Nadège Pedoux-Salvi, architecte DPLG

Vers une réhabilitation des pensées… 

 

Voici un lien très utile vers des fiches Conseils téléchargeables gratuitement par tous : (A DIFFUSER SANS COMPTER !!!)

Elles sont destinées aux particuliers, pédagogiques et pragmatiques : pour permettre de comprendre le bâti ancien de manière générale dans le but de réhabiliter, entretenir ou transformer, en toute connaissance de cause et en se trompant le moins possible :

http://www.maisons-paysannes.org/restaurer-et-construire/fiches-conseils/

Ces fiches sont issues d’études techniques et conseils aux particuliers réalisés par l’association Maisons Paysannes de France avec l’aide de ces partenaires.

Les enjeux sont multiples et de taille :

-Préserver et entretenir : certaines erreurs de réhabilitation créaient des pathologies qui abîment notre petit patrimoine : aider les particuliers à comprendre le fonctionnement permet de moins faire d’erreurs d’entretien, ou de transformation. Le but étant de pérenniser les petites merveilles présentes au cœur de nos villages, hameaux et paysages.

-Adapter : nous ne vivons plus de la manière dont vivaient les constructeurs de nos maisons, l’adaptation de vieilles bâtisses est donc naturelle, mais quel matériel et quelle technique ?

-Économiser : Les constructions étaient faites hier pour être économique et économes en énergie. Il faut qu’elle le soient d’autant plus aujourd’hui. Et d’un point de vue économie d’énergie : l’évolution doit permettre des consommations moindres pour répondre à des habitudes de vie bien différentes d’autrefois. Il faut donc absolument adapter nos maisons à nos modes de vie. Mais d’un point de vue économique : comment en est-on arrivé à ces multiplications exponentielles de coût ? Quelle est la vrai valeur du savoir-faire, des matériaux, et du travail, etc… Qui fait-on vivre lorsque l’on achète tel ou tel matériaux ?

 

Les matériaux et techniques locaux utilisés comme base de ces constructions permettaient :

-une richesse et diversité de nos activités (des emplois en local).

-un côté durable : souvent sans assurances aucunes, ces constructions sont pourtant des leçons de pérennité (quelques fois, même sans avoir été entretenues beaucoup…)

-un côté recyclable : lorsque qu’après des années de non entretien, une vieille bâtisse vient à s’effondrer : ce sont souvent des produits recyclables (bois, briques, pierre, mortiers de terre et de chaux…) et non ou peu polluants pour nos sols. Donc qui sont moins chers pour le recyclage des déchets en fin de vie…

Peut-on en dire autant de produits et techniques utilisées principalement aujourd’hui ? Qu’apporte-ils de bonheur, de confort, de savoir vivre et de richesse humaine ? Est-ce juste pour contenter le porte-monnaie des consommateurs d’aujourd’hui qu’on grignote frénétiquement nos paysages, alors que de si nombreuses constructions restent inoccupés… Notre Patrimoine est reconnu mondialement de qualité, nos villages, nos paysages, etc… La richesse de ce patrimoine local : c’est en partie la diversité des matériaux et l’adaptabilité des typologies rurales qui en découlent et qui étaient adaptés à toutes les situations.

Est-ce qu’en construisant aujourd’hui nous allons dans le même sens ? pas toujours me semble-t-il.

Ce trésor de leçon humaine nous émeut et pour quelles raisons : On a jamais autant parlé de mal-être sociétal, de morosité, ou de détresse humaine dans nos pays riches et sur-industrialisés… Pour le bien-être de tous : notre point de vue devrait évoluer avec du bon-sens : c’est pourquoi, la revue publié par l’association Maisons Paysannes, association dont j’occupe bénévolement et modestement le rôle de déléguée pour l’Hérault rend compte régulièrement d’exemples qui fonctionnent : patrimonialement, humainement, localement, sociétalement et durablement parlant. Le bon-sens ‘paysan’ permettait d’aller à l’essentiel, en toute connaissance de cause et en toute humilité : il faut prendre le temps de comprendre avant d’intervenir. Un paysan n’aurait jamais fait un choix, sans en comprendre ou en connaitre les raisons, avantages et inconvénients, aujourd’hui combien de personnes signent sans comprendre ? C’est de ce bon-sens-là, que découle, selon moi, un bon ensemble de choix. Ce n’est pas un retour en arrière, mais un zoom sur l’humain et à la responsabilité de nos choix.

