AGENCE DAVID MARY

  • Urbanisme et aménagement de lotissement 
    1999-2013
    (78 - Yvelines)
    8 rue de Corblins
    78730 LONGVILLIERS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Damery Vetter Weill
    Maître d’ouvrage :
    SAPRR
    Sur la base du rapport acoustique et en s’appuyant sur les chartes paysagères, la nouvelle étude est orientée vers une recherches des éléments de protection alliant la vision cinétique de l’automobiliste avec la perception des riverains.
    Le 1er parti architectural est de mettre en œuvre des dispositifs « légers » afin de minimiser leur impact vis-à-vis des espaces traversé. Dans cette optique, l’option des tôles perforées en métal galvanisé, a été retenue. Suivant les lignes de force du projet général (perrés, pile de pont), le calepinage des tôles est horizontal, avec une façon d’appareillage à joints verticaux décalés, afin d’une part d’accompagner l’horizontalité de la vision cinétique, et d’autre part, de s’affranchir de la trame verticale porteuse.

    Le second parti développé est la création de larges fenêtres cadrées sur le paysage, et dont les longueurs sont conditionnées à la fois par le paysage « à voir » et par la distance imposée par une lecture à 90 ou 110 km/h
    Le principe proposé est de créer des percées visuelles toute hauteur sur les points les plus remarquable du parcours (définis préalablement) et ponctuellement, d’inclure des bandeaux horizontaux transparents à la hauteur de la vision de l’automobiliste.

    D’autre part, des bandeaux horizontaux transparents colorés seront mis en œuvre comme des percements aléatoires dans la peau de l’écran phonique. Ils créeront une vibration, une rythmique colorée, dans la vision entre l’autoroute et les faubourgs de Douai.
    Le travail sur ces éléments métalliques perforés, outre le fait qu’ils apportent une légèreté d’impact visuel aux communes traversées et desservies.

    La forte présence du végétal en arrière des écrans est la base de la double lecture « côté autoroute/côté faubourg ». La face extérieure des écrans de l’autoroute est traitée avec des parements de bois posés verticalement. Cette disposition crée une transition douce des matériaux et couleurs entre l’autoroute et ses abords. La verticalité du parement bois restitue une lecture de l’écran à l’échelle des riverains.

    Ce dispositif de parement différenciés intérieur/extérieur, permet de concilier la perception visuelle et psychologique de l’autoroute A21 depuis son environnement proche avec la perception des automobilistes.

    • Ville : Douai-Valencienne
    • Architectes associés : D.V.W (en premier lieu), Espaces et Recherches
    • Coût : NC
    • Nature de la mission : assistant à Maitrise d’œuvre DDE
  • Urbanisme et aménagement de lotissement 
    1999-2013
    (78 - Yvelines)
    8 rue de Corblins
    78730 LONGVILLIERS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Damery Vetter Weill
    Maître d’ouvrage :
    SAPRR
    Sur la base du rapport acoustique et en s’appuyant sur les chartes paysagères, la nouvelle étude est orientée vers une recherches des éléments de protection alliant la vision cinétique de l’automobiliste avec la perception des riverains.
    Le 1er parti architectural est de mettre en œuvre des dispositifs « légers » afin de minimiser leur impact vis-à-vis des espaces traversé. Dans cette optique, l’option des tôles perforées en métal galvanisé, a été retenue. Suivant les lignes de force du projet général (perrés, pile de pont), le calepinage des tôles est horizontal, avec une façon d’appareillage à joints verticaux décalés, afin d’une part d’accompagner l’horizontalité de la vision cinétique, et d’autre part, de s’affranchir de la trame verticale porteuse.

    Le second parti développé est la création de larges fenêtres cadrées sur le paysage, et dont les longueurs sont conditionnées à la fois par le paysage « à voir » et par la distance imposée par une lecture à 90 ou 110 km/h
    Le principe proposé est de créer des percées visuelles toute hauteur sur les points les plus remarquable du parcours (définis préalablement) et ponctuellement, d’inclure des bandeaux horizontaux transparents à la hauteur de la vision de l’automobiliste.

    D’autre part, des bandeaux horizontaux transparents colorés seront mis en œuvre comme des percements aléatoires dans la peau de l’écran phonique. Ils créeront une vibration, une rythmique colorée, dans la vision entre l’autoroute et les faubourgs de Douai.
    Le travail sur ces éléments métalliques perforés, outre le fait qu’ils apportent une légèreté d’impact visuel aux communes traversées et desservies.

