Atelier Diard Architecte

  • • Ville : Cordemais
    • Département : Loire Atlantique


    Le programme s’inscrit autour de trois grands agencements, trois dispositifs catalyseurs du ménagement, et du retour aux liens. (voir itinéraire et étude urbaine réalisée à Cordemais)

    Dispositif 3:

    L’île de la Peille et sa ferme bioclimatique

    Situé sur les rives d’une ancienne île, ce dispositif laboratoire cherchera à identifier au-delà de la question du « quel habitat », l’enjeu du durable à travers le « comment habiter », et questionnera ses habitants sur le partage, notamment celui des cultures et des récoltes biologiques effectuées de manière collective. Le vaste jardin potager situé au centre de l'île, sera partagé entre les habitants du bourg, de l'île du Musée et de La Peille. Prônant l’autosuffisance alimentaire, cette opération lancée par une association, sera destinée à sensibiliser les habitants à la création et la pérennisation de liens entre toutes les populations de Cordemais. L’ouverture sur la nature sera totale en matière de mode de vie, donc d’architecture. Les grandes constantes du projet pris dans sa globalité seront présentes: appontements formant circulations piétonnes, ménagement de cheminements doux pour piétons et vélos reliant le bourg, la nature, et l’île. La ferme bioclimatique de La Peille, tout comme le dispositif du champ de courses, s’inspirera des typologies traditionnelles de la Chevalerais et du Port, ainsi que de leur relation au paysage. Cette ferme passive, totalement autonome, constituée d’un noyau d’habitation limitée à deux niveaux plus terrasses hautes végétalisées, comprendra également des bâtiments satellites tels que granges et serres constituant de véritables petites plates-formes d’observation du biotope environnant.
  • • Ville : Cordemais
    • Département : Loire Atlantique


    Le programme s’inscrit autour de trois grands agencements, trois dispositifs catalyseurs du ménagement, et du retour aux liens. (voir itinéraire et étude urbaine réalisée à Cordemais)

    Dispositif 3:

    L’île de la Peille et sa ferme bioclimatique

    Situé sur les rives d’une ancienne île, ce dispositif laboratoire cherchera à identifier au-delà de la question du « quel habitat », l’enjeu du durable à travers le « comment habiter », et questionnera ses habitants sur le partage, notamment celui des cultures et des récoltes biologiques effectuées de manière collective. Le vaste jardin potager situé au centre de l'île, sera partagé entre les habitants du bourg, de l'île du Musée et de La Peille. Prônant l’autosuffisance alimentaire, cette opération lancée par une association, sera destinée à sensibiliser les habitants à la création et la pérennisation de liens entre toutes les populations de Cordemais. L’ouverture sur la nature sera totale en matière de mode de vie, donc d’architecture. Les grandes constantes du projet pris dans sa globalité seront présentes: appontements formant circulations piétonnes, ménagement de cheminements doux pour piétons et vélos reliant le bourg, la nature, et l’île. La ferme bioclimatique de La Peille, tout comme le dispositif du champ de courses, s’inspirera des typologies traditionnelles de la Chevalerais et du Port, ainsi que de leur relation au paysage. Cette ferme passive, totalement autonome, constituée d’un noyau d’habitation limitée à deux niveaux plus terrasses hautes végétalisées, comprendra également des bâtiments satellites tels que granges et serres constituant de véritables petites plates-formes d’observation du biotope environnant.
  • • Ville : Cordemais
    • Département : Loire Atlantique


    Le programme s’inscrit autour de trois grands agencements, trois dispositifs catalyseurs du ménagement, et du retour aux liens. (voir itinéraire et étude urbaine réalisée à Cordemais)

    Dispositif 3:

