Atelier Diard Architecte

  • • Ville : Rézé-les-Nantes
    • Département : Loire Atlantique

    R é z é - l e s - N a n t e s

    Projet de construction de 42 logements à proximité de la Cité Radieuse de Le Corbusier.



    Cette étude permet d’affirmer qu’il existe des constantes urbaines, au sein de Rézé-Les-Nantes et ce malgré l’étalement urbain, problème dont souffre cette ville de l’agglomération Nantaise. Pont-Rousseau était imprégné de la proximité des quartiers de haute-île et de ses ruelles et venelles omniprésentes. Les habitants piétons et cyclistes s’étaient réappropriés cette friche ferroviaire pour en faire leur lieu de passage. Du quartier de la Cité Radieuse et de son vaste terrain jardin, il n’y a qu’un pas, et le piéton est de nouveau présent, ainsi que le constat du cheminement, du passage, et de la traversée. Ce site « jardin » riche de chemins, de traces, de souvenirs de parcs, de murs lézardés, de champs autrefois cultivés se révèle comme étant le véritable équilibre végétal nécessaire à la Cité Radieuse, vaisseau de béton échoué au cœur de la cité. L’association forme un paysage harmonieux. Un enjeu en terme de liens entre quartier reste observable, liens pouvant s’établir entre les quartiers à forte densité situés au sud-est, l’accentuation de promenades piétonnes paysagères et la projection d’un centre ville futur situé dans le périmètre mairie, cité radieuse, et voie rapide au nord.
    Prenant résolument en compte la problématique de l’étalement urbain, le projet n’exclura pas pour autant la présence d’un bâtis pavillonnaire aux petits jardins potagers chers à leurs occupants. La réflexion se portera sur la conception d’une entité architecturale à la trame répétitive et dense s’exprimant sous la forme de jardinets clos de murs incorporant de petites maisons d’habitation en r+1. La présence d’anciens murs de schiste bordant le site revêt une grande importance dans ce projet. Véritables points d’appuis pour les maisons de type IV à l’est, ils remettront en valeur l’entrée du parc, et engendreront un espace public minéral à emmarchement large à l’ouest, invitant ainsi les piétons à parcourir le site en diagonale afin de rejoindre le centre ville par des venelles.
  • • Ville : Rézé-les-Nantes
    • Département : Loire Atlantique

    R é z é - l e s - N a n t e s

    Projet de construction de 42 logements à proximité de la Cité Radieuse de Le Corbusier.



    Cette étude permet d’affirmer qu’il existe des constantes urbaines, au sein de Rézé-Les-Nantes et ce malgré l’étalement urbain, problème dont souffre cette ville de l’agglomération Nantaise. Pont-Rousseau était imprégné de la proximité des quartiers de haute-île et de ses ruelles et venelles omniprésentes. Les habitants piétons et cyclistes s’étaient réappropriés cette friche ferroviaire pour en faire leur lieu de passage. Du quartier de la Cité Radieuse et de son vaste terrain jardin, il n’y a qu’un pas, et le piéton est de nouveau présent, ainsi que le constat du cheminement, du passage, et de la traversée. Ce site « jardin » riche de chemins, de traces, de souvenirs de parcs, de murs lézardés, de champs autrefois cultivés se révèle comme étant le véritable équilibre végétal nécessaire à la Cité Radieuse, vaisseau de béton échoué au cœur de la cité. L’association forme un paysage harmonieux. Un enjeu en terme de liens entre quartier reste observable, liens pouvant s’établir entre les quartiers à forte densité situés au sud-est, l’accentuation de promenades piétonnes paysagères et la projection d’un centre ville futur situé dans le périmètre mairie, cité radieuse, et voie rapide au nord.
    Prenant résolument en compte la problématique de l’étalement urbain, le projet n’exclura pas pour autant la présence d’un bâtis pavillonnaire aux petits jardins potagers chers à leurs occupants. La réflexion se portera sur la conception d’une entité architecturale à la trame répétitive et dense s’exprimant sous la forme de jardinets clos de murs incorporant de petites maisons d’habitation en r+1. La présence d’anciens murs de schiste bordant le site revêt une grande importance dans ce projet. Véritables points d’appuis pour les maisons de type IV à l’est, ils remettront en valeur l’entrée du parc, et engendreront un espace public minéral à emmarchement large à l’ouest, invitant ainsi les piétons à parcourir le site en diagonale afin de rejoindre le centre ville par des venelles.
  • • Ville : Rézé-les-Nantes
    • Département : Loire Atlantique

    R é z é - l e s - N a n t e s

    Projet de construction de 42 logements à proximité de la Cité Radieuse de Le Corbusier.