    La forte présence du végétal en arrière des écrans est la base de la double lecture « côté autoroute/côté faubourg ». La face extérieure des écrans de l’autoroute est traitée avec des parements de bois posés verticalement. Cette disposition crée une transition douce des matériaux et couleurs entre l’autoroute et ses abords. La verticalité du parement bois restitue une lecture de l’écran à l’échelle des riverains.

    Ce dispositif de parement différenciés intérieur/extérieur, permet de concilier la perception visuelle et psychologique de l’autoroute A21 depuis son environnement proche avec la perception des automobilistes.

    • Ville : Douai-Valencienne
    • Architectes associés : D.V.W (en premier lieu), Espaces et Recherches
    • Coût : NC
    • Nature de la mission : assistant à Maitrise d’œuvre DDE
  • Urbanisme et aménagement de lotissement 
    1999-2013
    (78 - Yvelines)
    8 rue de Corblins
    78730 LONGVILLIERS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Damery Vetter Weill
    Maître d’ouvrage :
    SAPRR
    Sur la base du rapport acoustique et en s’appuyant sur les chartes paysagères, la nouvelle étude est orientée vers une recherches des éléments de protection alliant la vision cinétique de l’automobiliste avec la perception des riverains.
    Le 1er parti architectural est de mettre en œuvre des dispositifs « légers » afin de minimiser leur impact vis-à-vis des espaces traversé. Dans cette optique, l’option des tôles perforées en métal galvanisé, a été retenue. Suivant les lignes de force du projet général (perrés, pile de pont), le calepinage des tôles est horizontal, avec une façon d’appareillage à joints verticaux décalés, afin d’une part d’accompagner l’horizontalité de la vision cinétique, et d’autre part, de s’affranchir de la trame verticale porteuse.

    Le second parti développé est la création de larges fenêtres cadrées sur le paysage, et dont les longueurs sont conditionnées à la fois par le paysage « à voir » et par la distance imposée par une lecture à 90 ou 110 km/h
    Le principe proposé est de créer des percées visuelles toute hauteur sur les points les plus remarquable du parcours (définis préalablement) et ponctuellement, d’inclure des bandeaux horizontaux transparents à la hauteur de la vision de l’automobiliste.

    D’autre part, des bandeaux horizontaux transparents colorés seront mis en œuvre comme des percements aléatoires dans la peau de l’écran phonique. Ils créeront une vibration, une rythmique colorée, dans la vision entre l’autoroute et les faubourgs de Douai.
    Le travail sur ces éléments métalliques perforés, outre le fait qu’ils apportent une légèreté d’impact visuel aux communes traversées et desservies.

    La forte présence du végétal en arrière des écrans est la base de la double lecture « côté autoroute/côté faubourg ». La face extérieure des écrans de l’autoroute est traitée avec des parements de bois posés verticalement. Cette disposition crée une transition douce des matériaux et couleurs entre l’autoroute et ses abords. La verticalité du parement bois restitue une lecture de l’écran à l’échelle des riverains.

    Ce dispositif de parement différenciés intérieur/extérieur, permet de concilier la perception visuelle et psychologique de l’autoroute A21 depuis son environnement proche avec la perception des automobilistes.

    • Ville : Douai-Valencienne
    • Architectes associés : D.V.W (en premier lieu), Espaces et Recherches
    • Coût : NC
    • Nature de la mission : assistant à Maitrise d’œuvre DDE
  • Urbanisme et aménagement de lotissement 
    1999-2013
    (78 - Yvelines)
    8 rue de Corblins
    78730 LONGVILLIERS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Damery Vetter Weill
    Maître d’ouvrage :
    SAPRR
    Sur la base du rapport acoustique et en s’appuyant sur les chartes paysagères, la nouvelle étude est orientée vers une recherches des éléments de protection alliant la vision cinétique de l’automobiliste avec la perception des riverains.
    Le 1er parti architectural est de mettre en œuvre des dispositifs « légers » afin de minimiser leur impact vis-à-vis des espaces traversé. Dans cette optique, l’option des tôles perforées en métal galvanisé, a été retenue. Suivant les lignes de force du projet général (perrés, pile de pont), le calepinage des tôles est horizontal, avec une façon d’appareillage à joints verticaux décalés, afin d’une part d’accompagner l’horizontalité de la vision cinétique, et d’autre part, de s’affranchir de la trame verticale porteuse.