    L’île de la Peille et sa ferme bioclimatique

    Situé sur les rives d’une ancienne île, ce dispositif laboratoire cherchera à identifier au-delà de la question du « quel habitat », l’enjeu du durable à travers le « comment habiter », et questionnera ses habitants sur le partage, notamment celui des cultures et des récoltes biologiques effectuées de manière collective. Le vaste jardin potager situé au centre de l'île, sera partagé entre les habitants du bourg, de l'île du Musée et de La Peille. Prônant l’autosuffisance alimentaire, cette opération lancée par une association, sera destinée à sensibiliser les habitants à la création et la pérennisation de liens entre toutes les populations de Cordemais. L’ouverture sur la nature sera totale en matière de mode de vie, donc d’architecture. Les grandes constantes du projet pris dans sa globalité seront présentes: appontements formant circulations piétonnes, ménagement de cheminements doux pour piétons et vélos reliant le bourg, la nature, et l’île. La ferme bioclimatique de La Peille, tout comme le dispositif du champ de courses, s’inspirera des typologies traditionnelles de la Chevalerais et du Port, ainsi que de leur relation au paysage. Cette ferme passive, totalement autonome, constituée d’un noyau d’habitation limitée à deux niveaux plus terrasses hautes végétalisées, comprendra également des bâtiments satellites tels que granges et serres constituant de véritables petites plates-formes d’observation du biotope environnant.
  • • Ville : Cordemais
    • Département : Loire Atlantique


    Le programme s’inscrit autour de trois grands agencements, trois dispositifs catalyseurs du ménagement, et du retour aux liens. (voir itinéraire et étude urbaine réalisée à Cordemais)

    Dispositif 3:

    L’île de la Peille et sa ferme bioclimatique

    Situé sur les rives d’une ancienne île, ce dispositif laboratoire cherchera à identifier au-delà de la question du « quel habitat », l’enjeu du durable à travers le « comment habiter », et questionnera ses habitants sur le partage, notamment celui des cultures et des récoltes biologiques effectuées de manière collective. Le vaste jardin potager situé au centre de l'île, sera partagé entre les habitants du bourg, de l'île du Musée et de La Peille. Prônant l’autosuffisance alimentaire, cette opération lancée par une association, sera destinée à sensibiliser les habitants à la création et la pérennisation de liens entre toutes les populations de Cordemais. L’ouverture sur la nature sera totale en matière de mode de vie, donc d’architecture. Les grandes constantes du projet pris dans sa globalité seront présentes: appontements formant circulations piétonnes, ménagement de cheminements doux pour piétons et vélos reliant le bourg, la nature, et l’île. La ferme bioclimatique de La Peille, tout comme le dispositif du champ de courses, s’inspirera des typologies traditionnelles de la Chevalerais et du Port, ainsi que de leur relation au paysage. Cette ferme passive, totalement autonome, constituée d’un noyau d’habitation limitée à deux niveaux plus terrasses hautes végétalisées, comprendra également des bâtiments satellites tels que granges et serres constituant de véritables petites plates-formes d’observation du biotope environnant.
  • • Ville : Cordemais
    • Département : Loire Atlantique


    Le programme s’inscrit autour de trois grands agencements, trois dispositifs catalyseurs du ménagement, et du retour aux liens. (voir itinéraire et étude urbaine réalisée à Cordemais)

    Dispositif 3:

    L’île de la Peille et sa ferme bioclimatique

    Situé sur les rives d’une ancienne île, ce dispositif laboratoire cherchera à identifier au-delà de la question du « quel habitat », l’enjeu du durable à travers le « comment habiter », et questionnera ses habitants sur le partage, notamment celui des cultures et des récoltes biologiques effectuées de manière collective. Le vaste jardin potager situé au centre de l'île, sera partagé entre les habitants du bourg, de l'île du Musée et de La Peille. Prônant l’autosuffisance alimentaire, cette opération lancée par une association, sera destinée à sensibiliser les habitants à la création et la pérennisation de liens entre toutes les populations de Cordemais. L’ouverture sur la nature sera totale en matière de mode de vie, donc d’architecture. Les grandes constantes du projet pris dans sa globalité seront présentes: appontements formant circulations piétonnes, ménagement de cheminements doux pour piétons et vélos reliant le bourg, la nature, et l’île. La ferme bioclimatique de La Peille, tout comme le dispositif du champ de courses, s’inspirera des typologies traditionnelles de la Chevalerais et du Port, ainsi que de leur relation au paysage. Cette ferme passive, totalement autonome, constituée d’un noyau d’habitation limitée à deux niveaux plus terrasses hautes végétalisées, comprendra également des bâtiments satellites tels que granges et serres constituant de véritables petites plates-formes d’observation du biotope environnant.
  • • Ville : Cordemais
    • Département : Loire Atlantique


