon 2030. En 2015 la ville compte 26 365 habitants et 17 000 hab/km², la ville devrait donc compter 30 000 habitants en 2030. Le tissu urbain présente une forte occupation bâtie. Un des principaux enjeux sera pour la ville de mener une politique publique d’intensification urbaine s’installant dans le long terme de façon à infléchir les formes d’occupation de l’espace, et de maîtriser et préserver la qualité des tissus urbains.

    De nombreuses constructions ne dépassent pas 3 étages, ce qui représente un potentiel de densification important. La promulgation le 26 mars 2014 de la loi ALUR facilitant la surélévation en copropriété, un épannelage plus élevé peut être envisagé le long des axes présentant un gabarit suffisamment large pour accueillir des constructions de grande hauteur, mais également aux abords des cimetières. Une cartographie spécifique sera intégrée au PLU désignant les bâtiments pouvant être surélevés. Ces surélévations peuvent se faire en retrait de 2m. Les opérations restent ainsi discrètes depuis la rue et préservent la luminosité. Des hauteurs plafond sont définies. Il y a lieu de mobiliser le foncier et les acteurs publics pour la surélévation. Les équipements publics présentent des emprises au sol importantes et les hauteurs de construction ne dépassent pas le plus souvent 3 étages. Le règlement d’urbanisme doit favoriser la mixité des usages au sein des bâtiments, et notamment des équipements publics. Des propositions réglementaires sont introduites pour encourager la surélévation ou l’extension des maisons individuelles existantes tout en limitant le risque de construction de linéaire par les promoteurs.