Jean-Pascal VERDIER Architecte

Vue du site depuis la rive opposée.
établissement public 
2001
(79 - Deux-Sèvres)
Côte de Crevant - Allée des Pommiers
79000 THOUARS
France métropolitaine
Plan définition musée et services - Plan de Masse pour le site de la Chaussée des Géants
établissement public 
Etudes 2005
(999 - Étranger)
1 Bis Rue Pierre et Marie Curie
92140 CLAMART
France métropolitaine
Concours sur APS-1
établissement public 
Etudes 2006
(78 - Yvelines)
51 bis rue Marcel Sembat
78270 BONNIERES-SUR-SEINE
France métropolitaine
Vue depuis l'accès par le jardin
Rénovation et rénovation thermique 
Extension, surélévation 
2008
(92 - Hauts-de-Seine)
Route des Gardes
92100 MEUDON
France métropolitaine
 ancienne Mairie
établissement public 
ETUDES: HIVER 2012-2013
(26 - Drôme)
Place Xavier Taillade
26700 PIERRELATTE
France métropolitaine
Nom
Jean-Pascal VERDIER Architecte
Adresse
1 Bis Rue Pierre et Marie Curie
92140 CLAMART
France métropolitaine
Téléphone
01.45.29.23.42
Fax
01.45.29.23.42
Jean-Pascal VERDIER   Architecte DPLG
Né le 1er Juin 1960
Formation:  Diplômé de l’école d’architecture de Paris-Villemin en 1987.
Expérience professionnelle:  Après quelques années passées auprès de grandes structures parisiennes et internationales  (IM.PEÏ and Partners, D.VALODE et J.PISTRE, C.VASCONI et J-P VIGUIER) de 1988 à 1995, pour l’essentiel sur des projets d’équipements publics à vocation culturelle; Il inaugure en 1996 un parcours indépendant qu’il poursuit en parallèle par une collaboration de près  de 11 ans avec F.CERIA-FCA Architectes (1997-2007). Par la suite, la pratique individuelle se double de collaborations auprès de différentes structures, dont récemment une plus longue auprès de l’AREP&J-M.DUTHILLEUL (2010-2015).
Les quelques éléments présentés illustrent un travail en devenir qui se situe dans une optique de qualité.Cette pratique se développe parfois, suivant le contexte, au travers de préoccupations liées à la mémoire des lieux, aux caractères du patrimoine bâti et aux paysages dans le cadre de projets étroitement imbriqués à leur territoire ou à des quartiers historiquement sensibles.
Quelques soient les technologies employées dans ces différents projets, elles s’imposent par leur relative évidence; et dans ce sens, ce qui apparait moderne, c’est ce qui nous est contemporain.En cherchant à se confronter à des situations toujours renouvelées,  cette pratique illustre une forme d’artisanat ou le projet se définit dans un engagement et par le dialogue avec les interlocuteurs.