PATRICK CHAROIN ET MARINA DONDA ARCHITECTES

établissement public 
2014
(21 - Côte-d'Or)
21200 Beaune
France métropolitaine
Lieu de travail 
2013
(78 - Yvelines)
78000 Versailles
France métropolitaine
Habitat 
2013
(78 - Yvelines)
78290 Croisssy sur seine
France métropolitaine
Lieu de travail 
En attente
(93 - Seine-Saint-Denis)
93300 Aubervilliers
France métropolitaine
Accueil du public 
Prévu 2018
(95 - Val-d'Oise)
95290 Persan
France métropolitaine
Lieu de travail 
Prévu 2017
(93 - Seine-Saint-Denis)
93000 Saint-Denis
France métropolitaine
Lieu de travail 
Prévu 2017
(31 - Haute-Garonne)
31130 Balma
France métropolitaine
Accueil du public 
2007
(75 - Paris)
75018 Paris
France métropolitaine
Nom
PATRICK CHAROIN ET MARINA DONDA ARCHITECTES
Adresse
34, boulevard de clichy
75018 Paris
France métropolitaine
Téléphone
01.77.32.13.10
Fax
01.77.32.13.11

Patrick Charoin a travaillé durant plus de vingt ans avec l’architecte Jean-Paul Viguier, dont il fut le principal collaborateur.


Assistant, puis chef de projet, associé et administrateur, il a été pleinement responsable de la conception et de la réalisation de nombreux projets, parmi les plus importants de l’agence: le Pavillon de la France pour l’Expo 92 à Séville, le parc
André Citroën à Paris, le pôle de loisirs de Confluence à Lyon... etc.


Marina Donda a travaillé dans différents pays d’europe, en quête d’expériences professionnelles variées.
Elle a, ainsi, pris part aux recherches architecturales d’agences réputées comme celles de Vincent Mangeat (Lausanne), Jean Nouvel ou Architecture Studio (Paris).


Patrick et Marina ont assuré, ensemble, la conception du Sofitel Water Tower à Chicago. Ils y ont vécu pendant près d’une année, pour en suivre sa réalisation.


Riches de ces expériences, ils ont créé leur agence en 2002, décidés à affirmer les principes qui caractérisent leur architecture:


Privilégier l’innovation spatiale et explorer les matières et leur mise en oeuvre.


Les références présentées sur leur site, témoignent de la méthode de leur travail.
Celle-ci se nourrit essentiellement d’un questionnement précis du contexte – pris au sens large :


- la géographie du lieu, sa morphologie, son histoire,
- la nature de la demande et ses potentialités programmatiques, l’image recherchée,
- les transformations induites sur l’environnement, les opportunités spatiales,
- les conditions financières et sociales de la réalisation, le client et les futurs usagers…

Tout projet se développe donc suivant un processus de transformation et de mutation de la situation présente.
L’intervention n’est plus un aboutissement, mais une étape, qui vise à la pertinence optimale, à un instant donné.


C’est dans cette stratégie de la modification globale de l’espace que la notion de développement durable, c’est-à-dire, de prise en compte de l'obsolescence, de la gestion et de fonctionnement des édifices, s’inscrit de manière cohérente.


Cette sensibilité produit des projets justes et adéquats, dénués d’a-prioris formels ou stylistiques.


Souvent, la morphologie du bâti provient d’une mise en scène de l’espace extérieur, sculptant les volumes bâtis avec une frondaison, une place ou un jet de lumière...


Un travail en taille-douce.