 

La responsabilité de la MAÎTRISE D'OUVRAGE :

Comment "Réhabiliter ou Construire sans se tromper"? Pour Demain…

En construction, comme en réhabilitation : il y a toujours multiples solutions techniques, multiples réponses : comment faire un choix ? Il faut faire des choix et plus précisément un ensemble de choix. Choix dans le programme de travaux, choix de priorité, d’esquisse, choix d’équipe, de matériaux, de technique… Et pourtant « On ne connait absolument rien en construction » : Et s’il arrive une surprise en cours de chantier, comment rebondir si on ne comprend déjà pas la base. Comment comprendra-t-on l’artisan qui intervient sur place, et comment dialoguerons-nous (ou ne dialoguerons nous pas) ? Si on a compris le ou les choix et les enjeux de base : déjà cela enlève une partie considérable de stress de chantier si on comprend bien les choix.

A qui appartient les choix : il  me semble que cela va de soi, que chaque personne qui fait faire des travaux a une large responsabilité dans le choix des matériaux ou des techniques… Pourquoi ne pas essayer de comprendre ces choix avant : pourquoi ne pas faire des choix nous-même… Est-ce qu’on peut reprocher des solutions inadaptées ou de mauvais choix à un artisan après réalisation ? Selon moi, non (à part en cas de malfaçon ce qui est largement différent !) 

Donc lors de travaux, l’importance de s’entourer de conseil de professionnels divers et variés pour faire soi-même les choix en toute connaissance de cause. Si on ne comprend pas un devis : on ne signe pas et on demande des explications : soit il n’est pas suffisamment précis, et l’entreprise pourra mettre ce qu’il y a de moins chère au moment où elle fera le chantier, soit on tombe sur quelqu’un de bien et qui mettra de toute manière des produits sains ? Qui aura véritablement fait les choix ?

Sinon vous pouvez accepter partiellement un devis pour permettre d'avancer petit à petit le projet. Ce qui peut permettre de comprendre et décider au fur et à mesure, mais celà peut poser des problèmes pour les demandes de prêts/montage financiers des projets (mais certains montages financiers peuvent se faire avec certaines parties estimées par l'architecte ou un économiste par exemple...) Mais celà implique surtout des soucis dans l'organisation de chantier : ne pas décider des finitions impliquent de ne pas connaitre les hauteurs finies d'un projet, donc il sera difficile de caler des hauteurs brutes de plancher par exemple, ou de commande, ou de planning (en attente de divers décisions) et engendrer des erreurs ou imprécisions qui peuvent être parfois plus contraignantes (différence de niveaux imprevus, etc...).

Vous pouvez faire appel aux compétences de divers professionnels : architectes, maîtres d’œuvre, et/ou des bureaux d’études spécialisés, bureaux de contrôle, pour vous guider dans la prise de décision lors de VOS PROJETS. Si vous ne pouvez pas financièrement confier le suivi de votre chantier à un professionnel : vous pouvez toujours demander des SERVICES CONSEILS PONCTUELS afin de répondre à certaines questions, avoir un avis global, vous guider ponctuellement et faire ainsi moins d'impasse.

 

UN ARCHITECTE pour QUI ?

Particuliers qui ont un projet de réhabilitation ou de construction SAINE.

Le bâti ancien, les constructions ‘dîtes’ paysannes ou les typologies de bâti de nos centres anciens.

