artificial architecture

  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (60 - Oise)
    RULLY
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le village de Rully est au cœur du « plateau du Valois ».
    Dans un paysage agricole ponctué de buttes boisées, le village dense est composé de maisons rurales et de grandes demeures, cloturées de hauts murs de pierre qui assurent une continuité bâtie et protège les propriétés. La grange à réhabiliter est placée sur cour et date
    du 18e siècle. La fragilité apparente de la charpente existante explique une toiture d’origine en chaume, ce qui était courant à cette époque. On retrouve cette conception en Normandie, dans les pays flamands ou au hameau de la Reine à Versailles (construit en 1785).
    Dans une démarche Haute Qualité Environnementale, il nous semble plus que favorable de réutiliser cette technique aujourd’hui dans une mise en œuvre contemporaine, afin de répondre aux besoins actuels. Le projet propose de retrouver la volumétrie d’origine simple de type « longère », soit un parallélépipède tenu par deux pignons en pierre, une toiture à double pente de 45°. — Façade sud, ouest et nord : restauration rustique des murs en pierre, enduit à la chaux grasse dosage maigre, posé à pierre-vue avec joints arasés au nu de
    la maçonnerie, reconstruction des parties en cours d’éventrement. Les parties vitrées seront habillées de menuiseries en bois de mélèze naturel à clair-voie. — Façade est : mise en œuvre d’une façade en chaume de roseau, composée de percements en forme de diamant ; cette modénature est l’expression des espaces intérieurs, des espaces dynamiques au besoin de lumière dans les combles réaménagés. Une rencontre entre le verre et le chaume, le minéral et le végétal.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (60 - Oise)
    RULLY
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le village de Rully est au cœur du « plateau du Valois ».
    Dans un paysage agricole ponctué de buttes boisées, le village dense est composé de maisons rurales et de grandes demeures, cloturées de hauts murs de pierre qui assurent une continuité bâtie et protège les propriétés. La grange à réhabiliter est placée sur cour et date
    du 18e siècle. La fragilité apparente de la charpente existante explique une toiture d’origine en chaume, ce qui était courant à cette époque. On retrouve cette conception en Normandie, dans les pays flamands ou au hameau de la Reine à Versailles (construit en 1785).
    Dans une démarche Haute Qualité Environnementale, il nous semble plus que favorable de réutiliser cette technique aujourd’hui dans une mise en œuvre contemporaine, afin de répondre aux besoins actuels. Le projet propose de retrouver la volumétrie d’origine simple de type « longère », soit un parallélépipède tenu par deux pignons en pierre, une toiture à double pente de 45°. — Façade sud, ouest et nord : restauration rustique des murs en pierre, enduit à la chaux grasse dosage maigre, posé à pierre-vue avec joints arasés au nu de
    la maçonnerie, reconstruction des parties en cours d’éventrement. Les parties vitrées seront habillées de menuiseries en bois de mélèze naturel à clair-voie. — Façade est : mise en œuvre d’une façade en chaume de roseau, composée de percements en forme de diamant ; cette modénature est l’expression des espaces intérieurs, des espaces dynamiques au besoin de lumière dans les combles réaménagés. Une rencontre entre le verre et le chaume, le minéral et le végétal.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (60 - Oise)
    RULLY
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le village de Rully est au cœur du « plateau du Valois ».
    Dans un paysage agricole ponctué de buttes boisées, le village dense est composé de maisons rurales et de grandes demeures, cloturées de hauts murs de pierre qui assurent une continuité bâtie et protège les propriétés. La grange à réhabiliter est placée sur cour et date
    du 18e siècle. La fragilité apparente de la charpente existante explique une toiture d’origine en chaume, ce qui était courant à cette époque. On retrouve cette conception en Normandie, dans les pays flamands ou au hameau de la Reine à Versailles (construit en 1785).
    Dans une démarche Haute Qualité Environnementale, il nous semble plus que favorable de réutiliser cette technique aujourd’hui dans une mise en œuvre contemporaine, afin de répondre aux besoins actuels. Le projet propose de retrouver la volumétrie d’origine simple de type « longère », soit un parallélépipède tenu par deux pignons en pierre, une toiture à double pente de 45°. — Façade sud, ouest et nord : restauration rustique des murs en pierre, enduit à la chaux grasse dosage maigre, posé à pierre-vue avec joints arasés au nu de
    la maçonnerie, reconstruction des parties en cours d’éventrement. Les parties vitrées seront habillées de menuiseries en bois de mélèze naturel à clair-voie. — Façade est : mise en œuvre d’une façade en chaume de roseau, composée de percements en forme de diamant ; cette modénature est l’expression des espaces intérieurs, des espaces dynamiques au besoin de lumière dans les combles réaménagés. Une rencontre entre le verre et le chaume, le minéral et le végétal.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (60 - Oise)
    RULLY
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le village de Rully est au cœur du « plateau du Valois ».
