Antoine FELIX-FAURE Philippe MACARY Dominique PAGE

  • • Date de livraison : 1999
    • Ville : Grenoble
    • Département : Isère
    • Maitre d'ouvrage : Direction de l’architecture - DDE 38 SCP
    • Coût : 11 878 000 F (HT)
    • SHON : 3194 m2

    L’enjeu principal de cette restructuration était de créer un dispositif d’entrée le plus simple possible, qui soit en accord avec l’architecture de Roland Simounet et didactique pour les élèves (futurs architectes) et les visiteurs.
    Depuis les emmarchements et le parvis, étudiants et utilisateurs empruntent le grand escalier qui s’enroule autour d’un ascenseur et relie tous les niveaux du bâtiment. Elément vertical coloré, ce dispositif devient la nuit une sorte d’immense luminaire. La lumière projetée sur l’auvent en métal se diffuse dans le hall d’entrée. L’ ensemble forme un signal à l’échelle de la ville.
    Le grand escalier accueille et accompagne jusqu’à l’intérieur de l’édifice. Le hall, en double hauteur se déploie sous la structure mise à nu de l’amphithéâtre et se développe à l’extérieur grâce au traitement identique des plafonds en panneaux de bois. L’éclairage naturel a été renforcé par la création de puits de lumière et d’ouvertures au sud. Lieu de rencontre et de convivialité, il englobe visuellement toutes les fonctions du bâtiment. La cafétéria participe de ce volume et s’y inscrit en mezzanine. Les terrasses, les éléments architecturaux et le mobilier en béton redeviennent pertinents.
    La documentation, à proximité directe du hall, utilise l’ancienne rue intérieure reconvertie en salles de lecture éclairées largement en façade, et utilise des mezzanines créées dans la double hauteur sous les sheds existants de la toiture.
  • • Date de livraison : 1999
    • Ville : Grenoble
    • Département : Isère
    • Maitre d'ouvrage : Direction de l’architecture - DDE 38 SCP
    • Coût : 11 878 000 F (HT)
    • SHON : 3194 m2

    L’enjeu principal de cette restructuration était de créer un dispositif d’entrée le plus simple possible, qui soit en accord avec l’architecture de Roland Simounet et didactique pour les élèves (futurs architectes) et les visiteurs.
    Depuis les emmarchements et le parvis, étudiants et utilisateurs empruntent le grand escalier qui s’enroule autour d’un ascenseur et relie tous les niveaux du bâtiment. Elément vertical coloré, ce dispositif devient la nuit une sorte d’immense luminaire. La lumière projetée sur l’auvent en métal se diffuse dans le hall d’entrée. L’ ensemble forme un signal à l’échelle de la ville.
    Le grand escalier accueille et accompagne jusqu’à l’intérieur de l’édifice. Le hall, en double hauteur se déploie sous la structure mise à nu de l’amphithéâtre et se développe à l’extérieur grâce au traitement identique des plafonds en panneaux de bois. L’éclairage naturel a été renforcé par la création de puits de lumière et d’ouvertures au sud. Lieu de rencontre et de convivialité, il englobe visuellement toutes les fonctions du bâtiment. La cafétéria participe de ce volume et s’y inscrit en mezzanine. Les terrasses, les éléments architecturaux et le mobilier en béton redeviennent pertinents.
    La documentation, à proximité directe du hall, utilise l’ancienne rue intérieure reconvertie en salles de lecture éclairées largement en façade, et utilise des mezzanines créées dans la double hauteur sous les sheds existants de la toiture.
  • • Date de livraison : 1999
    • Ville : Grenoble
    • Département : Isère
    • Maitre d'ouvrage : Direction de l’architecture - DDE 38 SCP
    • Coût : 11 878 000 F (HT)
    • SHON : 3194 m2

    L’enjeu principal de cette restructuration était de créer un dispositif d’entrée le plus simple possible, qui soit en accord avec l’architecture de Roland Simounet et didactique pour les élèves (futurs architectes) et les visiteurs.
    Depuis les emmarchements et le parvis, étudiants et utilisateurs empruntent le grand escalier qui s’enroule autour d’un ascenseur et relie tous les niveaux du bâtiment. Elément vertical coloré, ce dispositif devient la nuit une sorte d’immense luminaire. La lumière projetée sur l’auvent en métal se diffuse dans le hall d’entrée. L’ ensemble forme un signal à l’échelle de la ville.
    Le grand escalier accueille et accompagne jusqu’à l’intérieur de l’édifice. Le hall, en double hauteur se déploie sous la structure mise à nu de l’amphithéâtre et se développe à l’extérieur grâce au traitement identique des plafonds en panneaux de bois. L’éclairage naturel a été renforcé par la création de puits de lumière et d’ouvertures au sud. Lieu de rencontre et de convivialité, il englobe visuellement toutes les fonctions du bâtiment. La cafétéria participe de ce volume et s’y inscrit en mezzanine. Les terrasses, les éléments architecturaux et le mobilier en béton redeviennent pertinents.
    La documentation, à proximité directe du hall, utilise l’ancienne rue intérieure reconvertie en salles de lecture éclairées largement en façade, et utilise des mezzanines créées dans la double hauteur sous les sheds existants de la toiture.