    Le programme s’inscrit autour de trois grands agencements, trois dispositifs catalyseurs du ménagement, et du retour aux liens. (voir itinéraire et étude urbaine réalisée à Cordemais)

    Dispositif 3:

    L’île de la Peille et sa ferme bioclimatique

    Situé sur les rives d’une ancienne île, ce dispositif laboratoire cherchera à identifier au-delà de la question du « quel habitat », l’enjeu du durable à travers le « comment habiter », et questionnera ses habitants sur le partage, notamment celui des cultures et des récoltes biologiques effectuées de manière collective. Le vaste jardin potager situé au centre de l'île, sera partagé entre les habitants du bourg, de l'île du Musée et de La Peille. Prônant l’autosuffisance alimentaire, cette opération lancée par une association, sera destinée à sensibiliser les habitants à la création et la pérennisation de liens entre toutes les populations de Cordemais. L’ouverture sur la nature sera totale en matière de mode de vie, donc d’architecture. Les grandes constantes du projet pris dans sa globalité seront présentes: appontements formant circulations piétonnes, ménagement de cheminements doux pour piétons et vélos reliant le bourg, la nature, et l’île. La ferme bioclimatique de La Peille, tout comme le dispositif du champ de courses, s’inspirera des typologies traditionnelles de la Chevalerais et du Port, ainsi que de leur relation au paysage. Cette ferme passive, totalement autonome, constituée d’un noyau d’habitation limitée à deux niveaux plus terrasses hautes végétalisées, comprendra également des bâtiments satellites tels que granges et serres constituant de véritables petites plates-formes d’observation du biotope environnant.
  • • Ville : Cordemais
    • Département : Loire Atlantique


    Le programme s’inscrit autour de trois grands agencements, trois dispositifs catalyseurs du ménagement, et du retour aux liens. (voir itinéraire et étude urbaine réalisée à Cordemais)

    Dispositif 3:

    L’île de la Peille et sa ferme bioclimatique

    Situé sur les rives d’une ancienne île, ce dispositif laboratoire cherchera à identifier au-delà de la question du « quel habitat », l’enjeu du durable à travers le « comment habiter », et questionnera ses habitants sur le partage, notamment celui des cultures et des récoltes biologiques effectuées de manière collective. Le vaste jardin potager situé au centre de l'île, sera partagé entre les habitants du bourg, de l'île du Musée et de La Peille. Prônant l’autosuffisance alimentaire, cette opération lancée par une association, sera destinée à sensibiliser les habitants à la création et la pérennisation de liens entre toutes les populations de Cordemais. L’ouverture sur la nature sera totale en matière de mode de vie, donc d’architecture. Les grandes constantes du projet pris dans sa globalité seront présentes: appontements formant circulations piétonnes, ménagement de cheminements doux pour piétons et vélos reliant le bourg, la nature, et l’île. La ferme bioclimatique de La Peille, tout comme le dispositif du champ de courses, s’inspirera des typologies traditionnelles de la Chevalerais et du Port, ainsi que de leur relation au paysage. Cette ferme passive, totalement autonome, constituée d’un noyau d’habitation limitée à deux niveaux plus terrasses hautes végétalisées, comprendra également des bâtiments satellites tels que granges et serres constituant de véritables petites plates-formes d’observation du biotope environnant.
  • • Ville : Cordemais
    • Département : Loire Atlantique


    Le programme s’inscrit autour de trois grands agencements, trois dispositifs catalyseurs du ménagement, et du retour aux liens. (voir itinéraire et étude urbaine réalisée à Cordemais)

    Dispositif 3:

    L’île de la Peille et sa ferme bioclimatique

    Situé sur les rives d’une ancienne île, ce dispositif laboratoire cherchera à identifier au-delà de la question du « quel habitat », l’enjeu du durable à travers le « comment habiter », et questionnera ses habitants sur le partage, notamment celui des cultures et des récoltes biologiques effectuées de manière collective. Le vaste jardin potager situé au centre de l'île, sera partagé entre les habitants du bourg, de l'île du Musée et de La Peille. Prônant l’autosuffisance alimentaire, cette opération lancée par une association, sera destinée à sensibiliser les habitants à la création et la pérennisation de liens entre toutes les populations de Cordemais. L’ouverture sur la nature sera totale en matière de mode de vie, donc d’architecture. Les grandes constantes du projet pris dans sa globalité seront présentes: appontements formant circulations piétonnes, ménagement de cheminements doux pour piétons et vélos reliant le bourg, la nature, et l’île. La ferme bioclimatique de La Peille, tout comme le dispositif du champ de courses, s’inspirera des typologies traditionnelles de la Chevalerais et du Port, ainsi que de leur relation au paysage. Cette ferme passive, totalement autonome, constituée d’un noyau d’habitation limitée à deux niveaux plus terrasses hautes végétalisées, comprendra également des bâtiments satellites tels que granges et serres constituant de véritables petites plates-formes d’observation du biotope environnant.
  • • Ville : Cordemais
    • Département : Loire Atlantique


    Le programme s’inscrit autour de trois grands agencements, trois dispositifs catalyseurs du ménagement, et du retour aux liens. (voir itinéraire et étude urbaine réalisée à Cordemais)

    Dispositif 3:

    L’île de la Peille et sa ferme bioclimatique

    Situé sur les rives d’une ancienne île, ce dispositif laboratoire cherchera à identifier au-delà de la question du « quel habitat », l’enjeu du durable à travers le « comment habiter », et questionnera ses habitants sur le partage, notamment celui des cultures et des récoltes biologiques effectuées de manière collective. Le vaste jardin potager situé au centre de l'île, sera partagé entre les habitants du bourg, de l'île du Musée et de La Peille. Prônant l’autosuffisance alimentaire, cette opération lancée par une association, sera destinée à sensibiliser les habitants à la création et la pérennisation de liens entre toutes les populations de Cordemais. L’ouverture sur la nature sera totale en matière de mode de vie, donc d’architecture. Les grandes constantes du projet pris dans sa globalité seront présentes: appontements formant circulations piétonnes, ménagement de cheminements doux pour piétons et vélos reliant le bourg, la nature, et l’île. La ferme bioclimatique de La Peille, tout comme le dispositif du champ de courses, s’inspirera des typologies traditionnelles de la Chevalerais et du Port, ainsi que de leur relation au paysage. Cette ferme passive, totalement autonome, constituée d’un noyau d’habitation limitée à deux niveaux plus terrasses hautes végétalisées, comprendra également des bâtiments satellites tels que granges et serres constituant de véritables petites plates-formes d’observation du biotope environnant.
  • • Ville : Cordemais
    • Département : Loire Atlantique


    Le programme s’inscrit autour de trois grands agencements, trois dispositifs catalyseurs du ménagement, et du retour aux liens. (voir itinéraire et étude urbaine réalisée à Cordemais)

    Dispositif 3:

    L’île de la Peille et sa ferme bioclimatique

    Situé sur les rives d’une ancienne île, ce dispositif laboratoire cherchera à identifier au-delà de la question du « quel habitat », l’enjeu du durable à travers le « comment habiter », et questionnera ses habitants sur le partage, notamment celui des cultures et des récoltes biologiques effectuées de manière collective. Le vaste jardin potager situé au centre de l'île, sera partagé entre les habitants du bourg, de l'île du Musée et de La Peille. Prônant l’autosuffisance alimentaire, cette opération lancée par une association, sera destinée à sensibiliser les habitants à la création et la pérennisation de liens entre toutes les populations de Cordemais. L’ouverture sur la nature sera totale en matière de mode de vie, donc d’architecture. Les grandes constantes du projet pris dans sa globalité seront présentes: appontements formant circulations piétonnes, ménagement de cheminements doux pour piétons et vélos reliant le bourg, la nature, et l’île. La ferme bioclimatique de La Peille, tout comme le dispositif du champ de courses, s’inspirera des typologies traditionnelles de la Chevalerais et du Port, ainsi que de leur relation au paysage. Cette ferme passive, totalement autonome, constituée d’un noyau d’habitation limitée à deux niveaux plus terrasses hautes végétalisées, comprendra également des bâtiments satellites tels que granges et serres constituant de véritables petites plates-formes d’observation du biotope environnant.