Copropriétés, syndic

Tout existe et tout est possible dans la construction et dans la réhabilitation, techniquement tout est possible. Maintenant est-ce aux entreprises/artisans de faire des choix ? C’est au maître d’ouvrage / et plus particulièrement aux utilisateurs de faire les premiers choix et de hiérarchiser le programme selon un besoin (premier travail qu’un bon maître d’ouvrage doit réaliser ou faire réaliser). Puis l’architecte ou le maitre d’œuvre avec un bon programme et les exigences demandées peut commencer à travailler sur l’esquisse et proposer un ensemble de principe qu’il déclinera et détaillera au fur et à mesure des choix du maitre d’ouvrage.

Si le maître d’ouvrage sait parfaitement ce qu’il veut, (programme, matériaux, techniques, etc) : on peut se dire qu’il peut se lancer quasiment seul : mais la condition est d’avoir une véritable compréhension/transparence avec les artisans et entreprises qu’il fera travailler et une vue très concrète et technique de ce qui se construira. Hors pour avoir une visibilité complète de ce qui sera réalisé sans dessiner, préciser, quantifier et anticiper les détails techniques de réalisations ? Comment avoir un devis précis ? Qui réalise les demandes administratives et comment être sûr de les respecter, si on cloisonne les différentes parties ?

Les artisans/entreprises ne sont pas là pour proposer toute la palette des techniques et matériaux possibles, et tous les plans possibles. Ils ont un devoir de conseil bien évidemment, mais n’ont pas la mission de concevoir ou d'étudier.

Si le maître d’ouvrage ne sait pas exactement ce qu’il veut : l’architecte est donc là pour le guider, tout au long des démarches et de son projet. C’est aussi pour cela qu’une véritable confiance doit s’établir entre le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre. 

-Soit il faut que le maitre d’ouvrage avec l’aide de l’architecte décident d'absolument tout avant chantier (jusqu'aux matériaux, équipements, techniques, etc). Les artisans/entreprises sont alors sous cette forme, uniquement exécutants (aucun choix techniques ne peuvent être reprochés juridiquement à l’entreprise). Mais attention : il faut détailler très fortement l’ensemble de l’étude (prévoir cout d’études conséquentes surtout si le contexte les choix et intervenants sont multiples…) De plus cela laisse très peu d’adaptabilité en phase chantier : chaque petite surprise de chantier pourra nécessiter une reprise des détails techniques, des adaptations et donc des avenants aux différents devis (études + travaux) : ce qui reste inconfortable surtout en réhabilitation... Et attention : cette solution implique que le maitre d’ouvrage fasse des CHOIX en cours d’étude sans les remettre en cause par la suite (sinon l’étude peut être à refaire partiellement). Sans compter que chaque artisan va vouloir répondre ou proposer des matériaux/techniques distincts, (habitudes de travail, etc…) Cette solution est donc adaptée en cas de PROJET dit d’’ART’ (y compris l’archi intérieur, déco, extérieur, etc.) mais pas forcément adaptée pour des projets locatifs, évolutifs, ou à un budget sérré.

-Soit l’architecte peut proposer au maitre d’ouvrage une équipe : conception-réalisation (maitrise d’œuvre + entreprises/artisans) Les artisans/entreprises peuvent alors participer aux choix techniques car ils peuvent amener des réponses adaptées et des discussions/compromis qui enrichissent le projet. Mais un gros problème : les devis sont habituellement gratuits en France (et souvent les artisans ne sont pas forcément à même de faire une devis précis sur une phase d'étude : comment quantifier un temps d'étude sans savoir si le maitre d'ouvrage fera des choix rapidement ou demandera un pannel élargi d'étude de solutions... Ces phases ne peuvent pas être forfaitaires). Il faudrait donc que des artisans/entreprises se positionnent et puissent facturer des temps d’études. Car on ne peut décemment pas demander à des entreprises de travailler sur l’enrichissement d’un projet sans rémunération. Si un maitre d’ouvrage demande à des entreprises d’étudier différentes techniques, revient sur des choix distincts cela constitue un temps d’étude et pas seulement un simple devis. Si cela se réalise sans rémunération, il ne faut pas s’étonner qu’ensuite l’entreprise/artisan ‘charge son devis’ : il faut forcément qu’il se retrouve financièrement, sinon il ne tiendra pas durablement (après, tout dépend le temps d’étude en question bien sûr, si c'est juste une visite sur site ou des réunions de travail). Mais je reste persuadé que ‘tout travail mérite salaire’, c'est selon moi, une base à ne jamais oublier pour travailler sainement en équipe. Et si le projet ne se fait finalement pas : que devient ce temps investi, il sert à l’enrichissement bénévole du projet donc il profite au patrimoine du maitre d’ouvrage. La ‘confiance’ peut donc se perdre, s’étirer, voir complètement disparaitre entre les différents acteurs et face aux intérêts divergeants, enjeux, aux choix ou non-choix, aux incompréhensions. Des tensions montent alors que le chantier n'a pas encore débuté... Le maitre d’ouvrage peut ensuite se servir des études ou des conseils pour faire chiffrer et étudier d’autres solutions, d’autres techniques sur le projet par d’autres entreprises/artisans, et ce jusqu’à ce qu’il obtienne le chiffre qu’il espère en bas du devis ?  