    Dans un paysage agricole ponctué de buttes boisées, le village dense est composé de maisons rurales et de grandes demeures, cloturées de hauts murs de pierre qui assurent une continuité bâtie et protège les propriétés. La grange à réhabiliter est placée sur cour et date
    du 18e siècle. La fragilité apparente de la charpente existante explique une toiture d’origine en chaume, ce qui était courant à cette époque. On retrouve cette conception en Normandie, dans les pays flamands ou au hameau de la Reine à Versailles (construit en 1785).
    Dans une démarche Haute Qualité Environnementale, il nous semble plus que favorable de réutiliser cette technique aujourd’hui dans une mise en œuvre contemporaine, afin de répondre aux besoins actuels. Le projet propose de retrouver la volumétrie d’origine simple de type « longère », soit un parallélépipède tenu par deux pignons en pierre, une toiture à double pente de 45°. — Façade sud, ouest et nord : restauration rustique des murs en pierre, enduit à la chaux grasse dosage maigre, posé à pierre-vue avec joints arasés au nu de
    la maçonnerie, reconstruction des parties en cours d’éventrement. Les parties vitrées seront habillées de menuiseries en bois de mélèze naturel à clair-voie. — Façade est : mise en œuvre d’une façade en chaume de roseau, composée de percements en forme de diamant ; cette modénature est l’expression des espaces intérieurs, des espaces dynamiques au besoin de lumière dans les combles réaménagés. Une rencontre entre le verre et le chaume, le minéral et le végétal.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (60 - Oise)
    RULLY
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le village de Rully est au cœur du « plateau du Valois ».
    Dans un paysage agricole ponctué de buttes boisées, le village dense est composé de maisons rurales et de grandes demeures, cloturées de hauts murs de pierre qui assurent une continuité bâtie et protège les propriétés. La grange à réhabiliter est placée sur cour et date
    du 18e siècle. La fragilité apparente de la charpente existante explique une toiture d’origine en chaume, ce qui était courant à cette époque. On retrouve cette conception en Normandie, dans les pays flamands ou au hameau de la Reine à Versailles (construit en 1785).
    Dans une démarche Haute Qualité Environnementale, il nous semble plus que favorable de réutiliser cette technique aujourd’hui dans une mise en œuvre contemporaine, afin de répondre aux besoins actuels. Le projet propose de retrouver la volumétrie d’origine simple de type « longère », soit un parallélépipède tenu par deux pignons en pierre, une toiture à double pente de 45°. — Façade sud, ouest et nord : restauration rustique des murs en pierre, enduit à la chaux grasse dosage maigre, posé à pierre-vue avec joints arasés au nu de
    la maçonnerie, reconstruction des parties en cours d’éventrement. Les parties vitrées seront habillées de menuiseries en bois de mélèze naturel à clair-voie. — Façade est : mise en œuvre d’une façade en chaume de roseau, composée de percements en forme de diamant ; cette modénature est l’expression des espaces intérieurs, des espaces dynamiques au besoin de lumière dans les combles réaménagés. Une rencontre entre le verre et le chaume, le minéral et le végétal.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (60 - Oise)
    RULLY
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le village de Rully est au cœur du « plateau du Valois ».
    Dans un paysage agricole ponctué de buttes boisées, le village dense est composé de maisons rurales et de grandes demeures, cloturées de hauts murs de pierre qui assurent une continuité bâtie et protège les propriétés. La grange à réhabiliter est placée sur cour et date
    du 18e siècle. La fragilité apparente de la charpente existante explique une toiture d’origine en chaume, ce qui était courant à cette époque. On retrouve cette conception en Normandie, dans les pays flamands ou au hameau de la Reine à Versailles (construit en 1785).
    Dans une démarche Haute Qualité Environnementale, il nous semble plus que favorable de réutiliser cette technique aujourd’hui dans une mise en œuvre contemporaine, afin de répondre aux besoins actuels. Le projet propose de retrouver la volumétrie d’origine simple de type « longère », soit un parallélépipède tenu par deux pignons en pierre, une toiture à double pente de 45°. — Façade sud, ouest et nord : restauration rustique des murs en pierre, enduit à la chaux grasse dosage maigre, posé à pierre-vue avec joints arasés au nu de
    la maçonnerie, reconstruction des parties en cours d’éventrement. Les parties vitrées seront habillées de menuiseries en bois de mélèze naturel à clair-voie. — Façade est : mise en œuvre d’une façade en chaume de roseau, composée de percements en forme de diamant ; cette modénature est l’expression des espaces intérieurs, des espaces dynamiques au besoin de lumière dans les combles réaménagés. Une rencontre entre le verre et le chaume, le minéral et le végétal.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (60 - Oise)
    RULLY
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le village de Rully est au cœur du « plateau du Valois ».