    Le second parti développé est la création de larges fenêtres cadrées sur le paysage, et dont les longueurs sont conditionnées à la fois par le paysage « à voir » et par la distance imposée par une lecture à 90 ou 110 km/h
    Le principe proposé est de créer des percées visuelles toute hauteur sur les points les plus remarquable du parcours (définis préalablement) et ponctuellement, d’inclure des bandeaux horizontaux transparents à la hauteur de la vision de l’automobiliste.

    D’autre part, des bandeaux horizontaux transparents colorés seront mis en œuvre comme des percements aléatoires dans la peau de l’écran phonique. Ils créeront une vibration, une rythmique colorée, dans la vision entre l’autoroute et les faubourgs de Douai.
    Le travail sur ces éléments métalliques perforés, outre le fait qu’ils apportent une légèreté d’impact visuel aux communes traversées et desservies.

    La forte présence du végétal en arrière des écrans est la base de la double lecture « côté autoroute/côté faubourg ». La face extérieure des écrans de l’autoroute est traitée avec des parements de bois posés verticalement. Cette disposition crée une transition douce des matériaux et couleurs entre l’autoroute et ses abords. La verticalité du parement bois restitue une lecture de l’écran à l’échelle des riverains.

    Ce dispositif de parement différenciés intérieur/extérieur, permet de concilier la perception visuelle et psychologique de l’autoroute A21 depuis son environnement proche avec la perception des automobilistes.

    • Ville : Douai-Valencienne
    • Architectes associés : D.V.W (en premier lieu), Espaces et Recherches
    • Coût : NC
    • Nature de la mission : assistant à Maitrise d’œuvre DDE
  • Urbanisme et aménagement de lotissement 
    1999-2013
    (78 - Yvelines)
    8 rue de Corblins
    78730 LONGVILLIERS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Damery Vetter Weill
    Maître d’ouvrage :
    SAPRR
    Sur la base du rapport acoustique et en s’appuyant sur les chartes paysagères, la nouvelle étude est orientée vers une recherches des éléments de protection alliant la vision cinétique de l’automobiliste avec la perception des riverains.
    Le 1er parti architectural est de mettre en œuvre des dispositifs « légers » afin de minimiser leur impact vis-à-vis des espaces traversé. Dans cette optique, l’option des tôles perforées en métal galvanisé, a été retenue. Suivant les lignes de force du projet général (perrés, pile de pont), le calepinage des tôles est horizontal, avec une façon d’appareillage à joints verticaux décalés, afin d’une part d’accompagner l’horizontalité de la vision cinétique, et d’autre part, de s’affranchir de la trame verticale porteuse.

    Le second parti développé est la création de larges fenêtres cadrées sur le paysage, et dont les longueurs sont conditionnées à la fois par le paysage « à voir » et par la distance imposée par une lecture à 90 ou 110 km/h
    Le principe proposé est de créer des percées visuelles toute hauteur sur les points les plus remarquable du parcours (définis préalablement) et ponctuellement, d’inclure des bandeaux horizontaux transparents à la hauteur de la vision de l’automobiliste.

    D’autre part, des bandeaux horizontaux transparents colorés seront mis en œuvre comme des percements aléatoires dans la peau de l’écran phonique. Ils créeront une vibration, une rythmique colorée, dans la vision entre l’autoroute et les faubourgs de Douai.
    Le travail sur ces éléments métalliques perforés, outre le fait qu’ils apportent une légèreté d’impact visuel aux communes traversées et desservies.

    La forte présence du végétal en arrière des écrans est la base de la double lecture « côté autoroute/côté faubourg ». La face extérieure des écrans de l’autoroute est traitée avec des parements de bois posés verticalement. Cette disposition crée une transition douce des matériaux et couleurs entre l’autoroute et ses abords. La verticalité du parement bois restitue une lecture de l’écran à l’échelle des riverains.

    Ce dispositif de parement différenciés intérieur/extérieur, permet de concilier la perception visuelle et psychologique de l’autoroute A21 depuis son environnement proche avec la perception des automobilistes.