    Cette étude permet d’affirmer qu’il existe des constantes urbaines, au sein de Rézé-Les-Nantes et ce malgré l’étalement urbain, problème dont souffre cette ville de l’agglomération Nantaise. Pont-Rousseau était imprégné de la proximité des quartiers de haute-île et de ses ruelles et venelles omniprésentes. Les habitants piétons et cyclistes s’étaient réappropriés cette friche ferroviaire pour en faire leur lieu de passage. Du quartier de la Cité Radieuse et de son vaste terrain jardin, il n’y a qu’un pas, et le piéton est de nouveau présent, ainsi que le constat du cheminement, du passage, et de la traversée. Ce site « jardin » riche de chemins, de traces, de souvenirs de parcs, de murs lézardés, de champs autrefois cultivés se révèle comme étant le véritable équilibre végétal nécessaire à la Cité Radieuse, vaisseau de béton échoué au cœur de la cité. L’association forme un paysage harmonieux. Un enjeu en terme de liens entre quartier reste observable, liens pouvant s’établir entre les quartiers à forte densité situés au sud-est, l’accentuation de promenades piétonnes paysagères et la projection d’un centre ville futur situé dans le périmètre mairie, cité radieuse, et voie rapide au nord.
    Prenant résolument en compte la problématique de l’étalement urbain, le projet n’exclura pas pour autant la présence d’un bâtis pavillonnaire aux petits jardins potagers chers à leurs occupants. La réflexion se portera sur la conception d’une entité architecturale à la trame répétitive et dense s’exprimant sous la forme de jardinets clos de murs incorporant de petites maisons d’habitation en r+1. La présence d’anciens murs de schiste bordant le site revêt une grande importance dans ce projet. Véritables points d’appuis pour les maisons de type IV à l’est, ils remettront en valeur l’entrée du parc, et engendreront un espace public minéral à emmarchement large à l’ouest, invitant ainsi les piétons à parcourir le site en diagonale afin de rejoindre le centre ville par des venelles.
  • • Ville : Rézé-les-Nantes
    • Département : Loire Atlantique

    R é z é - l e s - N a n t e s

    Projet de construction de 42 logements à proximité de la Cité Radieuse de Le Corbusier.



    Cette étude permet d’affirmer qu’il existe des constantes urbaines, au sein de Rézé-Les-Nantes et ce malgré l’étalement urbain, problème dont souffre cette ville de l’agglomération Nantaise. Pont-Rousseau était imprégné de la proximité des quartiers de haute-île et de ses ruelles et venelles omniprésentes. Les habitants piétons et cyclistes s’étaient réappropriés cette friche ferroviaire pour en faire leur lieu de passage. Du quartier de la Cité Radieuse et de son vaste terrain jardin, il n’y a qu’un pas, et le piéton est de nouveau présent, ainsi que le constat du cheminement, du passage, et de la traversée. Ce site « jardin » riche de chemins, de traces, de souvenirs de parcs, de murs lézardés, de champs autrefois cultivés se révèle comme étant le véritable équilibre végétal nécessaire à la Cité Radieuse, vaisseau de béton échoué au cœur de la cité. L’association forme un paysage harmonieux. Un enjeu en terme de liens entre quartier reste observable, liens pouvant s’établir entre les quartiers à forte densité situés au sud-est, l’accentuation de promenades piétonnes paysagères et la projection d’un centre ville futur situé dans le périmètre mairie, cité radieuse, et voie rapide au nord.
    Prenant résolument en compte la problématique de l’étalement urbain, le projet n’exclura pas pour autant la présence d’un bâtis pavillonnaire aux petits jardins potagers chers à leurs occupants. La réflexion se portera sur la conception d’une entité architecturale à la trame répétitive et dense s’exprimant sous la forme de jardinets clos de murs incorporant de petites maisons d’habitation en r+1. La présence d’anciens murs de schiste bordant le site revêt une grande importance dans ce projet. Véritables points d’appuis pour les maisons de type IV à l’est, ils remettront en valeur l’entrée du parc, et engendreront un espace public minéral à emmarchement large à l’ouest, invitant ainsi les piétons à parcourir le site en diagonale afin de rejoindre le centre ville par des venelles.
  • • Ville : Rézé-les-Nantes
    • Département : Loire Atlantique

    R é z é - l e s - N a n t e s

    Projet de construction de 42 logements à proximité de la Cité Radieuse de Le Corbusier.