Il est donc très important de choisir une équipe et que le maitre d’ouvrage se positionne dans tous ces différents choix (programme, équipe, plans, matériaux, techniques). Sans choix tout reste ouvert et à étudier indéfiniment. Les choix reviennent au maitre d'ouvrage, éclairé par les propositions et explications techniques de l'architecte. S'il n'arrive pas à faire ces différents choix : il faut qu'il se fasse accompagner par un assistant à maitrise d'ouvrage, conseillé par un bureau de controle, un économiste, ou par des personnes extérieurs à l'équipe de maitrise d'oeuvre (conseils/études qui seront également payants).

 

UN ARCHITECTE pour QUOI FAIRE ?

-Mission de maîtrise d’œuvre complète : Mène le projet de A à Z, avec différentes Phases vous permettant de valider des choix. (Faisabilité, Avant-Projet, déclaration de travaux, consultation d’entreprises, suivi des travaux)

-Missions Partielles : Relevés – diagnostics – programmation (préconisation et estimations) – Faisabilité - Avant-Projet - déclaration de travaux - consultation d’entreprises

-Assistance à Maîtrise d’OUVRAGE : guide vos choix et hiérarchise vos idées et intentions pour mener à bien vos PROJET. (assistance à la programmation, assistance aux choix de matériaux / techniques , aux choix des artisans/entreprises, etc)

Adresse

8, impasse de l'union
34750 Villeneuve les Maguelone
France métropolitaine

Contact

06 72 93 13 20
Rénovation, rénovation thermique
France métropolitaine
sept 2011
(34 - Hérault)
Rénovation, rénovation thermique
France métropolitaine
2011
(34 - Hérault)
Etablissement recevant du public (ERP)
France métropolitaine
été 2016
(34 - Hérault)
Extension, surélévation,Habitat
France métropolitaine
2018 chantier en cours
(34 - Hérault)
Lieu de travail,Mise en accessibilité
Fiche récapitulative du PROJET
France métropolitaine
sept 2013
(34 - Hérault)
Lieu de travail,Mise en accessibilité
Vitrine après travaux (réappropriée par l'usager)
France métropolitaine
2013
(34 - Hérault)
Etablissement recevant du public (ERP)
France métropolitaine
2013
(34 - Hérault)
Rénovation, rénovation thermique
34000 Montpellier
France métropolitaine
JUIN 2017
(34 - Hérault)
Rénovation, rénovation thermique
France métropolitaine
été 2015
(34 - Hérault)
Neuf
France métropolitaine
Avril 2012
(34 - Hérault)
Rénovation, rénovation thermique
France métropolitaine
PC MAI 2014
(34 - Hérault)
Lieu de travail
France métropolitaine
étude de faisabilité début 2018
(34 - Hérault)
Rénovation, rénovation thermique,Lieu de travail,Habitat
lodève
France métropolitaine
Faisabilité 2016
(34 - Hérault)
Rénovation, rénovation thermique
01290 Cruzilles les mépillat
France métropolitaine
2005
(01 - Ain)
Rénovation, rénovation thermique
France métropolitaine
divers
(34 - Hérault)