    • Ville : Douai-Valencienne
    • Architectes associés : D.V.W (en premier lieu), Espaces et Recherches
    • Coût : NC
    • Nature de la mission : assistant à Maitrise d’œuvre DDE
  • Urbanisme et aménagement de lotissement 
    1999-2013
    (78 - Yvelines)
    8 rue de Corblins
    78730 LONGVILLIERS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Damery Vetter Weill
    Maître d’ouvrage :
    SAPRR
    Sur la base du rapport acoustique et en s’appuyant sur les chartes paysagères, la nouvelle étude est orientée vers une recherches des éléments de protection alliant la vision cinétique de l’automobiliste avec la perception des riverains.
    Le 1er parti architectural est de mettre en œuvre des dispositifs « légers » afin de minimiser leur impact vis-à-vis des espaces traversé. Dans cette optique, l’option des tôles perforées en métal galvanisé, a été retenue. Suivant les lignes de force du projet général (perrés, pile de pont), le calepinage des tôles est horizontal, avec une façon d’appareillage à joints verticaux décalés, afin d’une part d’accompagner l’horizontalité de la vision cinétique, et d’autre part, de s’affranchir de la trame verticale porteuse.

    Le second parti développé est la création de larges fenêtres cadrées sur le paysage, et dont les longueurs sont conditionnées à la fois par le paysage « à voir » et par la distance imposée par une lecture à 90 ou 110 km/h
    Le principe proposé est de créer des percées visuelles toute hauteur sur les points les plus remarquable du parcours (définis préalablement) et ponctuellement, d’inclure des bandeaux horizontaux transparents à la hauteur de la vision de l’automobiliste.

    D’autre part, des bandeaux horizontaux transparents colorés seront mis en œuvre comme des percements aléatoires dans la peau de l’écran phonique. Ils créeront une vibration, une rythmique colorée, dans la vision entre l’autoroute et les faubourgs de Douai.
    Le travail sur ces éléments métalliques perforés, outre le fait qu’ils apportent une légèreté d’impact visuel aux communes traversées et desservies.

    La forte présence du végétal en arrière des écrans est la base de la double lecture « côté autoroute/côté faubourg ». La face extérieure des écrans de l’autoroute est traitée avec des parements de bois posés verticalement. Cette disposition crée une transition douce des matériaux et couleurs entre l’autoroute et ses abords. La verticalité du parement bois restitue une lecture de l’écran à l’échelle des riverains.

    Ce dispositif de parement différenciés intérieur/extérieur, permet de concilier la perception visuelle et psychologique de l’autoroute A21 depuis son environnement proche avec la perception des automobilistes.

    • Ville : Douai-Valencienne
    • Architectes associés : D.V.W (en premier lieu), Espaces et Recherches
    • Coût : NC
    • Nature de la mission : assistant à Maitrise d’œuvre DDE
  • Urbanisme et aménagement de lotissement 
    1999-2013
    (78 - Yvelines)
    8 rue de Corblins
    78730 LONGVILLIERS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Damery Vetter Weill
    Maître d’ouvrage :
    SAPRR
    Sur la base du rapport acoustique et en s’appuyant sur les chartes paysagères, la nouvelle étude est orientée vers une recherches des éléments de protection alliant la vision cinétique de l’automobiliste avec la perception des riverains.
    Le 1er parti architectural est de mettre en œuvre des dispositifs « légers » afin de minimiser leur impact vis-à-vis des espaces traversé. Dans cette optique, l’option des tôles perforées en métal galvanisé, a été retenue. Suivant les lignes de force du projet général (perrés, pile de pont), le calepinage des tôles est horizontal, avec une façon d’appareillage à joints verticaux décalés, afin d’une part d’accompagner l’horizontalité de la vision cinétique, et d’autre part, de s’affranchir de la trame verticale porteuse.

    Le second parti développé est la création de larges fenêtres cadrées sur le paysage, et dont les longueurs sont conditionnées à la fois par le paysage « à voir » et par la distance imposée par une lecture à 90 ou 110 km/h
    Le principe proposé est de créer des percées visuelles toute hauteur sur les points les plus remarquable du parcours (définis préalablement) et ponctuellement, d’inclure des bandeaux horizontaux transparents à la hauteur de la vision de l’automobiliste.

    D’autre part, des bandeaux horizontaux transparents colorés seront mis en œuvre comme des percements aléatoires dans la peau de l’écran phonique. Ils créeront une vibration, une rythmique colorée, dans la vision entre l’autoroute et les faubourgs de Douai.
    Le travail sur ces éléments métalliques perforés, outre le fait qu’ils apportent une légèreté d’impact visuel aux communes traversées et desservies.