    Dans un paysage agricole ponctué de buttes boisées, le village dense est composé de maisons rurales et de grandes demeures, cloturées de hauts murs de pierre qui assurent une continuité bâtie et protège les propriétés. La grange à réhabiliter est placée sur cour et date
    du 18e siècle. La fragilité apparente de la charpente existante explique une toiture d’origine en chaume, ce qui était courant à cette époque. On retrouve cette conception en Normandie, dans les pays flamands ou au hameau de la Reine à Versailles (construit en 1785).
    Dans une démarche Haute Qualité Environnementale, il nous semble plus que favorable de réutiliser cette technique aujourd’hui dans une mise en œuvre contemporaine, afin de répondre aux besoins actuels. Le projet propose de retrouver la volumétrie d’origine simple de type « longère », soit un parallélépipède tenu par deux pignons en pierre, une toiture à double pente de 45°. — Façade sud, ouest et nord : restauration rustique des murs en pierre, enduit à la chaux grasse dosage maigre, posé à pierre-vue avec joints arasés au nu de
    la maçonnerie, reconstruction des parties en cours d’éventrement. Les parties vitrées seront habillées de menuiseries en bois de mélèze naturel à clair-voie. — Façade est : mise en œuvre d’une façade en chaume de roseau, composée de percements en forme de diamant ; cette modénature est l’expression des espaces intérieurs, des espaces dynamiques au besoin de lumière dans les combles réaménagés. Une rencontre entre le verre et le chaume, le minéral et le végétal.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (60 - Oise)
    RULLY
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le village de Rully est au cœur du « plateau du Valois ».
    Dans un paysage agricole ponctué de buttes boisées, le village dense est composé de maisons rurales et de grandes demeures, cloturées de hauts murs de pierre qui assurent une continuité bâtie et protège les propriétés. La grange à réhabiliter est placée sur cour et date
    du 18e siècle. La fragilité apparente de la charpente existante explique une toiture d’origine en chaume, ce qui était courant à cette époque. On retrouve cette conception en Normandie, dans les pays flamands ou au hameau de la Reine à Versailles (construit en 1785).
    Dans une démarche Haute Qualité Environnementale, il nous semble plus que favorable de réutiliser cette technique aujourd’hui dans une mise en œuvre contemporaine, afin de répondre aux besoins actuels. Le projet propose de retrouver la volumétrie d’origine simple de type « longère », soit un parallélépipède tenu par deux pignons en pierre, une toiture à double pente de 45°. — Façade sud, ouest et nord : restauration rustique des murs en pierre, enduit à la chaux grasse dosage maigre, posé à pierre-vue avec joints arasés au nu de
    la maçonnerie, reconstruction des parties en cours d’éventrement. Les parties vitrées seront habillées de menuiseries en bois de mélèze naturel à clair-voie. — Façade est : mise en œuvre d’une façade en chaume de roseau, composée de percements en forme de diamant ; cette modénature est l’expression des espaces intérieurs, des espaces dynamiques au besoin de lumière dans les combles réaménagés. Une rencontre entre le verre et le chaume, le minéral et le végétal.
  • Rénovation et rénovation thermique 
    2014
    (60 - Oise)
    RULLY
    France métropolitaine
    Maître d’ouvrage :
    Privé
    Le village de Rully est au cœur du « plateau du Valois ».
    Dans un paysage agricole ponctué de buttes boisées, le village dense est composé de maisons rurales et de grandes demeures, cloturées de hauts murs de pierre qui assurent une continuité bâtie et protège les propriétés. La grange à réhabiliter est placée sur cour et date
    du 18e siècle. La fragilité apparente de la charpente existante explique une toiture d’origine en chaume, ce qui était courant à cette époque. On retrouve cette conception en Normandie, dans les pays flamands ou au hameau de la Reine à Versailles (construit en 1785).
    Dans une démarche Haute Qualité Environnementale, il nous semble plus que favorable de réutiliser cette technique aujourd’hui dans une mise en œuvre contemporaine, afin de répondre aux besoins actuels. Le projet propose de retrouver la volumétrie d’origine simple de type « longère », soit un parallélépipède tenu par deux pignons en pierre, une toiture à double pente de 45°. — Façade sud, ouest et nord : restauration rustique des murs en pierre, enduit à la chaux grasse dosage maigre, posé à pierre-vue avec joints arasés au nu de
    la maçonnerie, reconstruction des parties en cours d’éventrement. Les parties vitrées seront habillées de menuiseries en bois de mélèze naturel à clair-voie. — Façade est : mise en œuvre d’une façade en chaume de roseau, composée de percements en forme de diamant ; cette modénature est l’expression des espaces intérieurs, des espaces dynamiques au besoin de lumière dans les combles réaménagés. Une rencontre entre le verre et le chaume, le minéral et le végétal.