    Cette étude permet d’affirmer qu’il existe des constantes urbaines, au sein de Rézé-Les-Nantes et ce malgré l’étalement urbain, problème dont souffre cette ville de l’agglomération Nantaise. Pont-Rousseau était imprégné de la proximité des quartiers de haute-île et de ses ruelles et venelles omniprésentes. Les habitants piétons et cyclistes s’étaient réappropriés cette friche ferroviaire pour en faire leur lieu de passage. Du quartier de la Cité Radieuse et de son vaste terrain jardin, il n’y a qu’un pas, et le piéton est de nouveau présent, ainsi que le constat du cheminement, du passage, et de la traversée. Ce site « jardin » riche de chemins, de traces, de souvenirs de parcs, de murs lézardés, de champs autrefois cultivés se révèle comme étant le véritable équilibre végétal nécessaire à la Cité Radieuse, vaisseau de béton échoué au cœur de la cité. L’association forme un paysage harmonieux. Un enjeu en terme de liens entre quartier reste observable, liens pouvant s’établir entre les quartiers à forte densité situés au sud-est, l’accentuation de promenades piétonnes paysagères et la projection d’un centre ville futur situé dans le périmètre mairie, cité radieuse, et voie rapide au nord.
    Prenant résolument en compte la problématique de l’étalement urbain, le projet n’exclura pas pour autant la présence d’un bâtis pavillonnaire aux petits jardins potagers chers à leurs occupants. La réflexion se portera sur la conception d’une entité architecturale à la trame répétitive et dense s’exprimant sous la forme de jardinets clos de murs incorporant de petites maisons d’habitation en r+1. La présence d’anciens murs de schiste bordant le site revêt une grande importance dans ce projet. Véritables points d’appuis pour les maisons de type IV à l’est, ils remettront en valeur l’entrée du parc, et engendreront un espace public minéral à emmarchement large à l’ouest, invitant ainsi les piétons à parcourir le site en diagonale afin de rejoindre le centre ville par des venelles.
  • • Ville : Rézé-les-Nantes
    • Département : Loire Atlantique

    R é z é - l e s - N a n t e s

    Projet de construction de 42 logements à proximité de la Cité Radieuse de Le Corbusier.



    Cette étude permet d’affirmer qu’il existe des constantes urbaines, au sein de Rézé-Les-Nantes et ce malgré l’étalement urbain, problème dont souffre cette ville de l’agglomération Nantaise. Pont-Rousseau était imprégné de la proximité des quartiers de haute-île et de ses ruelles et venelles omniprésentes. Les habitants piétons et cyclistes s’étaient réappropriés cette friche ferroviaire pour en faire leur lieu de passage. Du quartier de la Cité Radieuse et de son vaste terrain jardin, il n’y a qu’un pas, et le piéton est de nouveau présent, ainsi que le constat du cheminement, du passage, et de la traversée. Ce site « jardin » riche de chemins, de traces, de souvenirs de parcs, de murs lézardés, de champs autrefois cultivés se révèle comme étant le véritable équilibre végétal nécessaire à la Cité Radieuse, vaisseau de béton échoué au cœur de la cité. L’association forme un paysage harmonieux. Un enjeu en terme de liens entre quartier reste observable, liens pouvant s’établir entre les quartiers à forte densité situés au sud-est, l’accentuation de promenades piétonnes paysagères et la projection d’un centre ville futur situé dans le périmètre mairie, cité radieuse, et voie rapide au nord.
    Prenant résolument en compte la problématique de l’étalement urbain, le projet n’exclura pas pour autant la présence d’un bâtis pavillonnaire aux petits jardins potagers chers à leurs occupants. La réflexion se portera sur la conception d’une entité architecturale à la trame répétitive et dense s’exprimant sous la forme de jardinets clos de murs incorporant de petites maisons d’habitation en r+1. La présence d’anciens murs de schiste bordant le site revêt une grande importance dans ce projet. Véritables points d’appuis pour les maisons de type IV à l’est, ils remettront en valeur l’entrée du parc, et engendreront un espace public minéral à emmarchement large à l’ouest, invitant ainsi les piétons à parcourir le site en diagonale afin de rejoindre le centre ville par des venelles.