    La forte présence du végétal en arrière des écrans est la base de la double lecture « côté autoroute/côté faubourg ». La face extérieure des écrans de l’autoroute est traitée avec des parements de bois posés verticalement. Cette disposition crée une transition douce des matériaux et couleurs entre l’autoroute et ses abords. La verticalité du parement bois restitue une lecture de l’écran à l’échelle des riverains.

    Ce dispositif de parement différenciés intérieur/extérieur, permet de concilier la perception visuelle et psychologique de l’autoroute A21 depuis son environnement proche avec la perception des automobilistes.

    • Ville : Douai-Valencienne
    • Architectes associés : D.V.W (en premier lieu), Espaces et Recherches
    • Coût : NC
    • Nature de la mission : assistant à Maitrise d’œuvre DDE
  • Urbanisme et aménagement de lotissement 
    1999-2013
    (78 - Yvelines)
    8 rue de Corblins
    78730 LONGVILLIERS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Damery Vetter Weill
    Maître d’ouvrage :
    SAPRR
    Sur la base du rapport acoustique et en s’appuyant sur les chartes paysagères, la nouvelle étude est orientée vers une recherches des éléments de protection alliant la vision cinétique de l’automobiliste avec la perception des riverains.
    Le 1er parti architectural est de mettre en œuvre des dispositifs « légers » afin de minimiser leur impact vis-à-vis des espaces traversé. Dans cette optique, l’option des tôles perforées en métal galvanisé, a été retenue. Suivant les lignes de force du projet général (perrés, pile de pont), le calepinage des tôles est horizontal, avec une façon d’appareillage à joints verticaux décalés, afin d’une part d’accompagner l’horizontalité de la vision cinétique, et d’autre part, de s’affranchir de la trame verticale porteuse.

    Le second parti développé est la création de larges fenêtres cadrées sur le paysage, et dont les longueurs sont conditionnées à la fois par le paysage « à voir » et par la distance imposée par une lecture à 90 ou 110 km/h
    Le principe proposé est de créer des percées visuelles toute hauteur sur les points les plus remarquable du parcours (définis préalablement) et ponctuellement, d’inclure des bandeaux horizontaux transparents à la hauteur de la vision de l’automobiliste.

    D’autre part, des bandeaux horizontaux transparents colorés seront mis en œuvre comme des percements aléatoires dans la peau de l’écran phonique. Ils créeront une vibration, une rythmique colorée, dans la vision entre l’autoroute et les faubourgs de Douai.
    Le travail sur ces éléments métalliques perforés, outre le fait qu’ils apportent une légèreté d’impact visuel aux communes traversées et desservies.

    La forte présence du végétal en arrière des écrans est la base de la double lecture « côté autoroute/côté faubourg ». La face extérieure des écrans de l’autoroute est traitée avec des parements de bois posés verticalement. Cette disposition crée une transition douce des matériaux et couleurs entre l’autoroute et ses abords. La verticalité du parement bois restitue une lecture de l’écran à l’échelle des riverains.

    Ce dispositif de parement différenciés intérieur/extérieur, permet de concilier la perception visuelle et psychologique de l’autoroute A21 depuis son environnement proche avec la perception des automobilistes.

    • Ville : Douai-Valencienne
    • Architectes associés : D.V.W (en premier lieu), Espaces et Recherches
    • Coût : NC
    • Nature de la mission : assistant à Maitrise d’œuvre DDE
  • Urbanisme et aménagement de lotissement 
    1999-2013
    (78 - Yvelines)
    8 rue de Corblins
    78730 LONGVILLIERS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Damery Vetter Weill
    Maître d’ouvrage :
    SAPRR
    Sur la base du rapport acoustique et en s’appuyant sur les chartes paysagères, la nouvelle étude est orientée vers une recherches des éléments de protection alliant la vision cinétique de l’automobiliste avec la perception des riverains.
    Le 1er parti architectural est de mettre en œuvre des dispositifs « légers » afin de minimiser leur impact vis-à-vis des espaces traversé. Dans cette optique, l’option des tôles perforées en métal galvanisé, a été retenue. Suivant les lignes de force du projet général (perrés, pile de pont), le calepinage des tôles est horizontal, avec une façon d’appareillage à joints verticaux décalés, afin d’une part d’accompagner l’horizontalité de la vision cinétique, et d’autre part, de s’affranchir de la trame verticale porteuse.

    Le second parti développé est la création de larges fenêtres cadrées sur le paysage, et dont les longueurs sont conditionnées à la fois par le paysage « à voir » et par la distance imposée par une lecture à 90 ou 110 km/h
    Le principe proposé est de créer des percées visuelles toute hauteur sur les points les plus remarquable du parcours (définis préalablement) et ponctuellement, d’inclure des bandeaux horizontaux transparents à la hauteur de la vision de l’automobiliste.

    D’autre part, des bandeaux horizontaux transparents colorés seront mis en œuvre comme des percements aléatoires dans la peau de l’écran phonique. Ils créeront une vibration, une rythmique colorée, dans la vision entre l’autoroute et les faubourgs de Douai.
    Le travail sur ces éléments métalliques perforés, outre le fait qu’ils apportent une légèreté d’impact visuel aux communes traversées et desservies.

    La forte présence du végétal en arrière des écrans est la base de la double lecture « côté autoroute/côté faubourg ». La face extérieure des écrans de l’autoroute est traitée avec des parements de bois posés verticalement. Cette disposition crée une transition douce des matériaux et couleurs entre l’autoroute et ses abords. La verticalité du parement bois restitue une lecture de l’écran à l’échelle des riverains.

    Ce dispositif de parement différenciés intérieur/extérieur, permet de concilier la perception visuelle et psychologique de l’autoroute A21 depuis son environnement proche avec la perception des automobilistes.

    • Ville : Douai-Valencienne
    • Architectes associés : D.V.W (en premier lieu), Espaces et Recherches
    • Coût : NC
    • Nature de la mission : assistant à Maitrise d’œuvre DDE
  • Urbanisme et aménagement de lotissement 
    1999-2013
    (78 - Yvelines)
    8 rue de Corblins
    78730 LONGVILLIERS
    France métropolitaine
    Architecte(s) associé(s) :
    Damery Vetter Weill
    Maître d’ouvrage :
    SAPRR
    Sur la base du rapport acoustique et en s’appuyant sur les chartes paysagères, la nouvelle étude est orientée vers une recherches des éléments de protection alliant la vision cinétique de l’automobiliste avec la perception des riverains.
    Le 1er parti architectural est de mettre en œuvre des dispositifs « légers » afin de minimiser leur impact vis-à-vis des espaces traversé. Dans cette optique, l’option des tôles perforées en métal galvanisé, a été retenue. Suivant les lignes de force du projet général (perrés, pile de pont), le calepinage des tôles est horizontal, avec une façon d’appareillage à joints verticaux décalés, afin d’une part d’accompagner l’horizontalité de la vision cinétique, et d’autre part, de s’affranchir de la trame verticale porteuse.

    Le second parti développé est la création de larges fenêtres cadrées sur le paysage, et dont les longueurs sont conditionnées à la fois par le paysage « à voir » et par la distance imposée par une lecture à 90 ou 110 km/h
    Le principe proposé est de créer des percées visuelles toute hauteur sur les points les plus remarquable du parcours (définis préalablement) et ponctuellement, d’inclure des bandeaux horizontaux transparents à la hauteur de la vision de l’automobiliste.

    D’autre part, des bandeaux horizontaux transparents colorés seront mis en œuvre comme des percements aléatoires dans la peau de l’écran phonique. Ils créeront une vibration, une rythmique colorée, dans la vision entre l’autoroute et les faubourgs de Douai.
    Le travail sur ces éléments métalliques perforés, outre le fait qu’ils apportent une légèreté d’impact visuel aux communes traversées et desservies.

    La forte présence du végétal en arrière des écrans est la base de la double lecture « côté autoroute/côté faubourg ». La face extérieure des écrans de l’autoroute est traitée avec des parements de bois posés verticalement. Cette disposition crée une transition douce des matériaux et couleurs entre l’autoroute et ses abords. La verticalité du parement bois restitue une lecture de l’écran à l’échelle des riverains.

    Ce dispositif de parement différenciés intérieur/extérieur, permet de concilier la perception visuelle et psychologique de l’autoroute A21 depuis son environnement proche avec la perception des automobilistes.

    • Ville : Douai-Valencienne
    • Architectes associés : D.V.W (en premier lieu), Espaces et Recherches
    • Coût : NC
    • Nature de la mission : assistant à Maitrise d’œuvre DDE